Accueil arrow News arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow L’Autre, le Plomb, le Vide Spiration
L’Autre, le Plomb, le Vide Spiration Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 13-03-2022 23:51

Pages vues : 1214    

Favoris : 102

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Aiguille, Argent, Artifictiche, Atlantide, Autorité, Banque, Bimbo, Christ, Commerce, Convention, Croyance, Diable, Dragon, Égrégore, Empire, Enfer, État, Feu, Guerre, HOTC, Images, Jardin, Loi, Marchandise, Marxengelsisme, MIB, Nostalgie, Paradis, Peur, Pierre, Pinceau, Pointe, Pouvoir, Raison, République, Rêve, Russie, Scalaire, Serpent, Silence, Social, Spirale, Tore, Transhumanisme, Verbopinion, Vie, Vierge, Washingtonisme, Yi King, Yokai

 
xun_petioteschouses.png
 
 
L’Autre, le Plomb, le Vide Spiration
Le Rien du Tout, l’Excrément et le :
« Ainsi les derniers seront les premiers, et les
premiers seront les derniers », de Matthieu 20, 16
 
 
Les Derniers, l’EGO MISÉRABLE.
EGO = LE GERME DE DISSOLUTION et
par là-même de TRANSMUTATION :
comme Shiva-Ptah-Isis-Christ :
Involution-Évolution.
EGO = PLOMB, PESANTEUR OU LOI DE SUCCION.
Malgré les apparences Poutinesques, la Sainte
Russie est source de Transmutations.
Le PLOMB est bien cet OR, cet EXCRÉMENT
tant convoité par les humains, même par
les mouches : ÉNERGIE. Comme ci ce qui
serait, en apparence, le plus dénué de
valeur en serait AU CONTRAIRE, LE PLUS CHARGÉ,
L’OR-DONNÉ OU GRATUITÉ, L’AMOUR.

EGO = FANTÔME QUI FOUT LA « MERDE » PARTOUT :
« Cherchez la source de l’ego, l’acteur apparent
[le Plomb], et lorsque ce but sera atteint,
l’ego s’évanouira de lui-même, et rien ne subsistera à
part le Soi qui est toute Félicité », dit Ramana Maharshi.
« ÉCOUTE, TON ÉTAT COMMUNIQUE AVEC TOI, IL N’Y RIEN
D’AUTRE QUE LE VIDE OU ZÉRO INDIEN [Variation du
Thème du Soi] ».
« Un Qien voulait de l’Or. Il se vêtit dès l’aube, mis
un chapeau et alla au marché. Il s’approcha de la table
du changeur d’Or, prit l’Or et s’enfuit. Il fut arrêté et
questionné : « Comment as-tu pu prendre l’Or devant tout
le monde ? » Il répondit : « En prenant l’Or, je ne
voyais pas le monde, je ne voyais que l’Or ».
(Lie Tseu, Traité du Vide parfait, chapitre :
Discours sur les contrats, Verset 34).

Ces lignes résument le ZÉRO INDIEN, le RIEN DU TOUT,
le VIDE TRANSMUTATOIRE (vide dans le sens de NON-SAISIE
par conséquence NON-EGO, NON-MENTAL, C’EST LE PLOMB
CHANGÉ EN OR… C’est XUN en haut de page, Fontaine de
Jouvence sous forme de Nuit obscure ou obscurité du mental,
devenu inactif, permettant le sâdhana : pratique spirituelle).
C’est par L’ABSENCE, LA PRIVATION OU LA NON-SAISIE
QUE SE TROUVE LA SOURCE DE LA FONTAINE DE JOUVENCE.
ABSENCE OU NON-SAISIE, NUIT, CRÉPUSCULE,
QUE LA SOURCE JAILLIT.

« ÉCOUTE, TON ÉTAT COMMUNIQUE AVEC TOI, IL N’Y RIEN
D’AUTRE QUE LE VIDE OU ZÉRO INDIEN » : s’il se passe
quelque chose à cause de l’accident par la racine du Mal
en la dualité Dedans-Dehors, ce sera par la destruction
de son principe : LA SAISIE, DÉTRUIRE LA SAISIE,
RÉALISER L’ABSENCE, L’INSIGNIFIANT, LA PETIOTE CHOUSE,
LE FIL D’ARIANE ou FIL ROUGE (le Passé, Adam)
ou Terre Céleste (par rapport au Ciel Terrestre).

L’être humain actuel est de plus en plus le PLOMB,
LA LOURDEUR, LA PESANTEUR, voilà pourquoi il cherche
par ses drogues, ses technologies, son social et ses médias
à s’ENVOYER EN L’R TEL LE PERVERS ICARE symbole de
la démesure…
L’ego et ses trois états de veille, de rêve, de sommeil
profond, est cette pesanteur, cette loi de succion, la saisie.
Sans la saisie le Soi, la Fontaine de Jouvence, le Zéro Indien
apparaît.



« N’existiez-vous pas durant le sommeil profond ? Saviez-vous alors que vous dormiez et que vous étiez inconscient du monde ? Ce n’est qu’en état de veille que vous décrivez cette expérience de sommeil comme étant inconscience ; pourtant votre conscience quand vous dormez est la même que lorsque vous êtes éveillée. Si vous savez ce qu’est cette conscience de veille, vous connaîtrez la conscience qui se tient comme témoin dans les trois états. Cette conscience peut être trouvée en cherchant la conscience telle qu’elle était durant le sommeil profond ». (Ramana Maharshi, entretien 13a du 7-1-1935).
Si quelqu’un voit dans cet état du Soi, un « vide », qu’il cherche « POUR QUI EST LE VIDE ? » « Vous ne pouvez vous nier vous-même à aucun moment. Le Soi est toujours présent et subsiste dans les trois états », dit le Maharshi au même entretien.
Dans le Soi, le Rien du Tout, il n’y a pas de Dedans ni de Dehors, ce ne sont que des concepts pour alimenter l’ego (entretien 13a).


L’ego qui fabrique le monde, les arbres, etc. « Vous êtes l’écran, le Soi a créé l’ego et l’ego a ses formations de pensées qui se manifestent comme le monde, les arbres, les plantes, etc., dont vous parliez. En réalité tout cela n’est pas autre chose que le Soi. Si vous voyez le Soi, vous trouverez le Soi en tout, partout et toujours. Rien d’autre que le Soi n’existe », définition du Sans Pourquoi toujours dans l’entretien 13a.

Quelle différence entre une charrette tirée par des bœufs ou des chevaux et une automobile tirée par un moteur électrique ? AUCUNE : CE SONT TOUJOURS DES ILLUSIONS PROJETÉES SUR L’ÉCRAN OU LE SOI. DES ILLUSIONS, DES UTILITARISMES… DES POIDS, DE LA SUCCION, DU PLOMB.

Ces crétins et sacs à merde et à pisse d’humains n’ont pas encore compris que « l’énergie » est partout en eux, à un millimètre d’eux ou à cent mètres, bref, aussi bien en eux que partout, ce Dehors qui n’existe pas ; énergie en tout temps, qui n’existe pas ; énergie inépuisable, qui existe. Non, ils s’évertuent à la chercher AU DEHORS et au dehors ils produisent avec leur polluant nucléaire ce qu’ils appellent « l’électricité », ils cherchent du pétrole et du gaz dans les sols de leur planète pour chauffer et faire tourner leurs moulins pour produire des trucs, tirer leurs carrioles, faire voler des machins en fer qu’ils appellent « avions ».
Nikola Tesla et Viktor Schauberger (et ses mouvements spiralés) avaient compris que l’énergie est partout…

« Il suffit que vous restiez conscient de votre propre Soi et vous connaîtrez tout le reste », dit Ramana Maharshi à l’entretien 479 du 22-3-1938 ; « tout le reste » dont évidemment l’énergie perpétuelle et « partout ».

Au-delà de la racine du Mal, la dualité Dedans-Dehors qui engendre la saisie ou loi de succion, se trouve le ZÉRO INDIEN : PUTRÉFACTION OU RENONCEMENT [RENOIERIE]/DIGESTION/EXCRÉMENT/ABANDON : Faire acte de renoncement à l’opinion, au Dehors de la racine du mal de la dualité Dedans-Dehors, à son intelligence. Laisser un grand repos à son mental qui calcul ; LAISSER DIGÉRER, CHIER : ŒUVRE AU NOIR DE LA NUIT OBSCURE, le sens Annonciation ou suspendre un temps et sa loi de succion ou attraction « universelle », la Putréfaction est comme un SILENCE, c’est une sorte de SEPT (des couleurs de l’Arc-en-Ciel).
Le SEPT ou Silence (le fameux « jour de repos » des sociétés chrétiennes), mais précisément le RENOIERIE ou Nuit Obscure : là où n’existe aucun Dehors et donc aucun « enseignement » à recevoir par loi de succion. C’est ALORS SEULEMENT QUE TOUT EST POSSIBLE : nul besoin de pétrole car nul obstacle ne se présente tout est devenu FLUIDE, TRANSPARENT ET SANS FIN, SANS PESANTEUR, les monts enneigés de l’Himalaya recèlent des palanquées inépuisables de fleurs et plantes médicinales, les activités artistiques n’ont pas de fin… La loi de succion n’existant plus, les êtres peuvent se déplacer « dans les airs » assis en tailleur et voler comme un oiseau, comme les êtres peuvent marcher sur l’eau comme ils marchent sur la terre. Tout cela sans la technologie actuelle mortifère découlant de la mortifère explosive thermodynamique… nécessairement liée à la racine du mal, la dualité Dedans-Dehors et la loi de succion : le SUC ou JUS, le COURANT : ÊTRE AU COURANT, ÊTRE AU JUS, dans le sens de A-prendre pas Cœur, c’est-à-dire NE RIEN SAISIR, ÊTRE, DANS LE SANS POURQUOI.

La RACINE DU MAL est identique à la justice humaine et les deux plateaux de sa balance :
deux plateaux, donc A-Voir deux plateaux, du A privatif et Voir ces plateaux (ne pouvoir en voir qu’un seul à la fois, comme l’humain assimilé au Dedans-Dehors et à ce hui totalement au Dehors, il ne peut donc voir que la moitié du Tout sans voir les deux moitié du Tout : il voit l’autre, le monde, il ne voit pas le Tout, l’Eau Primordiale, le Saint Chaos ou l’Œuvre, le Dharma.
L’UNIFICATEUR DES DEUX PLATEAUX EST LE FLÉAU QUI PORTE SI BIEN SON NOM, car il fait peur au conventionnel et à la certitude, à l’identification et aux fabricants de masques et de rôles dans cette civilisation du spectacle et du mensonge, de l’émotion manipulatrice (surtout avec cette époque de démentielle technologie).
FLÉAU OU TROISIÈME ŒIL, DU Y DE YEUX, LE Y ÉTANT LE GLYPHE DE LA PAIX : la baguette de coudrier du Sourcier perpétue cette  « V I » (vie) pour découvrir la Source, l’endroit primordial.
Y signifie Ici et Maintenant, Point d’O, symbolisé en Alchimie par l’Or, le Soleil, la Pierre ou le Tout.
Le mot YOGA illustre cet attribut : la Réalisation du Soi, le mariage des Contraires : le BI-en (bien) du troisième Œil.


Dans ce monde du Schwabland et du Bill Gateland qui veulent normaliser tous les Terriens, vivre comme un Sage n’est plus possible, l’A-normal sera piqué ou injecté OGM, transhumanisté, numérisé de partout jusqu’au trognon.
« On lit au Livre de l’empereur Jaune : ”Une personne accomplie vit comme un mort, se meut comme une machine”. De plus, elle ignore pourquoi elle vit, pourquoi elle ne vivrait pas, pourquoi elle se meut, pourquoi elle ne se mouvrait pas. De plus, elle ne change son comportement ni lorsque les vulgaires [le social, le Dehors, le monde] la regardent ni lorsque les vulgaires ne la regardent pas. Solitaire [Singularité, Idiotès, Vrai], elle va et vient, sort et rentre. Qui pourrait s’y opposer ? » (Lie Tseu, Traité du Vide parfait, chapitre : Nature et Destin, Verset 9).
C’EST LE NON-AGIR DANS L’AGISSEMENT. De nos jours, ce n’est plus possible dans le productivisme utilitaire démentiel lié au capitalisme mais surtout lié au mental de l’ego qui résonne et raisonne.

Le « Vide Parfait » : le SANS POURQUOI.
« Celui qui voit et ce qui est vu ne seront alors rien d’autre que l’écran. Appliquez cela à vous-même. Vous êtes l’écran, le Soi a créé l’ego et l’ego a ses formations de pensées qui se manifestent comme le monde, les arbres, les plantes, etc., dont vous parliez. En réalité tout cela n’est pas autre chose que le Soi. Si vous voyez le Soi, vous trouverez le Soi en tout, partout et toujours. Rien d’autre que le Soi n’existe ». (Entretien 13a).

« Si l’on considère les choses d’un autre point de vue, l’unique Réalité est le Soi d’où l’ego surgit ; et l’ego contient les semences des prédispositions acquises au cours des vies précédentes. Le Soi illumine l’ego, les prédispositions et aussi les sens grossiers ; il s’ensuit que les prédispositions apparaissent aux sens sous la forme de l’Univers et elles deviennent perceptibles à l’ego, qui est une réflexion du Soi. L’ego s’identifie avec le corps et perd de vue le Soi. Le résultat de cette inadvertance est l’obscure ignorance et la souffrance de la vie présente. La naissance consiste dans le fait que l’ego oublie son origine, le Soi.
On peut alors dire que la naissance de l’individu a tué la mère. Le désir de retrouver sa mère est en fait le désir de retrouver le Soi, c’est-à-dire de se réaliser soi-même, ce qui équivaut à la mort de l’ego ; cela signifie l’abandon à la mère, afin qu’elle vive éternellement ».

« L’abandon à la mère, afin qu’elle vive éternellement » = le Verset 20 du Tao-tö king :
Abandonner l’étude c’est se délivrer des soucis
Car en quoi diffèrent
oui et non ?
En quoi diffèrent
bien et mal ?
On doit redouter cette étude que les hommes redoutent,
Car toute étude est indéterminable.

Tout le monde s’échauffe et s’exalte [surtout à ce hui]
comme s’il festoyait au cours d’un grand sacrifice,
ou qu’il montât sur les terrasses du Printemps.
Moi seul je reste imperturbable
comme un nouveau-né qui n’a pas encore ri.
Moi seul j’erre sans but précis
comme un sans logis.

Tout le monde a sa richesse,
moi seul parais démuni.
Mon esprit est celui d’un ignorant
parce qu’il est très lent.
Tout le monde est clairvoyant
moi seul suis dans l’obscurité.
Tout le monde a l’esprit perspicace,
moi seul ai l’esprit confus
qui flotte comme la mer, souffle comme le vent.
Tout le monde a son but précis,
moi seul ai l’esprit obtus comme un paysan.

Moi seul, je diffère des autres hommes
parce que je tiens à téter ma Mère.
(Trad. Liou Kia-hway)
Certain qu’on est loin du transhumanisme technologique utilitariste et de son « tout augmenté » !

Le Soi, le EST, l’INSAISISSABLE, COMME L’ÉNERGIE LIBRE, le non-identifiable parce que SINGULARITÉ, le non-numérisable, le Sans Pourquoi, comme LA PIERRE : LE PARADOXE : À LA FOIS LA VRAIE NATURE, ET AUTRE CHOSE, selon le « Gate gate pâragate pârasamgate bodhi svâhâ », du Soûtra du Cœur de la Connaissance transcendante et Soûtra du Diamant (Allé, allé, allé au-delà, allé complètement au-delà, l’Éveil, ainsi) ; équivalence de la devise alchimique : « Aller vers l’obscur et l’inconnu par ce qui est plus Obscur et Inconnu encore » ; si ce n’est pas le cas, on tombe dans la saisie… telle que décrite ci-dessus dans le Verset 20 du Tao-tö king.
LA PIERRE PAR ESSENCE EST, et HEURTE ! dans son Ici et Maintenant, telle LA PIERRE FUNÉRAIRE !

Nul Dedans nul Dehors, dit le Yoga Vasistha dans Deerga Tapasi et de ses deux fils Punya et Papa, cité par le Maharshi à l’entretien 16 du 19-1-1935 : « Après la mort des parents, le cadet pleurait cette perte et l’aîné le consola ainsi : « Pourquoi pleures-tu la mort de nos parents ? Je vais te dire où ils se trouvent ; ils sont en nous, ils sont nous-mêmes. Le courant de la vie est passé par d’innombrables incarnations, naissances et morts, plaisirs et souffrances, etc., tout comme le cours d’une rivière passe sur rochers, fossés, sables, reliefs et creux ; mais le cours reste inchangé. De plus, plaisirs et souffrances, naissances et morts sont comme des vagues à la surface de l’eau illusoire dans le mirage de l’ego. Le Soi est l’unique réalité d’où l’ego apparaît et court à travers des pensées qui se manifestent comme l’Univers dans lequel des mères et des pères, des amis et des parents apparaissent et disparaissent. Ils ne sont rien d’autre que des manifestations du Soi, si bien que les parents ne se trouvent pas à l’extérieur du Soi. Il n’y a donc aucune raison de pleurer.
Apprends cela, réalise cela et sois heureux ».

« Cherchez « Qui suis-je ? ». Le ‘je’, à l’état pur, est la Réalité, l’absolu Être-Conscience-Félicité. Lorsqu’on oublie Cela, toutes les misères surgissent ; lorsqu’on fixe son attention sur Cela, les misères passent ». (Entretien 17 du 24-1-1935).

Appel aux Vivants et invocation à Ptah.
Pères divins, prophètes, grands prêtres-purs qui entrent dans le temple de Ptah Sokaris-Osiris, dites les paroles : Offrande que donne le roi, un millier d’encensements et de libations pour le ka du noble, prince, chargé des vassaux. Tous les prêtres qui entrent au temple de Ptah, le Grand, qui-est-au-sud-de-son-mur, Seigneur de Vie-du-Double-Pays, dites les paroles : Offrande que donne le roi, un millier de volailles et de viandes de bœuf pour le noble, intendant des pâturages, Pakhroef.

Le noble, prince, hiérostoliste, prophète, Pakhroef, dit les paroles :
Ptah, mon cœur est plein de toi,
mon cœur est paré de ton amour
comme un marais l’est de bouton de lotus.
J’ai fait ma maison à côté de ton temple,
comme le serviteur qui adore son Seigneur sur sa terre.
Le prêtre funéraire, le prophète Pakhroef, dit :
Je me suis placé sous ses pieds (1) […].
(Texte d’une statuette publiée par Eugène Ledrain dans Les monuments égyptiens de la Bibliothèque Nationale, pl LX, Paris, 1879-1891 ; cité dans Hymnes et Prières de l’Égypte Ancienne, par André Barucq et François Daumas).

Signification : « Comme un marais l’est de bouton de lotus » : là encore, le rien du Tout, les Petiotes chouses dans le sens de « FAIRE QUELQUE CHOSE » mais pas dans le sens actuel de cet âge du Kali yuga : le faire/fer, mais dans le sens où le Soi est réalisé, non pas en faisant quelque chose, MAIS EN SE GARDANT BIEN DE FAIRE QUELQUE CHOSE, PARCE QUE L’ÉNERGIE C’EST PRÉCISÉMENT LE NON-AGIR, le Wou-wei ou Wuwéi : le "non-agir", ou plus vulgairement : le "lâcher-prise". Tout ce qui se fait spontanément est supérieur à ce qui se fait volontairement. Soit demeurer SILENCIEUX ou en étant simplement ce que l’on est réellement (Je suis ce JE SUIS) : « Connaître CELA, et seulement demeurer en tant que CELA [Ici et Maintenant]. donc, brillez [énergie], restez silencieux et immobile sans faire de projections », dit Ramana Maharshi dans Padamalai, de Muruganar (1). En rapport avec le CELA, voir la fin du scénario du Jardin de Ptah.

Ce Rien du Tout, comme l’excrément ou la Petiote Chouse masqué, enterré, par cette infernale dualité winners-losers.
PLAN DE L’OLIGARCHIE DU NOUVEL ORDRE MONDIAL = LE POUR-VOIR, qui contient nécessairement l’énergie comme celui qui contrôle la clé du garde-manger contrôle les autres. Or à ce hui le « garde-manger » c’est avant tout LA TECHNOLOGIE, LE TRANSHUMANISME ET SES « PROTHÈSES » ET DONC L’ÉNERGIE ACTUELLE EN THERMODYNAMIQUE = GAZ, NUCLÉAIRE, CHARBON, PÉTROLE, POUR ACTIVER TOUT ÇA.
GUERRE EN SYRIE ET BORDEL EN UKRAINE = GUERRE ÉNERGÉTIQUE (le Donbas possède beaucoup de charbon…) ET CONSOLIDATION-PROLONGATION DU GREAT RESET dans la logique des « Plus ça change et plus c’est la même chose [de la thermodynamique…] ».
 

Note.
1. Cette prière renvoie au Soi, car pied en sanskrit se dit PADAM, synonyme du Soi, de l’Être véritable. Muruganar (1890-1973), un des proches disciples éveillés de Ramana Maharshi, a écrit Padamalai « Une guirlande pour Padam », car il vouait sa vie à Ramana Maharshi.
 
 

Dernière mise à jour : 14-03-2022 01:21

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2022 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >