Accueil arrow Spécial Russie arrow Russie arrow Destruction de la Russie - Illusion
Destruction de la Russie - Illusion Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 20-05-2009 23:52

Pages vues : 4566    

Favoris : 386

Publié dans : Nouvelles Spéciales, Russie

Tags : Argent, Banques, Bolcheviks, Business, Chrétiens, Cosaques du Don, Dictateurs, Destruction de la Russie, Etzel, France, Israël, Juifs, Ku Klux Klan, Pouvoir, Révolution, Russie, Sionisme, Terreur, Terroristes, Tortures, Usure


1dollar_equerr.jpg
 
Destruction de la Russie - suite 21
Il n’y a pas de religion supérieure à la vérité

Bible - Jean : 8, 31 44 : Jésus dit alors aux Juifs qui l’avaient cru :
« Vous êtes du diable, votre père (Yahve ou Satan),
et ce sont les désirs de votre père que vous voulez accomplir ».
 
Source énergétique.
J’en distingue 11 :
le paradoxe, les poisons, la fermentation,
le rendre liquide et rendre solide (Solve et Coagule ou le Rebis),
les portes, l’icône, le hasard, le pléonasme,
l’analogie, les feux, les vents.
L’humour ou RIRE est plutôt une sécurité, un fusible et fait partie de l’opérateur (vous, moi).
[Précision : le rire est le KILLER de la peur. Vous avez déjà vu un chat rire, vous ? Vous avez déjà vu Satan rire, vous ? Ce sont le chat et Satan qui ont peurs !] Non seulement le rire est un killer de la peur, mais il se répand comme une Lumière.
 
La Destruction de la Russie par le lobby Juif et sioniste étant une clef pour ce qui se déroule depuis, je met ci-dessous ce texte ayant un rapport DIRECTE.
 
L’Homme, cet être qui se dit le plus évolué de la planète Terre.

Simple :
1 - Religions : source de conflits
2 - Ethnies : source de conflits
3 - Lutte pour un territoire : source de conflits
4 - Énergie et Nourriture : source de conflits
5 - Administration d’une société : source de conflits
6 - Moyen de transaction de marchandises : source de conflits
7 - Guerres perpétuelles découlant des moyens de transaction ou argent

Supprimez le n°4 (nourriture par la lumière ou photosynthèse humaine et énergie libre) et il sera inutile de chercher un job dans une quelconque agence de recherche d’emploi. A nous le TEMPS PLEIN et LE DÉVELOPPEMENT DE LA TRANSMISSION DE PENSÉE.
En résumé, L’HOMME EST BIEN L’ÊTRE LE MOINS ÉVOLUÉ DE LA PLANÈTE TERRE.

« Le savant suisse Jean-Jacques Babel a constaté que depuis les 56 derniers siècles, l'humanité a mené 14.500 guerres qui ont provoqué trois milliards et demi de morts. Cela représente la moitié de la population mondiale d'aujourd'hui ».

Chanter le dimanche, et le reste de la semaine, méditer sur son infortune en rêvant au dimanche suivant :
"Panem et circences", (Le pain et les jeux distraient le peuple), vieille devise romaine remplacé de nos jours par le foot et autres sports chaque fin de semaine et jours fériés ; et les jeux d’argent.

Tout comme le sens d’ésotérisme : ce qui est caché, et le sens d’exotérique : qui est à la vue de tous ; la même chose bien-sûr, et par la force de la Nature, se passe dans la vie de tous les jours :
La réalité historique peut être considérée sous deux aspects.
- Exotérique : un événement se passe, plus tard, l'histoire grâce à des personnes qui mettent par écrit les informations - concerne l'opinion générale qu'on appelle l'opinion publique, répandue auprès de chaque citoyen par les mass media.
- Ésotérique : un même événement peut très bien ne pas être rendu public.
C'est le monde des agissements des loges secrètes qui entremêlent capital, politique, économie et religion. C'est à ce niveau que naissent les nations, que les guerres sont ourdies, que les présidents sont nommés ou éliminés s'ils ne fonctionnent pas.

Actuellement, l’ésotérisme politique aux États-Unis est le think tank américain CFR (Council on Foreign Relations), bien-sûr c’est encore une histoire de fric puisque c’est dirigé par la famille Rockefeller, et le drame c’est qu’ils mélangent politique et business.
Il y a aussi le Comité des 300 (300 personnes les plus riches du monde et par là-même les plus influentes).

Ces deux organismes américains puissants possèdent des secrets en relation avec l’origine de notre planète Terre, avec un passage à la case nazis et Troisième Reich : bonds prodigieux de la technologie allemande entre 1940 et 1945 à la chute de l’Allemagne. Car étrangement l’Allemagne en était encore à l’époque des chevaux et des avions en bois depuis la première guerre mondiale, et elle a fait un brusque bond à partir de 1940. Cette brusque montée des progrès technologiques ont été sans précédant dans l’histoire de l’humanité ; sauf peut-être, dans l’apparition des Hiéroglyphes dans l’Égypte ancienne. Il n’a fallu que deux ans aux Allemands pour mettre au point la fusée V2, capable d’atteindre l’espace vertical, alors qu’en Angleterre par exemple, ce n’était pas possible. En 1941, Konrad Zuse a crée le premier calculateur digital contrôlé par un programme.
Sous le troisième Reich, la Société Vril s’occupait presque exclusivement d’OVNIS (Flying Saucers).
Mais les SS ont développé leur propre monde secret, qui n’avait de compte à rendre qu’à Hitler. Le projet le plus important des SS fut le développement de l’ANTIGRAVITÉ, et cela au sein d’un cellule top secrète nommé Amtsgruppe VIII ou Amt VIII-FEP (Département de l’Armement). Même plus de 60 ans après la chute de l’Allemagne, peut de gens savent qu’existaient de telles institutions ; alors vous pensez le CFR et ses « sous-branches ».

Les projets dépendaient de la Société Vril et de la SS E IV (bureau d'études secret pour l'énergie alternative des SS, (différent du Amt VIII-FEP). Cela signifie qu'ils n'étaient pas directement sous les ordres d'Hitler et du parti nazi ; en fait, ils n'avaient pas été élaborés à des fins proprement guerrières. Ce n'est que plus tard, quand la situation de l'Allemagne en guerre empira, qu'il fut question de faire entrer en action les disques volants.
 
puce4.png
 
La chronologie n’ayant rien à faire là-dedans, ce sont la fluidité des faits qui compte, je passe au Templiers et en résumant beaucoup : ils voulaient établir une véritable église chrétienne en abolissant l’Ancien Testament judéo-chrétien, abolir l’usure, les monarchies et les remplacer par un ordre aristocrate et républicain. On comprend donc le pourquoi de leur anéantissement.

Au 14è siècle surgirent en Allemagne des initiés qui portèrent le nom de Confrérie du Serpent. Une de ses branches fut celle des Rose-Croix. Les Rose-Croix se permirent d'affirmer qu'ils connaissaient l'origine (extra-terrestre) de l'homme ainsi que les doctrines ésotériques de l'Egypte. Ils devinrent célèbres grâce à leur travail sur les symboles mystiques et sur l'alchimie. Il y avait un lien si étroit entre les Rose-Croix et les Illuminati (Confrérie du Serpent) que le fait de monter dans les grades secrets d'initiation chez les Rose-Croix avait souvent pour effet d'être admis chez les Illuminati.
Nombre d'auteurs disent que c'est en 1614 que l'ordre des Rose-Croix a vu le jour lorsqu'un écrit annonça officiellement leur existence en Hesse et appela à en devenir membres. A ce moment-là, la phase d'activités extérieures recommença. L'écrit qui exhortait les hommes à renoncer aux faux enseignements comme celui du pape, d'Aristote et de Galien (médecin populaire de l'Antiquité) raconte aussi l'histoire du personnage fictif de "Christian Rosenkreuz" qui avait été choisi pour symboliser la fondation de l'ordre. Aujourd'hui, on le désigne souvent à tort comme le vrai fondateur. (108 ans d’activité au grand jour, et 108 ans d’activité souterraine).

Encore un petit coup des Rothschild.
Au États-Unis à la fin du 18è siècle, Les présidents américains Benjamin Franklin et Thomas Jefferson étaient farouchement opposés à l'idée d'une banque centrale privée qui contrôlerait la monnaie américaine. Après la mort de B. Franklin en 1790, les agents de Rothschild promurent Alexander Hamilton au poste de ministre des Finances. Celui-ci créa la "FIRST
NATIONAL BANK OF THE UNITED STATES", la première banque centrale américaine.
Elle était structurée comme la "Banque d'Angleterre" et contrôlée par les Rothschild, donc une banque privée.
A la mort de Mayer Amschel en l8l2, le droit de décider de la fortune familiale revint à Nathan Rothschild. Nanti de cette position, il créa la "NATHAN MAYER ROTHSCHILD & SONS BANK" à Londres, avec des succursales à Vienne, Paris et Berlin. Les opérations de cette banque portaient sur des marchés d'actions et des prêts, elle assurait des gouvernements, elle administrait et dirigeait d'autres banques, des compagnies de chemin de fer, des aciéries, des industries d'armes et d'autres.
Les Rothschild alliés aux "Illuminés de Bavière" représentent la force financière soutenant le sionisme et, plus tard, le communisme. Ils ont ourdi et financé beaucoup de révolutions et de guerres, notamment la guerre de sécession.
Cependant, le président LINCOLN qui avait percé le jeu des Rothschild refusa, en 1862 et 1863, de leur payer les intérêts qui s'élevaient à des sommes colossales. Il chargea peu après le Congrès de faire imprimer les dollars "Green Back" pour payer les troupes de l'Union. Bien entendu, cela ne s'accordait pas au plan des Rothschild : la conséquence fut qu'un de leurs agents, John Wilkes Booth, tua sur leur ordre Lincoln le 14 avril 1865. Celui-là fut, plus tard, libéré de prison par les "Chevaliers du cercle d'or" et passa le restant de sa vie très agréablement en Angleterre avec une somme rondelette offerte par les Rothschild.
Après la mort de Lincoln, les dollars "Green Back" furent à nouveau retirés de la circulation et rachetés à un prix ridiculeusement bas par les banquiers centraux Morgan, Belmont et Rothschild.

Encore un petit coup des Rothschild. Le juif Moses Modechai Marx Levi (alias Karl Marx)
"En fait, le "Manifeste du parti communiste" était déjà en circulation depuis beaucoup d'années, bien avant que le nom de Karl Marx fut connu au point de pouvoir être utilisé pour ce manuel révolutionnaire. Tout ce que Marx a réellement fait, ce fut de moderniser et codifier les projets et principes révolutionnaires qui avaient été écrits 70 ans plus tôt par Adam Weishaupt, le fondateur des "Illuminés de Bavière". ("Die Insider", p. 32). La Ligue des justes devint, en 1847, la "Ligue des communistes".
FONDAMENTAL :
Il appataît très nettement comment les Illuminés de Bavière créèrent en Angleterre et en Amérique des systèmes "capitalistes" aussi bien qu'"anticapitalistes", voire même communistes, (voir le livre de jean Coulonval : Synthèse et Temps Nouveau, où il explique bien que le communisme s’appuie nécessairement sur la capitalisme) ce qui leur permit d'utiliser le conflit qui en résulta à la façon de Machiavel : ils réussirent à maintenir l'humanité dans une discorde constante et dans une parfaite confusion. (C’est la bonne vieille technique de : diviser pour régner).

Weishaupt mourut en 1830 à l'age de 82 ans. En 1834, Giuseppe Mazzini prit en charge la direction de l'ordre des Illuminés de Bavière jusqu'à sa mort en 1872.
Pendant sa présidence à cet ordre, il correspondit avec le sataniste Albert Pike, "Grand Maître Francs-Maçons" dans la juridiction du sud des Etats-Unis et futur fondateur du "KU KLUX KLAN". Pike avait été nommé par Mazzini dirigeant des opérations pour les Illuminés de Bavière aux États-Unis.

Les trois guerres mondiales de Albert Pike.
- Première guerre mondiale : devait être mise en scène pour que les Illuminés de Bavière aient un contrôle direct sur la Russie des tsars. A la suite de quoi la Russie pourrait être utilisée comme la "bête noire" qui servirait les desseins des Illuminés de Bavière à l'échelle mondiale.

- Deuxième mondiale : serait créée de toutes pièces en manipulant les divergences d'opinions régnant entre les nationalistes allemands et les sionistes politiquement engagés. Cela amènerait la Russie à étendre sa zone d'influence et entraînerait la création d'un État d'Israël en Palestine.

- Troisième guerre mondiale : serait basée sur les divergences d'opinions que les Illuminés auraient créées entre les sionistes et les Arabes. On programmerait une extension du conflit à l'échelle mondiale.

Et pour la situation actuelle : En leur présentant la Russie comme "la bête noire", on obligea les nations de l'Ouest à approuver des alliances supranationales qu'elles n'auraient jamais conclues d'elles-mêmes (OTAN, ONU). De plus, l'empire russe tenu pour l'ennemi du monde fit fleurir le commerce international des armes [NT : époque du « rideau de fer »], ce qui profita de nouveau aux banquiers internationaux.

Albert Pike fonda en 1867 à Nashville le Ku Klux Klan (en grec : kyklos = le cercle). Le KKK utilise aussi la croix de Malte comme emblème, on trouve à sa tête d'éminents francs-maçons. Quand on sait combien les buts poursuivis par le KKK sont racistes et méprisants pour l'homme, on se pose la question sur la nature véritable de ses fondateurs et de ses membres.
L'annéc 1843 fut celle de la création de l'ordre indépendant "B'INAI B'RITH" dans la communauté juive. Cette loge secrète sionniste est comptée parmi celles des francs-maçons. "B'nai B'rith" signifie en fait "les fils de l'alliance". Elle revendique la suprématie sur le judaïsme mondial. (Voir la page sur l’orgueil juif)

Bien que la Plupart des loges de cet ordre aient été dans le nord des États-Unis, le "B'INAI B'RITH" se déclara ouvertement aux côtés des confédérés. Beaucoup de porte-parole de cet ordre dans le Nord soutenaient avec force l'esclavage et continuèrent, même après la guerre civile, à oeuvrer avec les confédérés dont ils partageaient les buts.
Remarque sur la situation actuelle : L'Anti Defamation League (ADL. To stop the defamation of the Jewish people, to secure justice and fair treatment to all), reliée à l'ordre "B'INAI B'RITH", commença récemment une campagne pour calomnier des politiciens noirs américains très en vue en les traitant d'antisémites. C'est une façon d'attiser les conflits de race et d'exercer une influence négative sur les Américains juifs bien intentionnés qui, jusque-là, soutenaient les Noirs. L'ADL affirme aussi être opposée au KKK mais défend avec force la statue d'Albert Pike (fondateur du KKK) qui se trouve être aujourd'hui encore, à Washington. L'ADL est ouvertement reliée au "Rite écossais".

La hiérarchie et le sophisme extrême dans la Franc-Maçonnerie et d’Albert Pike, ou lavage de cerveau :
Je montre au postulant d'un degré supérieur un livre blanc mais je lui dis qu'il est noir.
Ensuite, je lui demande quelle est sa couleur
. S'il répond blanc il a échoué, s'il répond noir il est admis au grade supérieur et reçoit de nouvelles épreuves qu'il devra exécuter docilement en faisant abstraction de sa volonté propre.
Ainsi : on peut que dans un ordre hiérarchique personne n'a de libre arbitre sauf le "dirigeant" ou le "supérieur". Pour accéder à un degré supérieur, la personne concernée doit exécuter les épreuves qui lui sont imposées par ce grade.
A la tête des foules un âne suffit ; ou :
« une bêtise dite par cinq millions de personnes reste malgré tout une bêtise ». (Anatole France)
 
Suite sur la Destruction de la Russie n°22. (La plupart des références et extraits proviennent du livre de Jan van Helsing : Sociétés Secrètes. La référence aux SS de l’Amt VIII-FEP et l’antigravité provient d’un article du journal NEXUS n°62 de mai-juin 2009).
 
 
 
 
Suite des extraits du « Journal de Kolia » : Projet à Biarritz, chez Casanova, le cabaret russe le plus chic.

Rappel : il s’agit ici d’extraits du journal de mon père : Kolia, diminutif de Nicolas. Suite à la Révolution Bolcheviks, l’école des Cadets de Novotcherkassk Новочеркасск (capitale des Cosaques du Don), école pour officiers où se trouvait mon père, elle a été évacué avec tous ses jeunes élèves pour essayer de gagner l’étranger. Après un long passage par l’Égypte, la Turquie et Chypre, Kolia décide en 1926 de tenter sa chance à Paris.

puce4.png

Les Fêtes de fin d’Année arrivèrent et le travail à la « Maisonnette russe » ne manquait pas et les dîners, les galas et les réceptions se succédèrent, car cet endroit était très fréquenté et avait beaucoup de succès auprès de la clientèle cosmopolite de Paris.
Mais pour Kolia, la rémunération était toujours la même, il lui manquait toujours de l’argent pour pouvoir recommencer ses études dans le but de trouver un travail plus intéressant et qui apporte une meilleure rémunération. Étant donné l’évolution de ses goûts et de son ambition, il ne pouvait plus rester à ce travail en essuyant la vaisselle et en préparant les toasts. Alors se trouvant toujours en contact étroit avec son ami Alex B., Kolia le suivait pour trouver du travail comme lui dans tel ou tel cabaret.

Certaines personnes de la « Maison Russe » lui avaient conseillé de chercher un autre emploi, surtout avec ses connaissances d’Anglais qui pourraient lui faciliter les choses.
Malgré les promesses de la Maisonnette Russe, il décida d’abandonner, car Alex B. lui avait indiqué un cabaret russe le « Casanova », qui recherchait du personnel pour son établissement de Biarritz pendant la saison l’été. Alors Kolia se mit à réviser son Anglais et en même temps, alla voir cousin et d’autres camarades Cadets pour étudier leur situation, et voir si éventuellement il fallait emprunter un peu d’argent. Malheureusement les démarches pour emprunter un peu d’argent furent négatives. La seule chose sur laquelle il pouvait compter, c’était de pouvoir travailler au « Casanova », et d’emprunter juste pour le voyage à Biarritz. Il fallait être accepté, aussi Kolia n’abandonna pas l’idée l’aller voir ce cabaret, surtout qu’il était animé d’un grand désir de curiosité et de s’y rendre le plus tôt possible.

L’hiver s’achevait, et au début du printemps 1927, apparurent à l’horizon des circonstances favorables. Le nouveau camarade Alex B., lui avait indiqué le nom et l’adresse de la personne chargée de recruter le personnel, étant précisé que l’Anglais était exigé ainsi que l’éducation, étant donné que ce cabaret russe était considéré comme le plus chic et le plus luxueux.
Le soir de son jour de repos, Kolia se rendit au « Casanova », 4, avenue Rachel. En arrivant devant cet établissement, il fut impressionné par les luxueuses automobiles avec chauffeurs qui s’avançaient lentement devant l’entrée. Sans hésiter, il demanda au portier de voir le Comte Dall’Orsso, maître d’hôtel, directeur de la salle. Quelques instants après, apparu un homme élégant et raffiné, habillé d’une tunique blanche jusqu’aux genoux, pantalons rouges et bottes d’un rouge éclatant. Par ses manières et son langage, cet homme fit grande impression sur Kolia, l’apparence de quelqu’un d’un autre monde.
Après avoir fait les présentations et parlé de l’éducation et de la connaissance de la langue anglaise, le Comte Dall’Orsso accepta d’engager Kolia pour son établissement de Biarritz, en qualité de garçon de salle, mais à condition d’avoir la tenue de travail semblable à celle qu’il avait sur lui. Kolia accepta immédiatement cette place qui lui paraissait très intéressante sur tous les points, sous réserve de deux à trois jours de réflexion. Car en paroles tout est bien, mais en réalité il lui était apparu de grandes difficultés. Tout d’abord obtenir les moyens pour pouvoir acheter une telle tenue.
Le Comte Dall’Orsso avait donné à Kolia l’adresse d’un tailleur et d’un bottier russe qui étaient les seuls capables d’exécuter de tels objets d’habillement. Après avoir réfléchi pendant la nuit, le lendemain Kolia se trouva un peu découragé face aux obstacles qui se dressaient devant lui, et il ne voyait aucune possibilité d’en sortir et était près d’abandonner. Mais par curiosité et risque, il alla quand même voir le tailleur et le bottier pour se renseigner sur les tissus et les prix. Pour le complet, on lui avait fait le prix minimum de 2000 f, à l’époque cela représentait une fortune et Kolia n’avait en tout que 200 f. Après tous ces renseignements, il sortit indécis.

À la « Maisonnette russe », il avait essayé de formuler ses difficultés financières, mais hélas, personne ne pouvait lui venir en aide. Le soir même, il retourna voir le Comte Dall’Orsso et lui
expliqua ses difficultés matérielles et financières devant lesquelles il se trouvait. Le Comte lui répondit qu’il était prêt à l’aider sous forme d’un billet aller-retour pour Biarritz, et lui donna le conseil de retourner chez le tailleur, afin de commander le costume et demander un délai pour le règlement. Après deux jours d’hésitation et de réflexion, Kolia retourna chez le tailleur, en lui déclarant qu’il allait travailler chez Casanova avec le Comte Dall’Orsso à Biarritz, et qu’il lui fallait un costume d’urgence, semblable à celui du Comte.

M. Roudakoff
 

Dernière mise à jour : 10-06-2009 18:22

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2020 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >