Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Monde dégueulasse de 1789 du winnerisme
Monde dégueulasse de 1789 du winnerisme Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 22-03-2023 17:50

Pages vues : 1007    

Favoris : 23

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Addiction, Aiguille, Amour, Argent, Artifictiche, Atlantide, Autorité, Banque, Christ, Collectifictif, Commerce, Convention, Croyance, Démocrapitaliste, Diable, Dragon, Echo, Egopinion, Egorgueil, Égrégore, Empire, Enfer, Essence, État, Feu, Guerre, Hararielisme, HOTC, Images, Jardin, Loi, Marchandise, Marxengelsisme, Masque, Messianisme, Métal, Mieux, Nostalgie, Paradis, Peur, Pierre, Pinceau, Pointe, Pouvoir, Raison, République, Rêve, Russie, Scalaire, Serpent, Silence, Social, Spirale, Spontacratie, Tore, Transhumanisme, Utotalitarisme, Verbopinion, Vie, Vierge, Washingtonisme, Westminsterisme, Yi King, Yokai

 
croisel2_tr_vermill_crucifie_focale.png
 
 
Monde dégueulasse de 1789 du winnerisme
et de son évolutionnisme en :
”ENRICHISSEZ-VOUS” : CONSOMMEZ
(développez-vous personnellement ou développez
votre affaire et écrasez les losers, affirmez-vous,
« existez ! » [culte du narcissisme et corps]).
 
Depuis, dans ce monde, il est obligatoire d’être
un winner surtout si en plus vous êtes moche,
pauvre, malade, et que vous avez une petite bite.
Alors dans ce monde de la dualité winners-losers,
le loser sera en permanence en ”développement
personnel”
: il cherchera à s’affirmer, et cela
finit souvent dans la délinquance en bandes
organisées et institutionnalisées, donc légales,
ou illégales : les racailles du haut bossent
en compagnie des racailles du bas = LE WINNERISME
DE LA DÉLINQUANCE D’ÉTAT PAR PRINCIPE ÉGOÏSTE.
De cette façon, l’État ne sera jamais une entité
délicate !!! mais au contraire, c’est-à-dire
très vulgaire, au DEHORS (voir ce qu’il se passe
en France en mars 2023 avec la ”réforme des
retraites”
). L’État sera fasciste, chaotique,
et enfin socialo-démocratie, le TOUT habillé
de loques chrétiennes  : ”les Lumières de
valeurs… morales”
.



Maintenant, L’ÂNE = LE SPATIO-TEMPOREL par la Carotte-Messie.
Jean 12,14 : « Jésus trouva un ânon, et s'assit dessus, selon ce qui est écrit ». L’âne monture de Jésus et de Dionysos. En Chine l’âne blanc est parfois la monture des Immortels ou Réalisés. Mais Jésus monte en fait LE PETIT DE L’ÂNESSE : L’ÂNON, parallèle avec L’ENFANT DE LA VIERGE NOIRE… Puis, avant sa Passion, le Chris-Jésus fait son entrée triomphante dans Jérusalem sur une ânesse. Les premiers Chrétiens sont représentés par des crucifiés à tête d’âne.
ÂNE EN CROIX OU CRUCIFIÉ = LE POINT FOCAL, LE CREUSET : L’ÊTRE, le ”Je suis ce JE SUIS”.
RAPPEL : l’âne et le boeuf (ou buffle la monture de Lao Tseu) sont symbolique de la crèche dans la tradition populaire chrétienne : le boeuf ou buffle et monture de Lao Tseu.

Croix, Creuset (Croisel ou lampe à quatre lobes : ”J’étais Un je devins Trois”) ou Point Focal = PTAH : LE NÉ DE LUI-MÊME, Shiva en Inde…

L’âne, le messianisme telle la CAROTTE attachée à distance de la tête de l’âne pour le faire avancer, et si la carotte est mangée, l’âne n’avancera plus sans une nouvelle carotte et ainsi de suite et principe du capitalisme où le consommateur doit être perpétuellement insatisfait, blasé, anxieux et agité pour communier constamment à l’ostie de ses achats.
Si le messie arrivait, ce serait la catastrophe : il n’y aurait plus d’ailleurs pour faire fonctionner l’Ici.
MESSIE ou CAROTTE, DIEU ou Soi : si ce même Thème est CACHÉ, comme la lumière cachée aux yeux sensibles des habitants de la caverne de Platon ; qu’elle intérêt de « Réaliser le Soi » (déjà le EST) s’Il est caché ? (IL EST LE TROU). Et nécessairement avec ”mise en valeur du temps” ? Voilà à nouveau LE PARADOXE de la Réalisation : le ‘Je’ et son double le ‘je’. On ne peut voir le Trou puisque dans un Trou il n’y a rien d’autre que le Trou, donc pas de Trou à voir ; comme on ne sort pas de l’Univers pour le voir. PARADOXE de la Réalisation comme s’il y avait deux QUALITÉS dont l’une contredit l’autre.

Paradoxe de l’âne-carotte chez Nasr Eddin Hodja : Un Réalisé, un « fou voyant » car il s’ingénie à faire tomber les murs, à ouvrir des perspectives inattendues. Il révèle à tout un chacun des paysages inaperçus, quand bien même ces paysages se révèlent être, eux aussi, de notre monde).
Une « certaine définition » de l’ésotérisme. Prenez garde, car malgré la simplicité, l’apparente bêtise, ce très court récit va très très très loin...

LE RAPPORT ou LA MISE EN VALEUR DU TEMPS.
Timour Leng (ou Timur Lang) a convoqué Nasr Eddin pour une affaire sérieuse.
- Nasr Eddin, tu as acquis, dit-on, la connaissance des mystères. Je voudrais donc que tu me dises ce qu’est une certaine science occulte appelée « ésotérisme », paraît-il.
- Par la barbe du prophète, seigneur, je n’ai jamais entendu parler de cette science-là i
- Eh bien, informe-toi, questionne. Je veux que tu me fasses un rapport là-dessus dans un mois.

Un mois plus tard, Nasr Eddin, qui entre-temps s’est borné à cultiver son jardin et à bichonner son âne comme d’habitude, revient à la cour, mais les mains vides.
- Nasr Eddin, je vois que tu as oublié ce que je t’avais demandé.
- Oublié ? Ô maître du monde ! J’ai parcouru des provinces entières, j’ai questionné les plus grands sages, j’ai lu des centaines de traités. Et qu’Allah me maudisse si je mens !
- Mais alors donne-moi ton rapport. Je ne le vois pas.
- Mon rapport tient en un seul mot !
- Comment ? fait Timour stupéfait, un seul mot pour expliquer toute une science secrète ! Dis-moi donc lequel.
- CAROTTE ! crie soudain Nasr Eddin aussi stupidement que glousse un dindon.
- Comment carotte ? Que signifie cette incongruité ?
- CAROTTE ! répète sur le même ton Nasr Eddin. J’ai appris deux choses sur « l’ésotérisme ». La première, c’est que beaucoup d’ânes s’y intéressent. Le deuxième est que, fort heureusement, la partie la meilleure en est cachée.

[D’après l’édition préparée et présentée par Jean-Louis Maunoury, Phébus Libretto]

Paradoxe de la Réalisation : « Le ‘Je’ rejette l’illusion du ‘je’ et cependant demeure en tant que ‘Je’. Tel est le paradoxe de la Réalisation du Soi. Ceux qui sont déjà réalisés n’y voient aucune contradiction. Prenez la bhakti [dévotion] : Je m’approche d’Ishvara et je prie afin d’être absorbé en Lui. Je m’abandonne dans la foi et le recueillement. Que reste-t-il après ? À la place du ‘je’ initial, ce qui subsiste après l’abandon total de soi-même est Dieu, dans lequel le ‘je’ s’est dissous. C’est la plus haute forme de dévotion, l’abandon total ou le niveau suprême de vairâgya [détachement, lâcher-prise, être Cour] », Ramana Maharshi, entretien 28 du 4-2-1935.

Paradoxe de se « découvrir » soi-même par soi-même, le Réel étant précisément ce qui est sans double (L’UN ou Dieu), pas de dualité sujet-objet, donc le Réel demeure réfractaire à toute entreprise d’identification). Se découvrir soi-même équivaudrait à « sortir » de l’Univers pour s’examiner, car NOUS sommes l’Univers, nous sommes DEDANS.
L’identité d’un « ceci » est d’être « ceci », comme la Super Tautologie : « Je suis ce JE SUIS », et non d’être identique ou assimilable, bouffé, à quelque « cela » (Dehors) que ce soit, bouffé par l’opinion et tyrannie de l’autre. L’égalitarisme judéo-maçonnique du républicanisme est un mensonge de plus. Car la seule Réalité n’est possible que quand il est impossible de la reconnaître, de l’identifier sans tomber dans la dualité sujet-objet, et donc de la comparer en tant que semblable à une autre : chaque « humain » est un Univers à lui tout seul : IL EST SINGULARITÉ, IDIOT…
Le Janus au double visage regardant deux directions contraires, l’opinion de l’identité rassemble et confond les deux opinions contraire du même et de l’autre : désignant à la fois et en contradiction ce qui est « sans égal » et ce qui est « égal à quelque autre chose ». Bref, impossible de penser le même sans penser en même temps à son propre contraire.

SEUL RÉEL = L’INSTANT : l’identité d’un EST, ou CELA, demeure aussi étrangère à la somme de ses égalités possibles, étrangère même à une égalité avec son ‘je’ considéré comme MISE EN VALEUR DU TEMPS (addition de plusieurs Instant : l’écart entre deux Instant des deux CELA créant une MARQUE, un SIGNE de DIFFÉRENCE OU DE MISE EN VALEUR DU TEMPS QUI SUFFIT À FAIRE DE CETTE IDENTIFICATION OU SAISIE UNE AFFAIRE D’ÉGALITÉ À LA RÉPUBLICAINE SOCIALISTE DE L’APRÈS 1789 FRANÇAIS, ET NON UNE IDENTITÉ AU SENS DE LA PERSONNE [au sens de Réalisé, au sens de QUALITÉ, de LIBÉRÉ]).
Ce qui fait l’identité d’un CELA : « mais libérez-vous de l’association avec leur auteur (le ‘je’ ou ego). Le Soi est le témoin, vous êtes Cela. […] Ne vous faites pas d’illusions, vous êtes déjà Cela, il n’y a rien de plus à obtenir, il n’y a que la fausse association à éliminer, la limitation à reconnaître comme illusoire [qui constituera le Paradoxe de la Réalisation] », dit Ramana Maharshi dans la préface de ses entretiens.
La méthode du Maharshi pour atteindre Cela est bien connue : c’est l’âtmavichara [Retournement de la Lumière ou recherche du Soi par analyse introspective]. « Toujours et à tout moment, cherchez la source de l’ego, l’acteur apparent, et lorsque ce but sera atteint, l’ego s’évanouira de lui-même, et rien ne subsistera à part le Soi qui est toute Félicité ».

« En la recherche constante du ‘je’ [définition de la pratique de la Réalisation], la source de l’ego. Cherchez « Qui suis-je ? ». Le ‘je’, à l’état pur, est la Réalité, l’absolu Être-Conscience-Félicité. Lorsqu’on oublie Cela, toutes les misères surgissent ; lorsqu’on fixe son attention sur Cela, les misères passent ». (Ramana Maharshi, entretien 17 du 24-1-1935).

Nous sommes CELA, Nous sommes l’INSTANT. Alors : pourquoi ”devenir” ?
« Le penseur a toujours été le Réel. Il finira bien un jour par le réaliser. Parfois nous oublions notre identité – comme en sommeil profond et en rêve. Mais Dieu est conscience perpétuelle ». (Ramana Maharshi entretien 31 du 4-2-1935).

Mise en valeur du temps : impossible de penser le même sans penser dans l’Instant son propre contraire, d’imaginer une saisie ou identification qui ne passerait pas par le biais nécessaire d’un ”Ne pas être identique”, ce qui est résumé par la banale carte d’identité qui n’assure de la personne que seulement si elle la présente comme DIFFÉRENTE de toutes les autres, non identique à quelque autre citoyen consommateur, garantissant ainsi son « identité » possessive par l’exhibition d’un certificat général de « non-identité ».

Cette dualité du même et de l’autre, ou du Dehors, donc de l’identique et du différent, n’est pas un social ou une complémentarité. Car le même et l’autre relèvent de deux domaines hétérogènes : le même appartient au Seul Réel, l’autre appartient au Dehors ou ILLUSION.
Bref, l’identité est comme le Trou dans lequel il n’y a rien d’autre que le Trou, donc pas de Trou à saisir ou à voir.
Le CELA et insolite par Nature, non qu’il puisse lui arriver de trancher le cours ordinaire des choses, mais parce qu’il est LUI-MÊME toujours EXTRAORDINAIRE en tant que SEUL, en tant que CELA.

Le CELA ou Seul Réel est insaisissable. En d’autres mots : le rapport dans l’INSTANT de la conscience est un rapport de CONNAISSANCE dont l’invention de l’ignorance n’a pas encore été créée.

Identité : la  couverture sociale = superficialité du collectif : le ‘on’ provenant de homo, du latin homme, dénaturé (d’E) lorsque cet homo voyant sa nudité (Genèse 2,25 et 3,7), DÉDOUBLÉ EN DUALITÉ ADAM-EVE DONC DEVENANT CORPS, MATIÈRE OU MISE EN VLEUR DU TEMPS DE LA GLÈBE ADAMIQUE (Genèse 2,7) doublée du VAN (1)

Hors de tous les ismes du préconçu sécuritaire et de la saisie, la VRAIE MISE EN VALEUR DU TEMPS ne peut qu’être la FONTAINE DE JOUVENCE : LE NON-AGIR PAR QUOI TOUT EST AGI : Tao-tö king 43 (trad. Liou Kia-hway) :
Le plus tendre en ce monde
domine le plus dur.
Seul le rien s’insère dans ce qui n’a pas de failles.
À quoi je reconnais l’efficace du non-agir.

L’enseignement sans parole
L’efficace du non-agir,
Rien ne saurait les égaler.

Le superficiel et sécuritaire du social et de l’inconscient collectif RAMÈNE TOUT À DES SENSATIONS, À DES PAROLES, À DU BRUIT, À LA DUALITÉ SUJET-OBJET OU COMPARAISON SENSORIELLE PAR CROYANCE DU CORPS POUR FAIRE COM-PRENDRE, SAISIR, CE QUI EST INSAISISSABLE COMME LA LIBERTÉ. Le CELA, l’insaisissable du VAN (1). Or depuis l’impérialisme de Rome et de son politisme de chrétienté, des grossiers missionnaires partout sur la planète qui espéraient gagner de leurs futurs CLIENTS LA CROYANCE en un paradis de supermarché de pouvoir d’achat, en ont conclu que les ”primitifs”, les Païens, adoraient le vent comme si c’était un Dieu, ou de façon utilitaire, pour faire avancer leurs bateaux… (et plus tard pour faire fonctionner des locomotives à vapeur).


Note.
1. Le VAN : Dans la Vallée souffle le Vent, le Vent d’Hermès, au sens du VAN. Vent ou Van trouve son homonyme en FAN (paraître, le CELA), mis en Fêmi dont la forme enclitique signifie : rendre visible, se manifester. Le latin vanna (van) trouve dans FANOS (Phanos ou Lanterne) la signification de lumineux, brillant, que le sens figuré affirme par « manifeste », « évident », le CELA ; c’est aussi proprement le Flambeau, que le second sens de Phanos ou Fanos désigne par Lanterne (la « Lanterne » ou Lumière d’Hermès, cette Pierre nécessairement volatil revivifiant le mort et donnant la vie au Soleil et à la Lune, au « mari et à la femme »…).
FAN : paraître (le CELA), avec le F de Figure, Feu, Fléau, Fantôme, Finalité, Forme, Fond, Fin, Fleuve : « Le Fleuve qui va à la Mer ne peut supprimer sa Source » (Jean Coulonval, dans Synthèse et Temps Nouveaux). Le F de Feu comme du Fléau qui détruit tout et qui donne cependant au Fer après liquéfaction, la Forme ou la Figure-Fin. Ainsi est la définition du mot VAN : LE RETOURNEMENT DE LA LUMIÈRE, au sens du Secret de la Fleur d’Or, manuel classique de méditation permettant l’accès à l’Être intérieur ; manuel incorporant la quintessence du bouddhisme et de la taoïcité. L’Or signifie la Lumière, celle de l’intellect qui « pointe » (AIGUILLE) ; la fleur signifie l’épanouissement, le jaillissement de la lumière du Soi. Ainsi, le nom même de cette technique désigne l’Éveil fondamental et inconcevable du Vrai Soi et de son potentiel caché, le « Zéro indien », appelé en Occident d’une façon utilitariste : « énergie libre »

Les énergies spirituelles sont symbolisées par la LUMIÈRE, mais aussi par le VENT : Il souffle dans la Vacuité de la Fontaine de Jouvence…..
 
 

Dernière mise à jour : 22-03-2023 18:17

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2024 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >