Accueil arrow News arrow Dernières news arrow La CROYANCE au « Je sens cela » ou
La CROYANCE au « Je sens cela » ou Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 25-02-2022 01:16

Pages vues : 1983    

Favoris : 138

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Aiguille, Argent, Artifictiche, Atlantide, Autorité, Banque, Bimbo, Christ, Commerce, Convention, Croyance, Diable, Dragon, Égrégore, Enfer, État, Feu, Guerre, HOTC, Images, Jardin, Loi, Marchandise, Marxengelsisme, MIB, Nostalgie, Paradis, Peur, Pierre, Pinceau, Pointe, Pouvoir, Raison, République, Rêve, Scalaire, Serpent, Silence, Social, Spirale, Tore, Transhumanisme, Verbopinion, Vie, Vierge, Washingtonisme, Yokai

 
smartphone_slave_horiz_ego.png
 
 
La CROYANCE au « Je sens cela » ou
« je ne sens pas cela ».
« Le principal obstacle consiste justement en
cette croyance » dit Ramana Maharshi à
l’entretien 317 du 6-1-1937.
 
Le « Je sens » au sens de « je suis conscient
de ceci ou de cela »
.
LÀ EST LE PROBLÈME GIGANTESQUE, COSMIQUE,
FONDA et MENTAL !!!

LA CONTRADICTION OU LA DUALITÉ CONSCIENT-INCONSCIENT !
LA CONTRADICTION ENTRE JOUR-NUIT OU VEILLE-SOMMEIL.
Constater que l’on est « conscient » est-il une
« preuve » que l’on est « conscient » ? Car alors
on tombe dans la dualité sujet-objet !
On tombe dans le faux :
LE VRAI DEVIENT FAUX DÈS QU’IL EST VU,
DONC COPIÉ, DOUBLÉ, SOCIALISÉ, IDENTIFIÉ.
Si la « conscience » c’est la « reconnaissance »,
l’identification, donc faire la « lumière » sur
quelque chose : LE POUR-VOIR, comme les perruque
poudrées européennes du 18è siècle, les Rousseau,
Diderot, Voltaire, l’homme d’affaires Beaumarchais
inventeur des « droits d’auteurs », espion,
marchand d’armes, alors cette « conscience » n’est
que l’équivalant de l’OPINION, un synonyme du nom
opinion, surtout avec Beaumarchais…

ALORS C’EST LA LOI DE SUCCION, LA SAISIE,
L’ATTRACTION «universelle ».

AB-SURDITÉ DU MENTAL HUMAIN :
comment peut-il définir par sa conscience
la conscience sans la définir ???
Alors qu’un dictionnaire, TUE, COAGULE,
comme tous dictionnaires, en fabricant sa
conscience : « Faculté qu'a l'être humain de
connaître sa propre réalité et de la juger ;
cette connaissance ».


« Votre état naturel est le bonheur ainsi que votre sommeil profond le met en évidence [sommeil profond identique à ce que la médecine actuelle appelle « coma »] ». Ramana Maharshi, entretien 321 du 7-1-1937.

Entretien 413 du 21-5-1937 : « Vous dites « une sorte de sommeil ». Cela est juste. C’est l’état naturel. Parce que vous êtes associé à présent avec l’ego, vous considérez l’état naturel comme quelque chose qui interrompt votre activité. Vous devez répéter cette expérience jusqu’à ce que vous réalisiez que c’est votre état naturel. Vous découvrirez alors que le japa et autres pratiques lui sont étrangers. Cependant, ils continueront à se poursuivre automatiquement. Votre doute présent provient de la fausse identification.
Le japa consiste à s’agripper à une seule pensée à l’exclusion de toutes les autres. C’est le but du japa ; il conduit au dhyâna [contemplation], qui aboutit à la réalisation du Soi ».


Ce sont les opinions ou les pensées qui font inventer le concept de « conscience », et avec lui l’asservissement, le contraire de la Vraie Paix. « Le mental obstrue la paix innée ; c’est pour cela que notre investigation s’effectue sur le mental. Cherchez le mental ; il disparaîtra », dit le Maharshi à l’entretien 238 du 20-7-1936.
Même entretien : « Que ce soit l’ego, le mental ou l’intellect, tout est la même chose. Le mental de qui ? L’intellect de qui ? Celui de l’ego.
L’ego est-il réel ? Non. Nous confondons l’ego et nous l’appelons intellect ou mental [ou conscience] ».


- Question : Les souffrances apparaissent en jāgrat [état de veille]. Pourquoi doivent-elles apparaître ?
- Maharshi : Si vous voyez votre Soi, elles n’apparaîtront pas.
- Question : Quand je me mets à chercher qui je suis, je ne trouve rien.
- Maharshi : Comment étiez-vous dans votre sommeil profond ? Il n’y avait pas la pensée ‘je’, et vous étiez heureux. Tandis que dans l’état de jâgrat vos pensées se déploient dès que la pensée-racine ‘je’ surgit [à l’état de veille] et elles vous cachent votre bonheur inhérent. Débarrassez-vous donc de toutes ces pensées qui sont un obstacle au bonheur. Votre état naturel est le bonheur ainsi que votre sommeil profond le met en évidence.
- Question : Je ne sais rien de mon expérience du sommeil.
- Maharshi : Mais vous savez que vous étiez heureux. Sinon vous ne diriez pas : « J’ai dormi comme un bienheureux ». Quand il n’y a pas de pensées, pas de ‘je’ et, en fait, plus rien excepté vous, vous êtes heureux. Voilà toute la vérité.
C’est exactement ce que nous transmet le mahâvâ-kya : « tat tvam asi » (Tu es Cela). Trouvez votre Soi ; et alors vous connaîtrez Cela.
- Question : Comment est ce brahman [l’Absolu] ?
- Maharshi : Pourquoi vous interrogez-vous sur le brahman, comme s’il était séparé de vous-même ?
Les Écritures disent : « Tu es Cela ». Le Soi vous est intime ; en fait, vous ne pouvez être sans le Soi.
Réalisez cela. C’est aussi la réalisation du brahman.
(Entretien 321 du 7-1-1937).

« Le Soi est toujours présent, rien n’existe en dehors de lui. Soyez le Soi, et désirs et doutes disparaîtront. Ce Soi est le témoin dans les états de sommeil profond, de rêve et de veille. Ces trois états appartiennent à l’ego. Le Soi transcende même l’ego.
N’existiez-vous pas durant le sommeil profond ? Saviez-vous alors que vous dormiez et que vous étiez inconscient du monde ? Ce n’est qu’en état de veille que vous décrivez cette expérience de sommeil comme étant inconscience ; pourtant votre conscience quand vous dormez est la même que lorsque vous êtes éveillée. Si vous savez ce qu’est cette conscience de veille, vous connaîtrez la conscience qui se tient comme témoin dans les trois états. Cette conscience peut être trouvée en cherchant la conscience telle qu’elle était durant le sommeil profond ».
Voilà qui résume tout ce que signifie le mot CONSCIENCE, expliqué par le Maharshi à l’entretien 13a du 7-1-1935.

NOTRE ÉTAT NATUREL EST AU-DELÀ DU COMA DE LA MÉDECINE.

Mais AVANT : « cherchez pour qui est le vide [au sens d’inconscience ou de ”coma”). Ce « Qui suis-je ? » peut s’appeler « conscience ». « Vous ne pouvez vous nier vous-même à aucun moment. Le Soi est toujours présent et subsiste dans les trois états (veille, rêve, sommeil profond] ». (Entretien 13a).

Les marxengelsistes et autres matérialistes pensent que la « conscience » est une masse située sous un crâne constituant un corps, un spatio-temporel conventionnel, et qu’elle résulte « strictement de l’activité cérébrale », dans le genre SAISIE ET « USAGER » QUI USAGE-USINE (le Faire/Fer seulement à l’état de veille et par l’ego), usage de certitudes ou de constantes.
Dans ce cas là, la conscience devient un utilitarisme identique à « la théorie de l’information », genre mariage corps-esprit !

Il existe des robots construits avec un système de reconnaissance de formes, copié plus ou moins sur la vision de son constructeur : l’humain, robots capables d’aller chercher un stylo violet sur une table et d’aller le déposer sur un cube rouge à rayures jaunes ; ce n’est pas pour autant que ces robots soient « conscients » de ce qu’ils font…


LE « BON SENS » est l’ennemi de la Réalisation dans le sens du mot SCIENCE, car la Réalisation devrait avoir pour synonyme le mot « Science », bien que ce ne soit qu’un mot. Si le « bon sens » repose uniquement sur le mental ou le corps, et donc sur le spatio-temporel qui nous environne, ça devient une opinion et nullement une « intuition » ou un « bon sens » ; une opinion liée à nôtre culture, au lieu géographique et notre hérédité.

CROYANCE = SAISIE : Pour faire obéir quelqu’un, comme dans le capitalisme la publicité SAISIE le potentiel consommateur, ajoutez à cela l’amabilité commerciale identique à « l’amour » ou la « bonté » pour SAISIR l’obéissance, comme le pratique les sectes : SAISIR L’ACHETEUR, LE CROYANT.

« Prétendez-vous que le monde existe sans que vous ayez connaissance du monde et des objets, toutes ces choses extérieures ? » ; ou « Prétendez-vous que le monde existe sans que vous en soyez conscient ? » (En réf. à l’entretien 507 du Maharshi le 22-8-1938) ; et question à poser à tous les marxengelsistes de la planète.


Si la conscience c’est sa naissance par les objets extérieurs, le monde, qu’en est-il du monde, des objets extérieurs, s’ils étaient « sans conscience » ? SERAIENT-ILS DES ROBOTS (comme l’exemple du stylo ci-dessus), des ZOMBIS ???
Quand la conscience a fini d’analyser les objets, la conscience devrait ne plus exister : elle n’a plus de nourriture. Ou plutôt, SA NOURRITURE DEVIENT ALORS LA VACUITÉ, AUSSI APPELÉ « NIRVANA » (état au-delà de toute souffrance, une sorte de « paix », ayant le sens d’Éveil suprême appelé « NIRVANA SANS DEMEURE », sorte de « Pays du Rien du Tout la Vraie Demeure » (le Secret de la Fleur d’Or).
Autrement, si la conscience a le pouvoir de prouver son objet, SUR QUOI REPOSE L’EXISTENCE DE LA CONSCIENCE ? Si au contraire, c’est l’objet et le monde qui prouvent la conscience, quel est le point d’appui, l’axe, de ce monde ?
S’ils dépendent l’un de l’autre pour exister, AUCUN DES DEUX N’EXISTENT RÉELLEMENT !
De même l’existence de la graine est constatée par une conscience différente de la pousse. Mais qui constate l’existence de la conscience à laquelle l’objet est révélé ?

CROYANCE = DIVISION : le corps, le mental et ses cinq sens et le temps qui coule.
CROYANCE = ABSENCE DU TOUT.
CROYANCE = POUR-VOIR (avec les sens) ET POUVOIR À CAUSE DE LA CROYANCE À L’EGO, ET AU TEMPS.
CROYANCE = MANIPULATION PAR L’AUTRE, LE MONDE, QUI JUGE, QUI MENT, QUI VIOLENTE, QUI TUE.
Délivré de la croyance, on entre dans la VRAIE TÉLÉPATHIE : VOUS PENSEZ À QUELQUE CHOSE, ET DANS L’INSTANT, CELA EST COMPRIS PAR LES AUTRES, parfait killer de la tyrannie de l’opinion.



L’ÉTERNELLE ÉNIGME RUSSE (pour les Occidentaux).

Depuis l’assassina d’Alexandre II, par le début de l’Empire USionistan en formation à partir des banques de la City de Londres, c’est la guerre entre l’Orient et l’Occident, les « droits de l’homme » contre les droits de l’Être, la lutte du pur contre l’impure, la lutte de l’avoir contre l’Être.
Ceux qui se considèrent comme « pur » ce sont évidemment la « civilisation », l’État, ses banques, ses marchandises et son salariat, et les impurs sont les « sauvages » : Poutine, la Russie, la Chine, et maints endroits de l’Orient, bien qu’eux aussi soient contaminés par le salariat et les marchandises et l’État (surtout la Chine singeant le capitalisme anglo-saxon).
Bref, le Pour-Voir ou Pouvoir est le cancer de la planète.
L’Orient est profondément spirituel, ce n’est pas le cas de l’Occident profondément matérialiste et diviseur (sous prétexte de « libéralisme » mercantile).
C’est à ces « purs » et à leurs banques de la City de Londres que la Russie doit la révolution bolchévique juive de 1917, qui avait bien amorcé dans la guerre de la Russie contre le Japon. C’est aux Juifs bolcheviques que l’on doit le communisme de l’URSS, pour aboutir à la coagulation du sionisme : nouvelle mouture d’un État sans division du religieux et du temporel puisque les Juifs se disent « peuple élu ». De nos jours les sionistes utilisent les partisans ukrainiens comme rats de laboratoire pour arriver à leur « fin des temps ».
Mais les Russes, malgré leur nom de « Slave », ”esclave” en anglais, du latin médiéval sclavus, de slavus ”slave” (les Germains ont réduit de nombreux Slaves en esclavage), LES SLAVES OU RUSSES NE S’INCLINENT JAMAIS, ILS SONT INSAISISSABLES, PARADOXALES, AMBIGUËS. Vladimir Poutine en est un pur représentant. Et si les Sionistes et les Occidentaux des « droits de l’homme » et du « pur » veulent la guerre, ILS L’AURONT ! ET LE NUCLÉAIRE ENTRERA DANS LES CHAIRS (ukrainiennes soutenues par le sionisme), pour que les sionistes puissent faire une guerre contre la Russie par procuration.   
LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE A COMMENCÉE AVEC L’ASSASSINAT D’ALEXANDRE II, suivie de la guerre Russie-Japon, TOUJOURS SOUS LA DIRECTION DES BANQUES DE LA CITY DE LONDRES (il faut un minimum d’argent pour qu’un État puisse entreprendre une guerre…).

Ce chaos alimente totalement le peuple élu : voir l’histoire du « PETIT COQ » contée par le Rav Ron Chaya : comment arrivera la victoire juive (dans la logique pur-impur du winnerisme en train de cancériser la planète).

« Si chacun s’occupait de ses propres affaires, il n’y aurait pas de querelles ». (Ramana Maharshi, entretien 479 du 22-3-1938, et même Thème dans l’entretien 161 du 13-2-1936).
« La diversité est la loi du monde. Mais une Unité parcourt la diversité. Le Soi est le même en tout [et ce n’est pas le politisme socialisme de la république…]. Dans l’esprit [au sens de l’Essence], il n’y a pas de différence. Toutes les différences sont externes et superficielles. Découvrez l’Unité et soyez heureux ». (Ramana Maharshi, entretien 507 du 22-8-1938).

À ce hui c’est toujours la guerre entre les mécanistes-utilitaristes contre les Naturels-Païens (rats des villes contre rats des champs).


 
 

Dernière mise à jour : 25-02-2022 01:46

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2022 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >