Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Nouvelle cosmologie, le ”Il faut vivre avec”
Nouvelle cosmologie, le ”Il faut vivre avec” Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 28-06-2022 21:42

Pages vues : 1611    

Favoris : 67

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Addiction, Aiguille, Argent, Artifictiche, Atlantide, Autorité, Banque, Christ, Collectifictif, Commerce, Convention, Croyance, Diable, Dragon, Echo, Egorgueil, Égrégore, Empire, Enfer, Essence, État, Feu, Guerre, HOTC, Images, Jardin, Loi, Marchandise, Marxengelsisme, Masque, Métal, Nostalgie, Paradis, Peur, Pierre, Pinceau, Pointe, Pouvoir, Raison, République, Rêve, Russie, Scalaire, Serpent, Silence, Social, Spirale, Tore, Transhumanisme, Verbopinion, Vie, Vierge, Washingtonisme, Yi King, Yokai

 
toilettes_pompei_kosmologie.jpg
 
 
Nouvelle cosmologie, le ”Il faut vivre avec
identique au ”Plus jamais ça”, ou au
”Si c’était votre enfant” de toutes ces
goinfreries à y ajouter le récent « vous et
vos proches [ou ”les autres”] »
produites
par la croyance à l’ego et à la SAISIE ;
la piqouze cyclique tout-confort dans la
logique du sécuritaire lié à cette civilisation
de la PEUR, fait la partie du samsâra, le
phénomène mental des noms-les-formes et des
cycles de vie et de mort, c’est-à-dire le
mental-corps.
 
« Le samsâra n’existe que dans votre mental.
Le monde ne vient pas proclamer : « Je suis le
monde »
. S’il en était ainsi, il devrait être
toujours présent – même durant votre sommeil.
Comme il ne s’y trouve pas, c’est qu’il est
impermanent.
Étant impermanent, il manque de force. N’ayant
pas de force, il est aisément subjugué par le Soi.
Seul le Soi est permanent. Le renoncement, c’est
la non-identification du Soi avec le non-Soi.
Avec la disparition de l’ignorance, le non-Soi
cesse d’exister.
Voilà le vrai renoncement ».
(Ramana Maharshi, entretien 251 du 29-9-1936).

Le sens commun pense, là est son mal,
mais pas encore de ”vaccin” contre
la raison.
Limité, ce monde de la raison aura
naturellement une fin.


« La perte d'un bien propre cause plus de souci que celle du bien d'autrui. Pourquoi ? Parce que notre manière d'évaluer les choses est ce qui détermine le degré de plaisir ou d'anxiété qu'elles nous procurent. Par conséquent, si l'on apprenait à voir tout d'un oeil égal, le mental demeurerait en paix. Le mental qui sait que les affaires de l'univers dépassent ses compétences, se tranquillise nécessairement. De même, si l'on a conscience de n'avoir plus aucune prétention envers quoi que ce soit, ou que toutes choses sont périssables, le mental demeure calme ». (Ellâm Onru, Tout est Dieu).

Ce monde fonctionne comme si l’OMBRE chassait naturellement la LUMIÈRE. C’est pourquoi la Vraie Paix est impossible et qu’il n’y a que HAINE que ça arrange l’oligarchie de cette démocratie marchande. Or la Vraie Paix réalisée par l’être humain dissipe les ténèbres qui fabriquent des fantômes-embûches. En l'absence de la lumière de la Vraie Paix qui permet de s'adapter aux multiples circonstances, on procède comme l’oligarchie du régime républicain qui condamne le monde, qui lui reprochant ses souffrances, comme on se plaint des obstacles sur un chemin, ET QUI FABRIQUE LES OBSTACLES-SOUFFRANCES PARCE QUE ÇA LUI RAPPORTE (loi de succion).
Un être humain ayant réalisé la Vraie Paix en lui et après avoir connu le monde du triomphe de l’ombre sur la Lumière en rêve cauchemardesque, ne doit pas être considéré comme un dévergondé, hors des activités du monde ; car il est le seul vraiment AU COURANT pour être dans le NON-AGIR : l’Action Absolue ; ainsi la Vraie Paix est le régulateur de l’Action absolue.
Les adversaires de la Vraie Paix sont maintenant nombreux, et de plus en plus riches et donc puissants (en apparence) dans le capitalisme winneriste et la raison qui calcule : RÉCOLTER LES FRUITS DES ACTIONS, PRINCIPE DE BASE DE LA VULGAIRE LOI DE SUCCION OU ATTRACTION ”UNIVERSELLE”.

Puisque TOUTES LES ACTIONS SONT L’ŒUVRE DU SOI LA CONSCIENCE INFINIE, SI L’OLIGARCHIE PRÉDATRICE ET SON RÉGIME ET SES BANQUES EXISTENT, C’EST PARCE QUE L’HEURE DU CHÂTIMENT EXISTE, c’est aussi le Soi qui fait souffrir l’oligarchie et son régime. L’oligarchie elle-même n’aime pas l’ombre quelle fabrique : resterait-elle tranquille si ses biens, ses dollars, sa City étaient pillés et détruites ? Certainement pas. Le plan de l’oligarchie ne peut qu’être LA RÉDUCTION DE LA POPULATION MONDIALE par le recule de la révolution industrielle déclenchée en Europe après 1789 : guerres, pressions migratoire, maladies par virus plus ou moins programmés par l’oligarchie, banditisme également programmé, tous ces outils seront utilisés pour amener sans qu’ils s’en aperçoivent les peuples à RÉDUIRE leur évolutionnisme, sauf celle de l’oligarchie organisatrice de ce plan amorcé depuis des siècles.
L’oligarchie gardera l’électricité, et les peuples s’éclaireront à la bougie, les chevaux remplaceront les automobiles électriques, les télécommunications repasseront à l’époque du début du 19è siècle européen. Les prochaines générations ne connaîtront pas l’électromagnétisme actuel, SAUF si dès maintenant elles redeviennent comme ces générations si inventives des ARTISANS OU OUVRIERS D’AVANT LA GUERRE DE 1914.

Hyacinthe Dubreuil dans son dernier livre et dernier PRÉCIEUX témoignage : « J’ai fini ma journée », où il décrit l’Ouvrier d’avant 1914, qui ne peut que largement dépasser en connaissance et savoir vivre et faire le plus médiocre étudiant d’université de 20XX :

« La presse fait parfois allusion à la « Belle époque », mais c’est là une expression qui comporte une certaine équivoque, car on peut en tirer des conclusions erronées… Comme celle que nous vivons est remplie de difficultés, on peut en penser qu’au contraire la vie de ce temps-là était facile. Or ce n’est certainement pas exacte. Les grèves dont je parlerais plus loin apportent la preuve qu’il y avait aussi des problèmes, fort analogues à ceux d’aujourd’hui. Ce qui est exacte, mais difficile à faire comprendre à la nouvelle population, c’est que la physionomie de la vie était quand même différente. S’il n’y avait certainement pas du bien-être pour tout le monde, il y avait néanmoins une certaine gaité de vivre, sur laquelle la guerre de 1914 s’est abattue pour la détruire, en même temps qu’une quantité de caractéristiques du passé qui avaient subsisté jusque-là.

Je ne sais pas si je réussirai dans cette entreprise, mais je voudrais montrer que l’année 1914 a marqué la destruction brusque de vestiges de survivances d’un lointain passé pour entrer, après tant de ruines matérielles et morales [comme en 1789], dans une difficile période de reconstruction, qui ne pourra certainement être achevée qu’après de nombreuses générations. Car si les ruines matérielles peuvent être réparées dans un temps relativement court, celles qui sont d’ordre intellectuel et moral seront beaucoup plus longues à reconstituer.

Il n’est pas meilleur moyen de faire comprendre le caractère de la véritable révolution qui a commencé du fait de ces destructions que de rappeler que la France a perdu, pendant des quatre années de guerre, un million et demi de morts... et de constater que, du fait des conditions de recrutement militaire, qui écartent les déficients, ces morts constituaient la plus grande partie de ce qu’on peut appeler la richesse humaine d’une nation. Avec eux ont été ensevelies des qualités séculaires, des traditions précieuses et ce qu’on peut définir comme une grande partie du génie de notre nation. Sur le simple plan de travail, qui au fond intéresse tout le monde, car tout le monde a besoin d’objet bien faits, et répondant exactement à ce qu’on leur demande, n’entendons pas constamment des plaintes sur la disparition de la « conscience professionnelle » ? Or cette valeur sociale précieuse existait au plus haut degré avant la grande catastrophe [guerre de 1914], sans que d’ailleurs on y prêtes attention, tant cela paraissait naturel. Comme la personne en bonne santé qui ne pense pas qu’elle pourrait être malade...

Ces valeurs humaines étaient comme l’héritage des siècles. Les ruines matérielles, les cinq cent mille maisons détruites, n’étaient rien en comparaison de ce capitale irremplaçable, ou tout au moins irremplaçable pour longtemps, car il faudra des générations pour en retrouver l’équivalence.... Le véritable changement résulte de ces pertes humaines, qui ont entraîné une transformation considérable dans l’esprit de la population. L’ancienne gaieté a disparu, pour faire place à un mécontentement permanent, même si, en fait, la situation des gens ne le justifie pas absolument [le texte date de 1970]. Il en est qui n’ont réellement pas à se plaindre des conditions de leur existence, mais sont quand même mécontents et grincheux [principalement les ”sauveurs du monde” tels les Bill Gates, Klaus Schwab, Yuval Noah Harari des peuple-prêtres, etc.] ».

La technologie actuelle N’EST DESTINÉE QU’À FAVORISER L’OLIGARCHIE ACTUELLE ET CERTAINEMENT PAS LES PROCHAINES GÉNÉRATIONS (trop de bouches à nourrir comme inscrit sur les Georgia Guidestones).

« Ceux qui n'admettent pas que toutes les actions sont l'oeuvre de Dieu, ne peuvent que reconnaître leurs propres limites. Cela même est l'oeuvre de Dieu ». (Ellâm Onru). SORTIR DE L’UNIVERS = NE PAS LIMITER CONFORMÉMENT AU DOGME DE L’ÉVOLUTIONNISME.
VRAIE LOI DE SUCCION : son appétit personnel plus ou moins intense de trouver des solutions dans la stabilité d'un Absolu inconnu, dont tout humain a faim, parce que c'est un besoin d'Être, de devenir ce qu'on EST. Le besoin de religion, la religiosité, ce n'est ni plus ni moins que cela. Il n'est personne qui n'ait éprouvé plus ou moins explicitement ce besoin, et pour ceux même qui le nient, ce n'est qu'une réaction de défense, de démission, devant les obligations qui pourraient en découler. Les drames intimes de l'un ne sont pas ceux de l'autre, et ne peuvent pas l'être.

« M'imaginer que, parce que j'ai une opinion personnelle, pour moi tout seul, je réalise ma liberté, ma personne, et que je deviens « moi », ce que je suis. Ou bien m'imaginer que, parce que je me fonds dans le psychisme et les dominantes intellectuelles d'un groupe [telles les ”valeurs de la république”], je renonce à toute opinion personnelle et me mets au service de la Vérité en renonçant au « moi ». Cette vérité ne peut être que l'uniformité des psychismes, à la mode communiste [socialiste et de cette démocratie marchande du consommateur et du ”Vivre ensemble” et autres ”réseaux sociaux” liés à l’électricité] ». (Jean Coulonval, Synthèse et Temps Nouveaux, lettre 27).
 
vaccincovid3novax_contre_la_raison.jpg
 
 

Dernière mise à jour : 28-06-2022 21:54

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2022 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >