Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Argent et fidèles de la foi de Moïse
Argent et fidèles de la foi de Moïse Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 22-02-2010 00:32

Pages vues : 2944    

Favoris : 172

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Argent, Banques, Business, Esclaves, Industries, Juifs, Sionistes


usine_dollar_juifs.jpg
 
Argent et fidèles de la foi de Moïse
Ou établissement pyramidal - Partie 1


Page dédié à Sébastien Briat, mort assassiné indirectement par le fric du nucléaire
 
 
Suite sur la partie 2
 
Qu'elle est l'organisation cachée qui a 250 fois le budget de la France et se comporte avec ses propres lois comme un État dans l'État ? (Voir la vidéo plus bas). Il est évident qu'il se passe des trucs bizarres en France et surtout aux États-Unis !
 
La France d'avant la dernière guerre mondiale était gouvernée par des financiers attachés à la foi de Moïse. Parlement, presse, radio et cinéma étaient à leur dévotion, et le gouvernement était à leurs ordres. On votait des lois pour satisfaire leurs moindres désirs. On signait des décrets pour les protéger contre des attaques anti-juivistes (le mot antisémite n’a aucun sens, car les sémites n’ont rien à voir là-dedans, aussi j'emprunte l'expression anti-juivisme à Roger Dommergue Polacco de Menasce. Merci à lui). Ce préambule décrivant des événements il y a plus de 60 ans est totalement d'actualité !

« La liberté d’expression démocratique inscrite dans les droits de l’homme, n’est valable que si ce que l’on dit plaît aux Juifs. Dans le cas contraire des juges asservis vous ruineront ». Roger Dommergue P.M.
Dès demain, vous n’aurez plus qu’Internet pour vous défendre, et crier tout haut votre innocence. Tout est infiltré...
« Les ministres ne sont que les commis chargés d’exécuter les ordres des grands banquiers, des pantins dont la Haute Banque tire les ficelles », c’est ce que dénonçait Alexandre Millerand, ancien président de la république, petit-fils d’un ancien bedeau de synagogue.

 

Les banques avant 1945.

Pour éviter les répétitions, il est précisé que beaucoup des créateurs des banques cité ci-dessous possédaient au moins un château, ou un minimum un ou plusieurs hôtels particuliers ; tout comme beaucoup furent Régent de la Banque de France, et surement aussi Francs-maçons. Il y a aussi beaucoup de nobles comtes comtesses et autres ducs, et de gradés chez ces gens là. Qui a dit que la Révolution de 1789 était simplement pour abolir la Monarchie ??? et établir une FRATERNITÉ (l’égalité c’est chose impossible, quant à la liberté...).
NOTE : pour plus de précision, on peut consulter les Archives Nationales sur internet.


- Banque S. Propper & Cie. Elle eut une activité dans le Groupe Empain et le représenta au début du 20è siècle dans la construction du métro parisien (industrie électrique, aujourd’hui : Société parisienne pour l'industrie électrique ‘SPIE’ ). On reste dans les chemins de fer à leur naissance au 19è siècle, mais c’est un véritable sac de nœuds tant les affaires de cette famille de banquiers juifs avait des ramifications dans plusieurs pays et sociétés (le gaz belge par exemple; la société Solvay, etc.), toutes dans le chemins de fer et l’électricité.

- Banque Jacques Gunzburg & Cie. Avant la seconde mondiale, ces banquiers furent de très gros banquiers à Saint-Pétersbourg (entreprise de constructions mécaniques), où ils étaient les correspondants de la banque Rothschild frères (toujours eux) de Paris, de Londres, de Francfort et de Vienne. La familles Gunzburg est apparenté aux Goldschmidt, aux Rothschild, aux Brodsky. Cette banque semble avoir eu à faire avec les Juifs bolcheviks sous le nom de la Société des usines Poutilow (constructions mécaniques), car les transactions bancaires se passaient entre 1914 et 1920, soit en pleine révolution et guerre civile.

- Banque Daniel Dreyfus & Cie. A ne pas confondre avec le Groupe Louis Dreyfus qui fut fondé par Léopold Louis Dreyfus à la fin du 19è siècle (voir plus bas). La banque Daniel Dreyfus fut fondé par Daniel Dreyfus. On y trouve le Comte Jean Pastre représentant cette banque dans de nombreuses sociétés. Bien-sût il possède un château, on peut imaginer le nombres de domestiques nécessaires (voir le film de Jean Renoir : La Règle du Jeu). Un administrateur de cette banque, le Général Louis Maurin, devin ministre de la guerre.

- Banque Thalmann et Cie. Spécula sur les grains. En 1928 la Banque Thalmann devin une société anonyme au capital de 20 millions. Son plus fort actionnaire fut le baron Léon Erlanger. La banque possède des intérêts dans la cristallerie Christofle, la Caisse Générale des Prêts Fonciers, les assurances La Minerve.

- Banque Seligmann et Cie. Dirigée par Roger Seligmann, marié à Jeanne David-Weill, de la famille de la Banque Lazard Frères et ancien régent de la Banque de France.

- Banque Raphaël et Cie. Dirigée par Maurice et Lucien Raphaël. Ici Lucien est marié avec l’héritière de la propriétaire des Grands Magasins du Louvre fondés par Alfred Chauchard, dans un immeuble appartenant aux Frères Pereire, eux aussi Juifs, et responsables en partie du saccage de Paris par Haussmann.

- Banque Louis Dreyfus et Cie. Dirigée par Louis Dreyfus, ancien Consul de Roumanie, décédé en 1940. Cette banque était au début spécialisée dans les affaires d’importation des blés argentins et roumains. En mourant, Charles Louis Dreyfus (frère de Louis) laissa un héritage de deux milliards de francs, soit plus de quatre milliards des francs de 2001. L’activité de cette banque est internationale. Il paraît que cette banque est associé à l’art ? Je n’ai jamais compris comment on pouvait associer art et finance, sauf pour en faire hélas commerce, ou comme autrefois servir de mécène pour faire vivre des artistes, ou tout aussi bien pour financer des restaurations couteuses ; mais en aucun cas pour en faire du commerce...

- Banque Lazard Frères et Cie. Fondée aux États-Unis en 1876 par trois banquiers juifs ashkénazes émigrés aux États-Unis. Cette banque fait dans l’industrie, l’inévitable immobilier, et l’encore plus inévitable pétrole et le gaz (l’énergie qui rapporte). De plus cette banque est connu pour ses prêts à l’État français en accord avec la Banque Morgan. Présidée par le Juifs David-Weill, ancien Régent de la Banque de France, à pour associé son fils Pierre, André Meyer, etc. J. F. Bloch-Lainé est administrateur du Crédit Foncier de l’Indochine, et autres Caisses et banques, la liste est très très longue. André Meyer est en partie à l’origine de la fortune des LVMH (luxe) et Cap Gemini (informatique).

- Banque H. Worms et Cie. Le fondateur fut Hipolyte Worms qui épousa Lewis-Morgan. Cette banque collabora avec les Allemands pendant la seconde guerre mondiale. La banque possédait des intérêts dans les eaux et l’éclairage, Air-France, dans des entreprises hollandaise du pétrole.

- Banque A.  Worms et Cie, à ne pas confondre avec la précédente. Dirigée par Edouard Raphael Worms, lequel a eu à faire avec la justice pour escroqueries à l’aide de faux. Cette banque aurait été propriétaire en partie de Félix Potin. Après passage de quelques temps à la prison de la Santé, Edouard Raphael Worms obtint la Légion d’Honneur ! (sans rire !) et devint administrateur de plusieurs grandes sociétés...

- Banque Heine et Cie. Fondée sous le second empire par les Juifs allemand Armand et Michel Heine, parents du poète révolutionnaire Henri Heine. Michel Heine fut bien-sûr Régent de la Banque de France. ici on fait dans les assurences et courtages, les hypothèques, les messageries africaines, le commerce avec les colonies, etc.

- Banque A. J. Sterne et Cie. Dirigée à l’origine par Antoine Stern, décédé en 1885, ce fut Jacques Stern qui lui succéda et qui épousa la rivale de Sarah Bernhardt : Sophie Croizette. Jacques Stern fut un des fondateurs de Paribas (Banque de Paris et des Pays-Bas), devenu depuis 1999 BNP Paribas.
Chez Stern on fait dans les eau pour l’étranger, le gaz pour la France et aussi l’étranger, les pétroles ça va sans dire, l’éclairage, et bien-sûr la banque possède de nombreux intérêts dans moult affaires industrielles.

- Banque Rothschild Frères
Ah celle là, c’est la plus importante de toute évidemment ! avec son chef Edouard de Rothschild, président du Consistoire Central Israélite de France, allié aux Rothschild de Londres et de Vienne, et aux Sassoon (banquiers juifs des Indes... Ils sont partout ! comme les réplicateurs de Stargate SG1). Puisque je parlais de Révolution française de 1789, révolution idiote, ou plutôt révolution de riches familles voulant le pouvoir du Roi, puisque ce brave Jules Guesde à crié à la tribune de la Chambre des Députés : « Les Rothschild de Paris sont incontestablement les Rois de la République Française »
Chez les Rothschild c’est du lourd : la Compagnie du Nord (chemin de fer) était la propriété personnelle des Rothschild, et ils possédaient d’importants intérêts dans les chemins de fer de l’Est et dans le PLM.
À la nationalisation des chemins de fer en France, un des Rothschild devint naturellement Président du Réseaux Français. Cette banque faisait aussi dans les assurances, les mines de Penarroya, etc.

Augustin Hamon (1862-1945), qui n’est pas précisément un anti-juiviste, écrivait à propos de la Banque Rothschild : « Toute l’économie française, agriculture, industrie, commerce, banques, services concédés, est contrôlée par eux... Ceux-ci sont les maîtres économiques du pays, aussi bien que les maîtres de sa politique intérieur et extérieure. C’est conjointement que toutes ces puissances financières exercent leur pouvoir. mais de tous, les Rothschild nous apparaissent comme les plus puissants ». Les banquiers de la rue Lafitte mettent leur puissance au service de l’impérialisme américano-juif, ou plutôt américano-sioniste.
 
 

Les banques de dépôts ou de crédit, là où on dépose ses économies.

- Crédit Lyonnais, fondé en 1863 par Henri Germain, ancien député. La famille Fabre-Luce était parmi les plus gros actionnaire.

- Comptoir National d’Escomte, contrôlé en partie par les Rothschild et dont le Juif Alfred Bechmann était un des dirigeants pour le compte de la Banque Bechmann.

- Société générale, dont il n’est pas étonnant qu’elle fut fondée sous le second empire (montée en puissance du matérialisme, etc.) par un groupe d’industriels. Un vice-président fut le comte Pierre de Mouy, marié à la petite-fille du banquier juif Michel Goudchaux.

- Banque Nationale du Commerce et de l’Industrie (BNCI), fondée en 1932, dont un directeur fut un certain Salomon ! administré par un autre Juif Pierre Lantz (Banque Adam).

- Société Marseillaise de Crédit Industriel et Commercial (SMC), ou siégeait Faustin-Jouet_Pastre (de la famille Pastre, alliée aux Goldsmidt et aux Rothschild), et Alfred Oppermann.
 
 

Les banques d’affaires.

Elles montent des affaires, remontent ou cassent des entreprises qui sont en mauvaises postures : Citroën fut dépané par Michelin avec le concours du Juif Horace Finaly (trafiquant du blé roumain en 1934/1945), de la Banque Paribas et de la Banque Lazard, et pour les lancer ensuite dans le grand public tout en gardant la main dessus. Horace Finaly finança le Front Populaire, et passa pour le financier de Léon Blum et Vincent Auriol.

Ces banques introduisent aussi sur « le marché » des valeurs estimés plus que de raison, habilement vantées dans la presse financière à leur solde, et qui sont acheté par des pauvres bougres d’épargnants qui ne tardent pas à s’apercevoir qu’ils ont été roulés.
Souvenez-vous de l’affaire de l’emprunt russe : « Prêter à la Russie c’est prêter à la France ». La pauvre Russie n’a pas reçu la moitié des milliards que les banques ont encaissés pour elle. L’autre moitié fut conservée par la haute banque juive et ses filiales à titre de « commission » ou distribuée aux journaux chargés de rabattre la clientèle vers les guichets des établissements de Crédit. La plus active à ce détournement fut Paribas.
À côté de Paribas figurait la Banque de l’Union Parisienne (1874-1904), la Banque Ottomane, la Banque des pays de l’Europe Centrale, toujours avec ses Juifs comme administrateurs, etc.

 

Les banques de prêts et de dépôts.

Elles font des avances sur titres et des prêts aux propriétaires bien-sûr, et aux industriels.
- Caisse générale de Prêts Fonciers et Industriels (devenue la Caisse Générale de Participations Foncières et Industrielles en 1966). Fondée en 1911.
- Crédit Mobilier et Industriel, fondé en 1919 et administré par un membre de la Banque Lazard.
- L’Union Industrielle de Crédit pour la Reconstruction, fondée en 1921, toujours avec des membres de la Banque Lazard.
 
 

Les banques corporatives.

La grosse industrie par ses besoins a constitué des banques corporatives sous le contrôle de la Haute Finance Juive.
- Union Financière pour l’Industrie Électrique, fondée en 1924, et concerne le trust de l’électricité, où on retrouve bien-sûr des Rothschild.
Beaucoup d’autres banques de ces époques tournent toutes autour de l’industrie électrique alors en pleine essor. L’autre trust important de l’époque concerne alors le pétrole et les usines à gaz, mais c’est une autre histoire... Et en ce qui concerne l’énergie, les industriels de notre temps vont se rattraper avec la chimie, les matières premières et surtout la nourriture, car qui contrôle le garde-manger contrôle le monde, c’est bien connu, et pas besoin d’avoir fait une école inférieure ou supérieure pour le comprendre.
 
 

Les banques foncières (de ce qui est en nature, le fond, la base)

- Le Crédit National
- Le Crédit Foncier Franco-Canadien, administré par le Juif M. Stern.
- Le Crédit Foncier de l’Ouest Africain, fondé en 1928, où siégeait J.F. Bloch-Lainé.
- Le Crédit Foncier de l’Indochine, fondé en 1923, toujours avec un Bloch-Lainé à sa tête.
- Le Crédit Foncier Égyptien.
- Le Crédit Hypothécaire de l’Indochine, encore avec un Bloch-Lainé.
- Le Crédit Foncier de France, avec Abel Prouharam, censeur. Encore un établissement fondé sous le second empire ! Il n’y a pas de hasard.
- Le Crédit Foncier de Santa-Fe, dont l’administrateur vient de la Banque Heine.
- La Banque Foncière d’Égypte, contrôlée par la SMC

Étonnant tout cela, dans un pays qui se prétend une république, après avoir fait une révolution en 1789, pour remplacer une monarchie, par le pouvoir monarchique d’un groupe de personnes professant la foi de Moïse, et champions de l’invention et de la manipulation de l’argent. C’est exactement : « pousse-toi de là que je m’y mette ! ». Cela ne vous rappelle rien de ce qui se passe actuellement ?
 
> Suite sur la partie 2

[La documentation sur les banques provient en partie d’un livre de Henry Coston, 1942]
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 23-02-2010 00:02

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2014 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >