Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Véracité du Chronoviseur
Véracité du Chronoviseur Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 30-12-2009 21:59

Pages vues : 7854    

Favoris : 537

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Chronos, Chronoviseur, Couleurs, Fréquence, Images, Rythme, Souffle, Temps, Vibrations

 
Véracité du Chronoviseur
Analogie, Chronoviseur, Écho


Attention, en lisant toutes les pages de ce site plus ou moins reliées sur le sujet
du TEMPS CHRONOS, comme diraient les Orientaux, n’attendez pas à y trouver
un brin d’herbe, mais plutôt toute la prairie !
 
 
Poursuivant les preuves de la véracité du Chronoviseur du Padre Ernetti, voici des preuves supplémentaires non mentionnées dans le livre du Père François Brune : Le Chronoviseur, Machine à explorer le passé.
 
Le passé par rapport au présent, et par la même à l’avenir touche à l’analogie ou reflet ou dans sa variant à l’ombre.
Si le reflet et l’ombre nous sont habituels il n’en est pas de même de l’ÉCHO. L’écho peut surprendre car il y a une distance entre l’émission et la réception, distance dont on se sert dans les radars, et par conséquence l’effet Doppler, et dont se servent naturellement les chauves-souris.

Dans un enregistrement de la voix ou de l’image, celui qui est enregistré ne reconnaît jamais sa voix ou son image... sauf les autres qui le connaissent ! Toutes personnes enregistrées éprouvent, à se réentendre ou à se voir, un vague sentiment de malaise et de doute identitaire. Il y a dans l’écho renvoyé : son ou image, quelque chose qui non seulement n’y répond pas, mais évoque une parole un peu autre (et peut-être lugubre et angoissante). Même si l’écho est le mien, je ne m’y reconnaît pas ou avec difficultés.

En fait l’écho ne répond jamais, mais renvoi toujours la même image ou la même « question ». Rien n’est plus crispant que ce questionnement qui ne peut nourrir que la répétition de sa propre question : effet miroir, reflet. Cet écho renvoie comme le sillon abimé d’un vieux microsillon usée, la ou le diamant de la pointe de lecture à cause du sillon obstrué en est réduit à reproduire sans fin la même brève phrase musicale.

L’écho possède aussi une aptitude à la tautologie, qui fait de sa réponse à la parole dont elle renvoie l’écho une non-réponse.
On lui demande X et elle répond X. L’échange des sons est ainsi une parodie impuissante de dialogue.  On en déduit aisément qu’Écho, à laquelle il est interdit de poser une question puisqu’elle ne peut parler en premier, de par l’arrêt de Junon, est également privée de toute capacité de réponse. Déjà évoqué dans l’article sur la réhabilitation de La Palice, la tautologie possède une grande profondeur. Dans les Métamorphose d’Ovide, le mythe d’Écho de celui de Narcisse donne aussi dans le reflet : « Y a-t-il quelqu’un après moi ? », « Moi », répond Écho. L’effet d’écho devient un quiproquo, et Narcisse de double devient triple : il est « moi, moi et moi ». Moi : Narcisse, moi : reflet, moi : écho. une résonance infinie conforte Narcisse dans l’identité de son être, sans que la nature de celle-ci soit pour autant dévoilée. Une même tautologie d’ordre « échotique » est réservée à Moïse, au mont Sinaï, lorsqu’il est confronté à Dieu qui lui remet les Tables de la Loi, Moïse demande à Dieu : « Qui es-tu ? », Dieu répond : « Je suis qui je suis ». Ces deux exemples de Moïse et de Narcisse sont tirés du livre de Clément Rosset : L’école du réel.

L’aventure sans lendemain de Narcisse et d’Écho entraîne Écho vers un refuge solitaire : elle se cache dans la forêt et abrite son visage accablée de honte, la maigreur dessèche sa peau... il ne lui reste que la voix et les os ; sa voix est intacte, ses os ont pris, dit-on, la forme d’un rocher. Depuis ce temps tout le monde l’entend mais on ne la voit pas. Le corps et l’existence d’Écho sont réduits à la répétition, déformée et tronquée. Écho, une fois dépossédée de sa parole s’évapore dans l’air.

Ainsi cette résonance ouvre la voix à des hallucinations, mais aussi et surtout à des INTERFÉRENCES, puisque la répétition déformée d’une voix, ou de celle d’une autre personne qui s’est fait entendre peut produire des bizarreries. Si ce n’est pas ma voix ou celle d’un voisin qui résonne en face, pourquoi ne serait-elle pas celle de l’âme d’un défunt, d’une amie décédée voir la voix même de Zeus qui savait déjà, à Dodone, se faire entendre par l’intermédiaire du bruissement du vent caressant les feuilles des chênes sacrés ? Et là on rejoins directement les travaux musicaux du Padre Ernetti à ses début. Cette « bizarrerie » de l’écho est somptueusement appuyé par Clément Rosset. Étonnant !

interferences.jpg
 
Contrairement à l’ombre et au reflet, l’écho semble capable de nous orienter dans des directions imprévisibles et étrangères à notre personne. L’écho fonctionne aussi lorsqu’il a été sollicité, il faut le « lancer », le mettre en résonance comme une cloche en bronze ou un cristal de roche que l’on frappe avec un petit marteau (1) . Ce phénomène s’ajoute et rejoint les études du Père Ernetti citées plus haut et les effets Doppler-Fizeau, la phase et non-phase, le polarisation de la lumière, le sens des spirales, etc.
 
 
puce2ab.gif
 

Encore une preuve et pas une preuve du Chronoviseur.

« Ce n’est pas une image juste, c’est juste une image »
(Jean-Luc Godard)


Cette citation de Jean-Luc Godard illustre parfaitement la véracité du Chronoviseur, aussi curieux qu’il n’y paraît ; on pourrait affirmer le contraire ! Et bien non ! cela apporte une preuve supplémentaire, frisant le fantastique, et c’est bien là une affirmation de cette effrayante invention. Comme souvent déjà écrit : tout est signe et donc symbole, la prodigieuse puissance de l’esprit fait le reste.
Pour aller au but, quelles sont les preuves historiques des événements récents que nombre de personnes remettent en cause, et doutent fortement de la justesse : véracité de Jésus de Nazareth, véracité de l’incendie de Rome par Néron, véracité des crimes de Gilles de Rais, véracité des crimes de Hitler, chambres à gaz de la deuxième guerre mondiale, voyage sur la Lune des astronautes américains, 11 septembre 2001, fabrication de la mode du terrorisme, etc. ???

Autrefois l’identité d’un personnage de pouvoir était détenue par son sceau, dans sa bague, ou sur d’autres supports. Depuis la redécouverte de la photographie, elle devenu une certitude du réel, on en a fait la photo d’identité, prouvant « votre existence », mais maintenant avec la mode du terrorisme ça ne suffit plus, il faut « du biométrique » où l’on ne jure plus que par la « reconnaissance faciale », le digital, qui paradoxalement est hautement volatil par rapport à l’analogique. Comme le technicien moderne qui se prend pour un scientifique : il faut des preuves, de plus en plus de preuves ; car tout le monde sens qu’avec le monde technologique qu’on nous prépare, nous nous dirigeons à la vitesse grand V vers le FAUX, vers le règne du traficotage, vers le règne des TRUCAGES (numériques ou autres), trucages ayant existé de tout temps, et dont ne ce sont surtout pas privés les régimes politiques totalitaires, profitant des moyens modernes pour effacer sur les documents officiels les traces photos de leurs opposants ; tout comme les Pharaons faisaient marteler sur les monuments les cartouches des noms de leurs opposants. Rien de nouveau sous le Soleil...

Alors qui me prouve que le Général de Gaulle a existé ? Même filmé sous toutes les coutures, qui me prouve que son existence est aussi réelle que celle de Napoléon Bonaparte, pour lequel nous ne possédons pas de photo puisque pas encore re-découverte (sauf si utilisation du Chronoviseur). Comme l’écrit Clément Rosset dans son livre : L’école du réel, pour un pouvoir il est intéressant « d’arranger » l’histoire, ainsi de Gaulle a été peut-être inventé pour arranger les problèmes du pouvoir de la France de 1944 ! Comme dit Clément Rosset poussant jusqu’à l’absurde sa brillante démonstration : même si j’ai serré la main du Général de Gaulle, qui me dit qu’il ne s’agit pas d’un acteur grimé ?! Là encore vieille ruse connue de tout temps... Et avec l’informatique, les hologrammes, qui me dit que le Président Obama est bien réel ? que ce n’est pas un hologramme ? Là on touche aux technologies militaires destinées à contrôler les esprits, car le contrôle de l’opinion est l’arme la plus importante pour diriger le monde et l’avoir dans sa poche. Après ces poussées de l’histoire jusque dans des retranchements quasiment alchimiques, il n’est pas étonnant que Georges Gurdjieff considère l’être humain comme une machine... Mais cela nous entraînerait trop loin a développer.

Le problème de la photo c’est qu’elle « fixe » l’Instant et que la « réalité » est constamment en mouvement. Alors comment la photo peut être la « reproduction de la réalité ? » C’est bien pour ça que les parents pour se rassurer tentent d’immortaliser l’Instant des premiers pas de leur enfant. En Alchimie le fixe ne peut pas se passer du volatile, même et surtout à la phase soi-disant finale. Tout arrêt signifie la mort, la vie et son après-vie sont mouvement, tout bouge tout le temps. Comme l’écris C. Rosset en citant Hergé et Tintin et le Lotus Bleu : « Haut les mains, ou je vous photographie à bout portant ». Tout est dit dans cette phrase à propos de photographie ! et qui est aussi valable pour le cinéma... Photo et cinéma pouvant rendre seulement « une apparence de réalité », comme si ces techniques poursuivaient une quête rassurante et en racontant une histoire. Le cinéma à pour origine les arts forains, les forains ayant acheté les droits aux Frères Lumière (on ressent toujours cela en regardant un film de la cité de l’industrie de l’entertainment ou culture populaire : Los Angeles).

Il n’en est pas de même pour ce qu’on appelle en France : une nature morte (en anglais : still life : vie immobile, qui est le terme le plus existe, le plus exacte). De par ce que renvoi ce genre de peinture, il ne peut y avoir mort, pour s’en convaincre observez les « still life » de Chardin ; notamment parce qu’il y a tout un énorme travail derrière. Prendre un cliché d’une tranche de la réalité ne relève que de l’Instant et du don du photographe à être réactif à cet Instant
Enfin, le photographe comme l’artiste peintre, et comme le cinéaste doivent offrir aux spectateurs un « regard vivant » ou volatil.
 
 
puce2ab.gif
 

Écho et Rencontre : COÏNCIDENCE

Exemple : mon billet de spectacle de concert porte le même numéro que celui de mon téléphone, j’en conclurais un rapport quelconque entre ces deux cas. Comme dans l’écho, il y a renvoie de la question. Comme l’écho renvoi la perte des objets à leur propriétaire : cas évoqués par l’écrivain Wilhelm von Scholz, et que cite Carl Gustav Jung dans son livre : Synchronicité et Paracelsica. Objet et leur propriétaire abolissant la distance entre eux, et donc le temps ; ils sont comme liés à leur propriétaire ou utilisateur par quelque chose d’affectif, comme un aimant, une onde.
Jung cite une rencontre étonnante ayant aussi rapport évident avec l’Alchimie (dans son principe symbolique et surtout opératif) : au cours d’une séance où une patiente racontais à Jung son rêve, dans un moment décisif à sa guérison : elle rêvait qu’elle recevait un Scarabée d’Or, et tout en écoutant sa patiente, Jung entendit un bruit sur la vitre de sa fenêtre fermée. En dirigeant son regard vers cette fenêtre il vit q’un insecte volant à l’extérieur heurtait la vitre. En ouvrant la fenêtre et attrapant l’insecte en vol, Jung avait là l’analogie la plus proche qu’il soit avec le rêve : c’était un scarabéidé de la famille des lamellicornes, hôte ordinaire des rosiers, un cétoine dorée. Pour Jung ce cas de synchronicité est resté unique (encore un rapport avec l’Alchimie, dans le sens de ce qui est unique, voir extra ordinaire puisque dépendant d’un fait précis).
Ainsi, quand l’âme d’une personne tombe dans un excès d’amour ou et haine, cette personne est capable de modifier les choses qui lui sont assujetties (le labeur d’une Alchimiste sur une matière), par l’expérience on a constaté, je l’ai constaté moi-même,  que « l’excès » relie les choses de façon magique ou mystérieuse, et les modifie profondément (changement de nature). Donc la volonté y a sa part.
 
M. R.



Note.
1. Effet piezo-électrique d’un cristal de roche. Un quartz au repos possède son maillage au calme et de façon absolue. Si on le frappe avec un petit maillet, on compresse ainsi momentanément son maillage, sa structure ; et il se produit alors un éclair de lumière parfaitement visible, et il a émis une onde électrique, mesurable à l’aide d’instrument approprié. Cette propriété était connu des anciens, car souvent on retrouve dans des camps où vécurent les Indiens d’Amérique, des cristaux de quartz qui ont été martelés un grand nombre de fois. Dans l’électronique moderne le cristal de quartz est abondamment employé, et jusque dans nos modestes ordinateurs vibrant à maintenant au moins à 2 giga Hertz. Tout se résume toujours aux vibrations !
En chauffant un cristal il dégage de l’électricité puisque sa structure devient nouvelle (dite béta-quartz), quand il refroidit il devient alpha-quartz. (Voir le livre de Ra Bonewitz : Cristal de Vie).
On peut considérer sans peine que le quartz entre comme pièce essentielle dans la composition d’une machine à explorer le passé et aussi le futur. Le quartz, comme le métal sont une part de l’âme de notre planète, et de ce fait interagissent en un ensemble ; aussi quand on voit ce qu’on a fait du métal, à commencer par des pointes de flèches ! le cycle des guerres s’auto-entretient !

Merci au site Associations Marche, pour la photo du magnifique cadran solaire.
 

Dernière mise à jour : 31-12-2009 18:58

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >