Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Monde humain en perdition
Monde humain en perdition Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 07-02-2023 15:43

Pages vues : 1681    

Favoris : 31

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Addiction, Aiguille, Amour, Argent, Artifictiche, Atlantide, Autorité, Banque, Christ, Collectifictif, Commerce, Convention, Croyance, Démocrapitaliste, Diable, Dragon, Echo, Egopinion, Egorgueil, Égrégore, Empire, Enfer, Essence, État, Feu, Guerre, Hararielisme, HOTC, Images, Jardin, Loi, Marchandise, Marxengelsisme, Masque, Messianisme, Métal, Mieux, Nostalgie, Paradis, Peur, Pierre, Pinceau, Pointe, Pouvoir, Raison, République, Rêve, Russie, Scalaire, Serpent, Silence, Social, Spirale, Spontacratie, Tore, Transhumanisme, Utotalitarisme, Verbopinion, Vie, Vierge, Washingtonisme, Westminsterisme, Yi King, Yokai

 
chateau_sable_fragile.jpg
 
 
Monde humain en perdition
Pourtant : Yin et Yang sont éternellement
Ici et Maintenant.
 
 
Le Yin et le Yang de chaque nom-la-forme (comme tout symbole est DOUBLE, et jamais fixe), et qui forme l’ESSENCE ou ”heccéité” éternelle, son Soi, son Essence, son EST, son Sans Pourquoi (semblable au Neter de l’Égypte ancienne (1)), sa SIGNATURE au sens de Jakob Boehme (son Soi, son Archétype, comparable à « son Ange »).
La Vraie Nature « essencifiée » par l’Essence divine, le Soi se révélant à soi-même, cette Vraie Nature rayonne éternellement dans le monde du ZÉRO INDIEN (ici au sens de Mystère, d’insaisissable à jamais = Paradoxe de la Réalisation : ”Le ‘Je’ rejette l’illusion du ‘je’ et cependant demeure en tant que ‘Je’. Tel est le paradoxe de la Réalisation du Soi. Ceux qui sont déjà réalisés n’y voient aucune contradiction”, Ramana Maharshi, entretien 28 du 4-2-1935. ”MORS ULTIMA LINEA RERUM EST” : Savoir, Pouvoir, Oser, SE TAIRE, donc TAIRE et ENTERRER LA SOURCE : on n’itère pas… pas de seconde fois… Le Vrai cesse d’être vrai dès qu’il est vu ou possédé).

Con-naître sa Vraie Nature, son ”heccéité” ou son Soi, son Arché (au sens de Noé et d’un nom-la-forme embarqué dans l’Arche qui symbolise la Vraie Nature du nom-la-forme, son EST (arché-type), c’est aussi connaître son « Ange », c’est-à-dire sa Signature, son Archétype, son EST dans le sens du RETOURNEMENT DE LA LUMIÈRE ou ”Retour à son Seigneur” (sens de l'Ouroboros) se traduisant par : FIDÈLES D’AMOUR, lesquels s’appelaient au Moyen-Âge : TROUVÈRES (”Voir le Trou”, mais comme dans un Trou il n’y a qu’un Trou, aucun Trou à voir ou à saisir. Fidèles d’Amour ou de la Gratuité signifie alors : MARIAGE DU POSITIF ET DU NÉGATIF, DONC VIVRE HORS DE TOUTE DUALITÉ SPATIO-TEMPOREL, résoudre la dualité Moi-Individuel/Moi-Collectif. De nos jours on parle de ”personnalité”, ou de ”citoyen” pour les habitants des villes ou cités. Ce fait à lui seul, suffit à prouver l’inversion caractérisant ce monde ”moderne”, car la racine ”alité”, de personnalité, ne signifie ”dans un lit” ou dans ses pompes, que par dérivation (le résultat, le symptôme ou l’effet est pris pour la cause, comme la médecine qui se croit ”traditionnelle” (celle de l’industrie de Big Pharma) alors qu’elle n’est que CONVENTIONNELLE, donc dénaturée, dérivée). A-lité : du A privatif et lit : qui n’est pas dans son lit ou pas sans ses pompes, qui n’a pas trouvé chaussure à son PIED, et pied au sens littéral en sanskrit : PADAM, signifie le Soi).

FIDÈLES D’AMOUR signifiera : le mariage du Fidèle d’Amour envers SON Seigneur, SA Signature, laquelle n’est pas l’Essence Divine au sens du Principe des Principes, mais son Point Originel au sens de la Manifestation, au sens de son NOM-ESSENCE dans l’Égypte ancienne : ”Le signifiant était lié au signifié, le mot à l'être ou à la chose qu'il signifie. Écrire le nom d'une personne ou d'une chose, c'était susciter cette personne ou cette chose, et à l'inverse, détruire le nom abhorré ou sa représentation équivalait à détruire l'être ou la chose elle-même”.

Alors supprimer ce couple Yin-Yang issu du Monde du ZÉRO INDIEN, c’est abolir pour l’Être incarné sa dimension archétypique (celle de l’Arche) ou dimension théophanique (divine par son EST, par son ”Ange”).
Surtout dans ce monde occidental anglo-américaine et protestant, n’étant plus à même de vivre en osmose avec LEUR Seigneur, LA GRATUITÉ, LE NON-NÉCESSAIRE, L’AMOUR, les individus ou citoyens deviennent des OBJETS, DES USAGERS qui chutent dans le conventionnel ou le DEHORS d’un ordre imposé : le Nouvel Ordre Mondial et sa technopolice : cette omnipotence indifférenciée, tous les Terriens équidistants et confondus dans l’indistinction d’un SOCIALISME RELIGIEUX.
Alors il leur est facile ou loisible de confondre LEUR Seigneur, leur Soi, qu’ils ne connaissent plus tel qu’il EST depuis leur naissance, avec l’Être Divin en soi, et de l’imposer à tous, ce qui est très visiblement en train de se passer surtout depuis cet après 1945 : UN MONOTHÉISME RÉPUBLICAIN UNILATÉRAL (surtout par sa laïcité scolaire) PAR LEQUEL PASSE LE « DIEU CRÉÉ DANS LES CROYANCES » ET CONSOMMATIONS.

L’individu ayant perdu son lien avec son Seigneur, sa Vraie Nature, son Soi, sera livré à une amplification dégénérant facilement en IMPÉRIALISME : LE SOCIAL EST DEVENU LA DICTATURE (2), C’EST LE SOCIAL, LA MASSE, QUI REND ALIÉNÉ (perte de sa Vraie Nature) : le chaos qui règne dans tout l’avoir du citoyen du mental jusqu’aux poils, se nourrit du désordre du social qui est autour de lui. Et le chaos qui est DEDANS le citoyen nourrit au DEHORS le chaos du social autour de lui.
Seul le Mariage Yin-Yang ou la Réalisation du Soi transcende ce conflit du Moi-Individuel et du Moi-Collectif. Ce conflit auto-entretenu sera tout bénéfice pour les Juifs ou peuple-Prêtres et leur TIQOUN (ou Tikkoun).
Alors le régime capitaliste et républicain à travers ses industries en technologies, n’a aucun intérêt à faciliter la Réalisation du Soi dans chacun de leurs usagers ou consommateurs et électeurs, SON OBJECTIF EST D’IMPOSER À TOUS LE ”MÊME SEIGNEUR”. Ce sera notamment le projet des Grands Prêtres Schwab et Harari et leur : ”Vous ne posséderez rien, et vous serez heureux”.
Cet impérialisme date en fait du totalitarisme de religion-politique depuis Théodose 1er faisant du christianisme une religion d’État (passage d’un Christ Intérieur ou de Réalisé vivant (2) à un Christ-objet ou incarnationniste et politique qui donnera le vaticanisme et la laïcité), AVEC INTERDICTION DE LA RÉALISATION DE LA COINCIDENTIA OPPOSITORUM OU MARIAGE DU YIN ET DU YANG : LE MARIAGE DU MOI-INDIVIDUEL ET DU MOI-COLLECTIF.

Saisir = déception….. Et principe de L’IDOLÂTRIE DE LA MARCHANDISE : LA DROGUE, LE BESOIN, LA DÉMOCRATIE : FABRIQUER LE CONSENTEMENT-CONSOMMATEUR ET AINSI ÊTRE FORCÉMENT PERPÉTUELLEMENT DÉÇU, BLASÉ, INSATISFAIT, ANGOISSÉ (d’où le principe sans fin et qui a toujours faim des RÉFORMES… ”Agiter le peuple avant de s’en servir”…).
RESSENTIR L’ATTRACTION ”UNIVERSELLE” OU LOI DE SUCCION EN UN APPÉTIT INSATIABLE. Donc ne pas tomber dans la racine du mal le Dedans-Dehors qui entraîne la SAISIE si la mode avec le ”Votre ceci, votre cela” du social en ”Vivre ensemble” accentué en France depuis l’attentat ”Charlie” en janvier 2015.

La Seule Vraie Loi de Succion ne peut qu’être ce que la christianisme appelle EUCHARISTIE, en d’autres mots : l’Imagination Créatrice au sens d’Ibn’Arabi ; l’IMAGE sans Dedans ni Dehors ; de nos jours de ”civilisation de l’image” et de l’écran aliénatoire smartphonique et autres computers devenant la cervelle de l’humain, tout est dirigé et digéré par le Dehors, et nullement au niveau visionnaire du Dedans. Le ”mundus imaginalis” de la mystique visionnaire est un monde qui n’a rien à voir avec l’empirisme d’un John Locke et de ses suites en ”Lumières” de perception par le Dehors, le mental, sa raison et ses cinq sens.
Au-delà de la conscience relativiste ou raison : le Monde de l’imaginaire qui n’est pas encore le Monde du ZÉRO INDIEN ou purs intelligibles.

Concernant la page précédente sur l’origine de l’”intelligence artificielle” pouvant facilement provenir de la découverte du feu vulgaire, le temps fut FIXÉ avec le concept d’un CHRIST incarné en Occident fabriqué par le dogme fondamental de l’Église de Rome et de son Vatican, qui s’inscrit ainsi dans la trame des objets, de la matière, du corps : Dieu en ”personne” s’est incarné  en un lieu ou dans le spatio-temporel, à un moment donné qui sert partout dans le monde à dater les années ; les fameuses béquilles-repères tout confort pour le social ou le commerce. Partant, il n’y a plus de mystère, plus de merveille ; et c’est pourquoi tous les enseignements cachés sont relégués parmi les Apocryphes comme les livres gnostiques, comme si iceux n’avaient rien à faire dans la dialectique historique matérialiste qui se comporte en dualité winners-losers.


À propos de cette mode de la dialectique matérialiste technologique historique (mémorielle).
Si la Conscience a le pouvoir de prouver son objet, sur quoi repose l’existence de l(m)a Conscience ?
Si au contraire, c’est l’objet qui prouve la Conscience, comme le CROIENT les Marxengelsistes, quel est le point d’appui de cet objet ? S’ils dépendent l’un de l’autre pour exister, genre « social », aucun des deux n’existe réellement. L’existence d’une graine est constatée par une conscience différente de la pousse. Mais qui constate l’existence de la conscience à laquelle l’objet est révélé. (En réf. au Bodhicaryâvatpara, Shantideva, La Marche vers l’Éveil).
Comme pour le temps qui coule, il faut une personne pour le voir et ainsi lui donner naissance. Sans cela, le temps ne vient pas Nous dire : « J’existe ! ».
« Si les objets [ou le temps] avaient une existence indépendante, s’ils existaient quelque part en dehors de vous, il vous serait alors possible de les quitter. Mais ils n’existent pas indépendamment de vous. Ils doivent leur existence à vous, à vos pensées. Où donc pourriez-vous aller pour leur échapper ? » (Day by Day with Bhagavan [Bhagavan : bienheureux, vénérable, divin ; Maharshi : grand sage], 16-3-1945 matin).

En l’absence de support, de spatio-temporel ou de dialectique matérialiste historique, aucune cause ou naissance n’existe. C’est ce qu’on appelle ”nirvâna”. C’est pourquoi si la conscience a le pouvoir de prouver son objet. Sur quoi repose cette conscience ? Idem avec une « conscience » appelée ”intelligence artificielle”, qui ne peut que dépendre de l’humain. Et si au contraire cette IA, donc cet objet IA qui au dire de certains humains prouverait la conscience en dépassant celle des humains, QUEL EST LE POINT D’APPUI DE CET OBJET ? S’ILS L’IA DÉPEND DE L’HUMAIN ET L’HUMAIN DÉPEND DE L’IA, AUCUN DES DEUX N’EXISTENT RÉELLEMENT. (Réf. au Bodhicaryâvatpara, Shantideva, La Marche vers l’Éveil).

Pas de Dehors ni Dedans, pas de second on de social.
Comme nous l’avons déjà dit, le but de toute philosophie est d’indiquer la Réalité, sous-jacente aussi bien au jâgrat [état de veille], au svapna [nature réelle de chacun] et à la sushupti [sommeil profond], qu’à l’âme individuelle, au monde et à Dieu.
Trois perspectives sont possibles :
1. Le vyâvahârika [réalité empirique] : l’homme voit le monde dans toute sa diversité ; il présume l’existence d’un créateur et se prend lui-même pour le sujet. Tout se résume donc aux trois notions fondamentales, le jagat [univers], le jiva [âme individuelle] et Ishvara [le Seigneur]. L’homme découvre l’existence du Créateur et cherche à l’atteindre afin d’obtenir l’immortalité. Si, de cette manière, il parvient à se libérer de la servitude, tous les autres individus continuent d’exister comme auparavant et doivent s’efforcer de gagner leur propre salut. Il admet plus ou moins que cette Réalité unique est sous-jacente à tous les phénomènes ; ceux-ci sont l’oeuvre du jeu de la māyā qui elle, à son tour, est la shakti [énergie] d’Ishvara ou l’aspect actif de la Réalité. Ainsi, l’existence de différentes âmes, de différents objets, etc., ne contredit pas le point de vue advaitique [non dualiste].
2. Le pratibhasika [réalité illusoire] : le jagat, le jiva et Ishvara ne sont appréhendés que par celui qui les voit. Ils n’ont pas d’existence indépendamment de lui. Qu’on le nomme individu ou Dieu, il n’y a qu’un seul jīva. Tout le reste n’est que mythe [les fameuses f(r)ictions qui engendrent tant de guerres].
3. Le paramârthika [Réalité absolue] : il s’agit du ajâta-vâda (la doctrine de la non-création), qui n’admet pas de second [pas de copie]. Il n’y a pas de réalité ni d’irréalité, rien à chercher, rien à gagner, ni de servitude ni de libération, etc.
La question se pose alors de savoir pourquoi tous les shâstra (Écritures] parlent du Seigneur en tant que créateur ? Comment la créature que vous êtes peut-elle créer le créateur et affirmer que le jagat, le jiva et Ishvara ne sont que des conceptions mentales ?
Voici la réponse :
À l’état de veille, vous savez que votre père est mort et que de nombreuses années ont passé depuis. Néanmoins, vous le voyez dans un rêve et vous le reconnaissez comme étant votre père, celui qui vous a donné la vie et qui vous a légué son patrimoine. Dans ce cas, le créateur est dans la créature [”Tout est dans Tout” dit une devise alchimique : le FRACTAL]. Dans un autre rêve, vous servez un roi et vous êtes un de ses dignitaires. Dès que vous vous réveillez, tous les personnages ont disparu, en vous laissant seul. Où étaient-ils ? Seulement en vous-même.
Cette analogie est aussi valable dans le cas du prâtibhâsika [réalité illusoire telle qu’elle apparaît à un individu] ».
(Ramana Maharshi, entretien 399 du 15-4-1937).

Même entretien : « M. : Le rêve existe pour celui qui est éveillé. Mais, en fait, sous l’angle de l’absolu, rêve et veille sont tous deux irréels ».



Notes.
1. Neter ou Trame Divine dans la tradition de l’Égypte ancienne. Les Neter (le mot ne prend pas de s) prennent naissance dans Pet (pt), le Ciel. Ils expriment des principes et fonctions de la puissance Divine se manifestant dans la Nature. (Cause essentielle ou prendre Conscience de l’idée). C’est un principe porté par le signe ; le Neter est une « idée » immanente contenue en la Nature, sorte de « cause » (comme un Sel sublime ou « Alkaest »), et ce principe ou agent d’une loi cosmique agit selon lui-même indépendamment de celui qui le subit (sel). Le Neter agit selon sa fonction, qu’il soit ignoré ou connu des humains. Il est comme « connu de toute éternité » (comme les ESSENCES) donc indifférent aux noms qu’on peut lui attribuer. Le Neter (qui n’est pas un totem) ressemble à un symbole clef, clefs ou 32 yeux pour se rendre compte de l’Univers en nous.
Chaque Neter « en son heure » (Astrologie) appelle à la vie la « partie » et les assemblages de parties qui lui correspondent. Par la symbolique du Neter, on peut connaître la Nature.

Les 32 Neter :
Amon – Anubis – Atoum – Apet – Bès – Chou – 4 Fils d’Horus – Geb – Hathor – Horus – Isis – Khnoum – Khonsou – Maât – Min – Montou – Mout – Nephtys – Nefertoum – Neith – Nekhbet – Nout – Osiris – Ouadjit – Ptah – Renenet – Sechat – Sekhmet – Serket – Seth – Sobek – Thot.

Les Dieux des Neter sont tour à tour la personnification, le Nom d’un aspect ou d’une force de la Nature. (En référence à Isha Schwaller de Lubicz, Her Bak)
(A-parté : si les lois physiques de la Nature semblent vraies et les mêmes partout, ce que confirment toutes les expériences du monde entier, c’est bien grâce aux Neter. En Chine, c’est grâce à la méditation sur les 64 Hexagrammes du Yi-King).

2. COMME TOUT EST DANS LE MENTAL, LES THÉOPHANIES SONT COMME LES MODES : CHANGEANTES, NOUVELLES, CAR LEUR HISTOIRE EST CELLE DE L’EGO, ET NULLEMENT LA TRAME MATÉRIELLE LIÉ À LA CAUSALITÉ DU DEHORS POURTANT EN ILLUSIONS LE POURVOYEUR DU DEDANS ! SI ON SUCCOMBE À LA RACINE DU MAL : LA SAISIE PAR LA DUALITÉ DEDANS-DEHORS S'ACTIVE, DUALITÉ POURTANT INEXISTANTE : AUCUNE SAISIE DANS L’INEXISTANT !!! LES FAMEUX « FAITS » SONT INEXISTANTS EN TANT QUE FAITS PUISQUE « DEHORS », IRRÉELS. MAIS POUR NOUS QUI SOMMES DEPUIS TANT DE MILLÉNAIRES PRIS AU PIÈGE DE LA DIALECTIQUE ET DU MENTAL ET DE SON USINE À CAUSALITÉS, LES « FAITS » DEVIENNENT TEMPORELS DONC HISTORIQUES, MÉMORICIDES : LES FAITS DEVIENNENT « OBJECTIFS », INCARNÉS, RÉELS.
EN REVANCHE, IMPOSSIBLE DE FAIRE UNE MÉTAPHYSIQUE DE L’HISTOIRE, AVEC DES THÉOPHANIES NI AVEC L’IMAGINATION THÉOPHANIQUE.
TOUT CELA EST FONDAMENTAL POUR COMPRENDRE CE MONDE PRÉSENT, QUI PASSA EN FAIT, NON D’UN MOI-COLLECTIF À UN MOI-INDIVIDUEL, MAIS BIEN D’UN MOI-INDIVIDUEL À UN MOI-COLLECTIF DONT LE DERNIER EXEMPLE FUT L’URSS DE STALINE JUSQU’EN 1991.
 
CE SERA CET ACTUEL MONDE DE LA CROYANCE COLLECTIVE : LA MÊME SOUPE POUR TOUS, LA MÊME PENSÉE UNIQUE POUR TOUS, (d’autant facilitée par l’actuelle technologie informatique, et par les manipulations du mental des masses par le sentiment, donc par le corps, le mental). OR LA RÉALISATION DU SOI OU LE « CONNAÎTRE TOI-MÊME PAR TOI-MÊME » NE PEUT PAS ÊTRE IMPOSÉ PAR UN DEHORS : LE MYSTIQUE, LE RÉALISÉ, LE LIBÉRÉ NE PEUT PAS ÊTRE IMPOSÉ PAR UNE CROYANCE COLLECTIVE, CAR LA RÉALISATION DU SOI EST TOTALEMENT INTIME, ET LA CROYANCE COLLECTIVE EN UN MOI-COLLECTIF, C’EST CE QUE TENTE D’IMPOSER L’ACTUELLE OLIGARCHIE DU RÉGIME CAPITALO-RÉPUBLICAIN. IL Y A BIEN L’INVERSION DU MOI-INDIVIDUEL ANTIQUE À LA NAISSANCE DE L’HELLÉNISME (APRÈS ALEXANDRE) VERS LE MOI-COLLECTIF ET DE L’ÉGLISE DE THÉODOSE 1er, PUIS DE LA RÉPUBLIQUE JUDÉO-MAÇONNIQUE SPÉCULATIVE ET SON SOCIALISME EN « VIVRE ENSEMBLE » SOCIALO TRÈS GUEULARD SUITE À LA F(R)ICTION UKRAINIENNE PRENANT LA SUITE DE LA F(R)ICTION COVID-19 DANS LA CATÉGORIE SENTIMENT ET PEUR (de mourir, ou d’être soumis à un Dehors….)

Stance 16,9 de Nagarjuna : « ”Un jour je m’éteindrai libre de toute appropriation, le nirvana m’adviendra”. Prendre les choses ainsi, c’est le comble de l’appropriation ». C’est l'appétit enfantin du merveilleux, notamment à travers le transhumanisme qui promet « l’immortalité »…. ICI-BAS. Il faut veiller, toujours : « Gate gate pâragate pârasamgate bodhi svâhâ » du Soûtra du Diamant (Allé, allé, allé au-delà, allé complètement au-delà, l’Éveil, ainsi).
Le NIRVANA OU I’M SAFE des injections contre le covid-19.
 
 

Dernière mise à jour : 07-02-2023 16:32

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2024 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >