Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Science de la Vie sans commencement ni fin
Science de la Vie sans commencement ni fin Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 19-05-2024 23:07

Pages vues : 100    

Favoris : 18

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Administrateur, Aiguille, Amour, Anarchie, Archange Michel, Bolchevik, Carotte, Celtes, Conformité, Dieu, Dragon, Banques, Consommateur, Dehorscratie, Dragon, Eau, Ego, Fascisme, Gate gate, Gaulois, Homéopathie, Horticulture, Humain, Hiéroglyphe, Histoire, Intelligence artificielle, Judéo-maçonnerie, Laïcité, Libération, Limite, Logibriquet, Logiquopinion, Marxengelsisme, Miviludisation, Nation, Noël, Or, Paix, Penser, Pierre, Pont, Ptah, Racine du mal, Raison, Réel, République, Robot, Saisie, Simplicité, Temple, Temps, Transparent, Trou, Utotalitarisme, Vacuité, Valeur, Vierge, Washingtonisme, Westminsterisme, Winner, Woke, World Economic Forum, Xalemme

 
scienc_ficti_faux1.jpg
 
 
Science de la Vie sans commencement ni fin,
ou technologie du monothéisme unilatéral républicain ?
Le choix entre :
- Une Réalité insaisissable sans naissance ni fin ?
- Une loi de succion vulgaire, un messianisme en
eyes candy en un messianisme matérialiste sans Infini ?
 
 
« Le domaine de l’histoire n’est pas le domaine des « faits » ni, encore moins, celui des « phénomènes ». Il est celui de la reconstitution de l’événement, d’une « re-composition » de ce qui a été « dé-composé » par le temps. L’histoire « re-créé » une durée intellectuelle, un enchaînement logique (raison) entre des moments abolis en tant que tels, elle « re-fait » les faits et les déforme d’autant. Il y a des faits proprement dits et scientifiquement observables dans la seule mesure où ces faits peuvent être reproduits dans les mêmes conditions [à ce moment là ce n’est plus de la Science mais de la technologie, du conventionne donc une ENTENTE pour construire par exemple un abri, un temple, une fontaine, un pont, etc.). Le « fait religieux » et le « fait magique» n’existent pas en tant que « phénomènes observables » [avec les yeux, le POUR-VOIR par l’identification à un corps-matière] car, dans les sciences humaines, l’observateur est lui-même engagé dans le système [la dualité sujet-objet] qu’il observe et il y apporte tant d’éléments d’incertitudes que l’on ne saurait accorder quelque crédit à une méthode qui, prétendant décrire « objectivement » les faits historiques [la ”réalité”], prouve ainsi qu’elle méconnaît et la notion de fait et la notion d’objectivité ».
(En référence à René Alleau : Aspects de l’Alchimie Traditionnelle, qui donne une bonne définition du sens « moderne » de l’histoire; et surtout de la ”réalité” ce conventionnel QUI DEVIENT D’ANNÉE EN ANNÉE DE PLUS EN PLUS CONVENTIONNEL EN ÉLIMINANT DU MONDE LE SENS DU MOT SCIENCE DE LA PERSONNE EN EN FAISANT UN OBJET ; CAR LE MOT « SCIENCE » SIGNIFIE BIEN L’IMAGINATION CRÉATRICE EN FONTAINE DE JOUVENCE, comme le décrit Henry Corbin, dans L’Imagination Créatrice dans le soufisme d’Ibn’Arabi, et qui semble flagrante particulièrement dans le film de Hayao Miyazaki : Princesse Mononoké, avec son monde des Yokaï, et autres Esprits ou Démons de la Nature, bref, des MYSTÈRES).

LE MOT « SCIENCE  » DEVRAIT SIGNIFIER : QUI SUIS-JE ? AINSI IL NE PEUT QUE SE SITUER HORS DU CONVENTIONNEL : LE TECHNOLOGIQUE, autrefois, l’artisanat, si éclatant dans les corporations du Compagnonnage, qui peut seul l’OUVRIER, l’ARTISAN donner un sens au QUI SUIS-JE ?
Percevoir le Soi au travers de la matière et du geste. Ce que l'ouvrier manuel ne peut plus faire de nos jours, sauf exception rarissime. Dès lors que ce n'est plus le Soi qui découvre un sens dans la matière, c'est la matière qui confère un sens à l'Esprit ; et c'est le matérialisme, lequel n'est ainsi qu'une métaphysique en creux, renversée.
La technologie ne fait qu’utiliser la Science pure, le ”Connaître toi-même par toi-même”.
De nos jours des industries du capitalisme le mot « science » est devenu une fabrication de l’humain-objet dans une même idéologie mondialisée, une même RELIGION, CELLE DES VOYEURS, CELLE DU POUR-VOIR.

TOUTES ORIGINES SONT LA RÊVERIE PURE.
Le Soleil est HONORÉ avant d’être Adoré et rendu en utilitaire pour cuire, la viande, puis le métal. L’Imagination Créatrice dans le sens d’Ibn’Arabi est bien la forme originelle de toute spiritualité.
Le monde occidental actuel, du moins ses composantes en POUR-VOIR, L’ARROGANCE OPINIONESQUE OCCIDENTALE FRIC ET FLIC DU MONDE, SONT LA MORT, LA GUERRE PERPÉTUELLE : ça commence sérieusement avec Colomb et les Conquistadors espagnols et portugais qui vont pratiquer un génocide chez les Peuples du Soleil, ça se poursuit avec la même religion en Amérique du Nord contre les Amérindiens, en Afrique par l’esclavage, en Europe enfin, déportant, réduisant en esclavage, au nom d’un ”universalisme” qui deviendra ce MONOTHÉISME UNILATÉRAL RÉPUBLICAIN ET SES « VALEURS » DE MORT CONSTRUITES SUR LA « RAISON » L'UTILITARISME CHÈRE AUX RICHES PERRUQUES POUDRÉES FRANÇAISES DU 18È siècle des loupiotes, donc construite par LA RACE BLANCHE et « civilisée », construite sur la logique du calcul mental et du philosophisme des loupiotes : le missionnaire de ce christianisme de l’Église de Rome, le pédagogue du protestantisme, la perruque poudrée de l’encyclopédiste, enfin le gendarme de l’armée et du fric ; TOUTES COMPOSANTES DU FRIC/FLIC, DU POUR-VOIR, ET DU SAVOIR DE MASSE, DES INFOS DE MASSE PAR LE TOUS CONNECTÉS : LES DÉLUGES DES INFOS TOUTES LES PLUS INSIGNIFIANTES LES UNES QUE LES AUTRES, Y COMPRIS « la guerre en Ukraine » et à Gaza détruite par l’entité sioniste.


C’est donc par le sens exacte du mot SCIENCE que se situe LA VÉRITÉ : LE ”QUI SUIS-JE ?” la seule Vérité possible. C’est donc EN MARGE, hors du conventionnel, que la Vérité se trouve : ”La vérité tout entière ne peut consister en un puzzle de vérités partielles cueillies un peu partout. Le Tout est autre chose et plus que le total des parties [ou le total des ”infos”]”.

Le Japon est admiré par nombre d’Occidentaux, parce qu’il est CE MONDE DE L’INTERMÉDIAIRE, celui de Hayao Miyazaki et des Élémentals, les Esprits de la Nature, le monde ontologique des IMAGES, si bien rendue dans l’industrie cinématographique du dessin-animé, et des mangas, rendu possible et facilité par la GRAPHIE des caractères japonais (kanjis et kanas). De plus, le Japon n'a eu que des religions métaphysiques, cosmiques, n'a pas eu à défendre l'unité d'un Dieu, et le sens cosmique ne demandait qu'à s'accoupler avec le sens de la science pure, qui est son complément naturel. (Pour référence à Jean Coulonval, Synthèse et Temps Nouveaux, lettre 14).

Science de la Vie sans commencement ni fin,
ou technologie du monothéisme unilatéral républicain ?
Le choix entre
:
- Une Réalité insaisissable sans naissance ni fin ? Le mode de vie des Anciens, surtout Égyptiens, qui passaient leur vie terrestre à préparer leur Après-Vie, témoin : les Pyramides, que l’on trouve d’ailleurs chez d’autres Peuples partout sur la planète. C’était le Vraie Loi de Succion.
- Une loi de succion vulgaire, un messianisme en eyes candy en un messianisme sans Infini, parce que les Humains de l’après encyclopédie de 1762 des Diderot et Cie, et la mode de la ”raison”, leur laisse CROIRE qu’ils sont ”immortels” ici-bas, alors ils tombent dans le matérialisme unique mode de vie terrestre, puisque leur SURFEU réside dans la consommation-consumer : CE SONT LES ACCIDENTS, LE SPATIO-TEMPOREL (le productivisme-socialisme et salariat chez Marx ; le ”rachat des péchés” ou ”mise en valeur du temps” chez les Hébreux-Juifs, ce sera alors l’historicisme, l’utilitarisme fou(1)), QUI DÉTERMINENT ET ENGENDRE LES ESSENCES(2). C’est une INVERSION par rapport aux Anciens : le socialisme, le républicanisme est une « catholicité » en creux, inversée comme l’envers d’un cuivre repoussé ; la république répandue partout sur la planète est ce MONOTHÉISME UNILATÉRAL RÉPUBLICAIN AU POUVOIR DE POUR-VOIR ET D’ACHAT, DE SAISIE : « VOUS NE POSSÉDEREZ RIEN ET VOUS SEREZ HEUREUX », LE COMBLE DE LA POSSESSION (Nagarjuna dans la Stance 16,9 : « ”Un jour je m’éteindrai libre de toute appropriation, le nirvana [libération] m’adviendra”. Prendre les choses ainsi, c’est le comble de l’appropriation ». Totalitarisme annoncé par les Schwab-Harari et leur : ”Vous ne posséderez rien et vous serez heureux” : totalitarisme du “VOUS SEREZ HEUREUX” et gare aux malheureux, ce sera le Goulag pour eux ! Donc VOUS NE BOUGEZ PLUS, VOUS ÊTES SOUS NOTRE CONTRÔLE (cas flagrant du covidisme en confinement totalitaire outrancier, politique) ; désormais, LES VRAIS GARDIENS DE LEURS POSSESSIONS SONT : NOUS TOUS, donc les votards qui les ont mis en place : la conscience conventionnelle en un conformisme pépère et collectif (le temps, l’historicisme, cette géométrie de la ligne droite entre un passé et un futur, et entre les deux un supposé Instant…)…..

Le phénomène français du CLOVISME QUI DONNERA LE PHÉNOMÈNE ÉGLISE DE ROME ET SON PAPE, ses dogmes, ses conciles, ses valeurs, EST INCOMPATIBLE avec la Réalisation du Soi, incompatible avec les Fidèles d’A-mor ; ce phénomène se transformera après 1789 en Monothéisme unilatéral républicain, et ses « valeurs ». LA NORME RELIGIEUSE EST DÉSORMAIS INSTALLÉE, SOCIALISÉE OU INCARNÉE DANS LA RÉALITÉ ECCLÉSIALE RÉPUBLICAINE, si bien que les insurrections de la CONSCIENCE INFINIE se feront inévitablement contre cette réalité ecclésiale républicaine.

Le Pour-Voir, c’est encore la Guématria , et du Qoran et de la Torah, LIMITÉS À LA LETTRE, le Pour-Voir par les yeux de l’identification au corps, et ainsi tomber dans l’obscurité et le POLITISME de la servitude de la religion légalitaire, ou même soupe pour tous, exactement comme le monothéisme républicain et ses « valeurs » (le même sens qui limite à la terre apparente, le social et sa couverture….).

Science de la Vie sans commencement ni fin,
ou technologie du monothéisme unilatéral républicain ?
Le choix entre :

- Le conventionnel de l’Église de Rome, puis celui du Monothéisme unilatéral républicain, qui tous deux se substituent à l’inspiration créatrice ou prophétique du Moi-Individuel ; forment cette AUTORITÉ, ce POUR-VOIR, qui présuppose être à la fois légitime en l’existence d’un magistère dogmatique, et son dogme énonce tout ce qu’il a à dire et tout ce qu’il y a lieu de dire. AINSI IL N’Y A PLUS DE PLACE POUR LA RÉALISATION DU Soi, et le RETOURNEMENT DE LA LUMIÈRE ou « QUI SUIS-JE ? » perd sa raison d’être au profit du ”Vivre ensemble” socialiste et républicain. Évidemment LA RÉALISATION DU Soi, de LA SCIENCE, ne peut que naturellement persister et explosera souvent en répétitions, en cycles irrépressibles, et ce sera évidemment en rupture avec L’ORTHODOXIE RÉPUBLICAINE, SES « CONCILES », SES DOGMES, AUSSI SES « PROPHÉTIES ».

LE DOGME DU CHRISTIANISME ET CELUI DE LA RÉPUBLIQUE SONT IDENTIQUES.
- On fait du Christ générique, UN OBJET OU UNE INCARNATION, inscriptions de faits sacralisés dans l’histoire, dans le politisme, dans le matérialisme. Dieu en ”personne” ou DEHORS est incarné À UN MOMENT DANS L’HISTOIRE, DANS UN LIEU ET DATES REPÉRABLES PAR LES YEUX DU POUR-VOIR. POUR-VOIR SIGNIFIANT QU’IL Y A POSSESSION, SAISIE, LE MYSTÈRE, LE MIRACLE ONT DISPARU£. Et c’est pourquoi le vrai sens du Christ a été relégué parmi les Apocryphes avec les Livres des Gnostiques, ÉJECTÉS DE L’HISTOIRE OFFICIELLE CONVENTIONNELLE ET SOCIALISTE.
RAPPEL : Le sens du CHRIST GÉNÉRIQUE est resté étranger dans tout l’Orient et Moyen-Orient traditionnels.
- Dans les années 1790 les républicains ont fait de l’Être suprême un socialisme d’État en une forme de nouvelle religion christique, QUI SERA COPIÉ PAR LE COMMUNISME DE L’URSS : on faisant avaler aux masses la croyance que désormais chaque consommateur serait le souverain, le Christ, le consommateur ou citoyen : l’habitant de la cité ou de l’urbain : LA CENTRALISATION ABSOLUE et son ”Vivre ensemble” de société fourmilière, une nouvelle forme de christianisme mal compris et d’autant plus déformée et tyrannique. Un magistère républicain qui exclu toute tradition ésotérique ou des Mystères, pour ne se coaguler ou se fixer que sur le seul POUR-VOIR, LA SAISIE.


Notes.
1. L’Univers de Karl Marx était construit sur cette mode de la ”raison”, de l’utilitarisme si flagrant dans l’encyclopédie des Diderot et Cie, prolongeant L’ORGUEIL, LE WINNERISME OCCIDENTAL SUINTANT SURTOUT DEPUIS L’ANGLETERRE COLONISATRICE DU MONDE. CELA NE PEUT AVOIR COMMENCÉ QU’AVEC LES GRECS (passage du Moi-Collectif à un Moi-Individuel : la ”démocratie”, et les Hébreux-Juifs de l’âge de l’adoration du soleil : la métallurgie et le commerce, des armes, qui allait nécessairement s’en suivre. L’historicisme pouvait commencer et avec lui la ”mise en valeur du temps” : « suivre à la trace [de l'histoire] ». ON ENTRAIT DE PLEIN PIEDS DANS L’INVENTION DU CONCEPT :
CONCEPT = MENTAL
CONCEPT = LOI DE SUCCION : CHASSER,
PRENDRE, SAISIR, CAPTER, CAPTIF,
CAPTIVER, RECOUVRER, ACHETER, ACCEPTER,
EXCEPTER, DÉCEVOIR, RECEVOIR et RÉCEPTEUR,
RÉCIPIENT, PERCEVOIR, APERCEVOIR, ANTICIPER,
ÉMANCIPER : MAIN, CAPACITÉ ou cabas,
CHASSER, ATTRAPER, POURCHASSER,
”PURCHASE” ou ACHAT, ANTICIPER, OCCUPER,
PARTICIPER, EXCIPER, CAPTURE et
ACHETER et PARTICIPER =  AVEC LE CONCEPT,
LE MENTAL ÉTAIT CONDAMNÉ À PENSER
(et à ce hui, AUGMENTÉ par le mental de
l’humain par SON mental artificiel utilitaire
ou ”intelligence artificielle” : POUR-VOIR)

On commençait à construire un Univers sur
DES CAUSES, donc des POUR-VOIR, des POSSESSIONS.
Dans ces conditions Charles ou Karl Marx se
situe complètement dans la mode de l’UTILITAIRE
cher à ses paroissiens, et cher à la république
et à sa laïcité : aucune place à l’Après-Vie,
tout pour l’historicisme et la matière ;
Dehors le rêve, le merveilleux, tout doit être
SAISI, RATIONNEL.
Marx n’a d’intérêt que pour le CAPITAL, LE CHIFFRE,
COMME TOUT SES PAROISSIENS MUTILÉS AU HUITIÈME JOUR
DE LEUR NAISSANCE : LES « TRAVAILLEURS DU CHAPEAU ».
CHARLES OU KARL MARX EST DONC UN PARFAIT RÉPUBLICAIN,
UN PARFAIT JACOBINISTE (Nouvel Ordre Mondial ou
centralisation, globalisation, la même soupe pour
tous et ”Circulez ya plus rien à voir”)…..

2. ESSENCE : dans le sens par exemple du principe de l’outil appelé tour : déplacer un outil coupant sur une pièce qui tourne, produisant des copeaux. N’existerait-il rien au monde, pas même la Création, que ce principe SERAIT, Essence éternelle du tour ; mais ce qui ne serait pas, c’est le tour concret, et on peut en réaliser une infinité de modèles à partir du principe ou Essence : l’ex-istant. Un tour ne peut engendrer son principe, ni aucun machine, même construite par un transhumaniste : la recherche ou le bricolage peuvent éveiller l’idée d’un principe, elles ne le créent pas.…. Quand un humain découvre un principe, c’est qu’il le portait déjà en lui, comme une plaque photographique non révélée, dans les structures intimes de son être.

ESSENCE: ce qui existe de toute éternité à l’état latent, en Vraie Télépathie, et qu’on a appris à connaître au fur et à mesure de l’évolution de notre cerveau. Ce qui n’a pas l’Essence ne peut produire l’Essence. « L’essence qui voit est la seule chose qu’on ne puisse attribuer à rien » dit Le Secret de la Fleur d’Or. « Mais, lorsqu’on voit le voir, si ce voir n’est pas le voir, l’essence qui voit est alors aussi attribuable à quelque chose. Cela renvoie à l’essence qui voit, telle qu’elle s’exerce dans la continuité répétitive de la conscience habituelle - ce que les Écritures bouddhiques évoquent en ces termes : « Faire usage de la conscience habituelle et répétitive [la raison], c’est faire erreur ». L’AVERTISSEMENT TRADITIONNEL : « NE POINT ATTACHER UN INSTANT QUI PASSE À UN AUTRE INSTANT ».
Comme tout est conscience, y compris les objets ou le monde extérieur, et qu’il n’y a pas de conscience sans un monde ou sans des objets extérieurs, RESTE À RE-TROUVER CE QUI EST ESSENCE OU CONSCIENCE INFINIE SEULEMENT (à retrouver par le « QUI SUIS-JE ? »). Et MYSTÈRE du « Faut-il le voir pour le croire ou le croire pour le voir ?? ».
Le mot « Essence » peut se définir à travers l’entretien 363 du 20-2-1937 de Ramana Maharshi, le guide : « Par « guides spirituels », nous entendons ceux qui sont « spirituels » [entre guillemets parce que ce mot est un fourre-tout] par opposition à ceux qui sont « matériels ». L’Esprit est illimité et sans forme. Il en est de même du centre spirituel. Il n’y a qu’un seul centre de cette sorte. Que ce soit en Occident ou en Orient, il ne peut être différent ; ni être localisé d’aucune manière. Étant illimité, il inclut les guides, les hommes, le monde, les forces de destruction et de construction. Il n’y a pas de distinction. Vous parlez d’établir des contacts parce que vous pensez que les guides spirituels sont des êtres incarnés. Mais les hommes spirituels ne sont pas des corps ; ils n’ont pas conscience de leur corps. Ils ne sont qu’esprit, sans limite et sans forme. Ils sont toujours en unité entre eux et avec tous les autres ; bien plus, ils englobent tout.
L’Esprit est le Soi. Si le Soi est réalisé, ces questions ne peuvent pas s’élever ».

ESSENCE = CE QUE NE PEUT JAMAIS ÊTRE ILLUSOIRE, PARCE QUE LA SEULE RÉALITÉ.
« Le Soi ne peut jamais être illusoire. Il est la seule Réalité. Ce qui apparaît doit également disparaître, ce n’est pas permanent. Le Soi n’apparaît jamais et ne disparaît jamais, il est donc permanent ». (Entretien 363).

ESSENCE-MIROIR : le Libéré Vivant ou Réalisé Vivant est comparé au reflet dans un miroir sans tâche [miroir clair] dans un autre miroir semblable. « Que peut-on trouver dans un tel reflet ? Le pur akasha [éther, ou Lumière de la Conscience]. De même, la Félicité reflétée du jnâni [Sage, Bienheureux] représente la véritable Félicité (ânanda).
Ce ne sont là que des mots. Il suffit que la personne devienne antamukti (tournée vers l’intérieur). Les shâstra [écritures sacrées] ne présentent pas d’intérêt pour ceux dont le mental est tournée vers l’intérieur. Ils sont destinés aux autres ». (Ramana Maharshi, entretien 513 du 16-9-1938)

UN PHÉNOMÈNE NE PEUT EN EXAMINER UN AUTRE ; soit une forme donnée que l’on voit apparaître dans un clair miroir en pensant que l’on voit une image. La forme et l’apparence de son reflet se manifestent comme deux choses différentes. De même en est-il pour la pensée ainsi produite et pour l’objet de recueillement (saisie) appelé « reflet », ou « image » : ils nous apparaissent comme des objets différents. Bref, ces images ne sont que des pensées et rien de plus.

matiere_premier_soi.jpg

COMPARABLE AU TROU : dans un Trou, il n’y a rien d’autre que le Trou, donc pas le Trou à voir. Le sujet qui réalise le Soi ne voit pas sa propre forme ou Vraie Nature, laquelle étant sans double, DEMEURE RÉFRACTAIRE À TOUTE ENTREPRISE D’IDENTIFICATION OU DE LOI DE SUCCION : LE POUR-VOIR, LA SAISIE. Mais si le sujet ne peut voir sa propre forme comme le mental ne peut se voir lui-même, est LUI-MÊME MIROIR DIVIN, LA MANIFESTATION DU SOI, et dans cette « Forme-Miroir-Divin » il re-connaît sa Vraie nature : il ne voit pas Dieu en son Essence : la réponse donnée à Moïse est éternelle : « Tu ne me verras pas » (Lan tarânî). De même il en est dans le miroir matériel : en contemplant sa forme, le sujet ne voit pas le miroir, idem avec le film déroulant ses images sur l’écran : on regarde le film, on ne regarde pas l’écran : on ne peut regarder à la fois l’écran et les images défilantes du film, comme on ne peut regarder à la fois l’image qui apparaît dans le miroir et le corps du miroir lui-même. Et c’est une définition de l’Essence.

LE TROU : LÀ OÙ L’ON ENTRE SANS ENTRER (comme l’absence d’espace-temps) CE NE PEUT QU’ÊTRE L’IMPÉNÉTRABLE, L’INSAISISSABLE.
 
 

Dernière mise à jour : 20-05-2024 00:23

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2024 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >