Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Crimes d’État, propagande, OIGNON
Crimes d’État, propagande, OIGNON Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 01-12-2009 20:33

Pages vues : 5137    

Favoris : 603

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Argent, Banques, Business, Chimie, Crimes, Grippe, Mort, Oignon, Opinion, Propagande, Terrorisme, Vaccins


1dollar_hysterie.jpg
 
Crimes d’État et propagande

« On vous vaccinera de force pour que vous ne tombiez pas malade et
puissiez continuer a consommer ! »
 
 
Pourquoi « Crimes d’État » ? Parce que les effets à long terme, découlant du vaccin de cette actuelle hystérie mondiale, à propos d’une souche de la grippe hautement suspect ne sont pas connus, (souche peut-être artificielle ou issue de manipulation humaine) ou si les agents de pouvoir les connaissent, ils s’en servent pour remplacer un évident manque de guerres nettoyeuses de la population mondiale. Mais les virus vont bientôt s’en charger...
Dans le cas du matraquage médiatique de l’hystérie grippale actuelle, on nous prend vraiment pour des imbéciles : par exemple que l’un des membres de la famille Rothschild vienne nous dire qu’il ne souhaite pas la diminution de la population mondiale à 500 millions d’habitants sur cette planète.
 
Pour mettre les points sur les i à ma façon, je remets ci-dessous en gros, le texte d’un médecin pionnier homéopathe sur le cycle (tout est toujours une question de CYCLES) de la vague de pandémie que l’on appelle actuellement « Grippe ». Cycle de TRENTE ANS. Ce qui correspond à des pointes grippales de 1919 - 1949 - 1979 - 2009. Nous sommes en plein dans 2009 - 2010. Quoi de plus claire ! On se garde bien d’ailleurs de parler de cela dans les médias...
 
 
RAPPEL :
Les vaccinations elles-mêmes tant décriées par la plupart des chapelles homéopathiques, parce qu’elles sycotisent le patient, sont dans la plus pure
tradition Hahnemannienne.
La gamme des dilutions est très étendue depuis la Teinture-Mère qui correspond (à la préparation près), à la teinture du codex officinal, donc à une dose allopathique pondérale du produit jusqu’à des dilutions extrêmement poussées. (Brochure du Docteur Jacques DENIAU : Conseils homéopathiques)
 
 
La grippe ou influenza est une affection endémique et épidémique à la fois. Endémique, elle existe dans nos pays, sous une forme atténuée toute l’année, mais l’hiver, elle donne lieu à de petites épidémies, et tous les trente ans environ à des épidémies immenses et graves, comme celle de 1918-1919. On sait la gravité de la grippe par ses complications possibles, ce qui contraste avec les formes habituelles et bénignes de cette affection étrange, polymorphe, qui peut revêtir toutes les formes possibles : nerveuse, digestive, ou souvent respiratoire : laryngite, bronchite, congestion pulmonaire, broncho-pneumonie, pleurésie.
Les symptômes auxquels on reconnaît la grippe sont à vrai dire peu nombreux et ne sont pas spécialement réservés à cette maladie. On peut les retrouver isolément dans bien d’autres affections. Voici cependant les signes qui ont le plus de valeur pour diagnostiquer la grippe :
- Début extrêmement brusque :
En quelques heures ou au plus tard un jour ou deux. On a cité même des cas dans lesquels le début était si soudain que le sujet n’avait pas le temps de rentrer à son domicile.
- Dès le début il y a fièvre élevée :
Terrassement du malade avec un violent mal de tête et surtout : courbature intense comme si on avait reçu une volée de coups de bâton par tout le corps, ou comme si les membres et le dos, la région lombaire étaient rompus. Ceci est le meilleur signe de la grippe. (D’après le livre des docteurs Fortier-Bernoville et Léon Renard : Comment guérir par l’Homéopathie)
 
 
 
 
 
puce5.png
 
 
 
L’OIGNON CE GRAND MÉDECIN

Dans certaines contrées du monde, on célèbre l’Oignon. Les Bulgares mangent beaucoup d’oignon cru. C’est en Bulgarie que la situation sanitaire est la meilleure, les centenaires y sont nombreux.
L’oignon est riche en vitamines A, B, C et contient du Fer, de la Chaux, du Phosphore, du Potassium, du Sodium, du Soufre, de l’Iode, de la Silice et du Sucre, assimilable et non préjudiciable aux diabétiques.
L’Oignon est un aliment énergétique de premier ordre.

Par son Soufre, l’Oignon est un antiseptique du sang. Celui-ci arrive purifié aux poumons et ainsi se trouvent combattues les affections des voies respiratoires : asthme, laryngite, bronchite, grippe, etc.

Pendant une grippe :
Laisser macérer une nuit dans un demi litre d’eau deux Oignons moyens coupés en tranches minces. On en prend un verre à bordeaux entre les repas et le soir au couché. Durée du traitement : sept à vingt jours suivant la gravité des cas. Pendant ce temps il convient de s’abstenir de tous aliments contenant des albumines animales, tels que viandes, poissons, œufs, lait, fromages.

Pour faire avorter un rhume naissant :
Coupez dans un Oignon deux petites lamelles de 2 cm. de long et un demi cm. de large. Les envelopper séparément dans une fine gaze et les introduire dans chaque narine. les conserver cinq minutes pendant lesquelles on fera de profondes inspirations par le nez, la bouche fermée.

Lorsque l’on se sent fatigué, sans appétit, avec les traits tirés, le visage terreux, faire bouillir dans trois volumes de verre d’eau un gros Oignon coupé en quartiers. Après cuisson il reste environ un volume de verre de jus que l’on boira le matin à jeun.

Par son Soufre, l’Oignon est un régénérateur du système nerveux, un curatif de la peau et du système pileux dont il favorise la repousse.

Par son iode, l’Oignon est antiscorbutique et bienfaisant dans les maladies du système lymphatique : adénites, abcès, froids, gourme.

Contre le lumbago, les courbatures et les maux de reins, hacher finement au presse-légumes 200 gr. d’Oignons crus. Mélanger la purée obtenue à 700 gr. de vin blanc et 100 gr. de miel. Laisser macérer à froid deux jours et filtrer. Prendre un verre à bordeaux de cette préparation tous les matins à jeun. Les hépatiques se trouveront bien également de ce remède qu’ils pourront prendre matin et soir.

Bien qu’il ait la réputation d’être indigeste, l’Oignon a une heureuse action sur la muqueuse et les glandes de l’estomac. On augmente sa digestibilité en le saupoudrant, pendant la cuisson, de très peu de sucre en poudre ; le goût n’en est pas modifié.

Pour les crampes d’estomac, les digestions pénibles et pesanteurs, suivre ce régime :

1. Petit déjeuner. Soupe à l’Oignon avec quelques croutes de pain.
2. Repas de midi. Omelette à l’Oignon, purée d’Oignon, petite tartine beurrée recouverte d’Oignon cru hachée.
3. Repas du soir. Fricassée d’Oignon à l’huile d’Olive, au jus de viande ou simplement à l’eau salée, recouverte de crème fraîche au moment de servir.
4. Au couché : petite tartine beurrée recouverte d’Oignon cru hachée.

Par exemple à la campagne, la soupe à l’Oignon est à l’honneur le lendemain de ripailles.

Purée d’Oignons : faire cuire les Oignon dans de l’eau ; quand ils sont bien à point, les écraser, saler légèrement et ajouter un peu de beurre.

On peut poser en principe qu’on utilisera l’Oignon cru toutes les fois que l’on voudra agir sur la vessie, les reins ; et l’Oignon cuit quand il s’agira de soigner l’estomac ou l’intestin.

Un Oignon coupé et laissé quelque temps à l’air s’oxyde et devient nocif ; il ne faut donc jamais mettre en réserve pour un usage ultérieur un Oignon coupé dont on a utilisé une partie.
Pour éplucher un Oignon sans pleurer, il suffit de l’éplucher sous l’eau : pour économiser l’eau du robinet, on peut plonger l’Oignon dans une cuvette d’eau et l’éplucher ainsi.

Pour palier le problème de l’haleine, on peut mâcher un peu de pain sec ou de persil, ou encore en se rinçant la bouche avec de l’eau additionnée d’alcool de menthe.
Pour l’odeur sur les mains, les frotter au gros sel et les rincer à l’eau tiède.

La liste des bienfaits de l’Oignon est infinie, il peut même détruire des vers du bois ou tarets, redonner de l’éclat à une ceinture ou à un sac en vernis ; et quasiment nettoyer les cuivres, le nickel, les vitres, le fourneau de cuisine ancienne, sans compter son pouvoir d’encre sympathique (encre invisible qui n’apparaît qu’en chauffant).
[Tous ces conseils sont issus d’un livre de Léonce CARLIER : Les Légumes et les Fruits qui guérissent, Diffusion Nouvelle du Livre, 1957)

Voir aussi la page du site Art de Vivre Sain.
 
 

Dernière mise à jour : 01-12-2009 22:56

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >