Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Contre la GRIPPE
Contre la GRIPPE Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 15-08-2009 16:46

Pages vues : 12017    

Favoris : 240

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Argent, Banques, Business, Contre la GRIPPE, Fièvre, Grippe, Homéopathie, Maladie, Nature, Oignon, Phytothérapie, Vaccins, Virus


1dollar_gripp.jpg
 
Contre la GRIPPE
Se soigner naturellement.
 

« Tant que la phobie de la bactérie, du virus, de « l’autre » n’est pas dépassée, on est dans des temps guerriers. Il faut passer à l’étape suivante, celle du dialogue avec le vivant, celle où le patient est véritablement sujet ». (Entretien avec Joël Sternheimer)

La grippe ou influenza est une affection endémique et épidémique à la fois. Endémique, elle existe dans nos pays, sous une forme atténuée toute l’année, mais l’hiver, elle donne lieu à de petites épidémies, et tous les trente ans environ à des épidémies immenses et graves, comme celle de 1918-1919. On sait la gravité de la grippe par ses complications possibles, ce qui contraste avec les formes habituelles et bénignes de cette affection étrange, polymorphe, qui peut revêtir toutes les formes possibles : nerveuse, digestive, ou souvent respiratoire : laryngite, bronchite, congestion pulmonaire, broncho-pneumonie, pleurésie.
 
Les symptômes auxquels on reconnaît la grippe sont à vrai dire peu nombreux et ne sont pas spécialement réservés à cette maladie. On peut les retrouver isolément dans bien d’autres affections. Voici cependant les signes qui ont le plus de valeur pour diagnostiquer la grippe :
- Début extrêmement brusque :
En quelques heures ou au plus tard un jour ou deux. On a cité même des cas dans lesquels le début était si soudain que le sujet n’avait pas le temps de rentrer à son domicile.
- Dès le début il y a fièvre élevée :
Terrassement du malade avec un violent mal de tête et surtout : courbature intense comme si on avait reçu une volée de coups de bâton par tout le corps, ou comme si les membres et le dos, la région lombaire étaient rompus. Ceci est le meilleur signe de la grippe. (D’après le livre des docteurs Fortier-Bernoville et Léon Renard : Comment guérir par l’Homéopathie)
 
puce5.png
 

Voici sur cette page un résumé de conseils pour se protéger de la grippe sous toutes ses variantes. Ce n’est pas une ordonnance et je ne saurais être responsable d’un quelconque exercice légal ou illégal d’une profession de santé ! Se renseigner avant tout auprès d’un médecin ou d’un pharmacien.

IMPORTANT
Pour se désintoxiquer des empoisonnements provoqués par les vaccinations, voir en fin d’article l’encadré.

Pour se préserver de la grippe et préventivement.

Après chaque voyage dans les transports en commun et à l’extérieur chez des commerçants pour faire ses courses, ou en revenant d’une promenade ou d’une salle de spectacle :
- se laver les mains, c’est une règle d’Or ;
- se laver chaque narines avec du sérum physiologique ;
- on peut aussi se gargariser avec de l’eau tiède salée dans laquelle on verse une cuillerée à café de gros sel ; bien mélanger ; ensuite après plusieurs gargarismes se rincer la bouche à l’eau claire et tiède.
- On peut respirer pendant 5 ou 10 minutes un morceau de coton d’ouate sur lequel on aura versé quelques gouttes d’huile essentielle de Romarin. Attention, l’huile essentielle de Romarin a un arôme très puissant.
- Autres huiles essentielles : Lavande, Ravintsara, Tea tree, Thym...

Méthode de vaccination naturelle et préventive :
1. Prendre les trois premières semaines :
- première semaine : une dose d’Influenzinum en 9 CH
- deuxième semaine : une dose d’Influenzinum en 15 CH
- troisième semaine : une dose d’Influenzinum en 30 CH
Si réaction après la première dose, prendre la deuxième et la troisième dose à 24 heures d’intervalle avec une dose d’Oscillococcinum dans l’heure qui suit.

2. Ensuite prendre une fois par mois et un mois après la dose de 30 CH :
- une dose d’Influenzinum en 15 CH (soit 4 doses par exemple pour 4 mois).
Rappel : les doses sont à prendre de préférence le matin à jeun en mettant le contenu sous la langue, et en le laissant fondre lentement entièrement.
[ Cette méthode de vaccination naturelle est issue d’un médecin homéopathe exerçant dans un grand centre médical parisien ]
 
Toujours en prévention :
- Prendre une fois par jour loin des repas une ampoule de Cuivre Oligosol.
- En alternance un jour sur deux prendre en Oligosol : Cuivre Or Argent (1 cuillère dose) ; Lithium (1 ampoule).
- Prendre des vitamines, surtout la vitamines C (2 fois 500 mg par 24 heures).
- Vitamine D (sous forme naturelle)
- Prendre une fois par jour en dehors des repas 20 à 30 gouttes dans un peu d’eau de Céréales germées en Teinture mère (vente en pharmacie).

- On peut ajouter le Chlorure de Magnésium, qui est vendu en pharmacie pour moins d’un euro en poudre en sachet de 20 gr à diluer dans un litre et demi d’eau minérale. Boire un verre une ou deux fois par jour (le goût n’est pas agréable). Attention, cela peut donner un peu de diarrhée ou un effet laxatif sans gravité ; dans ce cas diminuer la dose et espacer les prises.

- En Phytothérapie :
Propolis en gélules (traitement et prévention des affections respiratoires) : 1 gélule matin, midi et soir avec un verre d’eau avant les repas.
Propolis en gouttes (vente en magasin bio).
Echinacée en gélules (stimulant des défenses de l’organisme) : 1 gélule matin, midi et soir avec un verre d’eau avant les repas.
Il existe aussi Eupatoire (stimulant de l’immunité, grippe, infection à répétition, maladies virales) : 1 gélule matin, midi et soir avec un verre d’eau avant les repas.

- Préventivement au mois de septembre on peut prendre 3 doses d’Oscillococcinum (une dose par jour). L’Oscillococcinum est bon aussi contre la fatigue.

- En tisanes :
On peut prendre une tisane de Romarin, une tisane de Thym.
 

puce5.png
 
 
En cas de grippe déclarée.

Phytothérapie ou médecine au naturel.
- Propolis + Quinquina + Saule Blanc : 1 gélule matin, midi, soir jusqu’à disparition complète des troubles.
(Source : ABC des Plantes, Éditions Romart)

Homéopathie.
Premier exemple.
- Traitement d’urgence :
- Oscillococcinum 200 du Docteur J. Roy, 1 dose dès que possible, répétable 10 ou 12 heures après, ou selon les cas répétable seulement le lendemain. On peut répéter jusqu’à 4 fois, soit 4 doses en tout.

- Ensuite 1 heure après la première dose : Gelsémium 5 CH, 3 granules 2 fois en 24 heures.
- Ferrum phosphoricum 4 CH, Sambucus nigra 4 CH, 3 granules toutes les deux heures en alternant.
- Ajouter de la vitamine C : 2 fois 500 mg par 24 heures.
- Prendre des tisanes de Romarin, de Reine des Prés.
- Prendre 2 ampoules de Cuivre Oligosol par 24 heures.
- On peut ajouter tous les deux jours une cuillère dose de Cuivre-Or-Argent Oligosol.
(D’après le Dictionnaire d’Homéopathie de Louis Pommier, traitement simple de la grippe. Il existe d’autres remèdes naturels en cas de complication, ou en cas de grippe intestinal par exemple. J’utilise aussi avec succès depuis plusieurs décennies ces remèdes naturels)

Avant et après une période grippal, on peut prendre 20 à 30 gouttes au réveil dans un peu d’eau de Céréales germées en Teinture Mère, et pendant 2 mois.
Se laver les mains après un séjour dans les transports en commun. On peut aussi se laver chaque narine avec du sérum physiologique, et se gargariser avec de l’eau très salée. Ensuite se rincer la bouche plusieurs fois avec de l’eau claire.
On peut aussi mettre quelques gouttes d’huile essentielle de Romarin sur un morceau de coton d’ouate qu’on peut respirer pendant quelques minutes. Attention, l’huile essentielle de Romarin a un arôme très puissant.

Deuxième exemple.
- Débuter par les doses d’Oscillococcinum.
- Dans la forme nerveuse :
Eupatorium Perfolatum en 4 CH : indiqué pour les courbatures, fièvre moyenne, pas d’abattement.
- Forme pulmonaire :
Antimonium Tartaricum en 4 CH : suffocation, respiration courte « ailes du nez qui palpitent », besoin de rester assis dans son lit.
- Forme intestinale :
Antimonium Crudum en 4 CH : langue blanche, soif, mal de tête surtout en appuyant sur les globes oculaires, gargouillement dans la fosse iliaque droite.
- Pour la convalescence :
20 à 30 gouttes de Céréales germées deux fois par jours dans un peu d’eau en dehors des repas.

Si fièvre :
- Aconit en 4 CH : température de 39 ou 40 degrés, agitation, inquiétude, anxiété avec peur de la mort. Figure rouge étant couché, pâle en s’asseyant.
- Belladonna en 4 CH : température élevée de 39 à 40 degré. Début brusque, abattu. Agitation délire, peau chaude, brûlante, en sueur.
- Ferrum Phosphoricum en 4 CH : Intermédiaire entre Aconit et Belladonna. Fièvre oscillant autour de 38 degrés.
- Eupatorium Perfolatum en 4 CH : fièvre et courbatures.
(Exemple d’après la brochure du docteur Jacques Deniau).
Ne pas oublier aussi les Oligo-éléments mentionnés plus haut (Oligosol), ni le Chlorure de Magnésium.

Troisième exemple.
- Débuter par les doses d’Oscillococcinum. On peut renforcer l’action d’Oscillococcinum par une dose ou 5 granules de Sulfur en 5 CH, cela 8 à 12 heures après la dernière dose d’Oscillo. Avec ces remèdes si on ne peut stopper la grippe on évite les complications.

- Aconit.
Remède de la grippe si elle débute brusquement après une exposition au vent froid et sec au cours d’un voyage par exemple, il s’en suit une fièvre élevée, soudaine, intense, avec soif vive d’eau froide, pouls fort, tendu rapide, agitation, anxiété, peur de la mort. Ce remède convient surtout à des sujets pléthoriques, habituellement bien portants. On peut essayer Aconit en 5 CH deux fois par jour.

- Belladonna.
Fièvre et grippe survenant brusquement, en particulier après un temps humide. Fièvre élevée, peau rouge et sèche puis moite, sueurs abondantes. peu ou pas de soif, gorge souvent rouge et difficulté pour avaler les liquides. pouls rapide, ample et tendu, comme de la grenaille de fer roulant sous les doigts mais dépressible. Abattement du sujet. Grande sensibilité douloureuse au toucher et au contact de la moindre secousse imprimée au lit, hypersensibilité au bruit et à la lumière.
Ce remède convient pour des sujets nerveux et sensibles et aussi à des personnes habituellement vives et enjouées quand elles sont bien portantes. Belladonna en 5 CH deux fois par jour.

- Ferrum Phosphoricum.
C’est le remède à donner lorsque l’on hésite entre Aconit et Belladonna. Convient pour sujets nerveux, sensible, anémique avec fausse pléthore, rougissant facilement, prostration marquée, pouls rapide, mou. Menace d’otite. Ferrum Phosphoricum en 5 CH deux fois par jour.

- Eupatorium Perfolatum.
Un des remèdes les plus importants de la grippe. Indiqué pour fièvre brusque avec des frissons, précédés souvent par de la soif et de la douleur dans les os. Courbature intense dans tout le corps, surtout dans les os longs, bras et jambes, comme s’ils étaient rompus. Soif vive, langue jaune et goût mauvais dans la bouche, mal de tête intense au niveau du front mais surtout à la nuque et à l’occiput, pire en étant couché avec sensation de lourdeur intense. Douleurs musculaires. Eupatorium Perfolatum en 4 CH ou 5 CH deux fois par jour.

- Gelsémium.
Remède important de la grippe. Indiqué pour fièvre précédée de frissons si intense que le malade tremble beaucoup de tout son corps. Absence de soif, langue blanche et tremblante. Courbature et sensations intense de faiblesse dans tout le corps surtout dans les membres. Douleurs lombaires quand on essaye de faire un mouvement, douleurs musculaires. Pouls lent, plein, mou, dépressible. Tête lourde, mal de tête occipital, lourdeur des paupières, sensibilité du cuir chevelu. Gelsémium en 5 CH deux fois par jour.

(Le troisième exemple est un développement du deuxième exemple, et il est tiré du livre des docteurs Fortier-Bernoville et Léon Renard : Comment guérir par l’Homéopathie).


Remarque du docteur Jacques Deniau sur la fréquence de prise des remèdes homéopathiques :

La fréquence du remède est fonction de l’intensité du trouble et du moment où l’on est, par rapport au début des troubles.
En cas de troubles chroniques, les remèdes sont répétés à la fréquence de 1 fois ou 2 fois par jour. Les moments indiqués : matin et soir, avant les repas, sont tout à fait relatifs ; ils ne sont indiqués que parce que ce sont des moments repérés de la journée, mais on peut les prendre à d’autres moments.
L’important est que la prise d’un remède soit éloignée d’une absorption alimentaire quelconque d’au moins 10 minutes pour les basses dilutions, 1 heure pour les moyennes, 2 heures pour les hautes. Encore que l’on voit les remèdes agir, pris au cours même des repas, et même dans le café (cf. HAHNEMANN).
Dans les cas aigus, la fréquence (la quantité ne joue pas) doit être plus grande, la prise des remèdes peut se faire toutes les 2 heures, toutes les heures, toutes les 1/2 heures ou même plus, seIon l’intensité des troubles présentés.
Dès qu’il y a amélioration, il faut savoir espacer la prise des remèdes.
 

Les Légumes et Fruits contre la grippe :
Ail, Fenouil, Oignon, Thym, Cerise, Orange, Pomme.
Pour la gorge :
Céleri,  Cerfeuil, Navet, Persil, Poireau, Radis, Thym, Amande, Citron, Datte, Figue, Fraise, Framboise, Mûre, Noix.

M. R.
 
 
puce5.png
 
 
L’OIGNON CE GRAND MÉDECIN
 
Dans certaines contrées du monde, on célèbre l’Oignon. Les Bulgares mangent beaucoup d’oignon cru. C’est en Bulgarie que la situation sanitaire est la meilleure, les centenaires y sont nombreux.
L’oignon est riche en vitamines A, B, C et contient du Fer, de la Chaux, du Phosphore, du Potassium, du Sodium, du Soufre, de l’Iode, de la Silice et du Sucre, assimilable et non préjudiciable aux diabétiques.
L’Oignon est un aliment énergétique de premier ordre.

Par son Soufre, l’Oignon est un antiseptique du sang. Celui-ci arrive purifié aux poumons et ainsi se trouvent combattues les affections des voies respiratoires : asthme, laryngite, bronchite, grippe, etc.

Pendant une grippe :
Laisser macérer une nuit dans un demi litre d’eau deux Oignons moyens coupés en tranches minces. On en prend un verre à bordeaux entre les repas et le soir au couché. Durée du traitement : sept à vingt jours suivant la gravité des cas. Pendant ce temps il convient de s’abstenir de tous aliments contenant des albumines animales, tels que viandes, poissons, œufs, lait, fromages.

Pour faire avorter un rhume naissant :
Coupez dans un Oignon deux petites lamelles de 2 cm. de long et un demi cm. de large. Les envelopper séparément dans une fine gaze et les introduire dans chaque narine. les conserver cinq minutes pendant lesquelles on fera de profondes inspirations par le nez, la bouche fermée.

Lorsque l’on se sent fatigué, sans appétit, avec les traits tirés, le visage terreux, faire bouillir dans trois volumes de verre d’eau un gros Oignon coupé en quartiers. Après cuisson il reste environ un volume de verre de jus que l’on boira le matin à jeun.

Par son Soufre, l’Oignon est un régénérateur du système nerveux, un curatif de la peau et du système pileux dont il favorise la repousse.

Par son iode, l’Oignon est antiscorbutique et bienfaisant dans les maladies du système lymphatique : adénites, abcès, froids, gourme.
 
Un Oignon coupé et laissé quelque temps à l’air s’oxyde et devient nocif ; il ne faut donc jamais mettre en réserve pour un usage ultérieur un Oignon coupé dont on a utilisé une partie.
Pour éplucher un Oignon sans pleurer, il suffit de l’éplucher sous l’eau : pour économiser l’eau du robinet, on peut plonger l’Oignon dans une cuvette d’eau et l’éplucher ainsi.

Pour palier le problème de l’haleine, on peut mâcher un peu de pain sec ou de persil, ou encore en se rinçant la bouche avec de l’eau additionnée d’alcool de menthe.
Pour l’odeur sur les mains, les frotter au gros sel et les rincer à l’eau tiède.
 
 
VACCINATIONS

L’immunisation par les nosodes dilués (préparations homéopathiques obtenues à partir de cultures des différents microbes et virus), telle que le Dr Chavanon l’a montré, est plus active que les vaccins allopathiques et NE PRÉSENTE AUCUN DANGER. Ceux que la question intéresse doivent lire, entre autres, les ouvrages du Dr Paul Chavanon (Nous... les... Cobayes, et La guerre microbienne est commencée).


Pour le cas du vaccin contre les grippes, et contenant de l’Aluminium, on peut utiliser contre cette intoxication :
Aluminium 9 CH, une dose tous les quinze jours.
Aluminium 5 CH, deux granules une fois par 24 h.
Cadmium Iodatum 5 Ch, deux granules un jour sur deux.
Attention aux casseroles en Aluminium avec des aliments acides ou salés. Mieux vaut utiliser des casseroles en émail, etc.

Voir la liste des nombreux adjuvants se trouvant dans les vaccins. C’est proprement hallucinant !

Exemples de désintoxication pour mémoire :

1 - Après la vaccination antivariolique :
Biothérapique Vaccinotoxinum 7 CH, une dose au réveil, le lendemain de la vaccination. Huit jours après cette dose :
Thuya Occidentalis 7 CH, une dose au réveil.

2 - Après la vaccination antidiphtérique :
Biothérapique Diphterotoxicum 7 CH, une dose au réveil, deux jours après la vaccination, huit jours après cette dose : Formol 7 CH, une dose au réveil.

3 - Si encéphalite post-vaccinale, voir plus bas.

4 - Accidents après ingestion du B.C.G. voir plus bas.

5 - Après le vaccin Tétracoq (coqueluche, diphtérie, polioméyélite, tétanos), utiliser la formule du Dr Claude Biner : deux granules avant les repas :
Jours pairs matin : Bryonia 5 CH, à midi : Tétracoq 5 CH, le soir : Sulfur 5 CH.
Jours impairs matin : Gelsemium 5 CH, à midi : Ammonium Carbonicum 5 CH, le soir : Nux Vomica 5 CH.
Dimanches pairs au réveil : Silicea 7 CH (une dose ou cinq granules), au coucher : Phosphorus 5 CH cinq granules.

6 - Si l’on n’a pas pu donner, pour une cause ou pour une autre, les remèdes du 1 ou du 2, à titre palliatif :
Thuya Occidentalis 7 CH, une dose.
Pulsatilla composé 5 CH, deux granules une fois par 24 h.
Silicea 5 CH, deux granules tous les trois jours.
Hydrastis composé D 2, cinq gouttes une fois par 24 h.
Ne pas manger de viande de cheval pendant quelques semaines.

Encéphalites post-vaccinales.
Biothérapique Vaccinotoxicum 7 CH, une dose
Thuya 7 CH, une dose le lendemain.
Apis 4 CH, deux granules toutes les 2 h. dès les premiers jours du traitement.
AurumTriphyllum 5 CH, Conium 5 CH, Gelsemium 5 CH, deux granules de chaque une fois par 24 h.

Intoxication par des remèdes allopathiques des industries chimiques

En générale pour une intoxication par des drogues allopathiques il faut drainer le foie avec :
Nux Vomica 9 Ch, une dose.
Hydrastis Composé D2, dix gouttes avant les repas (ou Adénocynésine, ou Organo-Drainol)
Hydroxydase, une bouteille-dose au réveil.
Complexe de vitamines.

Ajouter au traitement, en débutant par une dose (ou cinq granules) en 9 CH, l’un des remèdes suivants, qui sera pris, en 5 Ch, à raison de deux granules une fois par 24 h, soit :
Dans le cas du vaccin grippal, il faudrait en disposer d’une petite quantité, et la faire préparer par un laboratoire homéopathique à la dilution de 5 Ch, et ensuite en prendre deux granules une fois par 24 h.
Par exemple pour une intoxication par la cortisone, même principe que ci-dessus, prendre de la préparation Cortisone 9 CH dès que possible : une dose, et sept jours après : une dose (ou cinq granules) de Nux Vomica 7 CH.
Il s’agit de toujours cibler le produit toxique en cause, et de le faire diluer à 9 CH, et d’en prendre une dose.
Qu’on prenne conscience que seulement un micro-gramme ou un pico-gramme d’Aluminium, de Mercure ou de Squalène sont toxiques, et qu’en plus, plus ils sont dilués selon le principe Homéopathique, et plus ils sont toxiques.
Les hautes dilutions ont un grand pouvoir, ce qui est connu depuis longtemps par les Alchimistes, et notamment par les Romains dans leur science de l’orfèvrerie : on a analysé une coupe datant de l’époque romaine, et qui contient entre autres : 30-50 parties pour un million d’Or et d’Argent. L’art de la haute dilution était déjà dans sa phase courante. On appelle cet art de l’action des hautes dilutions : TEINDRE, d’où le nom des produits naturels : TEINTURES, TEINTURE MÈRE. Le terme TEINTURE MÈRE est d’origine alchimique : la dissolution d’un corps et de son principe actif sont appelées : Teinture, laquelle teint ou diffuse sa vertu active dans une zone ou un organisme.
Enfin, ne pas oublier que Nux Vomica est un grand remède des intoxications et des voies digestives.

Adénome post-B.C.G.
Manifestations ganglionnaires qui peuvent se produire dans la zone correspondant au point d’inoculation du vaccin B.C.G. ; elles se manifestent surtout chez le nourrisson et l’enfant jeune, quinze à trois semaines (parfois plus) après la vaccination dont la dose a pu être trop forte, ou lorsque la vaccination a été faite aux membres inférieurs.

Si des manifestations ganglionnaires se présentent, utiliser la formule suivante du Dr Paul Chavanon :
Drosera Rotundifolia 7 CH, une dose une fois (sauf si l’enfant a tendance aux otites).
Aestus P.C., Calcarea Carbonica 5 CH, deux granules au réveil, un jour d’un tube, un jour de l’autre.
Arum Triphyllum 5 CH, Pulsatilla 5 CH, deux granules vers 18 h. un jour l’un, un jour l’autre.

Pour prévenir la Bécégite :
Biothérapique V.A.B. 7 CH, une dose immédiatement après la vaccination.
Drosera Rotundifolia 7 Ch, une dose (ou cinq granules) cinq jours après.

Tous ces conseils proviennent du Dictionnaire Homéopathique de Louis Pommier.

puce3.png

« Mon but n'est pas de critiquer le système de santé actuel mais de construire une alternative au recours systématique à ce même système dont on a tendance à penser qu'il est le seul à détenir le monopole de la santé dans le monde ». Citation d’un docteur suisse. Voir l’article important sur le site Alternative Santé. Il est essentiel de sortir de la prison de cette mafia médicale et financière issue des Rothschild et autres Rockefeller.
 
 
 
anipucsac1.gifUn point de vue sur les problèmes des vaccins.
 
Deux fichiers pdf importants
Alertes médiatiques

Vacciner ou pas
 
 
 
Vidéo de la personne expliquant la souche Influenza d’origine porcine.
 
 

Dernière mise à jour : 03-12-2009 21:22

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2017 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >