Accueil arrow JDramas arrow Dramas du JAPON arrow Kiken na Aneki
Kiken na Aneki Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 11-07-2009 19:38

Pages vues : 6267    

Favoris : 476

Publié dans : Sommaire JDramas, Sommaire Dramas du JAPON

Tags : Dramas, Japon, Kiken na Aneki

 Kiken na Aneki
危険なアネキ


Faire des erreurs est beaucoup mieux que de ne rien faire et de le regretter.
Ne rien faire et faire des erreurs sont aussi des erreurs. (Le père de Hiroko)
 
 
Torna alla campagna
Musique de Kono Shin

OST sur Newsasia Fansub.
 
 
http://wiki.d-addicts.com/Kiken_na_Aneki
Site de Moriyama Mirai : http://www.moriyama-mirai.com/
Dramas sur Lets Look : http://lets-look.com/index.php?showtopic=2056

Drama en 10 épisodes diffusé au Japon en 2005 sur Fuji TV, sur un scénario de Kaneko Shigeki. Un grand drama bien sympa, drôle et émouvant que je vous recommande chaudement.

Minagawa Hiroko (joué par Ito Misaki), 27 ans, est hôtesse dans un club, et elle arrive a en être la vedette. Originaire de la campagne, tout le monde dit qu’elle a un beau visage. Son brillant jeune frère :  Minagawa Yutaro (joué par Moriyama Mirai), qui a pour objectif de devenir médecin, est sa seule fierté. Pour son bien, elle est prête à faire face à toutes sortes de difficultés pour lui offrir un amour inconditionnel. (Résumé d’après le DramaWiki).
 
Dans l’introduction du premier épisode, Hiroko en tant que narratrice se demande ce qu’elle a fait sur Terre depuis sa naissance. Les images de ce début sont lyriques et montrent la Nature dans sa magnificence, le tout sur une musique un peu dansante sur une orchestration légère et au jolie contraste. Ce survole lyrique nous introduit dans la brasserie Minagawa, où Hiroko et son père : Minagawa Gentaro (joué par Utsui Ken, que je retrouve ici avec plaisir), apprennent la réussite de l’examen de Yutaro, le jeune frère de Hiroko. Yutaro va donc entrer dans une université privée de médecine à Tokyo.
Toujours par la narration de Hiroko, nous apprenons et voyons l’extension de la brasserie familiale. Et là, nous pouvons voir le contraste entre les premières secondes de l’histoire et l’aspect bio et naturel de la brasserie, et son industrialisation pour une production à l’échelle mondiale, là où les étiquettes ne sont plus collées à la main sur les bouteilles.
 
 
 
Bien-sûr tout cela est inquiétant, tant pour la perte du naturel de la brasserie, que pour le père de Hiroko ; et il était à prévoir que le père de Hiroko avait vu trop grand et subit une mauvaise influence : des problèmes d’argent arrivent au bout d’un moment ! et la mort du papa, victime des banquiers et d’une crise cardiaque.
Non seulement Hiroko perd on père, mais également son fiancé, certainement intéressé avant tout pour le patrimoine familial que lui aurait procuré un mariage.

Ensuite on change de chronologie et de lieu : c’est moderne et dans un avion en route pour Tokyo, et on a droit à un humour que je qualifie de japonais. On demande un médecin dans l’avion où se trouve Hiroko, le médecin passager fait le timide, et c’est Hiroko qui s’y colle. Un passager n’arrive pas à respirer, Hiroko lui colle une grande tape dans le dos et le type recrache un œuf dur entier qui atterrit... je vous laisse deviner.
 
 
Un autre humour bien mignon et naïf se passe entre Yutaro, le frère de Hiroko, qui n’arrive pas à déclarer son attirance vers une jeune femme. Finalement c’est la jeune femme qui prend les devant et veut voir la chambre de Yutaro ; un de ses passes temps est de voir des chambres. Manque de pot, la sœur de Yutaro arrive.
Moriyama Mirai est très drôle, et on pénètre bien sans presque sans rendre compte vers une comédie bien sympathique. Hiroko est venu annoncer à son frère la faillite de la brasserie. Un autre jour elle vient retrouver son frère à l’hôpital où il travaille, et elle rencontre le médecin Takeda Ikuo (joué par Takashima Masanobu), qui était dans l’avion avec l’incident de l’œuf. Il s’ensuit une scène drôle entre le médecin et Yutaro.
 
 
Évidemment, pour vivre à Tokyo il faut de l’argent, et Hiroko cherche a en avoir « immédiatement ». Le lendemain elle va à nouveau voir son frère à l’hôpital et s’occupe même de quelques malades !... Tous les malades d’ailleurs la réclame...
Un autre jour que Hiroko fait son travail : une sorte d’agent de la circulation, elle rencontre en taxi son ancien fiancé. Comme celui-ci la repousse, elle suit son taxi en réquisitionnant carrément un gros camion. Tous aboutissent dans un cabaret chic, mais bien-sûr le portier refuse l’entrée de Hiroko. Avant de la mettre dehors un jeune homme lui glisse une carte de visite de l’établissement, en lui demandant si elle veut travailler ici, au Blue Velvet.
 
 
En rentrant chez lui, Yutaro croit qu’il s’est trompé d’appartement : une foule d’agents de la circulation, comme Hiroko, font la fête en buvant de la bière de la fabrique familiale que justement leur a offert Hiroko, plus joyeuse que jamais.
Hiroko se présente pour travailler au Blue Velvet, le directeur refuse bien-sûr, mais le jeune homme qui lui avait donné la carte de visite du cabaret réussit à se voir confié la « mise en forme » de Hiroko : manucure, coiffure, choix de l’habillement chez Dior, etc.
Au Blue Velvet Hiroko a du succès, ce qui n’est pas le cas avec son frère qui commence à ne plus pouvoir supporter sa sœur. Yutaro n’aimait pas la campagne et la brasserie familiale, c’est pour ça qui fait des études de médecine. Yutaro ne veut plus voir sa sœur !
La fille et le père était très proche, ce qui n’était pas le cas de Yutaro. Pour lui sa sœur est « vide » (elle n’aurait pas d’éducation selon lui). Par contre Hiroko croit en son frère et veut qu’il soit un brillant docteur.
Celui qui fait fausse route envers sa sœur, c’est Yutaro, d’ailleurs son chef de service à l’hôpital lui parle en bien de sa sœur qu’il a rencontré, il a même connu son père.
 
 
 
Le scénario est riche et intéressant, un peu délicat au niveau des causes et effets,  il faut bien suivre, mais bravo à Kaneko Shigeki ; et Moriyama Mirai est vraiment très bien.
Ne pas oublier l’ancien fiancé de Hiroko, qui est un bon client du Blue Velvet, c’est pourquoi elle a voulu travailler dans ce cabaret, elle veut connaître la raison de la rupture de son fiancé... et tous ça, en fin d’épisode, sous les regards de son frère qui commence seulement à découvrir réellement sa sœur. Quant au fiancé, il s’avère que c’est un salaud, c’est aussi simple. Rien n’a donc échappé aux yeux de Yutaro, et on voit les conséquences du rapprochement très émouvant mais dramatique du frère et de la sœur.
Très intéressante la fin du premier épisode, en plus, je rajoute que la bande son de la musique s’accorde parfaitement avec l’image et est même de qualité.
 
 
 
Deuxième épisode : des banquiers style yakuza, avec grosse voiture et costume, viennent réclamer à Hiroko les 30 millions de yens (plus de 200 000 euros) que son père avait emprunté. Du coup, Hiroko retourne à l’agence d’emploi du coin et demande un travail pour gagner rapidement les 30 millions !
Si dans trois jours Hiroko ne rembourse pas au minimum 30 000 yens, les yakuza vont tout dire à son frère.
Il y a aussi une séquence drôle et charmante : un vieux malade, patient dont doit s’occuper Yutaro s’échappe de l’hôpital, car il veut que des filles s’occupent de lui, aussi il s’enfuit dans le Blue Velvet et se met à chanter. C’est un peu surréaliste mais pourquoi pas la poésie est là.
Ensuite le vieux malade s’évanouit et on le ramène à l’hôpital. Le rapport entre Hiroko et son frère se dégrade à nouveau.
Cependant Hiroko poursuit de son côté une aide au vieux malade : elle rentre en douce la nuit à l’hôpital, se glisse dans la chambre du malade, et lui chante la chanson qu’il préfère : celle qu’il avait chanté au Blue Velvet et que chantait sa femme morte il y a longtemps. Ainsi Yutaro découvre à nouveau sa sœur, tel un refrain. Encore bravo au scénariste, qui se révèle subtil : le médecin de l’hôpital n’est pas vraiment Yutaro, c’est sa sœur ! C’est-à-dire que Yutaro soigne plutôt le physique, et Hiroko soigne le mental, elle rend les patients heureux.
 
 
 
Troisième épisode : Hiroko devient le numéro deux de l’attraction (tenir compagnie aux clients) du Blue Velvet. Pour passer numéro un ça va être difficile de détrôner celle qui est la première depuis trois ans. Hiroko trouve du boulot dans un parc d’attraction, déguisée en grosse peluche style Disney. Les banquiers yukuza sont toujours à ses trousses. Dans cet épisode, vers le milieu, Hiroko est classé numéro un au club Blue Velvet. Kitamura Saori (joué par Shaku Yumiko) est une jeune infirmière qui travail dans le même hôpital que celui de Yutaro ; mais elle travaille aussi comme hôtesse au Blue Velvet... et c’était elle qui était le numéro un. Bien sûr à l’hôpital ça créé un scandale. Kitamura va t-elle être renvoyée ? car la règle de l’hôpital interdit aux employés de travailler dans un autre endroit. Mais tout l’hôpital y compris les malades se mobilisent pour qu’on ne la renvoie pas. Comme quoi une règle ou une loi doit TOUJOURS être violé un jour ou l’autre !
De son côté Hiroko rembourse la dette de la brasserie à coups de 300 000 yens, mais ce n’est pas gagné.
Dans le quatrième épisode la tension et l’émotion sont toujours là, avec en plus nettement plus d'humour.

Aller, quatre étoiles, c’est un drama vraiment sympathique. Il y a de la fraîcheur, des naïvetés dans le bon sens du terme, de l’humour simple et bon enfant, beaucoup d’émotion. Un grand bravo à Moriyama Mirai que je trouve un excellent acteur, il sait être drôle, émouvant ; bravo aussi à Ito Misaki. La réalisation est intéressante et fluide.

M. Roudakoff
 
 
 
 
 
 
[ Cliquez sur les vignettes, puis pour afficher l’image suivante : cliquez sur suivant ou précédent ou sur la partie droite ou gauche de l’image, ou utilisez les flèches du clavier ]
kiken1.jpg
kiken11.jpg
kiken13.jpg
kiken14.jpg
kiken15.jpg
kiken16.jpg
kiken18.jpg
kiken19.jpg
kiken2.jpg
kiken20.jpg
kiken21.jpg
kiken22.jpg
kiken24.jpg
kiken27.jpg
kiken28.jpg
kiken29.jpg
kiken3.jpg
kiken30.jpg
kiken33.jpg
kiken34.jpg
kiken35.jpg
kiken37.jpg
kiken39.jpg
kiken4.jpg
kiken40.jpg
kiken41.jpg
kiken8.jpg
kiken9.jpg
 
 

Dernière mise à jour : 11-07-2009 21:57

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2020 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >