Accueil arrow News arrow Dernières news arrow L’Occidental du Dedans-Dehors
L’Occidental du Dedans-Dehors Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 26-05-2024 20:48

Pages vues : 107    

Favoris : 22

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Administrateur, Aiguille, Amour, Anarchie, Archange Michel, Bolchevik, Carotte, Celtes, Conformité, Dieu, Dragon, Banques, Consommateur, Dehorscratie, Dragon, Eau, Ego, Fascisme, Gate gate, Gaulois, Homéopathie, Horticulture, Humain, Hiéroglyphe, Histoire, Intelligence artificielle, Judéo-maçonnerie, Laïcité, Libération, Limite, Logibriquet, Logiquopinion, Marxengelsisme, Miviludisation, Nation, Noël, Or, Paix, Penser, Pierre, Pont, Ptah, Racine du mal, Raison, Réel, République, Robot, Saisie, Simplicité, Temple, Temps, Transparent, Trou, Utotalitarisme, Vacuité, Valeur, Vierge, Washingtonisme, Westminsterisme, Winner, Woke, World Economic Forum, Xalemme

 
tours911world-trad-center_occidental.jpg
 
 
L’Occidental du Dedans-Dehors
ou des objets achat-vente, la matérialisme.
L’imitation du Soi ou Christ en Occident
est ravalé à la dimension d’objet, un corps
de chair(e) par le CULTE, le ISME ou
système (repris par le système de la
matrice république chez le ”citoyen” ou
consommateur).
 
Même principe que l’ADORATION DU SOLEIL(0)
qui donnera la découverte du feu vulgaire,
sa domestication, la thermodynamique,
la métallurgie et les guerres.
Adoration au lieu d’HONORER LE SOLEIL
INTÉRIEUR OU CHRIST : par le ”QUI SUIS-JE ?”
RETOURNER LA LUMIÈRE(1).

À cause de cette adoration du soleil,
le mental ne pouvait que de PLUS EN
PLUS SE TOURNER VERS LE DEHORS, comme
regarder le doigt qui montre la lune au
lieu de regarder directement la lune, soit
tomber dans des OBJETS-IMAGES extérieurs,
tandis que l’humain restait fragmentaire
et n’avait pas atteint la lumière de sa
Nature la plus profonde.

Par cette adoration du soleil, par la
suite, le Christ ne pouvait qu’être
seulement imité, du moins en France
jusqu’à 1789 par le plus grand nombre
d’habitants, et même pour certains jusqu’à
la stigmatisation, sans que l’imitateur
ait vraiment « retourné la lumière »(1).

Par seulement l’adoration du soleil, l’européen ne pouvait par la suite qu’imiter AU DEHORS le Christ, comme naguère les ancêtres de cet Européen adoraient ou imitaient le soleil par l’utilisation du feu vulgaire.
Il n’en était pas de même de l’Oriental.
En adorant le soleil et par la découverte du feu vulgaire l’Occidental fur fasciné par LA QUANTITÉ, LA PRODUCTION : IL CHUTE DANS LE POUR-VOIR, DANS LA SAISIE, DONC EMPRISONNÉ DANS L’EGO, DANS LE MOI-INDIVIDUEL.

L’Oriental, au contraire, ressent le Dehors et son monde des objets, et même son ‘moi’ ou ego comme DISTANT (cour), comme un rêve ; il est enraciné de façon vitale dans le fondement Primordial du TOUT (comme montré par exemple dans le Tao-tö king), lequel l’attire si fortement que son « appartenance » au spatio-temporel s’en trouve superficielle, dérisoire, dans la mesure qui semble incompréhensible aux Occidentaux.

L’attitude occidentale se fixe sur l’objet du spatio-temporel, sur le matérialisme, sur l’utilitaire ; ainsi le Christ devient « chair(e) », ou objet, incarnation, et prive l’Occidental de son lien intime avec son Soi-Christ.
Ce préjugé amène par exemple le protestantisme à opinioner le ”Royaume de Dieu qui est en Vous”, comme PARMI VOUS, ou au Dehors, au lieu de « en Vous ». Il semble que le régime républicain ait, ‘un peu’, repris ce « en Vous », dans son « vivre ensemble » républicain en en faisant un Monothéisme unilatéral républicain !

L’occident : « les pays développés », donc
l’Orient serait « les pays sous-développés »,
comme il y a des « grandes écoles » et des
« petites écoles ».

Maintenant le CHRIST-OBJET transformé en OBJET-EXTÉRIEUR servira d’idole, au sens d’échapper à ses propres responsabilités les plus profondes, ce qui est en totale contradiction avec l’esprit du christianisme. Ce isme ou adoration du soleil par la découverte du feu vulgaire sera plus tard une des causes de la Réforme et du protestantisme.
Si la Valeur suprême (le Soi-Christ) est au Dehors, dans le socialisme républicain par exemple, et en même temps que la non-valeur (le péché), l’Âme, le Soi, est inexistant : il manque et le Haut et le Bas (d’où par exemple de l’actuelle pollution de la planète et de la destructions de nombreuses formes de vie) !
L’attitude indienne est à l’opposé : tout ce qu’il y a de plus élevé et de plus bas est le ‘je’-‘Je’. De ce fait, la signification de l’âtman (Soi, soi), s’amplifie dans le sans limite, alors que chez l’Occidental, la valeur du Soi est inexistante, donc la valeur du Christ-Soi est inexistante : il n’est que LE SOLEIL ADORÉ, L’UTILITAIRE, LA CONSOMMATION ! L’ÂME EST INEXISTANTE CHEZ L’OCCIDENTAL, DE LÀ, EN FRANCE, IL NE POUVAIT QUE SE DÉVELOPPER FACILEMENT LA LAÏCITÉ, CE FORMALISME RELIGIEUX ; le Soi sera laissé aux sectes de certaines judéo-maçonneries spéculatives, qui en feront un outil, un utilitaire politique, donc dans le DEHORS, LE RÉSEAU, qui sera évidemment pris pour « valeur » supérieure.
La laïcité à la française, la république, c’est le « DIEU DEHORS », dont les « valeurs » ou impulsions ne proviennent en aucune façon de la sphère Christ-Soi, le ”Royaume des Cieux qui est en Vous”, mais du vulgaire inconscient (collectif) sous-développé qui demeure « primitif » plus que jamais, surtout à nostre époque de totale superficialité laîcité.

ON RETROUVE CETTE ADORATION DU SOLEIL (du désert) CHEZ LES HÉBREUX-JUIFS :
La NORME JUIVE de leur dualité winners-losers (élus/non-élus et Dedans-Dehors) résumée page 18 du livre de Jacques Attali, Les Juifs, le monde et l’argent : « Pour la première fois, une cosmogonie ne se vit pas comme cyclique [Tore, Circulus trinitaire, Ouroboros trinitaire] ; elle ne se donne pas pour but le retour du même [l’Éternel retour]. Elle fixe un sens au progrès ; elle fait de l’Alliance avec Dieu la flèche du temps [dans un seul sens et concept du mental par l’idéation] ; elle accorde à l’homme le choix de son destin : le libre arbitre [et par là l’individualisme, l’opinion, la démocratie et le consommateur et forcément des limites]. Ainsi est posé la fonction de l’économie : cadre matériel de l’exil et moyen de réinvention du paradis perdu [donc la religion de l’argent et du salariat, de la marchandise idole et de la consommation]. L’humanité a désormais un objectif : dépasser sa faute [et inventer la liberté et donc produire les contraintes à n’en plus finir]. Elle dispose d’un moyen pour l’atteindre : mettre en valeur le temps [la carotte du messianisme et de leur ”Jour du jugement dernier”…] ».
« Elle fait de l’Alliance avec Dieu ». LEQUEL ? S’il s’agissait du Soi, l’état actuel du monde serait autre et l’asservissement sous toutes ses formes n’existerait pas !!!
Leur « Dieu » et son sel d’Arche d’Alliance n’est qu’une mouture de socialisme politico-étatique tribal et forme primitive de république, avec ses commandements copiés sur les sagesses égyptiennes : genres littéraires de l’Orient ancien, y compris l’Ancien Testament ; recueils de préceptes pratiques et moraux énoncés par une personne pourvue d’une longue expérience à l’usage d’un jeune homme, visant à lui faire connaître les « normes » de conduites dans la vie sociale.…

Cette monstrueuse adoration du soleil et découverte du feu vulgaire ne pouvait que démolir le sens du Christ-Soi, les événements du monde façonnés par l’humain depuis les 2000 ans passés, en ne tenant pas compte du récentisme, le prouvent largement et ne respirent par le christianisme, surtout depuis l’Église de Rome et son papisme, et des destructions des Peuples du Soleil (Incas, Mayas, Aztèques, etc.). Cela provient d’un OUBLI TOTAL du Christ-Soi. La civilisation chrétienne des 2000 ans RESTE UNE TRAGÉDIE : LE PARFAIT FAUX, LE VERNI EXTÉRIEUR : L’ÊTRE HUMAIN A ÉTÉ PRIVÉ DE LUI-MÊME, DONC IL EST UN DEMEURÉ, UN CRÉTIN, UN PRIMITIF, UN CONSOMMATEUR : SON ÉTAT INTÉRIEUR NE CORRESPOND AUCUNEMENT À LA CROYANCE QU’IL PROFESSE, DONT ACTUELLEMENT SUR LA PLANÈTE CELUI DU MONOTHÉISME UNILATÉRAL RÉPUBLICAIN. Le développement du Chrétien en son âme n’est pas allé de pair avec son évolution du Dehors : là encore, dés le départ la SOURCE ÉTAIT POLLUÉE PAR CETTE ADORATION DU SOLEIL EN LA DÉCOUVERTE DU FEU VULGAIRE.

Aussi longtemps que TOUTES les religions et politiques restent des systèmes EXTÉRIEURS, donc principalement DE LA CROYANCE, DE LA LAÏCITÉ, du politisme étatique destiné à maintenir une tentative de cohésion sociale, et que la fonction religieuse de cette laïcité n’est pas une expérience du ”QUI SUIS-JE ?” de chacun, les humains restent des PRIMITIFS, rien ne se produit, d’où la continuité des guerres qui enrichissent tant le capitalisme (et nombre de fortunes construites à l’occasion des guerres).
Quand bien même le consommateur serait versé dans la théologie, celui qui ne sait pas le CELA du Christ-Soi par expérience personnelle, son ”QUI SUIS-JE ?”, son Dedans ni Dehors ou Vraie Demeure du Sans Demeure, n’a pas la moindre idée de ce que peu être une religion, une spiritualité, et encore moins une idée de ce que peu être une communauté humaine véritable, et donc encore moins de ce qu’est l’éducation des humains jeunes ou vieux !
 
Le concept français inventé par les républicains avec leur « siècle des lumières » est la plus formidable obscurité inventée pour TUER l’être humain dans l’âme ; car son éloge de la lumière et de sa prêche des « valeurs républicaines » EMPÊCHE JUSTEMENT LES HUMAINS DE VOIR EN EUX-MÊMES LA LUMIÈE PAR LE RETOURNEMENT DE CETTE LUMIÈRE, LA LEUR, PAS CELLE DE LA RÉPUBLIQUE (1)
La république et ses prêtres n’apprendront JAMAIS à un être humain l’art du Retournement de la Lumière, la Réalisation du Soi, la Libération, qui est Ici et Maintenant et non à acquérir comme on cherche à atteindre un but dans sa vie, ou gagner à l’Euro-millions ; L’ART DE VOIR, et non de Pour-Voir comme ça se pratique si cruellement depuis des siècles ; les êtres humains devenus INCAPABLES de Retourner leur Lumière pour examiner leur propre Conscience : ils sont incapables de voir les images correspondantes qui sommeillent dans leur propre inconscient, ils préfèrent les industrielles images du Dehors de leur smartphone des industries informatiques et médiatiques du capitalisme.


C’est l’informatique-information qui TUE le PARADOXE, le SANS CAUSE, ou SANS OBJET (2). L’Occidental devient fou s’il n’a pas un objet à Pour-Voir, telle une cause, UN BRUIT, modèle ”Big Bang” pour le rassurer !

Paradoxe parfait du « Fils de Dieu est mort », en plus encore absurde et paradoxale : il a été enseveli mais ressuscita ; chose réelle PARCE QU’ELLE EST IMPOSSIBLE À TOUS LES POUR-VOIR qui numérise tout sur la planète, ceux qui se prennent pour un corps, pour une SAISIE.

« Le ‘Je’ rejette l’illusion du ‘je’ et cependant demeure en tant que ‘Je’. Tel est le paradoxe de la réalisation du Soi. Ceux qui sont déjà réalisés n’y voient aucune contradiction ». (Ramana Maharshi, entretien 28 du 4-2-1935).

LE PARADOXE est une MÈRE-VEILLE par essence , alors que l’uniformité de la couverture sociale en mode de même soupe pour tous (les ”valeurs de la république”) SERA UN SIGNE DE FAIBLESSE, UN SIGNE DE RÉGRESSION DE CIVILISATION. C’est pourquoi une religion ou un régime politique étatique s’appauvrit quand ses paradoxes fondent au soleil et se perdent, tandis qu’au contraire l’amplification du nombre de paradoxes devient la Mère-Veille. MÈRE-VEILLE comme son nom l’indique EMBRASSE le TOUT : ce qui est privé d’AMBIGUÏTÉ et de CONTRADICTION tombe dans le Pour-Voir des petites choses et en conséquence est incapable d’exprimer, de vivre l’INDICIBLE, L’INSAISISSABLE.

SEUL CE QUI EST IMPOSSIBLE EST POSSIBLE : RÉALISABLE. DÉFINITION DU SEUL RÉEL, LA SEULE LUMIÈRE : le Christ-Soi est mort et ressuscité : chose impossible parce qu’elle est certaine ! Bien-sûr c’est complètement contraire à ce qu’annoncent de tout cuit et de souvent faux ou manipulateur les médias ; la certitude du Dehors, des ”infos”, N’EST QUE TROMPERIE-UNIFORMITÉ-ANESTHÉSIE.
La Pierre sur laquelle je tombais de 10 mètres de haut me servit d’OREILLER, chose évidemment impossible pour un rationaliste des ”lumières” et du smartphone du Pour-Voir. Orphée, fils d’Œagros et de Calliope une des Muses, était musicien (ONDES, FRÉQUENCES) et tellement habile ou plutôt DANS L’INSTANT, qu’en même temps qu’il charmait les fauves, les oiseaux, les arbres et jusqu’aux pierres qui l’accompagnaient sous l’effet vibratoire. Orphée fut assassiné par les femmes de Thrace et de Macédoine, parce qu’il ne leur donnait pas accès aux Mystères, et probablement aussi pour d’autres raisons. Évidemment de nos jours de la mode ”raison” l’histoire d’Orphée reste un « conte ».
Orphée, sa « descente aux Enfers » = LE PLOMB, la recherche de la GRÂCE RÉDEMPTRICE : IL FUT ENSEVELI ET RESSUSCITA…. Vibration, tintement : « L’entrée de l’esprit dans le Coeur se reconnaît à une sensation particulière, perceptible à un Mahatma [Grande Âme] et comparable au tintement d’une cloche ». (Ramana Maharshi, entretien 247 du 8-9-1936).


Cependant : MISE EN GARDE POUR LA CHOSE IMPOSSIBLE ET LE PARADOXE : si un mental n’est pas suffisamment préparé, épuré, le Paradoxe sera DANGEREUX surtout pour le mental faible, qui le prendra pour une absurdité ; si le paradoxe n’est pas remarqué il restera inoffensif ; mais qu’un mental non épuré et qui se prend au sérieux ait l’idée de faire du paradoxe un moteur, il se lassera facilement ou son moteur sera cassé au bout d’un moment et ne le fera plus avancer !
Depuis la mode du siècle des loupiotes, les choses se sont largement dégradées car la « raison » mise à la mode, bornée, autoritaire, fixée, ne supportant aucun paradoxe, aucun argument ne pourra plus l’arrêter, d’où cette opinion de « valeur » si mise en avant par certains paroissiens des loupiotes et du rationalisme numérique informatique !



CHRIST-Soi = universel-unicité-paradoxe-ambiguïté-ambivalance universelle : l’individualité absolue du Soi, l’Ainsité, l’Union des contraires et inséparables.

Le Christ-Soi est mort et ressuscité = LE SURFEU : destruction du feu de la vie par un Vrai Feu (froid sans flamme ni cendre) qui portera au Cœur de l’Être le ’Rien dans le TOUT et tout dans le RIEN”. c’est l’OUROBOROS DU FEU SE DÉVORANT LUI-MÊME QUAND L’ÉNERGIE SE RETOURNE CONTRE SOI, ABSOLUTISANT AINSI L’ÊTRE À L’INSTANT DE SA PERTE (Putréfaction), apportant la Preuve absolue de son existence authentique.
ET C’EST LE PLOMB : L’EAU PRIMORDIALE de tous les métaux (Paracelse).
LE PLOMB C’EST SHIVA LE TRANSFORMATEUR ; son rôle sera central dans la vie de Ramana Maharshi.

PLOMB = OR-DONNÉ ou ANTI-LOI DE SUCCION VULGAIRE, la VRAIE LOI DE SUCCION, la Divine Bouteille (Bout-œil ou ”vas-y voir”, qui n’est pas Pour-Voir des voyeurs, mais le Retournement de la Lumière(1), le ”QUI SUIS-JE ?”).

LE VRAI FEU OU FEU FROID : L’INSAISISSABLE tel le Un devient Deux, le Deux devient Trois, lequel devient QUATRE, le FLÉAU : la DANSE entre spirituel et spatio-temporel. C’est l’INSAISISSABLE, le FLÉAU, parce que le Vrai devient faux dès qu’il est vu ou possédé. Saint Bonaventure : « Jamais l’Âme et Dieu ne peuvent co-exister » ; la ”raison” n’atteint pas, elle opinione seulement !
Quatre fois trois donne douze, ont pour principes la Monade et la Dyade, alors la Monade devrait être l’Éther [”espace”, ”fluide”], la Dyade, le Chaos, la Triade l’Œuf - « Il est, en effet, parfait -, et la Tétrade de Phanès [Phantos, le Premier visible dans l’Éther], comme le dit Orphée : ”Vu ça et là par quatre yeux” ». (Orphée, Discours sacrés en 24 chants, F79).

ENCORE UNE FOIS, EN REFRAIN : IL N’Y A AUCUNE VALEUR DANS UN RÉGIME POLITIQUE ÉTATIQUE QUEL QU’IL SOIT (monarchie, république, dictature, etc.) , IL N’Y A  RIEN A EN ATTENDRE, SAUF DES CATASTROPHES. AUCUN APPUI DU DEHORS N’AIDERA LE TERRIEN NI N’EST CAPABLE DE LUI APPORTER LA MOINDRE PETITE AIDE, MÊME MATÉRIEL.
Le Terrien ne trouvera de l’aide QU’EN LUI-MÊME, ce qui, pour l’Occidental du Pour-Voir et du socialisme, et de l’argent, pourra facilement sembler absurde, anti-social, dangereux (”Non-assistance en personne en danger”).


PLOMB = AUSSI « DIEU » :
- Q. : Pourquoi le samsâra [cycle des naissances et des morts, monde phénoménal des noms-les-formes] – la création et la manifestation sur le plan du « fini » – est-il plein de souffrance et de mal ?
- M. : C’est la volonté de Dieu.
- Q. : Pourquoi Dieu veut-il qu’il en soit ainsi ?
- M. : C’est impénétrable. Aucun mobile ne peut être attribué à ce Pouvoir – ni désir ni finalité ne peuvent être conférés à ce seul Infini, cet Être omniscient et omnipotent. Dieu n’est pas affecté par les activités qui se déroulent en Sa présence ; tout comme le Soleil face aux activités du monde. Il n’y a aucun sens à vouloir attribuer à l’Unique une responsabilité ou une motivation, avant qu’il ne devienne le multiple. Mais la volonté de Dieu, régissant le cours prescrit des choses, fournit une bonne solution au problème du libre arbitre (vexata quaestio). Si notre mental est agité par le sentiment d’imperfection et d’insatisfaction de ce qui nous arrive ou de ce que nous avons commis ou omis, alors il est sage d’abandonner le sens de la responsabilité et du libre arbitre et de nous considérer comme l’instrument prédestiné de l’Omniscient et Omnipotent afin d’agir et de souffrir selon Son bon plaisir. C’est Lui qui se charge de tous les fardeaux et qui nous donne la paix [le scribe de la page souligne] ».
(Ramana Maharshi, entretien 28 du 4-2-1935).

AINSI, POURQUOI LE PLOMB ? L’ATTRACTION (universelle) ?
PLOMB = ATTRACTION OU PESANTEUR = PÉCHÉ. Nous savons que sans péché, sans le « sale », l’impur, le repentir, le regret ou réparation est impossible, l’invention de la GRÂCE est impossible. Le Plomb semble indispensable à une certaine caricature de stabilité. Mais le plus important réside dans cet extrait 28 ci-dessus du Maharshi ou sage, qu’on se voile les yeux de rechercher et d’examiner le sens du PLOMB CHEZ DIEU : la puissance même du MAL ou LOI DE SUCCION VULGAIRE, L’ATTRACTION UNIVERSELLE, qu’on aurait alors de bonnes raison d’accepter avec considération.
PUISSANCE DIVINE ET INFERNALE SE CONFONDENT, COMME D’AILLEURS PUR-IMPUR : le saint est l’ombre du sorcier et le sorcier l’ombre du saint ; devant un saint cherchez le Diable, il n’est pas loin. Saints et sorciers sont les deux pôles d’un même système, celui du SACRÉ (et des ”valeurs”).

Le caché, le sale, car non identifié, le mystère, le terroriste, seront « FOLIE » au Pour-Voir d’une conscience moderne, non païenne, qui n’est pas capable de définir à sa moderne ”raison’ ce qui est caché, ce qui est mystère, ce qui est INNOMMABLE.

Depuis le Pour-Voir généralisé, le SE CROIRE ARRIVÉ, SE CROIRE LIBÉRÉ, LA MERDE, LE SALE, CE QUI EST CACHÉ, COMME LE TERRORISTE, COMME DIEU, DONC L’INNOMMABLE, COMME LES FÈCES, N’EST PLUS CACHÉ CAR : NOMMÉ, MONTRÉ OU MONNAYÉ, TOUT EST INVERSÉ, L’INNOMMABLE DEVIENT LE NOMMABLE ALORS QU’IL AURAIT DÛ DESTER CACHÉ, LE X DU N’EST PAS X DEVAIT RESTÉ CACHÉ : Lévitique 18,8 : ”Tu ne découvriras point la nudité de la femme de ton père. C'est la nudité de ton père”. Car DÉCOUVRIR est par définition le CONTRAIRE du conventionnel pépère : on opinionne, on recouvre toutes choses du voile de ses souffrances, de la coloration de son ego : d’E-couvrir. Alors et imperturbablement apparaît la LOI : la VISION DU TROU, DE LA STARGATE, ne peut se faire que dans le TROU, et comme il n’y a que le TROU, pas de Trou à voir ou à saisir ! LE CHRIST-Soi EST ENSEVELI ET RESSUSCITÉ….. C’est CELA le sens du PLOMB…. Le sens de L’IMPOSSIBLE HAUTEMENT POSSIBLE du : ”La Pierre-Oreiller” du « Tout est possible mais Tout n’est pas permis » (Roger Bacon).

SANS LE PLOMB-DIEU, IL SEMBLE QU’IL N’EXISTE PAS D’ORATOIRE (LABO-ORATOIRE), SEUL À LA DISPOSITION DE L’ÊTRE HUMAIN (n’existe pas chez un écureuil par exemple…. Même si on n’est pas à coup sûr un écureuil soi-même pour penser à sa place….)
À ce hui, le « plomb » c’est le smartphone, les écrans-images-infos, et ça ne va pas loi-n, mais du Diable, qu’est-ce que ça attire, la puissance du MALin !!!!
Le Soi contient TOUT, le MALin aussi.
 
Le régime républicain qui parasite cette planète en sa forme d’un monothéisme unilatéral et républicain (et avant lui par les 10.000 ans de l’étatisme né au début du Néolithique et de la voie de l’Agriculture), ne s’est aucunement penché sur le sens du PLOMB, surtout que l’étatisme se croit l’Oiseau Phénix, comme le capitalisme : ils se croient « universels ». Or tout universalisme est aussi DOUBLE que les deux pôles du SACRÉ (la république française, ses membres, se croient « sacrés » en leur « valeur »), devrait savoir qu’UNE VÉRITÉ QUI, REPRÉSENTANT LE SALUT POUR LES UNS, PUISSE AU CONTRAIRE SIGNIFIER ENFER ET SOUFFRANCES POUR LES AUTRES : par exemple l’enfer est un mal pour les Anges, car ce n’est pas leur pays d’origine ; et l’enfer sera un bien pour les démons puisque c’est leur pays. Les Semblables par les Semblables. (Réf. à Jakob Boehme : De la Signature des Choses).
 
Notes.
0. Le jaune de l’Or métal et du Soleil feu tout aussi vulgaire sera ADORÉ au lieu d’être SIMPLEMENT honoré !!!
L’Élohim qui parle à Moïse et non Jéhovah, ou plutôt le Vrai Jéhovah au sein du BUISSON ARDENT lorsqu’Il se définit Lui-même : « Éheiéh ashèr Eheiéh » (Je serai celui qui sera), ce que la version des Septante transforme en ”Je suis celui qui suis” ou ”Je suis ce JE-SUIS”. PARADOXE, CAR FIXER L’ICI ET MAINTENANT EST L’EXACTE MÊME IMPOSSIBILITÉ DE ”SORTIR” DE L’UNIVERS POUR « L’AMÉLIORER », ET DONC « S’AMÉLIORER SOI-MÊME », C’EST-À-DIRE JOUER AU COMPLEXE DE PROMÉTHÉE !
Il dérobe des allumettes, ou plus tard construit des Tchernobyl.
La ”désobéissance artistique” et social sera le DÉVERGONDÉ, DIONYSOS, L’ÉCOLE BUISSONNIÈRE, L’ALCHIMISTE. L’enfant urbanisé et bétonisé ne connaît pas le foyer qui fait cuire entre 6 pierres des petits gâteaux dans un semblant de four à feu de bois. Et C’EST EXTRA-ORDINAIRE, PARCE QU’À CE MOMENT LÀ LE « CUISINIER » NATUREL ÉCHAPPE AU COMPLEXE DE PROMÉTHÉE, ET COMPLEXE ACTUEL DES TRANSITIONS MACHINS TRUCS : le « ISME », LE SYSTÈME, LES PROTHÈSES, LE DEHORS, LES INJECTIONS.

FEU VULGAIRE ACTUEL = PRINCIPE SURTOUT ANGLO-AMÉRICAIN DE L’UTILITARISME, DOUBLÉ DU ”SAVOIR” DES ”LUMIÈRES” DU 18È SIÈCLE DES RICHES PERRUQUES POUDRÉES FRANÇAISES QUI N’ONT JAMAIS TENU UNE PIERRE OU UNE PELLE DANS LEUS MAINS PROPRES ET DOUCES.
COMPLEXE DE PROMÉTHÉE = ÉVOLUTIONNISME DES JUIFS : METTRE EN VALEUR LE TEMPS OU ÊTRE DIEU À LA PLACE DE DIEU, TEL LE MESSIANISME DU TRANSHUMANISME. Le transhumanisme est le complexe de Prométhée. Et comme l’écrit G. Bachelard, si l’intellectualisme pur est exceptionnel, il est aussi dans la trame de l’évolutionnisme transhumaniste : UNE SPÉCIFICITÉ DE L’HUMAIN DE L’APRÈS DÉCOUVERTE DU FEU VULGAIRE. « Le complexe de Prométhée est le complexe d’Œdipe de la vie intellectuelle », écrit si bien G. Bachelard dénonçant le criminel mental, la ”raison”.
Concernant ŒDIPE, son père Laïos fit percer les chevilles de son fils à sa naissance et les attacha d’une courroie. Bref, en sanskrit PADAM : PIEDS, est synonyme du Soi, l’être véritable. Œdipe est comme le Diable boiteux de Lesage : une énergie fausse et chancelante comme la thermodynamique issue du feu vulgaire qui ne peut qu’être dangereuse et poussive. Très bref, œdipe est un modèle de parfait LOSER qui par son SURFEU (acceptation de la Mort) deviendra un WINNER, un LIBÉRÉ.

1. Le Retournement de la Lumière : « Lorsqu’on utilise cette technique pour la première fois, on a l’impression d’un non-être dans l’être. Mais une fois le travail achevé, quand on a un corps au-delà du corps, on a l’impression d’un être dans le non-être [le « sentiment océanique » de Jean Coulonval, Synthèse et Temps Nouveaux] ».
« Ce n’est qu’au bout de cent jours de travail concentré que la lumière est réel, qu’elle est le feu du mental. Car au bout de cent jours, la lumière jaillit spontanément : de même que le rapport entre une femme et un homme forme l’embryon, soudain, d’un point d’authentique énergie positive, surgit une perle. Il convient de l’observer, calmement, tranquillement. Le retournement de la lumière est le processus de « mise à feu ». […] La Lumière n’est ni en soi ni en dehors de soi. Les montagnes, les rivières, le soleil, la lune et toute la Terre participent aussi de cette Lumière qui ne se trouve pas seulement en soi. Toutes les opérations de l’intelligence, la connaissance et la sagesse, participent également de cette Lumière qui ne se trouve donc pas en dehors de soi. De même que la Lumière du ciel et de la terre emplit l’univers, la Lumière d’un seul Être s’étend naturellement aux cieux et embrasse la Terre. Voilà pourquoi si l’on retourne la Lumière, le monde entier se retourne également », dit si clairement le Secret de la Fleur d’Or. Centrum Centri, se concentrer là-dessus « pour passer la Porte [Stargate] », pour vivre le Point Focal…
Riplée (Ripley) définit la Putréfaction, la mort des corps et division de la Matière, comme la conduisant à la division, donc au démontage, soit LA CORRUPTION SUIVIT DE LA GÉNÉRATION (voir plus bas la recomposition de la Barque du Passeur (a)) : « la Putréfaction est l’effet de la chaleur des corps entretenue continuellement, et non d’une chaleur appliquée manuellement. Il faut donc se donner garde de pousser la chaleur excitante et extérieur au-delà d’un degré tempéré : la matière se réduirait en cendre sèche et rouge, au lieu du noir, et tout périrait », dit fort à propos Dom Antoine-Joseph Pernety à l’article Putréfaction dans son Dictionnaire Mytho-Hermétique.

a. La MAIN VIVE EST DU THÈME DU PASSEUR, DU PONTIFE, CELUI QUI FAIT PASSER LE PONT, CELUI QUI OUVRE, comme l’Égyptien ancien qui arrivé à un cours d’eau aurait besoin de le traverser, il appellerait alors un passeur et lui demanderait de lui amener la barque et de le faire traverser, comme le Pontife, comme la Main vive ou la Main Ouverte (rien à cacher).

2. Le SANS CAUSE se retrouve dans le PARADOXE DE LA RÉALISATION DU SOI et dans LA PARADOXE DE LA COURSE D’ACHILLE ET DE LA TORTUE :
Le ici et maintenant insaisissable dans la course d’Achille et la tortue, figurant le Paradoxe de la Réalisation du Soi, ou : « on ne possède pas l’Instant », ou « Il n’y a pas de but à atteindre », car le but n’existe pas, le ici et maintenant ne sera jamais atteint puisqu’il est « là-bas », et qu’aucune route ou espace-temps ne mène à cet ici. Dans sa course, Achille ne rattrape jamais la tortue, car il n’atteint jamais d’abord que le point où ÉTAIT la tortue, et il a toujours à atteindre le nouveau point où elle EST, qui devient le point où elle ÉTAIT.
« Le ‘Je’ rejette l’illusion du ‘je’ et cependant demeure en tant que ‘Je’. Tel est le paradoxe de la réalisation du Soi. Ceux qui sont déjà réalisés n’y voient aucune contradiction ». (Ramana Maharshi, entretien 28 du 4-2-1935).

 
 
 

Dernière mise à jour : 26-05-2024 23:52

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2024 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >