Accueil arrow News arrow Russie arrow Destruction de la Russie - Lobby sioniste
Destruction de la Russie - Lobby sioniste Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 28-04-2009 21:47

Pages vues : 6179    

Favoris : 432

Publié dans : Nouvelles Spéciales, Russie

Tags : Argent, Banques, Bolcheviks, Business, Cosaques du Don, Dictateurs, Destruction de la Russie, Israël, Juifs, Ku Klux Klan, Pouvoir, Révolution, Russie, Sionisme, Terreur, Terroristes,

 
Destruction de la Russie - suite 8
La fin du sionisme


Le malheur qui survient prend source en l'homme ;
Le bonheur qui survient prend forme en l'homme.
Malheur et bonheur ont même porte,
Avantage et dommage sont voisins ;
Seuls les esprits et les sains peuvent les distinguer.
[Les grands traités du Huainan zi, époque des Han - 206 av. J.-C.-220 ap. J.-C.]

C’est simple : IL FAUT CROISER (voir plus bas)
 
ATTENTION : page très dense, et fichier audio exceptionnel sur le Chœur des Cosaques du Don et leur hymne)
 
 
Non seulement les Juifs (une certaine catégorie) ont détruit la Russie mais cette catégorie s’attaquent désormais au monde entier et en particulier à la France.
 
A propos du renvoi d'anti-sémitisme à la moindre critique d'Israël et du sionisme, sous prétexte que cet état se sentait en légitime défense dans la « guerre contre » Gaza, et aurait le monopole de la souffrance avec la deuxième guerre mondiale, alors que ce sont les Russes qui ont eu le plus grand nombre de morts au cours des 75 ans de communisme et de la Révolution Russe et avec au début 95% de juifs au pouvoir ; voir le lien utile et qui fait la distinction entre racisme (condamnable) et antisémitisme, que le dictionnaire le Robert persiste à définir dans le sens d'un racisme dirigé vers les Juifs... et ce mot remonte à seulement 1866 ! Alors ont aurait inventé un racisme uniquement pour les Juifs... Étonnant. On ne trouve pas le terme : anti-chinois (anti-sino ?), anti-ritale (anti-italien ?), etc.
Tout comme l’anti-sionisme n’a rien à voir avec le racisme ni même avec l’antisémitisme, lequel mot aurait été instrumentalisé et donc encouragé par les sionistes.

Bref, je suis sur mon territoire, avec quelques amis, et tout étranger qui se propose de me rendre visite est tout de même un étranger, même s’il a le même sang rouge que moi dans les veines. Si on dérange un insecte comme une guêpe sans avoir pris des précautions « d’acceptabilités » en signe de respect de la guêpe, elle piquera. Le racisme est quelque chose de potentiel en chaque personne. Les coutumes et modes de vie sont à apprendre réciproquement. En très gros : il faut prendre la précaution de ne jamais faire se révéler cette intolérance à l’autre, lorsque deux personnes sont étrangère l’une à l’autre, et entre deux groupes de personnes, c’est encore plus délicat.
Mais je pense qu’on peut ne « pas avoir de sympathie » pour telle ou telle population d’un pays, tout comme on peut ne pas aimer la musique d’un compositeur.
Hélas, j’ai toujours pensé que lorsque deux personnes parlaient de religions, quelques instants après c’était la bagarre ; pareil quand deux personnes parlent de politique...
Merci de prendre quelques minutes pour regarder la vidéo très instructive en bas de page, sur la conférence en vue des élections européennes, avec Dieudonné, Alain Soral, et Yahia Gouasmi, pour la création d’un Parti international anti-sioniste.

La critique du sionisme est diabolisé, attaqué physiquement, financièrement, etc... il faut le savoir. Il est aussi étonnant que le religieux soit entré dans la politique française : voir le CRIF et son désormais célèbre repas (célèbre pour les hommes politiques de ce moment).
L’anti-sémitisme est une arme idéologique (un superbe sophisme) du sionisme qui consiste à intimider les gens et les obliger à se taire sur les crimes d’Israël. D’où l’intouchabilité de cet Etat de l’apartheid qui n’a jamais été sanctionné malgré les pires des crimes qu’il a commis contre les Palestiniens et les Libanais.
Pendant ce temps, une inquiétante organisation juive anonyme menace de mort Youssouf Fofana, l’auteur possible du crime d’un jeune homme de confession juive, dans la tristement célèbre « bande des barbares ». En reviendrait-on à un Ku Klux Klan français ?

Les Juifs sont les premières victimes du lobby sioniste ! Et si certains Juifs traitent ceux qui ne partagent pas leur religion d’inférieur, ils pratiquent un racisme tout simplement, et plus condamnable, puisque touchant les croyances personnelles. L’assassin juif du Tsar Nicolas II a bien signé un crime raciste, et religieux, ce qui est pire, en écrivant sur le mur de la maison Ipatiev un texte symbolique.

Le danger de la connerie HADOPI est lié aussi au problème sionisme et au désir du gouvernement actuel au pouvoir, ici en France, aux USA aussi, de contrôler ce qui lui échappe. Comme je l’ai déjà écrit, avant l’invention de l’éclairage électrique, la nuit faisait peur aux autorités : il peut s’en passer des choses... et les rêves les plus fou pouvaient donner des sueurs froides au gouvernants de l’époque de la nuit terriblement noire. Le même danger de vouloir tout contrôler, ce sont les sites pédophiles. Bien-sûr cette dérive sexuelle est terrifiante et diabolique lorsqu’elle s’attaque à des êtres innocents, je plains d’ailleurs ceux qui ont de telles mœurs, ce sont des malheureux ; mais si sous prétexte de défendre les libertés d’expressions on tente de s’opposer à ce flicage des sites pédophiles on est traité soi-même de pédophile, plus rien n’a de sens en ce bas monde, et ça ressemble fort à l’institutionnalisation du mot antisémitisme et a son interdiction d’emploi. Il était même question un temps d’interdire, au moins en France, toute représentation de la croix Svastika (celle tournant dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, hors les deux sens possèdent un symbole hautement ancien et totalement inséparable). Était ce un coup des sionistes ?

Ces flicages aussi bien HADOPI que d’autres forment un addition et ouvrent la Boîte de Pandore de la privation de liberté. Déjà qu’il est très difficile de se libérer spirituellement, dans une société moderne qui se dit démocratique (ce mot ne veut plus rien dire) il est inutile d’en rajouter !
Les citoyens dénoncent, l'Etat vérifie, le FAI censure. Aujourd'hui c'est pour la pédophilie, et demain ? Bloquera t-on les réseaux cryptés parce qu’il est impossible de contrôler ce qui s’y passe ? Du plus petit au plus gros, la vie est une adaptation permanente, du Saint homme au plus sinistre criminel.
(Encore une fois, à chacun de se faire sa propre opinion).
 
Enfin, si le peuple Juif est l’élu de Dieu, qu’il le prouve par la seule valeur importante, non pas celle de l’Or, mais celle qui nous rapproche de nos frères semblables.
 
 
 
 
Attaché à sa communauté le juif est inassimilable. Le génie du peuple juif est d’avoir présenté le problème juif sous son seul aspect religieux. Selon le juif, il y aurait des Français de confession juive, tout comme il y a des Français de religion catholique. De nombreux goyim (étrangers au peuple juif) sont tombés dans ce piège. Monseigneur Lustiger incarne l’exemple type du juif de religion catholique.
Tout d’abord les sémites ne sont pas d’origine européenne, ils sont ethniquement proches de l’arabe, pas du gaulois.
Ensuite le juif appartient d’abord au peuple d’Israël, c’est sa communauté nationale.
Enfin le judaïsme entérine religieusement le plus vieux racisme que la terre ait jamais porté.
Seul le peuple élu appartient à l’essence même de dieu, les autres hommes sont assimilés à des animaux. Pas de prosélytisme chez les rabbins, convertir des animaux au judaïsme est inutile.  
Preuve de sa félonie, le juif se dit Français d’origine roumaine (François Copé, Pierre Moscovici), Français d’origine hongroise (Nicolas Sarkozy), Français d’origine luxembourgeoise (Stéphane Bern), Français d’origine espagnole (David Pujadas) … Quant il ne se dit pas Français, le juif se dit Européen, Corse, Breton … Citoyen du monde.
Mais jamais, oh combien jamais il ne se dit juif.
« Là ou est l’or, est notre patrie » cette parole typiquement juive se vérifie partout. Les juifs sont concentrés dans les régions les plus riches des plus riches nations. Pas de juifs au Mozambique, beaucoup de juifs en Amérique. La région parisienne et l’Alsace, les deux régions les plus riches de France, concentrent l’essentiel du peuple juif.
L’argent est maîtresse du monde et les juifs sont les rois de la finance : Soros, Barclay, Rothschild, Rockefeller … L’usurier Moïse déjà exhortait son peuple à prêter de l’argent, sans jamais en emprunter.
L’emprunt avec intérêt entre juifs est religieusement interdit.
Cette passion de l’or est confirmée par le nom de nos plus célèbres économistes : Marc Touati, Elie Cohen, Alain Minc, Guy Sorman …
Neuf fois sur dix notre ministre des finances appartient à la race errante. Alors que la population juive de notre pays est d’un pour cent.

...

Tous les ans lors de la réunion du CRIF (Conseil Représentatif des Institutions Juives de France), tous les leaders politiques sont convoqués et sommés de prêter publiquement allégeance à la communauté juive. A l’exception du Front National qui a été exclu de la vie politique française suite à une ordonnance du B’naï B’rith (franc maçonnerie exclusivement juive) émise en 1986.
Jacques Chirac (le plus enjuivé des français) doit sa place à la promesse qu’il avait faite à la communauté, qu’une fois élu il dénoncerait officiellement l’Etat français et ses mesures de préservation nationale antijuives.
[ Extraits de la préface de la traduction vidéo du texte : Vérité et Synthèse, de ce que pense d’un certain nombre de Juifs le Philosophe juif : Roger Dommergue Polacco de Menasce ] Fichier pdf de Vérité et Synthèse - Fichier pdf de Martyr et Holocauste Nègre. (Merci au site de Nenki).
 
 
 
 
 
IL FAUT CROISER

Niu Que de Qin marchait dans la montagne ; il rencontra un voleur qui lui prit son char et son cheval, arracha son carquois et ses flèches, et s'empara de ses vêtements. Le voleur, revenant sur ses pas, vit que [Niu Que] n'avait pas l'air ni effrayé ni attristé, mais semblait enchanté et content de lui. le voleur le suivit et lui demanda : " Je vous ai pris vos affaires, vous ai menacé de ma lame, et vous ne semblez pas affecté. Comment cela se fait-il ? " Niu Que répondit : " Un cheval et un char servent à me transporter ; les vêtements servent à me couvrir. Un sage n'expose pas sa vie pour ce qui le fait vivre ". Le voleur le dévisagea en riant : " Vous ne nuisez pas à votre vie par vos désirs, ne vous fatiguez pas par intérêt. Vous êtes un grand sage. Quand vous verrez le roi, vous me serez sûrement une source d'ennuis ". Et sur ce, il le tue. Celui-là [Niu Que] savait être sage avec sagesse, mais ne savait pas ne pas l'être par sagesse, il avait le courage d'oser, mais non pas celui de ne pas oser.
[Les grands traités du Huainan zi, époque des Han - 206 av. J.-C.-220 ap. J.-C.]
 
 
Suite des extraits du « Journal de Kolia » : Installation à Chypre.

Rappel : il s’agit ici d’extraits du journal de mon père : Kolia, diminutif de Nicolas. Suite à la Révolution Bolcheviks, l’école des Cadets de Novotcherkassk Новочеркасск (capitale des Cosaques du Don), école pour officiers où se trouvait mon père, elle a été évacué avec tous ses jeunes élèves pour essayer de gagner l’étranger, car l’avance des Rouges devenait trop dangereuse. Les jeunes élèves officier devaient être rapatriés en Angleterre, mais c’est finalement en Égypte qu’ils se sont installés. Après deux années passé en Égypte, les Cadets naviguent vers l’île de Chypre.



Les voilà en route pour Chypre, cela leur rappelait le voyage qu’ils avaient fait il y a deux ans, en partant de Novorossisk pour Constantinople, puis l’Egypte. Que de mauvais souvenirs cela réveillait en eux surtout chez Kolia. Maintenant sur ce bateau, le City of Oxford, Kolia appréhendait le mal de mer, mais en fait tout ne passa bien, et 48h après, le bateau accostait dans l’île de Chypre, ou d’autres réfugiés Russes devaient embarquer pour Constantinople.
Tout ce monde se tassait tant bien que mal et ce n’était pas très confortable. Enfin le lendemain, le bateau levait l’ancre à destination de Constantinople. Le bateau n’avait pas sitôt quitté l’île que la mer devint mauvaise, et Kolia fut malade jusqu’à l’entrée du navire dans la mer de Marmara, laquelle était très calme.
Ils avaient l’impression que le bateau glissait et le paysage était splendide avec le coucher du soleil. La musique du Corps des Cadets retentit en jouant des chants et marches russes en signe de la prochaine séparation. Quelques heures plus tard, le bateau entrait dans le port de Constantinople près de la Corne d’Or.
C’était le début de la nuit, le spectacle était féerique, sous le ciel étoilé, les lumières scintillaient sur l’eau, les Innombrables barques et les bateaux avec leurs projecteurs donnaient l’impression d’une ambiance de fête et de mystère en se confondant avec les cimes des cyprès sous le ciel étoilé.
Après avoir passé la nuit sur le bateau, celui-ci repartit pour s’arrêter à cinq kilomètres au nord de Constantinople dans un petit village appelé Buyuk-Déré, en Turquie d’Europe. C’est en ce lieu que se trouvait la résidence d’été de l’Ambassade Russe, laquelle avait été transformée en école Anglaise et prise en charge par les autorités Anglaises. En voguant dans le Bosphore le long de la côte, le lever du jour donnait des reflets particuliers de chaque côté, mais surtout le côté asiatique avec le reflet de ses minarets dans les eaux bleues du Bosphore.
Du bateau, les Cadets pouvaient voir la résidence avec son parc. Une heure après, une grande barque s’approcha du bateau pour effectuer le déchargement du City of Oxford.

Il tardait à Kolia de retrouver la terre ferme, car la traversée de Port-Saïd jusqu’à la mer de Marmara avait été mouvementée, et le voyage lui avait semblé bien long.
Le 2 juin 1922 dans l’après-midi, avant que les Cadets ne quittent le bateau, le Directeur les avait tous réunis pour leur dire au revoir, leur souhaiter une bonne santé et la réussite dans la vie, en soulignant toutefois de ne jamais oublier leur terre natale et de garder toujours la dignité d’un Cadet du Don. Aussitôt après, l’orchestre se mit à jouer l’hymne des Cosaques du Don, puis ce furent les adieux, et le débarquement commença.

(Fichier mp3 du célèbre Chœur des Cosaques du Don de Serge Jaroff, interprétant deux couplets de l’hymne des Cosaques du Don : Réveillé, excité... J’ai assisté à un spectacle du Chœur de Cosaques du Don à Paris à la salle Pleyel à la fin des années 1960. Il faut savoir que Serge Jaroff a recruté des réfugiés de la Révolution à Constantinople, là où est passé mon père. Paradoxalement, les Cosaques du Don ont été reformés pour l’occasion de la seconde guerre mondiale afin de lutter aux côtés de l’armée Rouge contre l’envahisseur allemand. Bien-sûr les Cosaques du Don étaient mécontent du régime communiste. Il faut savoir aussi qu’à la fin des années 1990, il y a une renaissance de l’armée Cosaque. Presque un millénaire d’exercice des Cosaques ne peut pas s’effacer comme ça sous les coups des Juifs sionistes ! Page en russe sur l’histoire des Cosaques du Don).


 
Kolia se réjouissait, mais il était triste à l’idée qu’il quittait ses deux cousine plus âgés que lui de deux et quatre ans. De plus, après avoir passé deux ans ensembles, sans interruption, tous les garçons s’étaient liés d’amitié et avaient le sentiment de former une grande famille, laquelle aujourd’hui se disloquait. Près de 200 garçons débarquèrent juste en face de la résidence. Sur le quai, ils étaient accueillis par le Directeur de la British School for Russian boys, qui leur souhaitait la bienvenue en leur faisant toutefois la recommandation, de ne pas être trop sévère envers les autres garçons qui se trouvaient déjà dans l’école, et qu’ils étaient des réfugiés russes civiles dont certains avaient leurs Parents à Constantinople.
Cette recommandation s’explique par le fait qu’en Russie à cette époque, tous les élèves des écoles secondaires ou écoles civiles avaient grande peur des Cadets par leur renommée qui était déjà établie de longue date, comme étant forts, farouches et sans peur.

Les Cadets pénétrèrent dans la cour de l’Ambassade où les professeurs et moniteurs civils les attendaient pour les prendre en charge. Après avoir pris le thé tous ensemble, les Cadets avaient été répartis selon leur âge, dans des dortoirs mélangés aux autres garçons. Il leur fut accordé deux heures de liberté pour qu’ils fassent connaissance avec les autres garçons et poursuivent leurs installations.
Les Cadets furent surpris par la présence d’une dame assez autoritaire qui faisait partie de la direction de l’école, et il était vrai qu’ils n’avaient pas l’habitude d’être commandé par une femme, qui ne cessait de faire des observations de toutes sortes
que ce soit au réfectoire ou en promenade. Les Cadets protestèrent vigoureusement, mais cette dame nommés Me Sophie, les avait réunis pour leur expliquer les raisons de cette dureté, que cela était nécessaire pour l’éducation et aussi de veiller sur les petits de 10 à 12 ans, qui n’avaient plus leurs parents et qu’il fallait recréer l’atmosphère familiale. Par la suite, son comportement devint plus modéré vis-à-vis des Cadets et tout rentra dans l’ordre.

Ici les conditions de vie étaient plus agréables, et plus confortables qu’avant. Kolia commençait a apprécier cette nouvelle vie. Par exemple, les dortoirs, les salles de classe, le réfectoire, les ateliers pour travaux manuels et la chapelle étaient en pierre, donc de construction solide, cela avait un effet psychologique positif, car il se dégageait une sensation de sécurité et de stabilité qu’ils n’avaient pas en Egypte avec les intempéries.
Malgré cette amélioration de vie, une vingtaine de Cadets, les plus âgés, qui n’avaient pu s’adapter, décidèrent d’abandonner les études. En fait, cela n’étonnait personne de voir cette prise de position, car certains Cadets depuis plusieurs années avaient eu tant de malheurs qu’ils se décourageaient de la vie. D’ailleurs, il faut préciser qu’en Egypte un Cadet s’était suicidé avec un fusil, un autre en s’évadant se perdit et mourut de faim, d’autres tombèrent malades.

M. Roudakoff
 
Vidéo : Partie 1 | Partie 2
 
 
 

Dernière mise à jour : 10-06-2009 18:00

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2020 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >