Dictature de la Laïcité
 

Ecrit par Sechy, le 07-03-2010 21:35

Pages vues : 7201    

Favoris : 654

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Argent, Banques, Dictature, Division, Guerre, Inquisition, Liberté, Politique, Religions, République


sarko_israel.jpg
 
Dictature de la Laïcité
non pas au Turkmenistan mais en France.


Saint-Barthélemy et Burqa
Travail, Famille, Patrie
 
 
Dans un précédent article je parlais de la dictature avec un grand D au Turkmenistan soutenu par l'entreprise bétonnière Bouygues, triste et tragique régime politique héritage de la religion inverse du stalinisme et du marxisme ; et bien une autre dictature existe et celle-là est républicaine : la laïcité. Cela aboutit, ou risque d'aboutir, à une nouvelle diarrhée législative pour interdire le voile islamique dans les lieux publiques et dans la simple rue. Non pas au Turkmenistan, mais en France. Ainsi en France on risque d'en revenir un peu comme sous Pierre le Grand, dont je parle depuis deux articles, dont celui sur Bouygues, et qui interdisait le port de barbe à la population russe, sous peine de fortes amendes pour celui qui désirait conserver son système pileux.
En France, depuis la Révolution française de 1789, la laïcité est une institution, une culture dominante comme les hétérosexuels sont dominants dans le monde. La laïcité est une entente générale comme si tout le monde était d’accord sans que cette laïcité ait demandé l’avis à quiconque ; puisque on imagine que cette entente, cet accord existe déjà.
 
La laïcité à la française, comme l’explique Emile Poulat, n’est que l’héritage de la catholicité française. E. Poulat ne définit pas cette laïcité par séparation de l’Église et de l’État, mais de façon structurale, par opposition à la catholicité qu’on connaissait sous la royauté. La laïcité à belle et bien prise la place de la catholicité, à cause de l’exclusion que la catholicité réservait à ceux qui n’y adhérait pas, ils étaient privé de nombreux droits ; comme les Juifs et les Protestants. C’est le siècle des lumières qui a fait tout basculer. Comme écrit plus haut, le principe et le paradoxe de la laïcité comportant son propre poison car elle inclut tout le monde, même ses adversaires, même les catholiques qui excluaient les athées. Le combat d’opinions continue, mais en se refusant les armes de l’exclusive (vote, véto), laquelle n’est qu’un confessionnalisme retourné (relatif à une religion).

Comme l’explique Raphaël Liogier à propos de l’État et des sectes : « La laïcité française est un killer en forme de neutralité qui déniera ce qu’elle fait à l’instant où elle le fait, afin de pouvoir en faire plus sans avoir à s’expliquer, puisqu’elle a dénié ce qu’elle était en train de faire ». Tout mouvement minoritaire en France, qui a la prétention de s’aventurer sur le terrain de l’éducation de Jules Ferry, se verra automatiquement, systématiquement considéré comme une secte ; et au mieux de manipulation des jeunes enfants, et au pire de pédophilie. L’État français a le monopole de l’éducation.
Pour le port du voile musulman, L’État et l’opinion forcent à faire croire qu’en portant le voile ces femmes sont inférieures aux hommes. Et plus les femmes voilées défendent leur croyance et apportent des arguments en faveur du port du voile, et plus ont les accusent d’avoir été manipulé. A propos de l’Inquisition en France avec sa laïcité : « Cela montre qu’ils utilisent la démocratie, la liberté de religion et la question des droits de l’homme seulement lorsque cela leur convient », explique une fonctionnaire afghane de 35 ans.
L'État français n'a pas a se mêler de religions, car jusqu'à preuve du contraire, aucun homme du pouvoir politique n'y connait quoi que ce soit ! Ainsi l'État français en arrive à discriminer, comme le catholicisme de la royauté (diviser pour mieux régner).
 
 
Source : France-Info, chronique : Le sens de l'Info, par Michel Polacco, entretien avec Michel Serres : Le voile et la Burqa.

Texte autour et d'après l'entretien :

Pour l'instant les pouvoirs de droite et surtout de gauche hésitent à chier une loi contre le port du voile et de la Burqa, mais l'irritation du colon va leur faire lâcher le paquet bientôt. Cela dépend peut-être des quartiers, mais il faut vraiment faire un effort pour apercevoir une femme voilée en lieu public et encore plus pour voir une femme sous la Burqa.

Michel raconte l'histoire d'un berger qui cherche un mouton égaré, puis sans vraiment le retrouver il tombe sur une tombe où le mort porte à son doigt une magnifique bague. Le berger détrousse le mort et découvre que la bague lui donne le pouvoir d'invisibilité. Comme tout pouvoir ça lui donne un autre genre de diarrhée, et de fil en aiguille il devient un puissant roi...

Invisibilité et identité.
- Serrer la main : comme le Hiéroglyphe égyptien de la main ouverte indiquant la "lettre" D, symbole du "rien de caché" et donc de la manifestation ou monde des accident ou monde où tout reste a faire ; donc en serrant la main à quelqu'un on lui montre sa totale confiance, on lui montre qu'on ne lui veut aucun mal puisque la main n'est pas armé. Pour la deuxième main, on peut serrer l'autre dans ses bras, manifestant aussi le don de soi.

Ainsi l'inverse de la main ouverte est le secret : les voleurs volent la nuit pour ne pas être identifiés, ils volent en cachant leurs empruntes digitales et maintenant ADN, et un peu avant ils volaient en étant masqué.
Ce qui amène au bal masqué, où le jour de Carnaval, un peu comme le jour des fous au Moyen Age, une fois masqué on pouvait se permettre tout ce qui nous inhibait, tout ce qui était refoulé, sans que personne ne s'offusque et ne trouve à redire.

Le masque était hérétique autrefois.
L'homme masqué s'appelait "Personna" (nom des masques que portaient les acteurs de théâtre autrefois), et de la vient le nom personne, le personnage, donc l'identité.

A quoi on reconnaît une personne ?

Principalement à son VISAGE, même pour un aveugle, celui-ci pourra effleurer de ses doigts les traits du visage inconnu. Le visage qui est l'endroit où à la fois nous voyons et où nous sommes vu. Donc l'invisibilité du voleur permet de voir sans être vu.
Nous pouvons changer d'habits, porter un autre nom, mais nous ne pouvons pas changer de visage (sauf ceux qui ont une bonne raison de recourir à la chirurgie esthétique), et c'est pourquoi en droit français, sur les papiers d'identité essentiels, il figure la photo de la personne (en principe infalsifiable), déterminant que c'est bien vous qui faite tel ou tel action lorsqu'on vous demande votre identité. Donc c'est le visage seul qui témoigne de notre identité, le nom ne suffisant plus, encore moins la bague comportant le sceau de tel noble sur un parchemin au Moyen Age (on pouvait tuer ce noble, s'emparer de sa bague, comme l'histoire plus haut, et se déguiser, comme une invisibilité pour prendre une nouvelle identité et s'emparer de l'éternel pouvoir).

L'identité dans l'ancienne Égypte c'est le signifiant lié au signifié, le mot à l'être ou à la chose qu'il signifie. Ainsi écrire le nom d'une personne ou d'une chose (le Verbe des chrétiens), c'était susciter cette personne ou cette chose, lui donner vie, et à l'inverse, détruire (ou masquer) le nom abhorré ou sa représentation équivalait à détruire l'être ou la chose elle-même, ou tout simplement à la rendre invisible... Il n'y a personne ici !

Bien-sûr étant étranger dans le pays dans lequel on vit, et qui nous a accueillit, on doit s'adapter aux coutumes et usages des lieux, c'est la moindre des politesses.
Ainsi dans notre société de l'image, du paraître, du look, l'identité du visage seule compte. Cela ne concerne aucunement une loi, mais le DROIT : selon Michel Serres, qu'est-ce qu'une personne privée, qu'est-ce qu'une personne public ??
Vous, quand vous êtes chez vous, vous êtes une personne privée ; mais le passage au publique, c'est être reconnu dans la rue ou chez des commerçants, ou à la poste. Par conséquence, le visage est le fondement du DROIT, et une personne voilée ou portant la Burqa est une personne privée, et on lui refuse le droit d'être une personne public, elle est voilée et une personne public c'est le visage, c'est donc le fondement du droit, mais pas de la loi. Hors ce que ne dit pas Michel Serres, à cause de la durée de son intervention, c'est : qui n'autorise pas la femme voilée à être une personne publique ? Une pratique religieuse bien-sûr : il ne faut pas qu'un regard impure ou une personne ayant des envies style "besoins de la Nature" porte un regard sur la femme appartenant à cette coutume religieuse.
C'est terriblement ambigu, une brouette de passéisme, et comparable aux dérives russes au début du 17è siècle où désormais il fallait se signer avec trois doigts au lieu de deux ! ce changement provoqua un bain de sang, et l’Église officielle châtia durement les vieux croyants.

Rappel : le DROIT est quelque chose de DIRECTE, comme la déesse égyptienne Maât, comme le système "nerveux" des insectes. Le symbole de la plume sur la tête de Maât représente bien l'aspect DIRECTE, la légèreté, pas d'entrave.

Conclusion :
Comme le dit Michel Serres, du point de vue seulement philosophique, ces pratiques religieuses refusent de permettre aux femmes voilées d'avoir une vie publique (visage découvert), mais si certaines de ces femmes vivent leur foi en toute liberté, pourquoi vouloir leur interdire un vêtement faisant partie de leur coutume, et qui peut à la limite ne gêner qu'elles-mêmes. Par conséquent si en France une loi interdit à seulement quelques femmes le port de voile et de Burqa, c'est une inquisition de plus. D'un côté pour soi-disant protéger les femmes voilées contre leur gré on crie à l'oppression, d'un autre côté on veut interdire un signe de pratique religieuse.
On laisse bien porter la Kippa dans les lieux publics pour les pratiquants de la foi de Moïse, il est vrai que ça ne leur masque pas le visage ! Au "pays de la laïcité" la Kippa a fait évidemment l'objet de discussions ! Certains y voient un "symbole ostentatoire" à l'école publique. A mon école primaire on m'a bien traité de "sale communiste", sous prétexte que j'ai un nom à consonance russe !... toujours le problème de l'identité... nationale ou pas... Monsieur Dupont ou Durand ça passe mieux... Monsieur Rothschild aussi... Alors à propos de laïcité, pourquoi en fait-on tout un plat depuis quelques années seulement autour du fameux repas annuel du CRIF ! a cause de l'Holocauste et du business qui va avec ? Mélange de pouvoir de pratiquant de la foi de Moïse dans le pouvoir de la laïcité. Par la même en poussant plus loin : pourquoi une bombe nucléaire en Israël ? État sioniste hyper agressif, et pourquoi on refuse une bombe nucléaire à l'Iran qui veut se défendre, et jusqu'à présent ne s'est pas montré agressif viv-à-vis du monde ?

Autres dérives de la laïcité.
Une femme politique (Nadine Morano) a critiqué "ces jeunes de banlieues qui portent leur casquette à l'envers" (encore un symbole ostentatoire), et plus loin un autre homme politique a interdit un court moment l'utilisation publique de mots anglais mêlés à la langue française, sous peine d'amende ! Inutile de dire que ça a valsé très vite.

Rappel : dans notre société d'image et de publicité et de mondialisation, le signe "ostentatoire", qui veut dire montrer, un peu comme le totem protecteur autrefois, qui signifiait l'appartenance à une tribut, à un groupe, est dans la logique du matérialisme ambiant, et paradoxalement de la perte de signaux, de références plus ou moins religieuses. Alors vouloir interdire les voiles et autres burqa, c'est illogique !
Mais à cause de la mondialisation, on veut peut-être interdire tous les signes pour en instituer un futur UNIQUE ? Comme le signe de la dictature à tous les étages de Saparmyrat Nyýazow (Turkmenistan).
 
En tout cas, certaines communautés s'en donne à cœur joie : le Service de protection de la Communauté Juive.
Et pourquoi pas une milice des protestants, des musulmans, des catholiques, etc... Et là c'est l'inverse, la laïcité est bafoué ! ou plutôt le pouvoir politique se mélange avec le pouvoir religieux, donc manque plus que l'économique et c'est OK pour un régime communiste de plus ! Quand j'écrivais qu'il suffisait de réunir deux personnes et de leur parler de politique, ou de religion, pour qu'elles se tapent sur la gueule au bout de cinq minutes... ces milices chercherons et entretiendrons la guerre...
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 24-04-2010 23:14

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2021 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved