Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Stargate Universe - Détails
Stargate Universe - Détails Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 05-10-2009 02:08

Pages vues : 2892    

Favoris : 148

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Stargate Universe


sguni_pst.jpg
 
Stargate Universe - Détails
 
 
Site Stargate Fusion
Stargate Universe sur Wikipédia
Stargate SG1 sur Wikipédia
Stargate SG1 sur Fangpo1

La création de Brad Wright et Robert C. Cooper, avec leur compère réalisateur : Andy Mikita.
Le générique démarre sur une musique impressionnante de Joel Goldsmith, voir assez simple : piano et coloration orchestrale dans les graves. Richard Dean Anderson est en acteur invité, on retrouvera Amenda Tapping, Michael Shanks. Teal’c, joué par Christopher Judge ne semble pas de la partie. Hélas Don S. Davis nous a quitté trop tôt (à 65 ans).
 
Quelques nouveaux acteurs.
- Robert Carlyle (jouant le Docteur Nicholas Rush)
- Justin Louis (jouant Everett Young)
- David Blue (jouant Eli Wallace)

Log line : La série tourne autour de l’utilisation du neuvième chevron de la Stargate et sur les voyages dans l’espace.

En introduction du premier épisode, le mouvement de caméra dans un vaisseau spatial est de toute beauté et original. Le mouvement nous fait découvrir une Stargate recrachant un grand nombre de voyageurs. Séquence impressionnante juste éclairée par « l’eau » de la porte. Ces voyageurs sont censés être des rescapés de l’attaque d’une base secrète qu’ils ont du fuir. Le vaisseau est le Destiny, un engin des Anciens perdu dans l’espace. Le Docteur Rush partira à la découverte des secrets du Destiny afin de ramener chez eux les rescapés.
 
 
 
 
En une autre chronologie, le brave Wallace (joué fort bien par David Blue) reçoit la visite de Nicholas Rush accompagné par un gradé de l’armée de l’air (joué par Richard Dean Anderson). Délaissant ces visiteurs impressionnant, Wallace s’en retourne chez lui, mais c’est sans compter sur la désormais au point téléportation. Aussi il se retrouve, sur une base, plutôt un immense vaisseau spatial bien-sûr. Voilà donc Wallace devant les mystères de la Porte des étoiles que lui expose Michael Shanks en personne, enfin dans une vidéo.
 
 
 
 
Wallace a l’air de s’être très vite habitué à sa nouvelle demeure. Ensuite on revient sur la chronologie de la séquence initiale : les rescapés dans le Destiny s’organisent.
Étonnant, il y a même une courte séquence sexe, juste ce qu’il faut pour tous publiques. C’est vrai, on ne voit jamais une personne faire pipi ou caca, comme si les gens que les cinéastes nous montrent étaient des personnages de cartons, sans aucun besoin ! Par contre on voit souvent les comédiens manger. Ça rentre bien d’un côté mais ça ne ressort jamais de l’autre !
 
 
 
 
A par cela, au cours d’un essai de la Porte en présence de Wallace et de Rush, le neuvième chevron refuse de s’enclencher !
La réalisation est originale, jouant en permanence sur la profondeur de champ, avec beaucoup de caméra portée, mais sans donner le tournis. La réalisation s’apparente plus à un reportage. L’action et les plans s’enchaînent avec fluidité, ce qui est rendu par un montage serré, mais sans trop rentrer dans le montage de publicités télé.
Nous sommes dans un univers où il n’y a pas un brin d’herbe !
Même sans bien comprendre l’anglais (pas de sous-titres français pour le moment), le scénario est bien fluide et compréhensible. Le développement de l’attaque de la base secrète, puis l’évacuation par la Porte des étoiles ; tout s’enchaine bien depuis le début de l’épisode.
 
 
 
 
Comme au début de l’épisode, juste au milieu, après l’évacuation de la base, on retrouve brièvement Richard Dean Anderson aux côtés d’Amanda Tapping, enfin par écran informatique interposé. On découvre une invention déjà exposé dans une des sagas de la Guerre des Étoiles de George Lucas : la caméra volante, et pilotable comme un avion en modèle réduit. Ici elle ressemble à une sphère et sans aucun objectif tel que nous les connaissons.

Quatre étoiles sur quatre, pour Stargate Universe qui me semble intéressant et prometteur. Visuellement l’équipe de production a soignée les décors et l’ambiance lumière et couleurs. Le scénario semble riche et développé ; j’espère qu’il va tenir comme ça pendant toute une saison, pour se poursuivre vers une deuxième. Il y a quelque chose de sympa, dans le même souffle que Stargate SG1 ; normal, puisque c’est aussi une création de Brad Wright, et Jonathan Glassner pour la mise en route de la série, d’après le film de long métrage Stargate la porte des étoiles, de Roland Emmerich. Bravo à Robert Carlyle, il est très bien je trouve. Les rôles principaux sont bons. Bravo à David Blue.

M. R.
 
 
 
 
 
[ Cliquez sur les vignettes, puis pour afficher l’image suivante : cliquez sur suivant ou précédent ou sur la partie droite ou gauche de l’image, ou utilisez les flèches du clavier ]
sguni1.jpg
sguni11.jpg
sguni12.jpg
sguni14.jpg
sguni15.jpg
sguni16.jpg
sguni17.jpg
sguni18.jpg
sguni19.jpg
sguni2.jpg
sguni21.jpg
sguni23.jpg
sguni25.jpg
sguni26.jpg
sguni27.jpg
sguni28.jpg
sguni3.jpg
sguni5.jpg
sguni6.jpg
sguni9.jpg
 
 

Dernière mise à jour : 05-10-2009 03:24

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2014 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >