Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Culte du « réel » ou de la veille utilitaire
Culte du « réel » ou de la veille utilitaire Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 02-10-2022 20:48

Pages vues : 455    

Favoris : 35

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Addiction, Aiguille, Amour, Argent, Artifictiche, Atlantide, Autorité, Banque, Christ, Collectifictif, Commerce, Convention, Croyance, Diable, Dragon, Echo, Egorgueil, Égrégore, Empire, Enfer, Essence, État, Feu, Guerre, HOTC, Images, Jardin, Loi, Marchandise, Marxengelsisme, Masque, Messianisme, Métal, Mieux, Nostalgie, Paradis, Peur, Pierre, Pinceau, Pointe, Pouvoir, Raison, République, Rêve, Russie, Scalaire, Serpent, Silence, Social, Spirale, Tore, Transhumanisme, Verbopinion, Vie, Vierge, Washingtonisme, Westminsterisme, Yi King, Yokai

 
ci1-mr450.jpg
 
 
Culte du « réel » ou de la veille utilitaire
pris pour LA vraie religion qui exila les
Merveilles de l’enfance et de l’Innocence.
Et l’Innocence devant l’état de veille devient
une plaie ouverte qui ne s’infecte jamais,
comme une blessure invulnérable, CRU, et ça
en exciste hautement certains qui ragent
contre cette Innocence et veulent la détruire.
Si l’Innocence est plus rapprochée de la
Glèbe adamique, du CRU-EL, comme l’Enfant,
il sera sans pitié. Et l’Évangile répond :
« Si vous ne devenez semblables aux petits
enfants, vous n’entrerez pas dans le Royaume
des Cieux »…. Devenir en Vraie Nature.


É-Mère-Veille.
 
Le Grand Mystère de l’humain gÎt dans le
mélange ORIGINEL ou MARIAGE entre la Veille
utilitaire, et le Sommeil-Rêve, et le culte
actuelle de l’unique veille utilitaire pour
faire commerce (social) en limitant la Vraie
Vie par une palanquée d’artifices augmentés
par la même technologie fourguée à l’état de
veille dont le principal artifice est la RAISON,
suivie de la morale mêlée obligatoirement des
conventions sociales issues de l’inconscient
collectif, qui altèreront du même coup la
SIMPLICITÉ DE NOSTRE ORIGINE DEPUIS
LA CONSCIENCE INFINIE.

Comme ce monde actuel est un mélange labyrinthique
de bien et de mal comme de veille et de sommeil,
comment ne pas participer à un moment ou à un
autre au mal ?

Le CRU de CRU-EL et CRU-AU-T SERA CETTE CHAIR
SANGLANTE DE L’INNOCENCE QUI NE S’INFECTE JAMAIS.
Et la Grâce sera une armure, plutôt une prothèse,
un « vaccin » contre le mal en tant que covid ou
virus, mais non en tant que BLESSURE.

« Vous ne posséderez rien et vous serez heureux »
disent les Schawab-Harari, donc vous posséderez
uniquement le NÉANT, vous aimerez le NÉANT, et ainsi
vous AMPLIFIREZ VOTRE EGO : LA SATISFACTION DE
VOUS-MÊME, PUISQUE VOUS N’AVEZ BESOIN DE RIEN !
Le pire des Néants est celui qui se satisfait
de lui-même et qui n’a besoin de rien.
La Vacuité Absolue est AUTRE :


« Un mental purifié est élixir, un mental vidé est remède. On dit du mental qu’il est purifié quand il ne s’attache plus à rien. On le dit vidé lorsqu’il ne garde plus rien en lui. Mais si l’on s’attarde sur le vide de cette vacuité, c’est que la vacuité n’est pas encore vide. Un mental vide et qui ne pense pas à sa vacuité, voilà ce qu’on appelle la véritable Vacuité », dit Le Secret de la Fleur d’Or, traduction de Thomas Cleary.

« Pour qui est le vide ? Cherchez. Vous ne pouvez vous nier vous-même à aucun moment. Le Soi est toujours présent et subsiste dans les trois états [veille, rêve, sommeil profond] ». (Ramana Maharshi 13a, 7-1-1935).

Capitalisme, dialectique historique, commerce ou socialisme ne pouvaient de fourguer que dans ce culte de l’état de veille appelé « réalité ». Soit une palanquée en chaîne sans fin de causes et d’effets, mélange de veille et de sommeil et de rêve, lesquels sont identiques aussi bien à l’état de veille que de sommeil profond et de rêve. Car le « GATE GATE PÂRAGATE PÂRASAMGATE BODHI SVÂH », du Soûtra du Diamant et du Cœur de la Connaissance transcendante [Allé, allé, allé au-delà, allé complètement au-delà, l’Éveil, ainsi]) et dans le Verset 1 du Tao-tö king qui résume l’ensemble du TAO, correspondent à ce que Tout ne peut qu’être Conscience, y compris les objets « extérieurs » c’est-à-dire à l’état de veille et de rêve, et qu’il n’y a pas de conscience sans objet ni sans état de veille et de rêve et jusqu’au sommeil profond où n’existe ni l’un ni l’autre.
ALORS, QUELLE EST LA VÉRITÉ DE LA CONSCIENCE INFINIE (ou Conscience SEULEMENT) que Lovecraft pourrait appeler : « Les Grands Anciens » ???

« Pour qui est le vide ? Cherchez. Vous ne pouvez vous
nier vous-même à aucun moment. Le Soi est toujours
présent et subsiste dans les trois états [veille, rêve,
sommeil profond] ». (Ramana Maharshi 13a, 7-1-1935).

Car qui dit « conscience » dit TEMPS QUI COULE :
« Le Vénéré des monde reprit alors en vers :
”Les terres et la bouddhéité
Sont Inaparence et Conscience-Seulement,
Ainsi que les bouddha l’on enseigné,
L’enseignent et l’enseigneront.

Les sept première terres seront conscience,
La huitième est Inaparence.
Ces deux [types] de terres sont encore des stations ;
Le reste est ce que j’ai atteint (1).

Réalisation intérieure et claire lumière
Désignent la terre que j’ai atteinte.
Maheshvara occupe le plus sublime
Des cieux, Akanishtha dont le splendeur

Est un immense brasier rejaillissant
De flammes et de rayons lumineux
Qui manifestent dans les trois mondes
La fraîcheur et la pureté les plus réjouissantes

De ces apparitions qui, visibles encore
ou révolues, se portent au secours des êtres :
C’est là que j’enseigne les véhicules,
Dans la terre des Ainsi-venus [l’état naturel de tathâgata].

La dixième terre est la première,
Et la première est la huitième ;
La neuvième terre est la septième,
Et la septième la huitième ;

La deuxième terre est la troisième,
La quatrième est la cinquième,
Et la troisième la sixième :
Quelle progression dans l’Inapparent ?
(Soûtra de l’Entrée à Lankâ)

La Conscience est toujours la Conscience DE. MAIS ATTENTION À L’AVERTISSEMENT TRADITIONNEL : « NE POINT ATTACHER UN INSTANT QUI PASSE À UN AUTRE INSTANT ». Seul le NON-LOCAL peut fonctionner en une sorte « d’interaction virtuelle » mais qui n’a rien à voir avec l’actuelle connexion modèle informatique avec ses « réseaux sociaux », lesquels ne fonctionnent que par le ‘je’ de l’ego… et le rêve transhumaniste d'une "conscience" réduite à une puce informatique... LE PROBLÈME est identique au dilemme Moi-Collectif/Moi-Individuel et à la Veille/Sommeil qui ne fait qu’entretenir le TEMPS QUI COULE : un instant de conscience qui sera l’OBJET de l’instant de conscience suivante… telle une chaîne sans fin de causes et d’effets.
Ramana Maharshi aborde ce problème dans l’entretien 264 du 20-10-1936 « Dieu créa l’homme ; et l’homme créa Dieu. Ils sont tous deux les créateurs des noms et des formes. Mais en réalité, ni Dieu ni l’homme n’ont été créés ». On retrouve ce problème dans le quantisme (quanta d'énergie de Planck) : ”l’observation perturbe le phénomène”, plutôt impossibilité de SAISIR ou d’OPINIONER l’observation. La vérité tout entière ne peut consister en un puzzle de vérités partielles cueillies un peu partout. Le Tout est autre chose et plus que le total des parties.

« L’ainsité [la Réalisation], la Vacuité, la cime du Réel,
Le nirvana et la dimension absolue,
De même que la non-naissance de toutes choses,
Voilà l’essence de la Vérité absolue ».
(Soûtra de l’Entrée à Lankâ, fin de la stance 95).

Tout le Merveilleux va disparaître à l’état de veille, dans le CONVENTIONNEL DU SOCIAL AU MILIEU DE PHÉNOMÈNES DONT LES LOIS DEVIENNENT POSSESSION OU MESURES MESURABLES ; cette veille où certains Nous dirons qu’on manque de ceci ou de cela et donc qu’on manque de « maturité » (le ”mieux”) puisqu’on préfèrent les illusions des rêves aux illusions du monde matériel ou monde de l’état de veille et donc de l’état de l’ego possessif et de son COMMERCE.
Certains, dont moult psychiatres, Nous diront dans « la vie réelle » la douleur animal d’un porc que l’on saigne ou celle d’un laboureur mélancolique, ou celle d’un salarié qui se retrouve sans salaire suite à un licenciement « économique » ont autrement plus d’importance que l’incomparable beauté de la ville de …… vu en rêve et de ses centaines d’escaliers et de portes ciselés et de ses coupoles en jaspe rouge cerise et vert d’eau.
Ces gens ne savent toujours pas que dans l’équilibre, le FLÉAU, réside la beauté mêlée de laideur, comme le bien et le mal, qui ne sont que les ornements dépendent du hasard qui fabriqua l’inconscient collectif depuis que l’humain a découvert le feu vulgaire et donc les choses « toutes cuites », toutes cuistres (toutes d’orgueil de l’ego…) ; feu vulgaire qui ne pouvait qu’aboutir à l’électricité dynamique ou électromagnétique par laquelle l’humain se prend pour un WINNER (sens de se prendre pour un Dieu faiseur, un démiurge au sens de l’entretien 264 cité plus haut, et au sens du transhumanisme et des schwaberi-harari.

Ces gens de l’évolutionnisme, ces Juifs dont nombre sont psychiatres comme Freud, ont jeté l’Ouroboros du Retour au Même, ou du Retour de la Lumière, soit la Réalisation, au PROFIT DU PROFIT ET DE L’AVOIR ET DE SE FAIRE NÉCESSAIREMENT AVOIR PAR L’AUTRE, PAR LE DEHORS. ILS ONT TIRÉ LEUR ÉPINGLE DU JEU par A-t-trait, Re-gard, Re-trait. Et plus ils gardent ou possèdent, et plus ils se différencie (d’I ou Axe) du processus, plus ils opposent (O-pose) la Ré-Fer-en-ce du Ré-EL, à ce El ou AL (2). Alors surgit la DIVISION par l’état de veille et par là même la naissance de l’ego ; c’est le binaire informatique par rapport à l’Unité, le Non par rapport à oui et sa tyrannie de l’opinion et du choix ou possession, ou encore la ré-action par rapport à l’action, le « normal » par rapport au Naturel, la culture par rapport à la vie…
Cette SÉPARATION provient de l’AVERTISSEMENT cité plus haut, qui est LA MÉMORISATION (met I ou l’Axe à mort) qui condense un autre JET que le JEt ; bref, une élaboration ou installation dans l’objet objectivité, le « réel » qui sera pris pour le SUJET comme si l’humain voulait SORTIR de l’Univers pour s'en saisir ou le voir…

« Les perceptions participent de l’état dans lequel on se trouve, quel que soit cet état.
L’explication en est que dans l’état de veille (jâgrat), le corps grossier perçoit les noms et les formes eux aussi grossiers ; dans le svapna (état de rêve), le corps mental perçoit les créations mentales sous leurs multiples noms et formes ; dans la sushupti (état de sommeil profond), il n’y a plus d’identification avec le corps et donc pas de perceptions ; de même, dans l’état transcendantal, l’identité avec le brahman met l’homme en harmonie avec toutes choses, et il n’y a rien qui soit séparé du Soi ». (Ramana Maharshi 2, 15-5-1935).

Le Désir est un obstacle, mais le « Vous ne posséderez rien et vous… » des Schwab-Harari le sera encore plus, car il ne peut se concevoir qu’à l’état de veille.
« Le Soi est toujours présent, rien n’existe en dehors de lui. Soyez le Soi, et désirs et doutes disparaîtront. Ce Soi est le témoin dans les états de sommeil profond, de rêve et de veille. Ces trois états appartiennent à l’ego. Le Soi transcende même l’ego.
N’existiez-vous pas durant le sommeil profond ? Saviez-vous alors que vous dormiez et que vous étiez inconscient du monde ? Ce n’est qu’en état de veille que vous décrivez cette expérience de sommeil comme étant inconscience ; pourtant votre conscience quand vous dormez est la même que lorsque vous êtes éveillée. Si vous savez ce qu’est cette conscience de veille, vous connaîtrez la conscience qui se tient comme témoin dans les trois états. Cette conscience peut être trouvée en cherchant la conscience telle qu’elle était durant le sommeil profond ». (Ramana Maharshi 13a, 7-1-1935).

État de veille = LABYRINTHE (laborieux, labor-atoire)
« Le fait d’être vigilant est l’état de veille. Ce ne sera donc pas un état de sommeil, mais celui d’un sommeil éveillé. Si vous suivez vos pensées, vous serez entraînée par elles et vous vous trouverez dans un labyrinthe sans fin.
- Question : Alors je dois remonter à la source de mes pensées.
- Maharshi : Tout à fait ; c’est ainsi que les pensées disparaîtront et que seul le Soi demeurera. En fait, pour le Soi il n’y a ni intérieur ni extérieur. De plus, ce sont des projections de l’ego. Le Soi est pur et absolu.
- Question : Je ne le comprends qu’intellectuellement. L’intellect ne peut-il pas aider à la Réalisation ?
- Maharshi : Oui, jusqu’à un certain point. Mais rendez-vous compte tout de même que le Soi transcende l’intellect, qui doit lui-même disparaître pour que le Soi soit atteint ».


Notes.
1. Les sept premières terres se parcourent par la conscience, et à partir de la huitième, icelle, comme le reste, est introuvable, ou non manifesté. Les « deux types de terres » désignent donc les sept premières et trois dernières. La bouddhéité commence au terme de la dixième terre. (Réf. à la note page 227 du Soûtra de l’Entrée à Lankâ, chapitre IV)

2. « Depuis le premier chapitre jusqu’au dernier, les traducteurs des livres sacrés des Juifs ont faussement interprété le sens des textes. Ils ont changé l’orthographe du nom de Dieu, comme le prouve Sir William Drummond. Ainsi EL, correctement écrit, devrait se prononcer AL car dans l’original il y a AL. Or,  d’après Higgins, ce mot signifie le dieu Mithra, le soleil, le conservateur, le sauveur. Sir W. Drummond montre que Beth-El signifie la maison du Soleil, en traduction littérale, et non de Dieu. « El, dans la composition de ces noms Chananéens, ne signifie pas Deus mais Sol » (note : W. Drummond, Œdipus judicus, p. 250). C’est ainsi que la Théologie a défiguré la Théosophie antique et la Science l’ancienne Philosophie (note : Les premiers Pères de l’Eglise et les théologiens qui les ont suivis se sont trouvés dans l’absolue nécessité de commettre ces pieuses fraudes. C’est évidemment parce que, s’ils avaient laissé subsister le mot AL tel que le donne l’original, il devenait trop clair, sauf pour les initiés, que le Jéhovah de Moïse et le Soleil étaient identiques. Les multitudes ignorant que les anciens hiérophantes ne considéraient le soleil visible que comme un emblème du soleil central invisible et spirituel, auraient alors accusé Moïse, comme l’ont fait d’ailleurs beaucoup de commentateurs, d’adorer les corps planétaires et, en un mot, de s’être rendu coupable de Sabianisme [Sabéisme ?]).
Faute d’avoir compris ce grand principe philosophique, les méthodes de la science moderne, quoique exactes, n’aboutiront qu’au néant.
(Isis dévoilée, de H.P. Blavatsky, page 70, volume 1)
 
 

Dernière mise à jour : 02-10-2022 21:12

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2022 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >