Accueil arrow Films arrow Films du JAPON arrow Gake no ue no Ponyo
Gake no ue no Ponyo Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 12-04-2009 02:03

Pages vues : 10851    

Favoris : 455

Publié dans : Flash sur films, Sommaire films du Japon

Tags : Dessins animés, Hayao Miyazaki, Japon, Joe Hisaishi, Studio Ghibli

 
Gake no ue no Ponyo
崖の上のポニョ
Ponyo sur la falaise
 
http://french.imdb.com/title/tt0876563/combined
Ponyo Studio Ghibli : http://www.ghibli.jp/ponyo/
http://fr.wikipedia.org/wiki/Ponyo_sur_la_falaise,_pr%C3%A8s_de_la_mer

Dessin animé japonais pour enfants du Studio Ghibli, réalisé par Hayao Miyazaki, sur un scénario de lui-même, et une musique de Joe Hisaishi. Le film est sorti en 2008 au Japon.

Une des rares histoires qui, comme tout art, part de l’intérieur pour aller vers l’extérieur. Il paraît que Miyazaki s’est inspiré du conte de Hans Christian Andersen : la Petite Sirène.
Élément liquide grouillant de vie, un magicien sur son vaisseau et protégé par une bulle entretient la vie aquatique. Dans un coin de cet océan, sous une musique superbe de Joe Hisaishi ressemblant au Don Quichotte (1910) de Jules Massenet, une sorte de têtard fuchsia tente une sortie hors de sa cachette et va se coincer dans une méduse comme moyen de transport.
 
Cela constitue le prologue avant un joli générique imitant une fresque naïve, moitié mosaïque moitié tapisserie, et sur une soliste accompagné par l’orchestre, toujours avec sa sonorité à la Jules Massenet. Le générique nous amène de façon très fluide vers la surface de l’océan, dans le monde de la civilisation des humains. là nous découvrons un petit garçon : Sosuke courant vers le bord de la mer.
 
 
Toujours avec une jolie fluidité dans la narration, le têtard fuchsia quitte sa méduse pour échapper aux remous que provoque un gros bateau. Il drague les détritus dans le fond de la mer. Le tétard est aspiré par le filet et se retrouve prisonnier dans un bocal. Ce bocal passe au travers des mailles du filet dragueur et dérive vers le bord de la mer, justement là où Sosuke veut mettre à l’eau son petit bateau. Découvrant le bocal, il délivre le têtard... Mais la mer veut récupérer son bien, les vagues sont de véritables personnages chez Miyazaki, et elles informent le magicien que le têtard se trouve maintenant chez un humain.
 
 
Sosuke tente de ranimer le têtard.
Le graphisme chez Miyazaki reste inchangé, il est celui des dessins animés des années 1940-1950, aux traits rondouillards, et donc une anti-stylisation à la Walt Disney. Le magicien de la mer est obligé de monter à terre pour récupérer son têtard. Sosuke décide de nommer son têtard : Ponyo.
Jusqu’à présent nous avons a faire avec le monde de l’enfance, même lorsque Miyazaki nous montre des vieilles dames âgées sur leur chaise roulante, celles-ci ont retrouvé leur âme d’enfance et sont en accord avec Sosuke.
Voilà maintenant que le têtard, pardon, Ponyo parle : il ou elle prononce le nom de Sosuke et Ponyo ! Mais il n’est pas bon pour Sosuke de se balader sur les rochers au bord de la mer, le magicien rode et envoie ses vagues chercheuses pour reprendre Ponyo.
 
 
Les décors de Ponyo sur la falaise sont très beaux. S’ils sont fait à partir d’aquarelle, je n’approuve pas les tons trop sombres et surtout trop « roses bonbons », ou les verts gueulards par moments. Certains décors d’intérieur sentent le rendu original à l’aquarelle, et l’exécution finale est agréable à l’œil mais sans plus.
Comme « tout est flou dans la réalité », les animateurs utilisent la technique du fondu enchaîné entre deux images du mouvement dessiné, technique qu’utilisaient les Studios Walt Disney dès les années 1930. Non seulement cela économise des dessins pour le travail des animateurs, mais surtout cela évite une animation saccadée.
 
 
Dans le fond de la mer, le magicien a du fil a retordre avec la désormais Ponyo, et en plus elle veut devenir humain, ou plutôt humaine, car sans se tromper c’est une fille. Le magicien la traite d’horrible créature. La volonté de Ponyo étant plus forte que tout, toujours enfermée dans une bulle par le magicien, elle arrive a faire pousser ses deux jambes et ses deux bras. Mais le magicien se drogue pour renforcer ses pouvoirs, et la pauvre Ponyo y perd ses membres.
 
 
Mais ça s’arrange, les autres petits têtards fuchsia délivrent de sa bulle Ponyo, et sa transformation stoppée reprend de plus belle. Et après plein de péripéties elle réussit a s’échapper de l’antre du magicien. Magicien qui ressemble au beau Haru du Château ambulant, mais ici avec 50 ans de plus !
Cette sortie de l’antre du magicien provoque en surface un véritable tsunami, car Ponyo a répandu un élixir magique, sorte d’Eau de Vie : les sœurs têtards de Ponyo sont transformés en énormes vagues qui engloutissent le village de Sosuke sous forme de fortes pluies et de grosses vagues. 
 
 
 
L’animation de cette séquence est intéressante visuellement, mais la musique là-dessus parodiant celle de Richard Wagner dans le Vaisseau Fantôme est redondante. Cette surenchère de Ponyo courant sur les vagues et la musique n’enrichissent pas, n’émeut pas ; et pourtant il s’agit du retour parmi les humains de Ponyo et de son ami Sosuke. C’est techniquement bien fait mais l’émotion ne passe pas ; peut-être chez les enfants de 7 ans ? Tout comme la séquence des retrouvailles de Sosuke et Ponyo, cul-cul à souhait, avec ses couleurs rose bonbons. Là encore peut-être que cela convient pour des enfants de 7 ans ? Je trouve que Miyazaki tombe là dans la disniaiserie !
 
 
 
Pendant ce temps, le magicien s’obstine a retrouver Ponyo... Et c’est seulement vers le début du troisième tiers du film que l’on apprend son nom : Fujimoto.
Ponyo, tel un Élémental, ou Yôkai, possède un pouvoir, elle fait grossir le petit bateau de Sosuke à vue d’œil. Seulement quand Ponyo a sommeil, le bateau reprend sa petite taille ! L’Eau de Vie répandue précédemment dans la mer et celle-ci ayant envahit le village, les vieilles femmes retrouvent leurs jambes de 20 ans. Comme Ponyo a le pouvoir d’agir sur la Matière, celle-ci agit aussi sur elle, et elle n’est pas stable...

Deux étoiles seulement pour ce dessin animé bien Disney ! nettement moins bon que le Château Ambulant.

M. Roudakoff
 
 
 
 
 
[ Cliquez sur les vignettes, puis pour afficher l’image suivante : cliquez sur suivant ou précédent ou sur la partie droite ou gauche de l’image, ou utilisez les flèches du clavier ]
ponyo10.jpg
ponyo11.jpg
ponyo12.jpg
ponyo13.jpg
ponyo14.jpg
ponyo17.jpg
ponyo18.jpg
ponyo19.jpg
ponyo2.jpg
ponyo22.jpg
ponyo24.jpg
ponyo25.jpg
ponyo27.jpg
ponyo30.jpg
ponyo31.jpg
ponyo32.jpg
ponyo33.jpg
ponyo4.jpg
ponyo5.jpg
ponyo8.jpg
 
 

Dernière mise à jour : 12-04-2009 02:37

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >