Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Racine du mal la chosopinion
Racine du mal la chosopinion Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 08-12-2022 09:37

Pages vues : 2478    

Favoris : 124

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Addiction, Aiguille, Amour, Argent, Artifictiche, Atlantide, Autorité, Banque, Christ, Collectifictif, Commerce, Convention, Croyance, Démocrapitaliste, Diable, Dragon, Echo, Egorgueil, Égrégore, Empire, Enfer, Essence, État, Feu, Guerre, HOTC, Images, Jardin, Loi, Marchandise, Marxengelsisme, Masque, Messianisme, Métal, Mieux, Nostalgie, Paradis, Peur, Pierre, Pinceau, Pointe, Pouvoir, Raison, République, Rêve, Russie, Scalaire, Serpent, Silence, Social, Spirale, Spontacratie, Tore, Transhumanisme, Verbopinion, Vie, Vierge, Washingtonisme, Westminsterisme, Yi King, Yokai

 
routy_traits.jpg
 
 
Racine du mal la chosopinion.
Plus que jamais l’humain cancérisé de Pour-Voir
fait tout pour augmenter sa croyance au corps-objet
l’injection ARMm en est une bonne preuve par la peur
de mourir identique à « perdre de l’argent » dans ce
monde du winner où il n’est pas sain
de devenir un loser !
LA RACINE DU MAL consiste à ”sortir” de l’Univers
par la loi de succion ou attraction ”universelle” en
considérant le Dehors, les objets extérieurs comme
étant distincts du Soi ou du Centre qui est nulle part.

”Quand vous CESSEZ de pensez aux objets extérieurs,
que vous empêchez le mental de s’extériorisez [et de
tomber dans la racine du mal (1) et que vous
l’intériorisez et le fixez dans le Soi [la ”Fixation
Cavalante”
…], seul le Soi demeure”
(Ramana Maharshi 18-7-1946).
 
Page dédiée aux victimes corporelles de l’incendie du Bazar de la Charité, indice tragique du winnerisme du capitalisme arrivé à maturité en cette fin du 19è siècle européen en sa ”révolution industrielle” sous le poussée d’une palanquée de banques, dont un certain nombre de banques tiqounistes des « mises en valeur du temps », nécessairement républicain, socialiste, ou racine du mal.
 
 
CAPITALISME = OBJETOPINION : C’EST SANS FIN :
”Les questions se rapportent toujours aux choses que
vous ignorez [donc que vous ne possédez pas et que
vous aimeriez posséder selon la loi de succion]. Elles
seront sans fin [comme le capitalisme lié aux objets
dépendant de la loi de succion et de l’opinion-polémique
qui est sans fin et à toujours faim] À MOINS QUE VOUS
TROUVIEZ QUI EST CELUI QUI LES POSE [DONC QUE VOUS
TROUVIEZ QUI EST RÉELLEMENT LE CONSOMMATEUR
AU PLUS PROFOND DE LUI-MÊME PAR LE
RETOURNEMENT DE LA LUMIÈRE (2)].
Même si sur quoi on s’interroge est inconnu, il ne
peut y avoir de doute que celui qui interroge existe,
et si vous cherchez qui il est [le ”Je suis ce JE SUIS”]
tous les doutes se dissiperont”.

Bhagavân parlant de la mort le 12-7-1946 :
”Les morts ont de la chance. Seuls les survivants se
sentent malheureux [les soumis à la loi de succion].
Nous devons porter en permanence le fardeau de ce
corps et veiller à ses besoins. Jour après jour nous
sommes occupés à le laver, le nourrir, le masser, etc.
c’est sans fin. Quand nous mourrons, il faut quatre
personnes pour porter ce corps que nous traînons
constamment avec nous sans y penser. Il nous est
facile de soulever une lourde pierre quand elle est
sous l’eau, mais une fois sortie de l’eau, nous
sentons combien elle est lourde. Il en est de même
avec le corps, nous ne sentons pas son poids tant
qu’il est habité par une force vitale (chaitanya).
Notre Vraie Nature est immortalité, mais nous
attribuons icelle à tort au corps en nous imaginant
qu’il vivra éternellement [comme le rêvent les
capitalistes transhumanistes ces croyants du corps
en meccano, 1936 : jeu de construction métalliques
en pièces détachées].
Nous perdons de vue ce qui est vraiment immortel
simplement parce que nous nous identifions au corps.
Dans les Upanishads il est dit que le jnani [sage,
celui qui a réalisé le Soi] attend avec impatience
le moment où il pourra se débarrasser du corps, tout
comme le travailleur qui porte une lourde charge et
est pressé d’arriver à destination pour pouvoir la
poser à terre”. (Ramana Maharshi, 12-7-1946).

NE PAS ”SORTIR” DE L’UNIVERS : NE PAS PERDRE LA
PENSÉE ”JE SUIS” DANS TOUTE SA VIE.
« Vous ne cessez jamais d’exister pendant toutes
ces expériences » (Ramana Maharshi, 18-7-1946).

2 : Le Retournement de la Lumière :
- Bhagavân : Quand on parle de ”témoin”, cela ne doit
pas donner l’idée qu’il y a un témoin et quelque chose
de séparé de lui dont il témoigne [telle la dualité
sujet-objet ou Dedans-Dehors].
Par témoin, il faut plutôt entendre la lumière qui
illumine celui qui voit, ce qui est vu et le processus
de voir. La lumière existe avant, pendant et après
cette triade. Elle existe en permanence.
(18-7-1946).


Retournement de la lumière : « Lorsqu’on utilise cette technique pour la première fois, on a l’impression d’un non-être dans l’être. Mais une fois le travail achevé, quand on a un corps au-delà du corps, on a l’impression d’un être dans le non-être [le « sentiment océanique » de Jean Coulonval, Synthèse et Temps Nouveaux] ».
« Ce n’est qu’au bout de cent jours de travail concentré que la lumière est réel, qu’elle est le feu du mental. Car au bout de cent jours, la lumière jaillit spontanément : de même que le rapport entre une femme et un homme forme l’embryon, soudain, d’un point d’authentique énergie positive, surgit une perle. Il convient de l’observer, calmement, tranquillement. Le retournement de la lumière est le processus de « mise à feu ». […] La Lumière n’est ni en soi ni en dehors de soi. Les montagnes, les rivières, le soleil, la lune et toute la Terre participent aussi de cette Lumière qui ne se trouve pas seulement en soi. Toutes les opérations de l’intelligence, la connaissance et la sagesse, participent également de cette Lumière qui ne se trouve donc pas en dehors de soi. De même que la Lumière du ciel et de la terre emplit l’univers, la Lumière d’un seul Être s’étend naturellement aux cieux et embrasse la Terre. Voilà pourquoi si l’on retourne la Lumière, le monde entier se retourne également », dit si clairement le Secret de la Fleur d’Or. Centrum Centri, se concentrer là-dessus « pour passer la Porte [Stargate] », pour vivre le Point Focal…
Riplée (Ripley) définit la Putréfaction [le Renoncement], la mort des corps et division de la Matière, comme la conduisant à la division, donc au démontage, soit LA CORRUPTION SUIVIT DE LA GÉNÉRATION : « la Putréfaction est l’effet de la chaleur des corps entretenue continuellement, et non d’une chaleur appliquée manuellement. Il faut donc se donner garde de pousser la chaleur excitante et extérieur au-delà d’un degré tempéré : la matière se réduirait en cendre sèche et rouge, au lieu du noir, et tout périrait », dit fort à propos Dom Antoine-Joseph Pernety à l’article Putréfaction dans son Dictionnaire Mytho-Hermétique.

« Quand vous cessez de penser aux objets extérieurs, que vous empêchez le mental de s’extériorisez [alors que maintenant TOUT EST FAIT POUR EXTÉRIORISER LE MENTAL DE L’HUMAIN AFIN QUE LE POUVOIR DE CERTAINS PUISSENT MIEUX LE PROGRAMMER DEPUIS CE DEHORS ET LE TRANSHUMANISME EN EST LE PRINCIPE, DONT LES ARNm] et que vous l’intériorisez et le fixez dans le Soi, seul le Soi demeure ». (18-7-1946).
Bhagavân : Quel que soit le centre sur lequel vous vous concentrez, il doit y avoir un VOUS qui ce concentre et c’est sur ce VOUS que vous devez vous concentrer.

Le capitalisme-objet-opinion est intimement dépendant de l’espace-temps :
« Vous parlez de chemins comme si vous étiez dans un endroit et le Soi dans un autre et que vous deviez aller l’atteindre quelque part [ou ”Voir le Trou” (1)]. Mais en fait le Soi est ici et maintenant [dans l’Instant] et vous l’êtes en permanence [pas de Chute façon Ancien Testament et Tikkounistes ces ”réparateurs” ou ”peuple élu”].
C’est comme si, tout en étant ici, vous demandiez à des gens le chemin vers Ramanâshramam, puis que vous vous plaigniez que chacun vous indique un chemin différent et que vous ne sachiez pas lequel emprunter » (3-7-1946).

LA SEULE CHUTE QUI EXISTE EST CELLE DU CORPS, IL CHUTE, OU TOMBE, TELLE UNE TOMBE DANS UN CIMETIÈRE, IL TOMBE MÊME MALADE, IL CHUTE PAR L’ATTRACTION DITE ”UNIVERSELLE” DE FAÇON SI ANTHROPOCENTRIQUE, SI POUR-VOIR OU SI SORTIR DE L’UNIVERS.

CORPS = EGO-ÉGOÏSME SI PRÉGNANT DANS LE TRAGIQUE ÉVÉNEMENT DE L’INCENDIE DU ”BAZAR DE LA CHARITÉ”.

L’EGO-ÉGOÏSME N’EST PAS NATUREL MAIS EST UNIQUEMENT LE DRAME DE L’HOMME DU NÉOLITHIQUE ET DE SA VOIE DE L’AGRICULTURE (l’homme actuel, le consommateur).

L’EGO-ÉGOÏSME EST LA MALADIE MENTALE PAR ESSENCE, UN ENSORCELLEMENT ÉGRÉGORIEN OU ISSU D’INCONSCIENT COLLECTIF, UNE CHUTE OU MISE AU TOMBEAU DE L’HUMAIN, TOMBEAU APPELÉ « RÉALITÉ » PAR LUI. LA LOI DE SUCCION OU CUPIDITÉ STOMACAL ET DES VISCÈRES EST ANTI-SOCIAL OU ANTI EAUX-PRIMORDIALES QUI DÉFINISSENT LE « Je suis ce JE SUIS ».
Pendant des millions d’années, certainement dans LA TOTALITÉ DE L’ESPÈCE HUMAINE, CETTE MALADIE DU MENTAL N’EXISTAIT PAS, ALORS LA CHOSOPINION DE LA NATURE ANIMAL ET ÉGOÏSTE DE L’HUMAIN DU NÉOLITHIQUE Y COMPRIS À CE HUI, EST NÉCESSAIREMENT LA PLUS GRANDE ILLUSION QU’ON EST JAMAIS CONNUE EN ANTHROPOLOGIE ! CAR LA COMMUNAUTÉ HUMAINE ACTUELLE EST CONSTRUITE SUR CE QU’IL Y A DE PIRE EN NOUS : LE MENTAL-EGO, À L’ÉTAT DE VEILLE.
SEUL L’HUMAIN EST MÉCHANT (il tombe, mal), C’EST LE COPYRIGHT DE SON MENTAL, SON AMOUR DE LUI-MÊME À L’IMAGE SI PARLANTE ET SADIQUE DU TRANSHUMANISME AUGMENTEUR DU CORPS (qui ne voudrait plus tomber et entrer dans sa tombe).

LOI DE SUCCION ÉNONCÉE PAR HELVÉTIUS [celui des ”lumières”] : ”AIMER, C’EST AVOIR BESOIN”. Ainsi l’augmentation du corps devient winneriste : CHACUN SE SOCIALISANT À CHACUN OU SE RÉPUBLICANISANT À CHACUN POUR SON PROPRE BÉNÉFICE, COMME UN MOYEN POUR SES PROPRES FINS ET FAIMS.
Helvétius devance les frères Abraham et Simon Oppenheim qui, en 1840, déclaraient ceci : « Vendre une perle que vous avez à quelqu’un qui en a envie, ce n’est pas faire des affaires ; mais vendre une perle que vous n’avez pas à quelqu’un qui n’en veut pas, voilà ce qui s’appelle faire des affaires ». (Réf. page 451 du livre de Jacques Attali, Les Juifs, le monde et l’argent).


Le seul Réel a le principe universel d’apparaître en tant que SINGULARITÉ précisément dans la mesure où il est impossible de le reconnaître en tant que semblable à un autre : comme écrit ci-dessus IL EST LE SEUL À CON-NAÎTRE DE SON VRAI NOM, DE SA VRAIE NATURE, IL EST, il EST le « Je suis ce JE SUIS » de Moïse, le JEHOVAH (le Vrai, pas l'autre), le Soi cher à Ramana Maharshi. Le Soi, unique, « ICELUI COMPARABLE À RIEN » puisque dans la NON-DUALITÉ.
La non-dualité en « mêmeté », et la réalité qu’elle désigne, n’intègre ainsi la pensée du même que pour autant qu’il la RÉCUSE, ne s’autorisant à présumer d’une chose qu’elle est TELLE que s’il est assuré qu’il ne lui est par ailleurs RIEN DE TEL, ne connaissant de toute chose d’autre IDENTITÉ QUE CELLE QUI CONSISTE À N’ÊTRE IDENTIQUE À RIEN. Voir le double visage de JANUS ou des Routy [en haut de page] embrassant deux directions diamétralement opposée, l’opinion d’identité, donc de possession, rassemble et confond deux idées contraires du même et de l’autre, COMME LE MOI-INDIVIDUEL ET LE MOI-COLLECTIF : CE QUI EST SANS ÉGAL, ET CE QUI EST ÉGAL À QUELQUE CHOSE (cas du Moi-Collectif ou du social).
Bref, impossible de penser le même sans penser du même coup son propre contraire, d’imaginer une numérisation ou identification qui ne passerait pas par le trou obligé d’un « ne pas être identique » (ne pas pas être un numéro et mon voisin le deux ou le 72) ; c’est ce que résume EN PARADOXE LA DÉSORMAIS BANALE CARTE D’IDENTITÉ qui n’assure de l’authenticité de la personne que pour autant qu’elle la présent COMME DIFFÉRENTE DE TOUTE AUTRE, d’où ce monde infernal de code-barres et de numérisation du monde, UN NON-IDENTIQUE À QUELQUE AUTRE CHOSE OU QUELQUE AUTRE PERSONNE QUE CE SOIT, GARANTISSANT AINSI SON « IDENTITÉ » (son FAUX vrai nom) PAR L’EXHIBITION DEVANT UNE « FORCE DE L’ORDRE » D’UN CERTIFICAT RÉPUBLICAIN DE « NON-IDENTITÉ ».

En réalité, le même appartient au Seul réel, l’autre et le social appartient à l’irréel. Ainsi, le MÊME est en lui même autre (”Je est un autre” de Rimbaud) car identique en forme de différent de la différence ! C’est-à-dire que la SINGULARITÉ se trouve dans l’impossibilité d’apparaître en tant que tel, puisque Dieu ou le Soi est « caché » et ne peut apparaître en tant que tel, SAUF À PASSER PAR L’IMAGINATION D’UNE DUPLICATION QUI LA LAISSE DEVINER (CAS DE L’IMAGINATION CRÉATRICE CHEZ IBN’ARABI bien décrite par Henry Corbin dans le concept de « Seigneur »).
La vérité ou la Liberté étant le Seul réel, Elle n’est possédable par personne, Elle ne se donne pas à connaître comme un « bagage culturel » d’université pour s’envoyer en l’R en travaillant du chapeau [pharisien], soit inviter au labyrinthe sans fin de l’idéation, alors qu’Elle N’EST PAS ce labyrinthe.

La recherche de sa propre identité est bien LA LIBERTÉ INCONCEVABLE exposée dans le Soûtra de la Liberté inconcevable, les enseignements de Vimalakîrti : LE SANS POURQUOI OU SANS IDENTITÉ :
« Il me semble que ne rien dire des choses, n’en rien expliquer, n’en rien montrer, n’en rien connaître et n’en rien demander,  c’est accéder au Réel dans la non-dualité », répond Manjushrî au chapitre VIII : l’Éveil des Éveillés, 32.
Même chapitre à 23, par le bodhisattva Volonté Indéfectible : « La personne et la cessation de la personne forment dualité. Or la personne est cessation de la personne, puisque celui qui voit l’Apparence réelle de la personne [son Vrai Nom ou son Soi] ne croit pas à la personne ni à sa cessation [la personne ne se prend pas pour un corps ou ne confond pas le Soi avec le corps, ce qui formerait en France la Laïcité]. La personne et sa cessation ne sont point deux réalités différentes [comme le temporel d’un côté et le spirituel de l’autre] : rester dans cet état sans appréhension ni terreur, c’est accéder au Réel dans la non-dualité ».

L’EGOÏSME EST LE PROPRE DES HABITANTS DE L’EMPIRE : LES ÉTATS-UNIS, C’EST LEUR DÉFINITION DE LA « DÉMOCRATIE » OU DE LA « LIBERTÉ » = CONSOMMEZ, voir d’ailleurs le winnerisme de l’obésité chez eux. POUR EUX, LIBERTÉ = LA CAPACITÉ DE LEUR MENTAL D’AGIR POUR L’INTÉRÊT PERSONNEL, le mercantile du « votre ceci, votre cela ».
Les machines politiques du pouvoir étatique et capitaliste comme l’écologie ou le capitalisme vert, la « transition économicomique » sont les symptômes de la perte du spirituel ou DÉSENCHANTEMENT DU MONDE, QUI SIGNIFIE BIEN SON ATTACHEMENT AU CORPS AUGMENTÉ PAR LE CAPITALO-TRANHUMANISME, AUGMENTÉ PAR LA RACINE DU MAL, AUGMENTÉ PAR LE DEHORS : LE MONDE, LE SOCIALISME INVERSÉ, GRÉGARISME MORTEL, COMME UNE SOCIÉTÉ FOURMILIÈRE OÙ LES HUMAINS SON RÉDUITS À DES OBJETS ; DES ENGRENAGES MÉCANIQUES-MECCANO. AINSI, TOUT POUR LE CORPS OU LA MATIÈRE PHYSIQUE SEULEMENT RÉELLE PAR LES CINQ SENS DU PAUVRE MENTAL DE L’HUMAIN.


ET AUSSI À L’ADRESSE DES RÉPARATEURS TIKKOUNISTES OU ”PEUPLE ÉLU”, PEUPLE PRÊTRES, ET DE LEUR « DEVOIR DE MÉMOIRE », CAR ILS ONT LA ”TÊTE RAIDE” (maladie du pharisaïsme, ou des ”Commandements”) :
« Qui vous a demandé de penser à tout cela ? [telle la « Chute » façon Ancien Testament des Tikkounistes ou Tiqounistes] CE NE SONT QUE DES PENSÉES [DES OPINIONS]. À QUOI VOUS SERT-IL DE PENSER À LA MÉMOIRE ET À LA PERCEPTION ? C’EST SANS FIN, (comme l’opinion ou la polémique (3), comme le vieux débat sur ce qui était là en premier [le Big Bang ou ”première cause”], l’arbre ou la graine. DEMANDEZ-VOUS QUI A CETTE PERCEPTION ET CETTE MÉMOIRE [le scribe de cette page souligne]. C’est le ’je’ [ego]. D’où vient-il ? Trouvez-le. Car perception, mémoire et toute autre expérience ne viennent qu’à ce ‘je’. Vous n’avez pas de telles expériences durant le sommeil et pourtant vous dites que vous existiez. Et vous existez aussi à présent. Cela montre que le ‘je’ subsiste, alors que les autres choses vont et viennent [comme le capitalisme-objet…] ».

INDIVIDUALISME = TIRER SON ÉPINGLE DU JEU ET DRAME DU BAZAR DE LA CHARITÉ : LE RE-GARD, L’A-T-TRAIT et le RE-TRAIT, d’où la POSSESSION : GARDER OU DIFFÉRENCIER (d’I) DU PROCESSUS ; PLUS IL Y A O-POSITION, AINSI VA SE FABRIQUER LE ‘JE’ INDIVI-DUEL : LE BINAIRE PAR RAPPORT À L’UNITÉ, LA TYRANNIE DE L’OPINION : OUI PAR RAPPORT À NON, NORMAL PAR RAPPORT À A-NORMAL, CULTURE PAR RAPPORT À VIE, etc.
AINSI SE CONSTRUIT LE « DEVOIR DE MÉMOIRE » OU MÉMORISATION : met I, l’Axe, à mort, et qui tombe dans la dialectique historique en condensant un ‘je’ et non un ‘Je’, en faisant dans le CORPS-OBJET : É-LABORATION (de laboratoire) ou INSTALLATION DANS LA CHOSOPINION, LA CHOSE-OBJET DU CONSOMMATEUR ET DU CAPITALISME INHÉRENT À LA LOI DE SUCCION.

« VOUS DEVEZ VOUS CONCENTRER POUR VOIR D’OÙ LA PENSÉE ‘JE’ S’ÉLÈVE. AU LIEU DE REGARDER VERS L’EXTÉRIEUR, REGARDEZ À L’INTÉRIEUR (2) ET VOYEZ D’OÙ SURGIT LA PENSÉE ‘JE’ ».
(Ramana Maharshi au jour le jour, 3-7-1946).


Notes.
1. - Quelle est donc la racine du mal ?
- La « saisie » [loi de succion ou
Eucharistie (dans son sens en la
croyance au corps ou attraction
”universelle”].
- La saisie de quoi ?
- La saisie du triple monde [de la Forme,
du Désir, du Sans-Forme, jusqu’à la
gloutonnerie spirituelle].
- Comment arrêter cette saisie ?
- En recourant à l’introuvable, car dans
l’introuvable il n’y a pas de saisie.
- Qu’est-ce que l’introuvable ?
- La fin du dualisme.
- Qu’est-ce que le dualisme ?
- La vision d’un dedans et d’un dehors,
lesquels sont introuvables.
(Soûtra de la Liberté inconcevable,
chapitre V, 14)
Ils sont introuvables pour la raison naturelle
que Nous sommes l’Univers et que la racine du
mal fait SORTIR de l’Univers comme pour l’examiner
et POUR-VOIR comment il fonctionne : ON SORT DU TROU
POUR EXAMINER LE TROU, et comme dans un Trou il
n’y a rien d’autre que le Trou : pas de Trou à voir.
POUR-VOIR OU POUVOIR SIGNIFIERA ALORS :
D’É-couvrir : augmentation de l’ego par l’opinion
ou le recouvrement de toutes choses par le MASQUE
LE RIDEAU DE SON EGO, CE SERA LA CHUTE :
SORTIR, DEHORS, SAISIR… ET TENTER D’AMÉLIORER
LA CONDITION HUMAINE…

3. L’idée de « création » ne peut venir que dans la dualité SUJET-OBJET ou CAUSE-EFFET !!! « C’est parce que vous dites que vous êtes né, que les Écritures [abrahamisme] vous disent « d’accord » et ajoutent que Dieu vous a créé » (Ramana Maharshi, entretien 238).
Avec un Dieu créateur on fabrique une sanctification de la dualité. C’est ce que symbolise parfaitement Jean Coulonval dans son livre Synthèse et Temps Nouveaux, dans « L’œuf et la Poule » : « Une jeune cousine, élevée par les bonnes sœurs, me disaient un jour : ”Pour avoir un œuf il faut une poule et pour avoir un monde il faut un Dieu”. À quoi je répondais : ”Pour avoir une poule il faut aussi un œuf. Tu t’enfermes dans une chaîne de causes et d’effets dont les deux bouts ne se rejoignent pas, et que tu peux allonger à l’infini, sans que ton raisonnement soit valable” ». Notre monde malade mental actuel fonctionne de cette façon : l’évolutionnisme en une course sans fin (ou vers la Super Carotte « fin des temps »). « Pourquoi une ligne aurait-elle une fin, puisque après un pas je peux en faire un autre ? ». Je « progresse », donc je « construis » (Faire/Fer), JE CAPITALISE, J’UTILITARISE (rendement)…
 
 

Dernière mise à jour : 08-12-2022 10:16

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2024 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >