Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow On te mettras dans l’TROU
On te mettras dans l’TROU Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 03-05-2023 20:51

Pages vues : 634    

Favoris : 40

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Addiction, Aiguille, Amour, Argent, Artifictiche, Atlantide, Autorité, Banque, Calcul, Christ, Collectifictif, Commerce, Convention, Croyance, Démocrapitaliste, Diable, Dragon, Echo, Egopinion, Egorgueil, Égrégore, Empire, Enfer, Essence, État, Feu, Guerre, Hararielisme, HOTC, Images, Jardin, Loi, Marchandise, Marxengelsisme, Masque, Messianisme, Métal, Mieux, Nostalgie, Paradis, Peur, Pierre, Pinceau, Pointe, Pouvoir, Raison, République, Rêve, Russie, Scalaire, Serpent, Silence, Social, Spirale, Spontacratie, Tore, Transhumanisme, Utotalitarisme, Verbopinion, Vie, Vierge, Washingtonisme, Westminsterisme, Yi King, Yokai

 
boiteruss1204_470.jpg
 
 
On te mettras dans l’TROU
Dans l’Sarcophage qui doit ”donner l’R”
ou RÉ-animation tel le VASE-VALLÉE-VAISSEAU
(l’R de la Vraie Immortalité, pas celle des
transhumanistes du capital et de sa
technologie)
Le VRAI SACRIFICE, pas le commercial
qui consiste en un TROC comme dans l’exemple
d’Abraham qui sous les ordres d’un Dieu troc
son fils Isaac selon le principe du feu vulgaire
et de la thermodynamique et le complexe
de CAÏN-PROMÉTHÉE faux feu (voir plus bas).


SACRIFICE = PARADOXALEMENT CONDITIONNEMENT.
 
SACRIFICE COMMERCIAL CAR LIÉ À L’IDÉE D’EN
RÉCOLTER LES FRUITS : UN TROC : je te donne mon
fret en échange tu me donnes une POSSESSION, UNE
SAISIE, UNE TERRE (promise).
De là ne pouvait que découler la GLOUTONNERIE
SPIRITUELLE DONT LE RÉPUBLICANISME EST UN DES
ENGRENAGES AVEC SA ”LAÏCITÉ” (à la française).
Dans le cas d’Abraham, c’est même pire, car au
lieu de troquer son fils, il tue à la place
un bélier, qui comme par « miracle » se trouvait
à proximité du lieu du troc et qui remplacera
la marchandise Isaac !
WALL-STREET N’EST PLUS LOIN, DE MÊME QUE LA
MAGIE OU LES POUVOIRS SIDDHI (surnaturels).
Le sacrifice dans l’Ancien Testament est
une monstruosité de GLOUTONNERIE SPIRITUELLE :
UN TROC EN ÉCHANGE D’UN ACCÈS AU DIVIN,
UN QR-CODE, UN « PASS-VACCINAL » EN ÉCHANGE
DE CECI OU CELA.

Et chez les Yahvistes le sacrifice reflète bien
cette CROYANCE AU CORPS : sacrifier sa vie en
échange de ceci ou cela dans le concept du
MESSIANISME : PROJECTION VERS UN DORG (Demain
On Rase Gratis, ou Demain nous serons libres).
Et le NOUVEAU TROC DEVIENT LE VIRTUEL INFORMATIQUE
DE L’ÉPOQUE : au lieu de tuer un humain comme sacrifice
on le TROC contre un animal qui sera tué à la place.
TOUTE L’ÉCONOMIE MONDIALE REPOSE SUR CE TROCISME
SINGEANT UNE SPIRITUALITÉ, SINGEANT UN ”SALUT”,
L’ÉCHANGE EN ”MIEUX”.
CE WALL-STREET DU TEMPS SERA D’AUTANT PLUS INTENSE
QU’IL PASSE PAS LA MUTILATION AU HUITIÈME JOUR DE
NAISSANCE PAR LA CIRCONCISION (chez ces paroissiens
le corps est le véhicule de l’âme par le sang
qui y circule).

”Tout don implique l’absence d’intérêt
personnel. C’est l’essentiel du nishkâma-karma
(action désintéressée) et c’est le vrai renoncement
[la Vraie Putréfaction].
Si la générosité est cultivée, elle devient tyâga
[renoncement, abandon]. Si quelque chose est donné de
plein gré, c’est une joie pour celui qui donne et pour
celui qui reçoit. Si la même chose a été volée, c’est
une cause de souffrance pour les deux. Le dāna (don),
le dharma (devoir) et le nishkâma-karma sont tous une
preuve de tyâga. Quand la notion du “mien” est
abandonnée, le mental pur (chitta-shuddhi) se
dévoile. Quand le ‘je’ est abandonné, c’est le jnana
[Connaissance, connaissance]. Ainsi, quand l’homme
cultive la générosité, il aboutit tôt ou tard au
jnana”. (Ramana Maharshi 581).

SACRIFICE RITUEL = MOYEN D’OBTENIR UN POUVOIR.
C’EST DU COMMERCE, DE L’OBTENTION DE QUELQUE,
UN FRUIT, UN BÉNÉFICE, UNE CHOSE COMME
« LA VIE ÉTERNELLE ».
Comme l’exprime un intervenant dans l’entretien 326
de Ramana Maharshi : ”Comment Dieu pouvait-il éveiller
les forces des asura {démons] et provoquer la guerre
continuelle ? La nature même de Dieu n’est-elle pas
pure bonté ?
M. : La bonté n’est qu’une conception relative.
Le bien implique toujours le mal. Ils coexistent
toujours. Ils sont comme la face et le
revers d’une médaille.
Le seul ennemi, ce sont les pensées, comme
l’exprime le Maharshi dans ce même entretien.

Celui qui cherche le résultat de ses actions
est un misérable.

”Au cours de son action, elle [la personne] doit se
remettre entre les mains du Pouvoir suprême dont la
puissance doit être gardée à l’esprit sans jamais être
perdue de vue. Comment alors peut-elle se sentir élevée ?
Elle ne devrait même pas se soucier des résultats de
ses actions. Seulement alors le karma devient
désintéressé.
[…]


M. : Si la personne s’est soumise à Dieu ou à son guru, le Pouvoir auquel elle s’est soumise la conduira dans la bonne voie. Elle n’a alors plus besoin de se sentir concernée ni de savoir si son chemin est juste ou non. Les doutes ne surgiront que si elle faillit à obéir au maître dans les moindres détails.
Q. : N’existe-t-il pas un Pouvoir sur terre, susceptible d’accorder la grâce à Ses adorateurs de façon à ce qu’ils trouvent la force de travailler pour leur pays et d’acquérir le svarâj [l’indépendance, l’autonomie] ?
Le Maharshi resta silencieux. Plus tard, il expliqua que son silence équivalait à un acquiescement”. (Entretien 502 du 14-8-1938).

SHIVA-RUDRA représente la DESTRUCTION DU SACRIFICE, car sonne comme SACRÉ et tout ce qui est SACRÉ EST DOUBLE : BIEN-MAL ingénieusement mélangés par le mental humain.
SACRIFICE = MORT VIOLENTE : la victime animal est mise à mort ; les tiges de soma sont broyées ; les grains sont pilés, etc. L’animal étant mis à mort par suffocation ou par strangulation avec un lacet, bref : faut ménager la marchandise.

RUDRA = PANique : le chasseur sauvage qui comme la puissance-énergie de la mort, est évité, repoussé à la banlieue du monde habité, et qui est l’énergie INCONNUE, INDOMPTABLE ET INÉPUISABLE, qui peut toujours faire irruption telle la mana des Polynésiens, cette force prodigieuse et absolue ambivalence : autant bénéfique et ”divine” dans son côté pile, autant d’un Instant à l’autre sans prévenir elle se retourne en sens contraire côté face et elle détruit.
RAPPEL : il y a une MAGIE imitative et en sympathie de la Nature qui, par fluidité ou contiguïté, se transmet à toutes les forces naturelles possibles et infinies à partir de la force ou FEU SEXUEL DE L’HOMME. C’est pourquoi il faudra une abstinence sexuelle auprès de tout ce qu’il importe d’affaiblir : gibier, poisson, maladie, etc., et à l’inverse imposer des rapports sexuels sauvages auprès de tout ce qu’il importe d’augmenter, amplifier, exciter : guerre, fécondité de la terre, fondation d’un village, etc…
COMME LE SACRÉ : les sécrétions sexuelles, et l’acte sexuel, sont L’AMBIVALENCE MÊME : à la fois souillure et mort, et pureté et vie : dualité agent de contamination ”infectieuse”/agent bactériologique-antibiotique. (Les rituels de purification de la naissance sont presque identiques de ceux de la mort, chez certains peuples).

Pas de sacrifice sans impuretés (voir le cas du covidisme….). Rudra catalyse l’aspect dangereux du sacrifice, le délimite, le maîtrise. Si l’on oublie de FAIRE LA PART DU FEU, alors d’Anger !

NAÎTRE : SORTIR AU JOUR (comme l’exprime les Anciens Égyptiens avec leur Livre des Morts ou de La sortie pendant le jour), au sens du SURFEU : LA NAISSANCE EST IDENTIQUE À LA MORT (Taiji).

SACRIFICE ORIGINEL DE L’UN : IL DEVIENT LE MULTIPLE : OSIRIS EST COUPÉ EN MORCEAUX, PRAJÂPATI DÉMEMBRÉ, les divinités s’en allèrent. Un seul Dieu ne le quitta pas : Manyu, la Fureur. Il se tenait étendu à l’intérieur. Lui, Prajâpati, pleura, et les larmes qui jaillissaient de lui de déposèrent sur Manyu. Il devint Rudra […] Ce Rudra à cent têtes et à mille yeux, à cent carquois, se dressait, l’arc bandé, en quête de nourriture. Les Dieux furent terrifiés. Bien-sûr on va tenter de l’apaiser avec la litanie de ses cent noms.

DÉCOUPÉ EN MORCEAUX = COLÈRE DIVINE POUR TENTER DE SUPPRIMER LES DIVISIONS EN RASSEMBLANT LES MORCEAUX ÉPARS DE L’ÊTRE ORIGINEL, DONC ABOLIR LES DIVISIONS PAR LESQUELLES LES ÊTRES INDIVIDUELS CROIENT POSSÉDER UNE IDENTITÉ SÉPARÉE, ET RECONSTITUER L’UNITÉ PRIMORDIALE, LES EAUX PRIMORDIALES.

LE COMPLEXE DE CAÏN-PROMÉTHÉE = L’HUMAIN QUI VEUT DÉROBER LE FEU AUTHENTIQUE ET SE CONSTRUIRE UN UNIVERS, C’EST-À-DIRE SORTIR DE L’UNIVERS POUR CECI OU CELA, DONC DANS ÉVIDEMMENT UN BUT UTILITAIRE QU’IL VA APPELER « CRÉATION » ; LE CONCEPT D’« INTELLIGENCE ARTIFICIELLE » S’INSCRIT DANS LE COMPLEXE CAÏN-PROMÉTHÉE : LE FEU DESTINÉ À TOUTES LES MUTATIONS POSSIBLES, DONT LE TRANSHUMANISME ; LE FEU AUSSI BIEN POUR LE MENTAL QUE POUR LA MATIÈRE, c’est-à-dire détruire les mondes libres des trois Règnes : Minéral, Végétal, Animal et Humain, pour le remplacer par une évolution statique et artificielle dans les NOUVEAUX TROIS RÈGNES EN UNE ÉVOLUTION STATIQUE.

CAÏN, c’est la république, le « responsable », le citoyenisme au sens de l’urbanisé qui est devenu le Roi depuis 1789 : l’usager, le consommateur. Caïn signifie ”possession” : sa mère l’appela Caïn parce qu’il était sa première acquisition d’un homme (première naissance humaine née de l’homme et de la femme). POSSESSION AU SENS DE POSSÉDER LA TERRE (Caïn premier agriculteur) ET CE QUI S’EN SUIT (Caïn premier sacrificateur ou premier criminel) ! DONC LE FAIRE/FER PAR EXCELLENCE.
CAÏN = RÉCOLTER LE FRUIT DE SON ŒUVRE. CAÏN = COMMERCE.
CAÏN-PROMÉTHÉE : IL ”SE PASSE DE DIEU” (au sens il devient Dieu à la place de Dieu, ou roi à la place de celui dont les républicains ont fait couper la tête).
CAÏN = LE FEU VULGAIRE DE L’ÊTRE SOCIAL À LA PLACE DE L’ÊTRE NATUREL : CELUI QUI EST : « Le Royaume des Cieux est en Vous », sens du Christ, sens du Soi.

CAÏN, PROMÉTHÉE, LE TRANSHUMANISME DU CAPITALISME DE LA TECHNOLOGIE, TOUS VEULENT LE POUVOIR DIVIN POUR L’HUMANITÉ, POUR LA LIBÉRER D’UNE ”DÉPENDANCE TOTALE”, EN LUI ATTRIBUANT LE « FEU DU MENTAL » ; C’EST EXACTEMENT LE MESSIANISME, LA CAROTTE DE « L’HOMME AUGMENTÉ » DU TRANSHUMANISME : FABRIQUER L’HOMME-BIO, LA BIO-MACHINE, LE BIO-NUMÉRIQUE……

TRANSHUMANISME = LE REFUS DE VOIR LA MORT EN FACE, LE REFUS DE VOIR L’INÉLUCTABLE, ALORS ILS NE CESSENT DE FAIRE DES PROJETS (exactement comme la chefferie du régime républicain) ET DE CE PROJET VERS LA ”FIN DES TEMPS”, ILS PENSENT COMME S’ILS ÉTAIENT, ICI-BAS, ”IMMORTELS” : « Je ferai ceci, je ferai cela », comme s’ils avaient un temps insaisissable devant eux ; ils ne tiennent pas compte qu’ils peuvent être surpris, PANique, à tout Instant par la mort. LA MORT QUI RAMÈNE À L’INSTANT, AU ICI ET MAINTENANT, L’INTEMPOREL DE LA MORT.
Les transhumanistes sont des animaux attachés dans des conditionnements et limités par le temps, aussi ligotés et dépendants que le sont leurs animaux domestique par rapport à eux, et même s’ils ont déjà des ”chiens-robots”, leur dépendance est toujours là.
Les transhumanistes sont des pashu (des animaux, voir ci-dessous).
La mort a pour effet de ramener à l’INSTANT et de faire comprendre aux pashu-transhumanistes, qu’ils sont attachés par des conditionnements. Alors seulement par ce SURFEU peut venir le désir de passer de l’état asservi de la conscience divisée par la dualité du ‘moi’ et du ‘non-moi’, entre le sujet et l’objet, entre le ‘je’ ego et le monde, pour RE-trouver l’état libéré de l’Éveil, la Conscience non dualisante : le SEIGNEUR. Bref, seule la Connaissance, par le « Qui suis-je ? », est le moyen de surmonter la PEUR de la mort.  

Ce faux feu actuel de la technologie soumise au capitalisme ne peut que prochainement provoquer « LA COLÈRE CONTRE LA PERTE DE VUE ET L’OUBLI DE LA VÉRITÉ ULTIME », CE COURROUX EST LE FEU PURIFICATEUR TRANCHANT L’ILLUSION ET LE DÉSIR. AUTREFOIS DÉJÀ LA COLÈRE COMMUNE DES DIEUX ENGENDRA RUDRA, qui en échange de la souveraineté sur les animaux domestiques, perce Prajâpati de sa flèche.
Prajâpati est alors « vacciné » et le courroux des Dieux est apaisé. Rudra obtient la souveraineté sur le pashu (aucun être animé ne pourra vivre indéfiniment car il sera désormais sujet à la mort qui opère le mouvement inverse de l’incarnation et de la descente dans les noms-les-formes : le dépouillement du nom-la-forme et sa dissolution).
Dans une autre version du mythe de Rudra, Rudra transperce Prajâpati qui cherche à fuir sous la forme d’une antilope. Ce qui signifie que Prajâpati est ici le symbole du SACRIFICE (celui des animaux qui cherchent à fuir le chasseur) ; Prajâpati-Sacrifice que la flèche de Rudra vise et atteint.

Quel est le plus terrible ?
Ce n’est pas de mourir, mais DE NAÎTRE (et de tomber dans le Faire/Fer qui rouille). Car ”naître” Nous assigne une existence de pashu, des consommateurs ou des êtres citoyenisés, urbanisés, asservis principalement par la croyance au corps rendu à l’état d’un Dieu-Objet, incarné, tel que le voient les transhumanistes, donc une vie marquée par le temps qui coule vers son terme.
Ici-bas signifie : VAISSEAU-VASE-VALLÉE : VOYAGER VERS LA VRAIE IMMORTALITÉ, qui paradoxalement, ne peut pas être obtenue par le transhumanisme qui cherche seulement le PROLONGEMENT DE LEUR VIE ET DONC DE LEUR CONDITIONNEMENT AU TOUJOURS PLUS DE CECI ET DE CELA DANS LEUR MONDE UNIQUEMENT PHÉNOMÉNAL (celui du EYES CANDY et des PAILLETTES), OÙ LA VIE ET LA MORT SONT LES DEUX FACES DE LA MÊME MÉDAILLE, MAIS EN SE DÉSAISISSANT DE LA VIE MORTELLE OU DE LA CROYANCE UNIQUE AU CORPS ET À LA MATIÈRE-OBJET POUR AFFRONTER LE SURFEU SYMBOLIQUE SEULE CONDITION DU SEUL RÉEL.
Et plus qu’à la mort physique ou naturelle, Shiva préside à cette mort dans l’Instant, consciemment recherchée, SYMBOLIQUE, portant le nom de PUTRÉFACTION (ou Renoncement).

Shiva préside aussi le feu purificateur qui détruit les faux concepts du mental, les passions aveuglantes, les désirs toujours possessifs de l’ego si orgueilleux, surtout chez nécessairement les transhumanistes qui ignorent le mot HUMBLE tout comme les Anglo-saxons.
VAISSEAU-VASE-VALLÉE = SENTIER gradué par une palanquée de morts et d’abandons d’idées fausses. Sur le plan du monde du Eyes candy ou monde manifesté, aucune vie ne peut être perpétuée sans la mort d’une autre forme d’existence ; à plus forte raison dans le mouvement du Retournement de la Lumière ou Retour à son Principe divin non manifesté, qui est l’énergie ”libre” libératrice : IL Y A NÉCESSAIREMENT ABANDON DE L’EGO OU DU CONCEPT D’IDENTIFICATION DANS TOUT CONCEPT D’ÉNERGIE DITE ”LIBRE”, ce qui apparaît au mental humain comme une sorte de mort ou de putréfaction, mais qui est en fait LA SEULE VOIE VERS LA VRAIE IMMORTALITÉ (pas celle de ”bio-machines” en Eyes Candy).
Le TRIDENT des Divinités de l’Eau, dont Shiva, Neptune, Chalchiutlicue, Satan, est destiné à trancher les trois racines de l’existence conditionnée : l’ignorance du Soi ou le confondre avec le corps, la haine et l’avidité.
L’aspect DRAGON ou GARDIEN DU SEUIL de la Divinité permet à l’Adepte d’affronter L’ANTI-CONFORT : LE TERRIBLE ET LE REDOUTABLE, VOIR LA MORT ET LE EYES CANDY OU FUTILITÉ EN FACE, soit rendre hommage à la face Sethienne du Dieu, qui mène à son Visage de Lumière.

À SUIVRE….

[Pour Rudra : en référence à : La légende immémoriale du Dieu Shiva - Le Shiva-purâna, traduction du sanskrit et annoté par Tara Michaël]

[En haut de page : aquarelle sur papier kraft blanc de Michel Roudakoff]
 
 

Dernière mise à jour : 05-05-2023 23:29

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2024 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >