Accueil arrow JDramas arrow Dramas du JAPON arrow Code Blue
Code Blue Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 09-06-2009 20:17

Pages vues : 5301    

Favoris : 413

Publié dans : Sommaire JDramas, Sommaire Dramas du JAPON

Tags : Code Blue, Dramas, Hélicoptère, Hôpital, Japon, Médecins

 
Code Blue
コード・ブルー
 
L’hôpital : une usine !

Les blessures physiques demandent du secours [Digital].
Les blessures de l’âme demandent du temps [Analogique].
(Savinien de Cyrano de Bergerac)
Tout est dit dans cette simple citation. J’ai ajouté les digital et analogique.
La vie est un flux, il faut toujours qu’il y ait circulation, peu importe le sens.
 
 
http://wiki.d-addicts.com/Code_Blue
http://wwwz.fujitv.co.jp/codeblue/index.html

Drama de 11 épisodes, et un spécial (janvier 2009), diffusé sur Fuji TV en 2008, sur un scénario de Hayashi Hiroshi.

Le système « Doctor Helicopter » a été officialisé au Japon en juin 2007. Une équipe médicale dans un hélicoptère a été envoyé à des patients afin de leur fournir des soins médicaux le plus tôt possible. Un jour, quatre jeunes médecins sont affectés à ce nouveau système de service médical. Ces médecins ont l’expérience des traumatismes multiples, face à la fragilité de la vie, face à leurs ambitions personnelles. (Résumé d’après Fuji TV)
Merci à Asia Powa pour les sous-titres.
 
On commence tout de suite dans l’action de l’hélicoptère, appareil nommé « Doctor Heli », et le transport d’un homme blessé ; tout cela sur fond de musique avec flûte, directement inspirée de la mélodie celtique du film Titanic de James Cameron, puis les accords et la mélodie dérivent vers le symphonique à la Hollywood.
 
 
A terre une équipe se prépare. On apprend que ce sont quatre stagiaires médecins, et à voir l’un d’eux au prise avec son armoire, on peut croire le scénariste.
Aizawa Kosaku (joué par Yamashita Tomohisa, « Yamapi ») à l’air sérieux comme s’il allait au cimetière. Peut-être pour faire la transition avec la salle de soins intensifs de gens plus bien vivant mais pas encore mort ; salle qu’un docteur fait visiter au pas de charge à nos quatre stagiaires. Avec une coupe de cheveux abondants et des sourcils sévères, il n’est pas évident de reconnaître Yamapi, seuls ses yeux et sa bouche ne trompe pas. Lorsqu’il de prépare, on peut admirer son torse de profil : il est mince comme une feuille de papier mais a des pectoraux et des abdominaux dignes d’être dessinés par un artiste.
 
 
Dans le Doctor Heli se trouve aux commandes Kuroda Shuji, un Flight Doctor joué par Yanagiba Toshiro ; un acteur qui a tourné dans un nombre impressionnant de dramas. Shuji ne semble pas heureux de servir de prof aux stagiaires. En attendant, là haut, il est appelé sur le lieu d’un incendie. Qui dit incendie dit gens qui sautent par les fenêtres et s’écrasent au sol. Comme la condamnation à mort, on peut choisir : la corde ou la guillotine !
 
 
Pendant ce temps, au sol, dans l’hôpital, une des stagiaires s’impatiente de savoir quand elle montera dans l’hélicoptère. Tout cela montre un rythme trépidant, voir stressant pour les non malades, là où chaque minutes comptent pour maintenir des personnes en vie. Sans compter les rituels et protocoles de désinfection pour éviter les infections. Ah il ne faut pas être effrayé par la vue du sang.
Les autres docteurs stagiaires sont : Shiraishi Megumi (joué par Aragaki Yui) ; Hiyama Mihoko (joué par Toda Erika) ; Fujikawa Kazuo (joué par Asari Yosuke), c’est le jeune stagiaire maladroit mais plein de bonne volonté. Asari Yosuke pour son jeune âge a déjà un nombre impressionnant de dramas à son actif ; il est tombé dedans étant bébé !
 
 
Jusqu’ici Kosaku (Yamapi) était resté le plus en retrait des quatre stagiaire, mais lorsqu’on amène un blessé et que des difficultés se présentent, il intervient pour une délicate opération. Avec son visage d’ange, on a l’impression que le blessé va se retrouver, soit au Paradis, soit se remettre sur pieds au sein de ce monde pourris !
Étrange tout ce cirque hospitalier, car si matérialiste : un corps étendu, du sang, des organes endommagés, des bistouris pour opérer ; bref, que du matériel organique, de la chair, sans compter tous les instruments et les dispositifs de la salle d’hôpital. Pas d’âme là-dedans... ou c’est bien caché !
Mais dans ces salles de soins intensifs, les humains deviennent un peu des machines... On va y arriver avec toute le monde virtuel qui progresse à grands pas, et les robots qui commencent à se pointer, surtout au Japon.
 
 
 
 
Comme le rappel d’ailleurs Kuroda Shuji, les blessures physique demandent du secours immédiat sous peine de perdre le blessé ; et j’ajoute la partie esprit de Savinien de Cyrano de Bergerac : les blessures de l’âme demandes du temps !
Le supérieur du docteur Shuji lui demande s’il va mettre dans l’hélicoptère les quatre stagiaires cette année, car l’année passée, aucun stagiaire n’a été autorisé à faire partie de l’équipe de l’hélicoptère. mais il paraît que Shuji n’aime pas les jeunes gens !
Il faut attendre bien 16 minutes pour entendre la voix douce et grave de Yamapi. Regardez-le dans une pub en France, il est drôle et toujours aussi charmant.
 
 
Événement important : au self de l’hôpital, les quatre stagiaires déjeunent, lorsque le docteur Shuji propose qu’une personne l’accompagne dans l’hélicoptère. Tous lève le bars sauf Yamapi : Kosaku.
Finalement c’est Shiraishi Megumi qui embarque, et pour aller secourir un jeune qui a chuté de son deux roues et a heurté une rambarde.
La vie est toujours aussi mystérieuse, même avec tout cet environnement très technique et matériel. La mort est encore plus mystérieuse !
Kosaku apprend par la bouche du docteur Shuji que Megumi n’a pas été à la hauteur lors de l’intervention par l’hélicoptère ; aussi il demande à ce qu’il embarque avec lui le lendemain.
Les autres stagiaires sont peinés, car une jeune fille de 15 ans risque de perdre son bras droit à cause d’une infection non contrôlable.
 
 
Il y a une séquence où on emmène à la salle d’opération la jeune fille au bras infecté qui est accompagné par le jeune docteur un peu maladroit : Fujikawa Kazuo. Le jeune acteur Asari Yosuke est très émouvant et surtout convainquant auprès de la jeune fille. Il fera tout pour être un médecin de l’air. La scène est simple, et vous pourriez sortir votre mouchoir.
En parlant de bras, le scénariste a de la suite dans les idées puisque Kosaku monte cette fois ci dans l’hélicoptère pour rapatrier un jeune homme dont le bras droit a été happé par une machine. Le scénariste est un peu sadique : deux bras vont y rester à la fin de ce premier épisode très bien mené, avec la réserve d’une bande sonore musicale parfois décousue ou n’apportant pas d’enrichissement à l’image.
 
 
Deuxième épisode, Kosaku en mission dans « Doctor Heli » pour récupérer un homme qui a fait une mauvaise rencontre avec le panneau d’un immeuble et la gravité. Toujours que du gros, bien physique. Il faut bien ça pour rentabiliser « Doctor Heli ».
Pour l’instant on obtient plus un faux documentaire qu’un drama avec des intrigues pas encore naissantes. Pendant ce temps, à l’hôpital, ça tombe bien ! il y en a une qui trouve le moyen de faire un arrêt cardiaque au beau milieu d’un couloir. Les trois stagiaires se précipitent, histoire de mettre en valeur leur compétences médicales pour espérer pouvoir monter dans « Doctor Heli ». À nouveau, stresse et précipitation pour empêcher cette personne d’aller voir Saint Pierre. Ensuite ça speed : arrivée de Doctor Heli avec le blessé ; il se croit Ok, hélas il a un problème au thorax, et pour cause, mais je vous laisse découvrir ; pendant que le cœur de la femme se décide a battre à nouveau, il y a foule autour du blessé. C’est bien orchestré !...
La femme au cœur défaillant était une patiente que Kosaku avait examiné la veille et qu’il avait renvoyé chez elle ! Du coup, il descend dans l’estime de Kazuo (le stagiaire un peu maladroit). On entend même le mot de : suspension.
 
 
Là le scénariste nous rend Kosaku (Yamapi) peu sympathique : il a presque tué sa patiente ! Il est puni par son supérieur et condamné à classer des dossiers médicaux ! On dirait que des rivalités bien gentilles se mettent en place entre les stagiaires.
Avec le « blessé au thorax » on amorce un timide côté humoristique dans le faux documentaire de ces deux épisodes, et encore avec Asari Yosuke qui se débrouille très bien.
Puis vient le problème de violence conjugale : une femme a le nez fracturé. Ça cache en fait un problème psychologique grave chez cette femme. Et l’instant d’après : c’est doc Heli qui appel pour une femme enceinte de 9 mois en état de choc. Sur place, c’est plus compliqué !... et tout aussi stressant ; avec bien-sûr un problème de compétence et de rivalité entre les deux femmes stagiaires. La situation étant grave, il faut que l’un des deux hommes stagiaires resté à l’hôpital vienne sur place. Et c’est Kosaku qui part avec la trousse pour accouchement. Il va racheter sa faute précédente.
Ensuite : après les cris de la mère, les cris de l’enfant... Dure la vie ! Mais comme disait l’autre : rien ne vaut la vie... Ou la bourse, pour les Couilles en or ! Et ça fait un patient de plus pour l’une des stagiaires.
Ensuite : scène tristounette entre les deux femmes stagiaires. un peu plus loin Kosaku n’a pas « laissé mourir » sa patiente (celle au cœur qui a cessé de battre un moment).

A ce stade du drama, seul Fujikawa Kazuo n’est pas encore monté dans le Doctor Heli. Mais il faut se rappeler qu’il a aider le blessé « de la poitrine » à vaincre sa claustrophobie. Et je vous laisse deviner grâce à quoi.
Le plus émouvant de l’histoire dans ces épisodes, c’est bien Fujikawa Kazuo, joué par Asari Yosuke que je découvre et trouve bon.

Troisième épisode : Kazuo examinant un enfant se fait traiter d’idiot par les autres gamins. Ils ont des doutes sur ses compétences de médecin ! et c’est le chahut. Les gamins l’ont baptisé : Docteur Inutile. Puis on retombe dans les gros bobos, c’est le cas de le dire : une femme est tombée du 55è étage !
Dans un autre moment, il est question d’une femme qui a une tumeur au cerveau. Elle doit signer un formulaire pour l’opération. Instant délicat et pour la patiente et pour la responsabilité de l’hôpital.
Par loi terrestre de cause à effet, il arrive des trucs bizarres à Kazuo. À ceux qui font des demis suicides ou suicides ratés, comme se planter un couteau dans la poitrine sans toucher un organe essentiel, aussi penser à eux il faut ! Penser aussi aux ivrognes qui se blessent.
Puis tel un refrain : appel de Doctor Heli !
Puis au milieu de cet épisode : gros coup de volonté de Kosaku : il va opérer un patient sans vraiment d’expérience. Il prend ce risque sinon le patient va mourir. Il faut voir Yamapi en chirurgien, il a toujours d’aussi beaux yeux au-dessus de son masque. Cette séquence me fait penser à Frankenstein !

Trois étoiles pour ce drama. Il faut un peu s’accrocher à cause du sujet difficile du milieu hospitalier, et au stade des deux premiers épisodes il n’y a pas vraiment d’intrigue. Même si on voit que dans ces grands hôpitaux ont est soigné « aux petits oignons », c’est tout de même un endroit angoissant. L’histoire se laisse voir, notamment à cause des quatre comédiens jouant les stagiaires et qui sont tous bons. Mention spéciale pour Asari Yosuke. J’ai une préférence pour les deux rôles masculins, ils ont plus de relief. Yanagiba Toshiro est toujours excellent. À ce que j’ai pu voir comme épisodes, nul part il n’est abordé le « problème » de la vieillesse, ni celui des infections que l’on peut contracter dans un hôpital.
Un mauvais point pour la bande son de l’accompagnement : trop souvent décalé ou n’ayant aucun rapport avec l’image.

M. Roudakoff
 
 
[ Cliquez sur les vignettes, puis pour afficher l’image suivante : cliquez sur suivant ou précédent ou sur la partie droite ou gauche de l’image, ou utilisez les flèches du clavier ]
codbl1.jpg
codbl10.jpg
codbl13.jpg
codbl14.jpg
codbl16.jpg
codbl17.jpg
codbl18.jpg
codbl20.jpg
codbl21.jpg
codbl22.jpg
codbl23.jpg
codbl24.jpg
codbl25.jpg
codbl26.jpg
codbl27.jpg
codbl28.jpg
codbl29.jpg
codbl3.jpg
codbl30.jpg
codbl31.jpg
codbl32.jpg
codbl33.jpg
codbl34.jpg
codbl36.jpg
codbl37.jpg
codbl38.jpg
codbl39.jpg
codbl8.jpg
 
 

Dernière mise à jour : 09-06-2009 21:18

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >