Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow Ondes de la pensée et agriculture
Ondes de la pensée et agriculture Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 05-11-2009 00:04

Pages vues : 6040    

Favoris : 394

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Agriculture, Devas, Élémentals, Esprits, humains, Humilité, Jardins, Légumes, Ondes, Ormus, Pensée, Vie, Yôkai


jarne250793_jo.png
 
Ondes de la pensée et agriculture

Un article du dossier sur la Révélation Verte, du journal NEXUS,
n°65 de novembre-décembre 2009.
 
 
Les secrets quantiques

En utilisant l’information issue de la pensée, Bernard obtient jusqu’à 60 % de rendement en plus.

NEXUS : Comment en êtes-vous arrivé à utiliser une technique « quantique » ?
Bernard : J'ai appris l'année dernière qu'il existait un système de soins par la médecine quantique. J'ai eu l'occasion de rencontrer un thérapeute qui soignait par cette technique-là, ce qui m'a donné l'envie de l'appliquer à l'agriculture, car je considère que les lois sont les mêmes pour tous les règnes, à quelques exceptions près... Donc si ça marche pour les gens, ça doit marcher aussi pour les plantes.
 
En quoi cela consiste-t-il ?
Le quantique, c'est une technique simple dans le principe. On sait que certains agriculteurs utilisent des correcteurs à des doses homéopathiques. Qu'est-ce que l'homéopathie ? C'est communiquer une information, donc un message, à un corps humain, un animal ou une plante, et l'on obtient un résultat. Et au lieu de se situer sur le plan de la matière, l'idée consiste à envoyer l'information uniquement sur le plan vibratoire. En résumé, on envoie à un champ la vibration d'un remède, il va la capter et assurer de lui-même la correction associée. Le principe est aussi simple que ça. Pour la mise en oeuvre, c'est autre chose...

Comment s'opère cette mise en oeuvre ?
Ceux qui connaissent la radionique savent qu'il suffit d'envoyer le nom d'un produit pour obtenir un résultat parce que le nom correspond à un produit donné et à la mémoire de cette vibration [NTMR : on entre dans les ondes de forme et l’émission d’énergie comme par exemple le graphisme d’une simple lettre et de ses angles]. Ceux qui ont conçu le système quantique sont partis de l'idée de la radionique et ont établi des listes de remèdes possibles pour une situation donnée. À partir de ces listes, ils ont essayé de mettre au point un système capable de trouver les résonances adaptées aux différentes situations. Lorsque le système a trouvé la résonance, il est capable de l'envoyer automatiquement au destinataire, que ce soit à distance, pour un animal, une plante, un sol, et tout ce qui est vivant. Ayant constaté des résultats très intéressants, je me suis donc procuré un système quantique et j'ai réfléchi à des expériences, d'abord en aveugle.

De quelle nature étaient ces expériences ?
J'ai un ami radiesthésiste avec qui nous avons dressé un état des lieux des parcelles, et j'ai commencé le travail quantique. Puis je lui ai fait vérifier ce qui se passait au niveau des parcelles. Il s'est rendu compte à distance qu'il y avait des modifications. Comme le système n'est pas encore complètement autonome, nous n'avons pas pu poursuivre l'expérience beaucoup plus longtemps, car cela nécessitait du temps. En revanche, nous serons prêts pour la prochaine campagne et nous pourrons effectuer des essais beaucoup plus approfondis.

Déjà des résultats, néanmoins ?
Oui, même si nous n'en sommes qu'aux prémices et pour des choses très ponctuelles. Nous avons tout de même constaté des modifications qui s'opéraient dans les champs, ce qui signifie qu'apparemment, ça a l'air de marcher, même si, à l'heure actuelle, il nous est impossible de quantifier les résultats. D'autant plus que le système est spécifique à la santé humaine. Même s'il y a des lois générales communes, il y a toutefois des particularités qui nécessitent de l'adapter aux plantes. Il y a donc tout un travail d'adaptation à l'agriculture qui doit être fait, que je suis en train de réaliser. J'espère que nous aurons des résultats quantifiables et quantifiés d'ici un an.
Nous effectuons aussi des essais au niveau de ce que j'appelle le « supra-quantique », un terme qui m'est propre, même si d'autres l'utilisent peut-être.

Le supra-quantique ? De quoi s'agit-il ?
Le supra-quantique va au-delà du quantique, c'est-à-dire que l'on travaille carrément au niveau de la pensée, de la conscience. Je m'intéresse depuis longtemps à la santé humaine et je pratique déjà sur moi des soins au niveau supra-quantique, avec des résultats assez étonnants. Par exemple, avant, lorsque je me démettais le dos, j'allais voir un manipulateur. En effectuant un travail sur moi-même en profondeur, au niveau de la conscience, j'ai pu constater que je pouvais « ré-équilibrer » mes énergies et je n'avais plus besoin alors d'aller voir un manipulateur : en remettant mes énergies en place, mon dos se remettait de lui-même. Donc l'idée m'est venue, toujours au nom de cette unicité du vivant, que ce qui marche pour moi devait aussi marcher dans les champs.

Et vous avez transposé cela en plein champ...

Bien sûr, avec mon ami radiesthésiste, dont j'ai déjà parlé. Je lui ai demandé d'effectuer l'état des lieux d'une parcelle et de déceler les problèmes qu'elle présentait. Ses tests ont révélé certaines carences. Je lui ai indiqué que j'allais les corriger, mais sans préciser de quelle façon. Une fois la correction faite, je l'ai appelé pour qu'il teste de nouveau. Le résultat était concluant : les carences avaient été annulées. En fait, j'avais simplement effectué un travail de conscience à partir d'une photo de la parcelle [NTMR : voir le problème de la lumière et ce qu’il se passe sur des photos de personnes mortes sur la page Charles Nègre]. Cela signifie qu'avec un travail de conscience, on est capable d'intervenir au niveau de la matière: on peut combler des carences, renforcer des plantes, etc.
En fait, il n'y a plus de limite au niveau de la conscience, si ce n'est celles que l'on se donne soi-même. Il y a donc toute une ouverture qui est à travailler, un chemin qui s'ouvre... Cela nécessite évidemment de la persévérance.

Vous ne vous êtes pas arrêté là...
Non, bien sûr. J'ai fait un essai avec des haricots dans le jardin. J'ai pris un paquet de semences achetées dans le commerce que j'ai divisé en deux : une partie comme témoin et sur l'autre, j'ai effectué un travail de conscience au niveau de la graine. J'ai semé les deux lots séparément, et à l'arrivée, j'ai obtenu 60 % de rendement en plus dans la partie où j'avais fait ce travail de conscience. De plus, les haricots présentaient une couleur plus soutenue et une bien meilleure résistance aux maladies, surtout que c'était une année humide, donc les plants étaient facilement malades. Les plants non « traités » ont d'ailleurs eu l'anthracnose, donc un pourcentage important de haricots étaient tachés. Et j'ai eu un rendement supérieur de 60 %, ce qui est, évidemment, appréciable... Il y a même eu une floraison supplémentaire pour les haricots traités, ce qui explique aussi la grosse différence de rendement, c'est-à-dire qu'à chaque cueillette la récolte était meilleure et en plus on a eu une cueillette supplémentaire.

En quoi consiste exactement ce travail de conscience ?
C'est un peu comme une méditation, c'est-à-dire qu'on se met en état de canal où l'on capte des énergies que l'on envoie à la parcelle. En fait, on est un simple canal qui envoie des énergies à distance.
Cela peut paraître ésotérique, mais ça ne l'est pas, c'est même complètement rationnel. On est dans la mécanique de la pensée, or on sait que toute pensée recèle de l'énergie [NTMR : voir la page sur Charles Nègre], donc dès qu'on envoie une pensée, on envoie de l'énergie, ce que des études ont d'ailleurs mis en évidence. Et donc en l'occurrence, on envoie l'énergie de la pensée, qui est reçue par des plantes, et cette pensée est transformée au service de la nature. Pour aller dans ce sens, des chercheurs, en particulier l'Américain Tinner, ont réalisé des centaines d'expériences sur les intentions [NTMR : voir la page sur la Volonté] et ont constaté des résultats remarquables sur ses effets. C'est à partir de ce travail-là que j'ai pu construire ce système supra-quantique où, en travaillant avec la pensée et les intentions, on arrive à un résultat tangible en agriculture.

C'est étonnant en effet... Avez-vous d'autres exemples ?

L'un des problèmes en agriculture bio est la lutte contre ce qu'on appelle les « mauvaises herbes ».
Je me suis donc amusé à faire une expérience au niveau de l'intention : j'ai demandé aux mauvaises herbes de rester à un niveau non concurrentiel par rapport aux cultures. Nous avons constaté ensuite, en testant les énergies de ces herbes, qu'elles avaient sacrément diminué et étaient réduites à un point de non-concurrence.
Pour être efficace, ce travail demande toutefois à être répété régulièrement, sûrement parce que nous manquons encore d'expérience. Moi, malheureusement, je suis très pris avec mon métier, j'ai du mal à me libérer suffisamment pour pouvoir le faire régulièrement, d'où la difficulté de pratiquer des expériences sur le moyen terme.
L'idéal est d'ailleurs de le faire à plusieurs personnes. Les analyses que nous avons pu faire montrent que le travail tient une journée ou deux si on le fait seul mais une semaine si l'on se met à trois ou quatre.

Quelles sont, selon vous, les perspectives offertes par l'agriculture supra-quantique ?
Je pense que lorsque nous réussirons à maîtriser cette agriculture supra-quantique, nous pourrons obtenir des résultats presque miraculeux, c'est-à-dire que nous arriverons à nous passer des produits de traitement, nous pourrons augmenter la résistance des plantes aux maladies, les rendements, la qualité, etc.
Nous avons d'ailleurs fait une fois l'expérience en groupe de nous focaliser pendant dix minutes sur un bidon de 5 l d'eau : nous avons pu mesurer ensuite une différence de pH d'un demi-point ! C'est la preuve que, par notre conscience, nous sommes capables d'influencer la matière. Et puisque nous en sommes capables au niveau de l'eau, nous le sommes aussi pour les plantes puisque tout ce qui vit contient énormément d'eau. L'eau est vraiment, je dirais « le réservoir du microcosme » : toutes les énergies, toutes les vibrations, l'eau est capable de les capter, de les mémoriser et de les redistribuer. Parce que même si elle est contestée par des scientifiques, la mémoire de l'eau ne fait aucun doute.
Et il ne faut pas oublier également un élément important lorsqu'on travaille dans le domaine du supra-quantique, que chaque plante à ce qu'on appelle un Deva ou des Devas qui lui sont propres. Voir la page sur les Devas et les Ormus.
 
[En haut de la page : aquarelle de Michel Roudakoff]
 
 

Dernière mise à jour : 05-11-2009 00:18

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2020 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >