Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow Utilitarisme anglo-américain =
Utilitarisme anglo-américain = Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 05-05-2023 22:51

Pages vues : 784    

Favoris : 67

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Addiction, Aiguille, Amour, Argent, Artifictiche, Atlantide, Autorité, Banque, Calcul, Christ, Collectifictif, Commerce, Convention, Croyance, Démocrapitaliste, Diable, Dragon, Echo, Egopinion, Egorgueil, Égrégore, Empire, Enfer, Essence, État, Feu, Guerre, Hararielisme, HOTC, Images, Jardin, Loi, Marchandise, Marxengelsisme, Masque, Messianisme, Métal, Mieux, Nostalgie, Paradis, Peur, Pierre, Pinceau, Pointe, Pouvoir, Raison, République, Rêve, Russie, Scalaire, Scarabée, Serpent, Silence, Social, Spirale, Spontacratie, Tore, Transhumanisme, Utotalitarisme, Verbopinion, Vie, Vierge, Washingtonisme, Westminsterisme, Yi King, Yokai

 
departements1789b_transhumanisme.jpg
 
 
Utilitarisme anglo-américain =
anti-souffle, anti-spirituel.
L’idée reçue veut que l’utilitaire soit
semblable à la ”raison”, donc au NUMÉRIQUE
BÉQUILLE TOUT-CONFORT de l’informatique qui
numérise le monde en zéros et uns, ce sera
donc l’”intelligence artificielle” RASSURANTE,
cet utilitaire de ”fin des temps”.
Car la connaissance utile n’est que du
rationnel étalé au ”siècle des Lumières” des
riches perruques poudrées en long et en
gravures dans l’Encyclopédie des Diderot et
Cie publié chez Samuel Faulche en 1762.

Utilitarisme anglo-américain = le NUMÉRIQUE,
L’INTELLIGENCE ARTIFICIELLE BEQUILLE DE
LA « RAISON » ET NOUVELLE MATRICE.
 
Et concevoir une pensée primitive comme UTILE
c’est tomber dans le rationnel, donc le digital,
le comput, le raisonnement, la mécanique ;
d’autant plus gloutonne, que maintenant l’utilité
est comprise comme un Saint Graal, un TOUT très
nettement fermé sous masque de mondialisme et
de winnerisme d’un monde qui se croit ”arrivé”,
tellement arrivé que ses chefs n’ont qu’un
mots/maux à la gueule : ”réforme”.

Pour NAVIGUER dans l’Éveil, le Gate gate (1),
il faut des intérêts puissants tels qu’énoncés
par Ramana Maharshi dans l’entretien 28 :


« Vous renoncez à telle ou telle chose qui fait partie de « vos » possessions. Si, au lieu de cela, vous renoncez au ‘je’ et au « mien », tout est abandonné d’un seul coup. Le germe de la possessivité a disparu. Le mal est alors écrasé avant même d’avoir pu éclore. Pour parvenir à ce résultat, le non-attachement (vairâgya) doit être très fort. La volonté de parvenir doit être comparable à celle d’un homme que l’on maintient sous l’eau et qui s’efforce de revenir à la surface pour survivre ».

Or la VÉRITABLE VOLONTÉ : LE VÉRITABLE NON-ATTACHEMENT OU PUTRÉFACTION (Renoncement) NE PEUT QU’ÊTRE CHIMÉRIQUE DE LA SAINTE CHIMÈRE : « Dieu créa l’homme ; et l’homme créa Dieu. Ils sont tous deux les créateurs des noms et des formes. Mais en réalité, ni Dieu ni l’homme n’ont été créés ».
Ramana Maharshi, entretien 264, du 20 octobre 1936.

IL VAUT MIEUX QUE LE MONDE NE SOIT PAS ENCORE CRÉÉ, CAR SI C’ÉTAIT LE CAS : NOUS SERIONS SOUS LA DOMINATION DES TRANSHUMANISTES ET NOUS SERIONS PROGRAMMÉS PAR LES GOOGLE ET AUTRES FABRICANTS INFORMATIQUES QUI DÉPENDENT DU CAPITAL, AU SENS DE LA RAISON-RATIONNEL.
IL VAUT MIEUX QUE LE MONDE RESTE À L’ÉTAT DE RÊVE, ET NON PAS À L’ÉTAT DE CALCUL ET D’ENCYCLOPÉDIE OU DE DATA COMME À CE HUI ! PARCE QUE LA VÉRITABLE VOLONTÉ EST LA VOLONTÉ CHIMÉRIQUE. LA VRAIE LOI DE SUCCION EST CELLE QU’ON RÊVE, CE NE SONT PAS LES INTÉRÊTS OU LA BOUFFE QU’ON CALCULE, DONC QU’ON RAISONNE, QU’ON NUMÉRISE !
Par exemple le Héros du voyage dans la lune ou dans le soleil comme celui de Savinien de Cyrano de Bergerac est un héros de la mort.
Le Héros de Savinien est CELUI QUI AFFRONTE L’EAU (”espace”).

La BARQUE DES MORTS se retrouve dans toutes les civilisations : les Celtes n’enterraient pas leurs morts mais les mettaient dans une BARQUE (VAISSEAU-VASE-VALLÉE et évidemment Sarcophage, Matrice), la Barque comme moyen de passer dans l’Après-Vie. Dans l’Égypte ancienne, dans la Barque Sacrée le défunt doit traverser les 12 régions du monde inférieur ; et ne pas oublier les Deux Pleureuses Isis et Nephtys…
Si la Barque résiste à tout ce Retournement de la Lumière (au sens du Secret de la Fleur d’Or donc au sens de la Réalisation par le ”Qui suis-je ?”), la Barque achèvera sa traversée, son Retournement, sa Putréfaction, ayant évité les écueils, les Portes de l’Enfer, les Gueules des Monstres, elle débouchera à la LUMIÈRE DU SOLEIL LEVANT : LA SORTIR AU JOUR, DEVANT KHEPRA (le Scarabée), et le ‘je’ purifié deviendra le ‘Je’ éternel de la Félicité. Parfois un Scarabée debout dans la Barque porte un soleil sur ses pattes comme annonçant l’immortalité.
Dans son aspect négatif le symbole de la barque des morts évoque la Chute, la Faute, comme le suggère le naufrage, idée de châtiment ; et la vie est une « navigation périlleuse » avec son Vase ou Vaisseau-Corps qui de ce fait en devient une PROTECTION-MATRICE, TELLE LA BARQUE (pour les Chrétiens de la Rome impériale ou du Vatican la Barque sera l’Église…. dont l’Arche de Noé est une préfiguration…).

Les enfants débiles qu’on préfère ne pas tuer mais qu’on ne veut pas mettre en contact avec la terre, de peur de la rendre stérile, ne pourrait-on pas les placer sur l’eau, dans une barque « arrangée » pour sombrer dans la mort sans recours. (Pour réf. à Gaston Bachelard, dans L’Eau et les Rêves, et sa référence à Marie Delcourt : Stérilités mystérieuses et naissances maléfiques dans l’antiquité classique, 1938). Ainsi l’enfant débile n’appartiendrait pas à la fécondité ’normale’ de la terre, on le rend tout de suite à son élément, l’eau, la mer infinie ou un fleuve, comme pour LE LAVER ; COMME POUR LE RENDRE AUX EAUX PRIMORDIALES.

LA FILIATION OU SEIGNEUR DE LA MORT.

« La vie de famille est un bateau chargé de souffrances (2), qui, pour toute récompense, transporte ses occupants aveuglés par les défauts de l’ego, aux sept enfers. Le sage ne tremblera-t-il pas de peur devant pareil spectacle ? Quand l’unique source des cinq sens accomplit les six espèces de travaux [agriculture, fabrication, commerce, lettres, sculpture, danse], la Réalité elle-même est transformée en irréalité », dit Kannudaiya Vallalar dans la Strophe 176, dans : La résorption dans le Soi (Ozhivil Odukkam).

Ce Seigneur (saigneur) est semblable à la famille en ce que la Mort attrape ses victimes à l’aide de son NŒUD COULANT et que la famille d’un soi-disant Renonçant s’accroche à ses basques en poussant fortes plaintes et sanglots jusqu’à ce que l’intéressé perde et retourne auprès d’eux. Filiation = Nœud coulant ou circoncision au huitième jour de naissance (concerne le corps-mental…). Seigneur de la Mort comme le Feu qui cerne de toutes parts, ou comme l’océan pour le marin naufragé.
Ce qui rejoint les BÉBÉS SAUVÉS DES EAUX tels les Moïse, Karna, etc., de ces enfants rejetés vivants sur la côte, qui deviennent ainsi des « sauvés des eaux », et en deviennent des êtres miraculeux ; ils pouvaient alors créer des villes, sauver des peuples qui par la suite en feront une religion (dans le cas de Moïse)… Passer l’ENTRÉE, IL N’Y A QUE CE PASSAGE, CETTE MORT, CETTE PUTRÉFACTION, CETTE APOCALYPSE, CE FLÉAU,  CE SURFEU qui soit DIMENSION ABSOLUE.

Karna, figure majeur du Mahabharata, dériva au fil de l’eau sur un affluent du Gange et fut trouvé et élevé par un chef des auriges d’un roi. Bref, Karna fut élevé sans connaître sa filiation, tout comme le Renonçant, qui, prenant conscience de la nature illusoire du monde et s’en coupant volontairement, perd tout attachement ou filiation envers parents, famille, caste, etc.
« Le Renonçant quittera son foyer et sa famille, sans prévenir, de même qu’un coucou, élevé avec des corneilles, s’envolera subitement [de crainte que les membres de sa famille tentent de l’en dissuader]. Comme Karna qui ignorait qui était vraiment ses parents, aura-t-il conscience de son identité sociale ? Sache qu’un être pareil servira aussi d’instructeur à d’autres qui s’efforcent de bannir la naissance », dit Kannudaiya Vallalar à la Strophe 178.

AURORE ET BARQUE = VASE-VAISSEAU-VALLÉE.

Voyage ou Traversée accomplie autant par les Vivants que par les Morts.
AURORE, OR ROSE = ÉVEIL.
OR ROSE OU LOTUS ISSUS DES EAUX PRIMORDIALES (en Inde la Rose cosmique Triparasundari : le Centrum Centri). Dans la tradition chrétienne la ROSE est la Coupe qui recueille le sang du Cloué, ou la transfiguration des gouttes de ce sang, ou le symboles des plaies du Cloué

Shiva-purâna, Satî-khanda, La naissance de l’Aurore et d’Éros.
Brahma s’adresse à Nârada :

8. Ô sage, écoute l’entière glorieuse histoire de Satî et de Shiva. Elle est très sanctifiante, divine, merveilleuse, et le secret de tous les secrets. Elle confère la satisfaction de tous les désirs.
12. Originellement, quand Shiva était séparé de Shakti [énergie, Mère divine personnifiant le pouvoir latent de Shiva ; aussi conscience, Conscience] et n’était que pure Conscience, il était sans attributs, vide de toute dualité, exempt de forme et au-delà de l’existant et du non-existant.
13. Lui, plus grand que tous les plus grands, immuable, lorsqu’Il s’unit à la Shakti, Il fut comblé d’attributs et pris des formes spécifiques et des traits divins. Ô brahmane, il était accompagné d’Umâ [autre nom de Pârvati, l’épouse de Shiva].
14. Vishnu naquit de son côté gauche et moi, Brahma, de son côté droit. Rudra, ô grand sage, naqui de son Cœur.

15. Je devins celui qui émet la création, Vishnu celui qui la maintient, et Rudra celui qui la dissout. Ainsi l’éternel Shiva (Sadâshiva) se manifeste dans cette Trinité.
16. Ce n’est qu’après l’avoir adoré que moi, le Créateur, l’ancêtre de tous les mondes, je m’engageai dans la manifestation de tous les êtres, Dieux, Démons, Êtres humains, etc.
17. Après avoir créé les Gardiens des mondes, les Progéniteurs (Prajâpati), Daksha et les autres Divinités, je me considérai comme exalté au-dessus de tous les êtres et je fus transporté de ravissement.
18-19. Ô sage, quand j’eus créé Marîci, Atri, Pulaya, Pulastya, Angira, Kratu, Vasistha, Nârada, Daksha et Bhrigu, mes fils spirituels de stature souveraine, une femme d’une beauté extraordinaire naquit de mon esprit.
20. Elle était appelé par divers noms : L’Aurore (Sandhyâ : rites d’adoration du matin et du crépuscule), la fille du Ciel et de la Terre (Divakashanta), le Crépuscule (Sâyam Sandhyâ), la Victorieuse (Jayantikâ). Elle était splendide et la forme de ses sourcils était capable de captiver même les ascètes les plus sévères.

21. Jamais dans le monde humain ni dans le monde divin il n’y eut une femme d’une perfection si achevée, douée de toutes les qualités, et jamais dans le passé dans le présent ni dans le futur il n’y aura une telle femme.
22. Lorsque je la vis, involontairement je me levai. Toutes sortes de pensées s’élevèrent dans mon Cœur. Daksha et tous les autres, les Prajâpati, mes fils firent de même.
23. Et tandis que j’étais ainsi pensif, un être merveilleux apparut par ma création mentale.

24-29. Il avait in teint doré, une poitrine large et ferme, un nez fin, des cuisses et des mollets bien arrondis, des vagues de cheveux bleu-noir, des sourcils épais et frémissants, le visage resplendissant comme la pleine lune. Il était aussi gigantesque que l’éléphant céleste Airâvata. Il portait un pagne bleu. Ses mains, ses yeux, son visage, ses jambes et ses doigts étaient rouges. Il avait la taille élancée, des dents élégamment formées, l’odeur d’un éléphant en rut. Ses yeux semblaient les pétales d’un lotus épanoui. Son cou ressemblait à une conque. Il avait pour emblème le poisson, pour monture le Makara [animal aquatique mythique, tenant à la fois du Dauphin et du Crocodile]. Il était armé d’un arc et cinq fleurs étaient ses flèches. Son regard tendre était très séduisant tandis qu’il lançait des coups d’œil dans différentes directions. Ô mon cher, son haleine était comme un vent parfumé. Le sentiment amoureux se dégageait de sa personne.
NUMÉRISATION DU MONDE PAR L’I.A. DE L’INFORMATIQUE MONDIALE : la BÉQUILLE ESSENTIELLE : LA DUALITÉ DU SUJET QUI ATTEND LE RÉSULTAT-CONFORMATION DE SON OBJET, AFIN DE FIXER OU DE PRODUIRE LE SEL-SALAIRE-RÉSULTAT-SCEAU DE SON OPÉRATION TRINITAIRE (Mercure-Soufre-Sel). Bref, c’est la dualité action-réaction…
Le mental actuel soumis à la dualité sujet-objet : émission-réception fonctionne avec confort-confirmation en retour, donc FONCTIONNE PAR CALCUL-BÉNÉFICE, mais il oublie tout ce qui n’a pas de retour et donc il oublie tout ce qu’il ne VALORISE PAS ! IL OUBLIE TOUT CE QUI EST GRATUIT, SANS RAISON, SANS CALCUL, SANT ATTENTE EN RETOUR.
Car la plupart des gens oublient ou cherchent inconsciemment à ÉVITER tout ce qui n’entre pas dans le cadre accepté de l’INCONSCIENT COLLECTIF. (Ce qui n’entre pas dans le cadre du conventionnel est envoyé en cabane, à l’asile de fous). La plupart des gens bétonnisés ont oublié des choses aussi simple qu’un brin d’herbe (ils parlent de ”mauvaises herbes” parce ça dérange la pelouse bien taillée de leurs idées reçues).
MONDE NUMÉRIQUE = DEMANDE DE CONFORMATION-CONFIRMATION COMME DEMANDE D’AFFECTION, DEMANDE DE RÉ-CONFORT, DONC DEMANDE DE RELIGIONS, DEMANDE DE MERVEILLEUX (de nos jours fourni par Hollywood et d’autres industries dont celle de la drogue)….
MONDE DIGITAL DE LA CONFIRMATION PAR L’I.A. ET LES NOMBRES NOUVELLE MÈRE DIVINE TRÈS POSSIBLE……
MONDE NUMÉRIQUE CYBERMONDE QUI INTERDIT QUE JE SUIS UNIQUE (Je suis ce JE SUIS).
MONDE VIRTUEL DU FAUX QUI INTERDIT LE VRAI : LE SEUL MOMENT DU SURFEU, LE SEUL MOMENT OÙ JE SAIS À JAMAIS QUI JE SUIS. ET ÇA, LE SOCIALISME INFORMATIQUE EN RÉSEAUX-RELIGION-RELIER L’INTERDIT NÉCESSAIREMENT PAR SA TECHNOLOGIE SOCIALISTE.

Tout événement primordial est a-temporel, parce que les parties qui forment le TOUT ne sont pas socialisées, suivant l’avertissement traditionnel : « NE POINT ATTACHER UN INSTANT QUI PASSE À UN AUTRE INSTANT ». La vérité tout entière ne peut consister en un puzzle de vérités partielles cueillies un peu partout. Le Tout est autre chose et plus que le total des parties. Or, l’intelligence artificielle procède de la gloutonnerie de données pour former un ”bagage intellectuel” ; l’I.A. procède dans le temps, dans la béquille-dualité sujet-objet, comme son constructeur humain
.

À SUIVRE…

[Pour Rudra : en référence à : La légende immémoriale du Dieu Shiva - Le Shiva-purâna, traduction du sanskrit et annoté par Tara Michaël]

Notes.
1. « Gate gate pâragate pârasamgate bodhi svâhâ » du Soûtra du Diamant (Allé, allé, allé au-delà, allé complètement au-delà, l’Éveil, ainsi).

2. Attachement à l’épouse, à la famille, ne sera pas seulement la cause de toutes sortes de souffrances mentales et physiques, mais aussi du fait des actions accomplie par attachement, ce qui donnera un interminable cycle de naissance-mort qui attachera le chef de famille. Le « navire » (famille) sur lequel il comptait assurer son salut causera sa perte (naufrage).
 
 

Dernière mise à jour : 06-05-2023 23:49

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2024 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >