Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow Mononoke
Mononoke Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 21-09-2009 18:36

Pages vues : 5985    

Favoris : 410

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Dessins animés, Élémentals, Mononoke, Japon, Yôkai

 
Mononoke
モノノ怪


Dessin animé en hommage aux Yôkai
 
 
http://www.toei-anim.co.jp/tv/mononoke/

Japanimation de 2006 du Studio TÔEI, en 12 épisodes racontant plusieurs histoires.

http://www.animeka.com/animes/detail/mononoke.html
Page avec le pré-générique de l'épisode 8.
Page avec l’animation et la chanson du générique.


Réalisation : Nakamura Kenzi
Character design et directeur de l'animation : Takashi Hashimoto
Scénario : Yokotemichiko, Konaka Tiaki, Ikuko Takahashi, Manabu Ishikawa
Direction artistique : Kurahashi Takashi, Hosaka Yumi
Animation : Toei Animation
Musique : Yasuharu Takanashi

C’est une superbe japanimation, ou plutôt un dessin animé tout court, un chef d’œuvre. Il fallait bien cela pour rendre un hommage aux Yôkai. Chaque plan est un tableau à lui tout seul. Le dessin animé a été diffusé à partir de janvier 2006 et a établit un record d’audience.
 
Il est question d’un grand nombre de Yôkai ou « esprits » ou Élémentals chez nous. Dans le premier épisode on découvre Zashikiwarashi, le « gosse du salon ». Tant qu’il habite la maison, la famille prospère ; mais s’il part, c’est la ruine, dit-on. Seul les enfants peuvent le voir. Mononoke indique une forme de démons (dans le sens de bon ou mauvais. Du grecque Daimôn : génie protecteur).

Au point de vue graphique on remarque tout de suite l’aspect papier découpé, que j’adore d’ailleurs et ai pratiqué, mais ici avec l’informatique il n’existe plus d’ombres gênantes entre le personnage découpé et articulé et le décor. Graphiquement l’ensemble ressemble à un panneau de laque, une estampe sur papier « japonais » ou papier très fibreux, dont les couleurs même les plus vives palissent puisqu’elles sont absorbées en partie par le papier. D’ailleurs dans les plans on voit au travers des personnages la fibre du papier. Dans Mononoke, les contrastes de couleurs peuvent être classés dans les contrastes de complémentaires (orange - bleu, rouge - vert, etc.).
 
 
 
Dessin de Ivan Bilibin
 
 
Le trait et les accords de couleurs me rappellent les dessins de Benjamin Rabier, mais surtout ceux d’Ivan Bilibin. J’aime beaucoup le traitement de la perspective de Mononoke, l’abandon total d’une représentation désespérément photographique qu’on voit habituellement dans quasi toutes les japanimations et niaiseries américaines, avec en plus une caméra qui bouge tout le temps. Dans Mononoke on est proche de la perspective dite byzantine, et de la perspective au Moyen Age, sur les émaux et les enluminures. Mais ici il s’agit plutôt d’une perspective axonométrique. De plus les contrastes de couleurs et l’absence de la direction de l’éclairage des scènes, donnent l’impression que tout est sur un même plan ou au même niveau, puisque on a l’impression que les dessins sont éclairés par transparence.
 
 
 
Dans le premier épisode une femme enceinte demande l’hospitalité dans une auberge bizarre où se trouve un apothicaire aux longues oreilles, héros de l’histoire, et qui s’occupe de libérer des lieux ou des personnes possédées par des Yôkai. La femme est en fuite, si on la retrouve elle est morte. Elle voudrait rester dans l’auberge en attendant que son bébé naisse. Finalement on accepte de lui préparer un futon dans une chambre. Le femme perd son amulette. Aussitôt Zashikiwarashi apparaît et veut qu’on la lui rende. Ensuite le tueur engagé pour tuer la femme fait irruption, et va pour la percer de son épée : elle et son bébé. L’apothicaire rode dans les escaliers, des cris horribles fusent de la chambre de la femme enceinte. Le tueur se retrouve collé au plafond. Détail important : l’apothicaire possède une épée anti-démons enchâssée dans un coffret. Mais cette épée ne semble pas lui appartenir en propre : pour pouvoir s’en servir il faut respecter trois conditions : Forme, Vérité, et Raison. Le karma des hommes et les liens qu’ils tissent définissent la forme du démon.
 
 
 
À la fin du premier épisode après le drame du tueur collé au plafond, on découvre une fleur de lotus, servant de liaison pour le deuxième épisode. Au Japon la fleur de lotus est associée à la divinité Kannon (compassion ultime pour les Bouddhistes). Dans ce deuxième épisode, l’apothicaire interroge la femme enceinte sur le pourquoi l’homme collé au plafond par le démon voulait la tuer elle et son bébé : un tueur envoyé par le maître de cette femme enceinte et son épouse. Et le pourquoi est que l’enfant porte cette femme est celui du jeune maître. Bien-sûr cette liaison était défendue ! Le maître avait accepté cet enfant, puis il s’est ravisé.
L’auberge bizarre qui sert de cadre à cette histoire rappelle un peu l’Overlook du Shining de Stanley Kubrick. Avec les Yôkai il faut s’attendre à tout !
 
 
Les Zashikiwarashi présent dans cette auberge ne se manifeste qu’en cas de danger, soit pour le lieu, soit pour les habitants de ce lieu. Avec ce qui se passe dans l’auberge, ancienne maison close, ils doivent beaucoup interagirent. Comme tous les Élémentals, ils peuvent commettre des farces.
Une pièce de cette auberge était destinée à l’avortement, et un mur est entièrement un cimetière de bébés.
Il semblerait que le jeune maître aime toujours cette servante : la femme qu’il a mise enceinte. Il veut même l’épouser.
Visuellement l’animation s’intensifie avec les interférences Yôkai, maison close, jeune maître... et apothicaire ; celui-ci ayant fort à faire avec toutes les âmes des bébés morts. Mais l’apothicaire doit connaître la raison de ces morts pour pouvoir sortir la fameuse épée de son fourreau. La raison ? un mononoke veut utiliser le ventre de la femme pour apparaître dans notre monde.
 
 
 
Dans le troisième épisode il est question de Funa Yûrei (Fantôme à bateaux). On dit que ce sont les âmes des noyés, lesquelles dissimulés dans l’obscurité font chavirer les bateaux de passage.
Un autre Yôkai de cet épisode est le Umi Bôzu (le bonze des mers). Il est très grand et noir. Si on l’aperçoit et que l’on crie : « qu’est-ce que c’est ? », il fait chavirer le bateau. On pense que c’est un poisson métamorphosé.
Il est question aussi d’Ayakashi (le monstre), qui ressemble à une anguille géante, qui apparaît souvent dans la mer à l’Ouest. D’après l’apothicaire de Mononoke il y a huit millions de Yôkai (selon la tradition Shinto).
(Les noms et extraits de détails de Yôkai viennent du Dictionnaire des monstres japonais de Shigeru Mizuki).
 
 
 
 
En introduction de cet épisode, le narrateur raconte que de jeunes pêcheurs furent proche d’un vaisseau fantôme. Ainsi le Funa Yûrei héla les jeunes pêcheurs ; « Donnez-moi votre enaga » (enaga : écopes à long manche). Pris de panique les pécheurs donnèrent leur enaga. Tragique erreur, car Funa Yûrei s’empressa de les noyer avec leur propre enaga ! Voilà pourquoi il est préférable d’avoir une écope sans fond à bord d’un bateau.
Apparition de plusieurs nouveaux personnages. L’un est de style « marchand de poissons ». Il se nomme : Mikuniya Tamon, c’est un marchand d’objets rares. Le deuxième est un jeune homme : Yanagi Gen’yousai, c’est un ascète qui purifie les âmes déchues.
 
 
 
 
Le troisième personnage c’est un jeune fille du nom de Kayo. Un autre personnage se nomme Sougen. Ici nous sommes donc en mer sur un bateau, ou plutôt sur un palais flottant, avec aussi comme passager l’apothicaire. L’ambiance colorée a un peu changée, avec un apport important de jaunes. Bien-sûr le bateau est attaqué par des anguilles géantes, (Ayakashi) ici sous forme squelettique en arrêtes ; et les armes créées par les humains ne sont d’aucune efficacité contre les Ayakashi. Mais l’apothicaire a plus d’un remède dans ses poches, de la poudre à canon par exemple ; c’est carrément Merlin l’enchanteur au Japon.

Je ne peux pas donner plus de quatre étoiles, vu que je me suis basé sur un maximum de quatre, mais je répète, Mononoke est un chef d’œuvre.
Téléchargez les fichiers pdf explicatifs des Yôkai et autres termes de Mononoke. Merci à l’équipe qui en a assuré la construction.

M. Roudakoff
 
 
 
 
 
 
 
 
[ Cliquez sur les vignettes, puis pour afficher l’image suivante : cliquez sur suivant ou précédent ou sur la partie droite ou gauche de l’image, ou utilisez les flèches du clavier ]
monok1.jpg
monok10.jpg
monok13.jpg
monok14.jpg
monok17.jpg
monok18.jpg
monok19.jpg
monok2.jpg
monok20.jpg
monok21.jpg
monok22.jpg
monok24.jpg
monok25.jpg
monok27.jpg
monok28.jpg
monok3.jpg
monok30.jpg
monok31.jpg
monok34.jpg
monok36.jpg
monok37.jpg
monok39.jpg
monok41.jpg
monok43.jpg
monok44.jpg
monok45.jpg
monok46.jpg
monok47.jpg
monok48.jpg
monok49.jpg
monok50.jpg
monok6.jpg
monok9.jpg
 
 

Derničre mise ŕ jour : 21-09-2009 19:26

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer ŕ un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >