Accueil arrow Yôkai arrow Dernières news arrow Loi de succion = le sujet face à l’objet
Loi de succion = le sujet face à l’objet Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 23-06-2022 02:16

Pages vues : 338    

Favoris : 29

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Aiguille, Argent, Artifictiche, Atlantide, Autorité, Banque, Christ, Collectifictif, Commerce, Convention, Croyance, Diable, Dragon, Echo, Egorgueil, Égrégore, Empire, Enfer, Essence, État, Feu, Guerre, HOTC, Images, Jardin, Loi, Marchandise, Marxengelsisme, Masque, Métal, Nostalgie, Paradis, Peur, Pierre, Pinceau, Pointe, Pouvoir, Raison, République, Rêve, Russie, Sacrieustie, Scalaire, Serpent, Silence, Social, Spirale, Tore, Transhumanisme, Verbopinion, Vie, Vierge, Washingtonisme, Yi King, Yokai

 
sommeil_soleil_profond.jpg
 
 
Loi de succion = le sujet face à l’objet
ÊTRE, mais pas « a-voir » : du a privatif et
voir, donc se faire avoir par les autres,
par le DEHORS, par le salariat ou le socialisme
(la collaboration, le isme du fédéralisme qui
implique un winner ou État central dans le
dilemme Moi-individuel/Moi-collectif).


LE SPHURANA
 
 
« Le sphurana est ressenti en diverses circonstances, lors d’une grande peur [PANique], d’une excitation, etc. Bien qu’il existe de tout temps et en tout lieu, il est ressenti en un certain endroit et dans certaines conditions. On l’associe aussi à des causes antécédentes et le confond avec le corps.
Alors qu’il est seul et pur ; c’est le Soi. Si l’attention se fixe sur le sphurana et si on le ressent de façon continue et automatique, c’est la Réalisation.
Aussi le sphurana est-il un avant-goût de la Réalisation. Il est pur. Le sujet et l’objet procèdent de lui. Si l’homme se prend par erreur pour le sujet, les objets doivent nécessairement apparaître différents de lui. Ils sont alternativement retirés et projetés, créant le monde et la jouissance qu’en a le sujet [définition de la loi de succion]. Mais si l’homme parvient à se sentir lui-même comme l’écran sur lequel sont projetés le sujet et l’objet, il ne peut y avoir confusion. Il peut observer tranquillement leur apparition et leur disparition, sans que le Soi en soit troublé [état d’être ”COUR” ou DIRECT] ». (Ramana Maharshi, entretien 62 du 6-7-1935).

La lumière du ‘Je’-‘Je’ l’aham-sphurana dans l’entretien 307 du 27-12-1936 :
« Le ‘Je’ n’est pas connu dans le sommeil. Ce n’est qu’au réveil qu’il est perçu, associé avec le corps, le monde et le non-Soi en général. Ce « je associé » est appelé aham-vritti. Et lorsque l’aham ne représente que le Soi, on le nomme aham-sphurana. C’est l’état naturel des jnani [Sage, Réalisé vivant] ; il est appelé jnana par les jnani ou bhakti par les bhakta. Bien que cet état soit toujours présent, même pendant le sommeil, on n’arrive pas à s’en apercevoir. Il ne peut pas être connu pendant le sommeil ; il doit être réalisé à l’état de veille. Il est notre vraie nature, sous-jacente aux trois états [veille, rêve, sommeil profond]. Les efforts ne peuvent être faits qu’à l’état de jâgrat (veille) et le Soi doit être réalisé ici et maintenant. Ce n’est qu’après que le chercheur comprendra et réalisera qu’il s’agit du Soi permanent, que ni le jâgrat, ni le svapna (le rêve), ni la sushupti (le sommeil) ne peuvent interrompre. Cette expérience ininterrompue est donc l’akhandâkâra-vritti. Là, le mot vritti est utilisé faute d’une meilleure expression. Il ne faut pas l’entendre dans le sens littéral de vritti [mode du mental], sinon cette vritti ressemblerait à « une rivière semblable à l’océan ». La vritti est de courte durée ; c’est la conscience qualifiée et dirigée ; ou la conscience absolue, troublée par des pensées, des sens, etc. La vritti est la fonction du mental, tandis que la conscience continue transcende le mental. C’est l’état naturel et primordial du jnani ou de l’être libéré. C’est l’expérience ininterrompue. Elle se produit dès que la conscience relative s’évanouit [la raison]. L’aham-vritti (la pensée ‘je’) est discontinue, alors que l’ahamsphurana (la lumière du ‘Je’-‘Je’) est continue, ininterrompue. Quand toutes les pensées se sont dissipées, la Lumière resplendit ».

Le ‘Je’-‘Je’ (aham-aham) est le Soi ; « Je suis ceci » ou « Je suis cela » (aham-idam) est l’ego [le consommateur ou celui qui est soumis à la loi de succion ou pesanteur]. La luminosité est toujours là. L’ego est transitoire. Quand le ‘Je’ est maintenu comme ‘Je’ seul, c’est le Soi ; quand il divague et dit « ceci », c’est l’ego [le sortir de l'Univers...].
- Question : Dieu est-Il séparé du Soi ?
- Maharshi : Le Soi est Dieu. « JE SUIS » est Dieu. « Je suis le Soi, O Gudākesha [Arjuna] » (aham âtmâ gudâkesha) [BhG X.20].
Cette question surgit parce que vous retenez le faux soi. Si vous tenez fermement le vrai Soi, elle ne se posera plus. Car le vrai Soi ne peut poser et ne posera aucune question. Si Dieu était séparé du Soi, Il serait un Dieu sans Soi, ce qui est absurde ». (Entretien 363 du 20-2-1937).

‘Je’ : le Nom originel de la Réalité (entretien 518 du 27-9-1938).

« C’est l’état naturel et primordial du jnani ou de l’être libéré. C’est l’expérience ininterrompue. Elle se produit dès que la conscience relative s’évanouit [la raison]. L’aham-vritti (la pensée ‘je’) est discontinue, alors que l’ahamsphurana (la lumière du ‘Je’-‘Je’) est continue, ininterrompue. Quand toutes les pensées se sont dissipées, la Lumière resplendit », dit le Maharshi cité plus haut.
ACTUELLEMENT TOUT EST CONSTRUIT SUR CETTE CONSCIENCE RELATIVISTE (la raison ou mode du mental, la vritti) : ILS APPELLENT ÇA « ÉTAT DE DROIT ». La Conscience relativiste fonctionne SUR LA SAISIE DU SUJET VERS L’OBJET : ELLE FIXE OU COAGULE, ELLE CONCEPTUALISE AUSSITÔT, C’EST LA « RAISON » (vritti), ELLE ORGANISE COMME LE DIABLE (voir la page précédente où « La Vérité est un pays sans chemin »)

Le système appelé « État », ou « démocratie », selon l’opinion des Anciens Grecs, se fait appelé « État de droit » : il est construit sur cette conscience relativiste et conceptualisante : LA RAISON, mode du mental, la vritti, principalement en France construit par des gens riches au gros ego qui se voulaient « philosophes » : les « Lumières », et la France de Pasteur, selon la leçon du Prof. Macron. Ce que le juriste et psychiatre Pierre Legendre explique ainsi, dans Le crime du caporal Lortie :
« Je dirais, c’est une construction culturelle [?] d’une image fondatrice [inconscient collectif ?], grâce à laquelle toute société définit son propre mode de rationalité [c’est-à-dire que si deux individus sont d’une même opinion, ils fondent déjà une société, UNE CONVENTION] », « c’est-à-dire l’attitude de l’IMAGE, DE L’ILLUSION devant le questionnement humain sur la causalité ».
Pour Legendre cette construction du mental produit un « certain type d’institutions, une politique de la causalité [donc de la pure dualité guerrière ou d’opinion], dont procède ce montage de l’interdit [donc nécessairement de la LIMITATION PAR FRUSTRATION ET DE LA SOUMISSION] que nous appelons en Occident l’État et le Droit ».

« Selon cette perspective, le système institutionnel, porté par l’image fondatrice [causale genre Big Bang ou la Cause, la convention, LE CONTRAT, L’AGRÉGAT ou le faire comme tout le monde], a pour fonction de transmettre la Raison [la pensée si mortifère et paradoxalement utilitaire… sens d’outil…], d’inscrire la reproduction humaine dans ses rapports de causalité, de perpétuer l’interdit [l’inceste et le cannibalisme principalement], à travers les générations [donc en réseau…]. Ainsi une société n’est-elle pas un bétail d’individus comptabilisables [là, ERREUR MONUMENTAL de Legendre puisque nous sommes tous devenus des marchandises numérisables], mais dans le principe une composition historique [causisme et Histoire-Opinions-Temps] de sujets différenciés [non résolution du dilemme Moi-Individuel/Moi-Collectif]. De la sorte, nous naissons tous présumés raisonnables. Cette condition impose à la folie statut de décomposition, soit, en termes de tradition européenne, statut de maladie de l’esprit [seulement point de vue de Legendre et non certitude]. À proprement parler, l’esprit se défait (de-mentia) ».
Nous retrouvons là le même principe de construction de grumeaux selon les deux Anglais qui s’harmonisent pour former en premier, un match de football, et en second, avec un troisième Anglais, former pourquoi pas, un Empire. PREUVE DE LA FRAGILITÉ EXTRÊME DE L’ESPÈCE HUMAINE. Ainsi, dans un système étatique, pas de différence entre une « démocratie » à l’occidentale et « État de droit » et le régime stalinien, hitlérien ou maoïste, ou de Mussolini, ce n’est QU’UNE QUESTION DE DEGRÉ…

Page 51 du livre de Legendre cité, il considère en note de bas de page UNIQUEMENT LE CORPS, LE SPATIO-TEMPOREL, L’EGO ou POSSESSION : « Dans cette perspective [celle du politisme lié à l’étatisme], il s’agit de notifier qu’aucun humain, en tant que sujet de la parole [donc seulement du mental et des cinq sens], n’a le pouvoir de se soustraire à son statut dans l’espèce »…. Encore la croyance, croyance… Et « Circulez ya rien à voir », c’est le ravage du fixisme, le ravage du langage sonore tout simplement. Legendre ne jure que par la causalité : « la Loi des lois », donc ce qu’il appelle comme les perruques poudrées : « la raison », le mental killer. Il associe ce mental à un PATRIARCAT, une paternité qui « institue la Raison des fils [sens du droit romain] ». Par contre Pierre Legendre reconnaît parfaitement en page 53 que « les sociétés techno-scientifiques sont prisonnières d’un engrenage [l’évolutionnisme] : des accès aveugles de moralisation [et de sentimentalisme en isme] et de répression, entrecroisés dans le discours gestionnaire du sujet libre ».

ÉTAT DE DROIT = SAISIE, POSSESSION : LE CONSO-M-MATEUR : celui qui matte et qui saisit la som(me), le plus haut ; de ce M bien terrestre comme Mur, Mort, Mûr, Mal, Malin, Mare, Marre, Matrice, Métal, Moulin, etc. Ce sera évidemment la voyelle suivant le M qui lui donnera sa couleur ; ainsi Médire : dire du E, parole déployée, dévoyée (d’E) ou plaisir égoïste de parler comme le politisme ; Milieu : lieu dans le I…et Mère ; mais on y entend aussi le verbe « aiMer », et éManciper ; mais le plus important est dévoilé par la syllabe MR, en égyptien ça désigne et l’Amour et la Pyramide : l’Arc-en-Ciel ou Mère-Veille, comme le Menhir incarnation du E en un Point reliant Ciel et Terre, et radiant… Sans oublier Me-T-Or : briller dans l’Instant… Métropole : Met-TRO-pôle : trop, et le quantitatif du productivisme capitaliste et de son État de droit !

Dans l’État de droit le consommateur n’est qu’un OBJET (de sentiment et de moralisation), on le diagnostique comme « responsable » (ayant toute "sa raison").

Par le passage du langage télépathique, puis parlé, puis écrit, surtout avec le passage par l’écriture, l’humain est passé d’une pensée sur les choses à une pensée SUR LES REPRÉSENTATIONS DES CHOSES, donc à une pensée sur la pensée : augmentation de la raison. Au Moyen-Âge et avant, les SIGNES faisaient intrinsèquement partie des noms-les-formes, mais au 17è siècle, après la Renaissance et la Réforme (Calvin, Luther, église anglicane), les SIGNES commencent à devenir des MODES DE REPRÉSENTATION, le monde commençait à devenir VIRTUEL, ABSTRAIT, CAR LES REPRÉSENTATIONS FINISSENT PAR ÊTRE RADICALEMENT DISTINGUÉES, SÉPARÉES DES CHOSES REPRÉSENTÉES : ON COMMENÇAIT À METTRE LE MONDE SUR LE PAPIER ALORS QU’À CE HUI NOUS LE METTONS DANS L’ORDINATEUR ! CE QUI EST UNE AUGMENTATION DE L’ABSTRACTION (du A privatif et traire…), ENCORE PLUS À LA MODE DU QUANTISME (2) SINGEANT LE LIBÉRALISME ET LE DÉMOCRATISME : LA PROJECTION, LE POSSIBLE, LE POTENTIEL, JUSQU’À L’ABSTRAIT.

Idem avec le système du salariat (à l’origine la « ration de sel » : indemnité du soldat), du travail direct, le salarié produit un langage matérialiste qui de pensée sur les choses en devient une pensée sur la pensée par AUGMENTATION de ce que va garder celui qui CAPITALISE : rendre la pensée sur les représentations des choses, comme une AUGMENTATION QUI N’EST EN RÉSUMÉ QU’UNE OPINION : L’ARGENT DEVENU PENSÉE SUR LA PENSÉE : ARGENT VIRTUEL, ABSTRAIT OU REPRÉSENTATION DE L’ARGENT : AUGMENTATION ARTIFICIELLE DU SENS DU MOT « VALEUR » (le travail devenu pensée sur la pensée engendre LA REPRÉSENTATION OU LE BÉNÉFICE POUR LES CAPITALISTES). Le travail concret ou pensée sur les choses est devenue le travail comme la pensée sur la pensée : augmentation de la raison.
Ainsi notre conception du monde est une ALIÉNATION nommée « valeur » produite par la conscience conceptualisante ou conscience relativiste, qui calcule !
Dans cet État de droit, les salariés sont aliénés : ils sont LES OBJETS des entreprises qui leur fournissent la pensée sur la pensée : le travail ; ils sont ainsi réduit à VENDRE LEUR RAISON AU DEHORS, pour fabriquer des March-andises (marché), donc leur TRAVAIL N’A AUCUNE VALEUR, SAUF POUR LEURS EMPLOYEURS, si bien qu’ils sont obligés POUR SURVIVRE, POUR DEVENIR AUSSI UNE « VALEUR », ILS DOIVENT AUSSI SE RENTABILISER SUR LE MARCHÉ-MARCHANDISES, DANS LE SYSTÈME DE DUALITÉ INFERNALE : WINNERS-LOSERS.

En passant d’une pensée sur la pensée, l’humain salarié est devenu un MOYEN, un UTILITAIRE de SAISIE en DEHORS DU TRAVAIL RÉEL OU DE LA PENSÉE DIRECTE SUR LES CHOSES.
Le VRAI TRAVAIL EST CELUI DE L’OUVRIER, CELUI QUI OUVRE ou ŒUVRE, son Travail, plutôt son LABOUR, car LABOUR signifie OUVRIR, ŒUVRER : ouvrir, retourner la terre. Dans l’État de droit et le capitalisme, ce qui devait permettre la « mise en valeur du temps » ou le « rachat du péché », selon Jacques Attali (1), est devenue L’ALIÉNATION, LA DE-MENTIA : SE DÉFAIRE, NE PLUS ÊTRE SA VRAIE NATURE, le contraire de l’État de droit qui, selon Legendre cité plus haut, considère tous ses « citoyens » comme « responsables » ou « raisonnables ».

C’est l’augmentation de la RACINE DU MAL :
- Quelle est donc la racine du mal ?
- La « saisie » [loi de succion ou Eucharistie
ou attraction ”universelle”].
- La saisie de quoi ?
- La saisie du triple monde [de la Forme,
du Désir, du Sans-Forme].
- Comment arrêter cette saisie ?
- En recourant à l’introuvable, car dans
l’introuvable il n’y a pas de saisie.
- Qu’est-ce que l’introuvable ?
- La fin du dualisme.
- Qu’est-ce que le dualisme ?
- La vision d’un dedans et d’un dehors,
lesquels sont introuvables.
(Soûtra de la Liberté inconcevable,
chapitre V, 14)
Ils sont introuvables pour la raison naturelle
que Nous sommes l’Univers et que la racine
du mal fait SORTIR de l’Univers comme pour l’examiner
et POUR-VOIR comment il fonctionne.
C’EST LA CHUTE…
L’être humain est maintenant complètement MANIPULÉ PAR LE DEHORS, TEL UN ROBOT DU BERCEAU AU TOMBEAU. Et cette robotisation de l’humain, notamment par le courant transhumaniste nécessairement lié complètement au capitalisme, se situe dans la « mise en valeur du temps », et donc dans l’évolutionnisme : une mise en valeur du temps qui n’a d’autre fin que le concept du temps et donc de la SERVITUDE À LA CROYANCE AU CORPS, AU MENTAL, À L’EGO.
La racine du mal parle d’elle-même : ELLE PARLE DE « L’ENVIRONNEMENT », DONC DU DEHORS !!! COMME SI LE SALARIÉ OU COLLABORATEUR « SORTAIT » DE L’UNIVERS POUR « L’A-MÉLIORER » (du A privatif et méliorer : rendre meilleur, c’est-à-dire moins bon, artificiel).

Dans l’État de droit et du capitalisme les humains étant manipulés par LE DEHORS : LE RÉSULTAT (le SEL), L’UTILITARISME, ils sont bien dans ce passage du langage écrit de la pensée sur la pensée ou augmentation de la raison (maintenant nécessairement au sens d’une aliénation, de-mentia, d’où la multiplication des spécialistes : les psychiatres….) ; tout devient pensée ou raison sur les représentations des choses, c’est-à-dire maintenant du monde devenu presque virtuel : LE MONDE DEVIENT VIRTUEL, D’OÙ LE BÉNÉFICE MONSTRUEUX DES CANCÉREUX DU POUR-VOIR QUI CONTRÔLENT LEUR VIRTUEL, LEUR ABSTRACTION…

NOUS SOMMES L’UNIVERS, PERSONNE NE PEUT EN « SORTIR », ET ENCORE MOINS PAR L’EGO LE POSSÉDER OU « L’A-MÉLIORER » AFIN DE SOUMETTRE LE PLUS GRAND NOMBRE COMME LE FAIT LE RÉGIME D’ÉTAT DE DROIT, SON GOUVERNEMENT ET LE CAPITALISME.


Notes.
1. La NORME JUIVE de leur dualité winners-losers (élus/non-élus et Dedans-Dehors) résumé page 18 du livre de Jacques Attali, Les Juifs, le monde et l’argent : « Pour la première fois, une cosmogonie ne se vit pas comme cyclique [Tore, Circulus trinitaire, Ouroboros trinitaire] ; elle ne se donne pas pour but le retour du même [l’Éternel retour]. Elle fixe un sens au progrès ; elle fait de l’Alliance avec Dieu la flèche du temps [dans un seul sens et concept du mental par l’idéation] ; elle accorde à l’homme le choix de son destin : le libre arbitre [et par là l’individualisme, l’opinion, la démocratie et le consommateur et forcément des limites]. Ainsi est posé la fonction de l’économie : cadre matériel de l’exil et moyen de réinvention du paradis perdu [donc la religion de l’argent et du salariat, de la marchandise idole et de la consommation]. L’humanité a désormais un objectif : dépasser sa faute [et inventer la liberté]. Elle dispose d’un moyen pour l’atteindre : mettre en valeur le temps [la carotte du messianisme et de leur ”Jour du jugement dernier”…] ».
« Mettre en valeur »…. Là est le problème !!!

2. Théorie des Quanta de la SAISIE DU « COMBIEN ? », et de la quantité lié au productivisme capitaliste et par là-même à l’égalitarisme, l’indistinction : on peut diviser sans limite un corps indifférencié ou dans l’égalitarisme ! La théorie des Quanta ne pouvait que naître à la charnière de la montée en puissance du capitalisme : à la veille de la guerre de 1914.
 
 

Dernière mise à jour : 23-06-2022 03:12

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2022 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >