Étatisme contre Pagans
 

Ecrit par Sechy, le 11-02-2014 20:57

Pages vues : 2965    

Favoris : 448

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, France, Gaule, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Merde, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Terreur, Transformation, Vide, Volonté, Yokaï

 
neter1264.png
Étatisme contre Pagans
ou
La religion du Diable (fric) contre l’Âge d’Or
ou
les Chrétiens contre les Païens
ou
la judéo-franc-maçonnerie contre l’Église de Rome
ou
banques contre peuples
 
 
Étatisme : il repose sur un système économique : la DETTE, dont lui-même et les peuples lui sont soumis. Les peuples sont donc TRIBUTAIRE de l’État et des banques. POSSESSION, accumulation, POUVOIR et ASSERVISSEMENT et DIVISIONS.
À l’inverse : les sociétés sans État : en FAMILLES ou en PAYSAGES, les PAGANS ou PAÏENS, ne reposent pas sur une base économique monétaire, elle est inconcevable. NON POSSESSION, GRATUITÉ. Centrum Centri et Âge d’Or. (Ne pas confondre les Pagans avec les Incas qui avaient un socialisme sans économie mais dont les règles de leur étatisme les privaient de toute liberté individuelle).
 
PAGANS : ceux qui habitent la campagne ou les districts ruraux ; d’où le nom de « paganisme » : anciens cultes de divers groupes de populations. Je préfère le mot Pagan au mot famille ou clan qui renvoie trop à une violence possible. Pagan donnera le mot Paganiste ou Païens : ceux qui habitent la campagne ou les bois, donc quelqu’un qui habite loin des temples situés dans la cité et qui par conséquence était ignorant de la religion étatique et de ses cérémonies. Il échappait ainsi à l’étatisme. On comprendra alors pourquoi les républicains de 1789 appelèrent tous les Français uniquement des CITOYENS, afin de les forcer à adhérer au culte de la future société industrielle et bancaire et la disparition de millénaires d’agriculteurs ou paysans totalement autonomes.
Païen se dit en anglais Heathen, du vieil anglais Heathen qui veut dire : Celui qui vit dans les bruyères et à la campagne. Avec les Juifs qui vivaient dans le désert et n’en avaient rien à foutre de la Nature et de la verdure, et les Chrétiens, Païen est devenu synonyme d’idolâtres !
Les Païens ne sont pas des idolâtres, et les Dieux païens non plus : ils ne sont pas de l’anthropomorphisme, mais pour chaque cas une énergie abstraite, un peu comme les Neter (Hiéroglyphe en haut de page) : les Neter ou trames divines, émanations de la Cause Première, sont l’expression de Principes et fonctions de la Puissance divine se manifestant dans la Nature. Le nom et l’image des Neter figurés par les mythes sont la définition de ces principes et fonctions, offerte au chercheur pour qu’il apprenne à les connaître et à les chercher en lui-même. (Neter ne prend pas de S au pluriel puisque c’est un principe ou un Dieu).
Il y a des Dieux planétaires et divins (Dhyân Chohans ou Devas), parmi lesquels se trouvent aussi nos Egos. « Avec cette exception, et spécialement toutes les fois qu'ils sont représentés par une idole ou au moyen d'une forme anthropomorphisée, les Dieux représentent symboliquement dans les panthéons hindou, égyptien ou chaldéen, des puissances spirituelles sans formes du « Cosmos Invisible [comme les Neter] » (réf. Glossaire Théosophique, de H.P. Blavatsky).

Aujourd’hui, les Chrétiens devraient demander aux Juifs de la finance internationale qui idolâtrent tant leurs comptes bancaires, quel Dieu se cache dans le binaire de leurs algorithmes informatiques faiseurs de miracles (profits) !!! Parce que encore une fois, il s’agit bien de religion, tout comme celle de la « divine » bouteille et autres drogues légales et illégales premières pourvoyeuses de l’économie mondiale (avec le commerce des armes).
Et que dire des idolâtres qui encore de nos jours pratiquent la magie, particulièrement chez les Juifs (Kabbale) : voyez les quand ils touchent leur Mur des Lamentations ! Voyez ce qu’il se passait il y a peu au Vatican avec ses pratiques de magie noire ou blanche, peu importe, et ses prêtres chargés de soigner les sortilèges ou « possédés ».
Un célèbre théologien catholique : Le Nain de Tillemont, affirma dans ses Mémoires (1693) : « Tous les païens illustres sont condamnés aux tourments éternels des feux de l'enfer, parce qu'ils ont vécu avant l'époque de Jésus et, par conséquent, ils ne peuvent bénéficier de la rédemption !! », il complète son opinion en affirmant que c’est vérifié par la Sainte Vierge par une lettre signée à un Saint... My God ! où va se nicher la bêtise et la méchanceté, le racisme et la haine échappant à toute théologie et loi humaine !!! Ces Chrétiens surpassant certains Païens en férocité et en intolérance spirituelle, symptômes du drame de l’opinion.
Saint Augustin écrivait dans ses « Confessions » (1, XII, chap.14) : « Tes ennemis [les Païens], je les hais avec ardeur. Oh, daigne les mettre à mort avec ton épée à deux tranchants, afin qu’ils ne soient plus tes ennemis ; c’est ainsi que j’aime les voir exterminer ». Voilà résumé l’esprit du christianisme dégénéré. Il en est de même chez les Juifs continuant avec leur « peuple élu » ou « fils d’Israël », tous se considérant comme le « salut », la « rédemption ». Ces religions qui devraient ôter la poutre de leur œil avant de retirer la paille dans celui de leur voisin.
« L'élément sexuel est aussi apparent dans le Christianisme que dans n'importe quelle autre "religion païenne" ; mais en tous cas on ne rencontre nulle part dans les Védas, les crudités et l'indécence de langage que les hébraïsants découvrent aujourd'hui dans la Bible Mosaïque », écrit H.P. Blavatsky dans Isis dévoilée.

Dans les sociétés de PAGANS où n’existe pas d’État, mais des chefs sans pouvoir, comme on ne possède pas, on n’a pas de monnaie, on retrouve l’Âge d’Or : beaucoup de conteurs, d’amuseurs publics, de chants et danses, de fêtes ; on dort beaucoup, on rêve beaucoup. Donc on consacre peu de temps à ce qu’aujourd’hui on appelle « travail » (sens de souffrance, sens de l’agriculteur et du salarié des industries et commerces, sens surtout de rentabilité). Chez les Pagans on se déplace beaucoup, alors vient le problème des gens âgés ou malades qui ne peuvent plus se déplacer, aussi il faut les supprimer, car on ne peut pas les transporter (sauf si la technologie était au rendez-vous et permettait une durée de vie au-delà de 40 ans grâce à une médecine par ondes...). Parce que Païns est synonyme de Science : ils connaissaient nécessairement l’électricité, et statique, et dynamique (piles ou mélange de métaux et autres choses produisant de l’énergie), donc ils connaissaient les soins par les ondes et les courants « électriques » (voyez les appareils et travaux : de Georges Lakhovsky, de Antoine Béchamp sur les Microzymas (mise en évidence des microbes bien avant l’escroc Pasteur), Louis Boutard, du pendule paraconique de Maurice Allais, de l’acupuncture des Chinois, de la science du Nombre d’Or, de la Science des Anciens Égyptiens, des Anciens Alchimistes, des mathématiques des Mayas, de l’Astrologie et cosmologie, etc.). Oui, les Anciens et Païens devaient être plus doués en Science que nous avec nos technologies si fragiles ne reposant que sur l’électricité dynamique et la saloperie thermodynamique explosive et à vapeur.

Dans l’étatisme, le chef ou les chefs prenant de plus en plus de pouvoir asservissent les peuples, car l’étatisme entre dans un cycle de pouvoir ou chefs et leurs successeurs commencent par gagner de plus en plus en influence et en « clientèle ». Si la « clientèle » est mécontente, on entre dans un cycle d’escalade : intensifier le prélèvement d’impôts sur les peuples, les obligeant ainsi à travailler plus et produire plus pour retrouver le niveau de vie antérieur. Bref, le drame de la croissance.

Chez les Pagans ce qui assure la liaison entre eux, entre les familles, c’est LA GRATUITÉ ou DON. DONNER ÉVITE LES GUERRES. Donc les Pagans sont synonyme de GÉNÉROSITÉ. Dans ces sociétés la liaison entre peuples est quaternaire : soit on est neutre, soit on s’évite, soit on se fait la guerre, soit on donne et on reçoit. Il n’y a pas d’intermédiaire. Dans les sociétés de l’étatisme, le pouvoir de l’État est une autorité brutale permettant aux « citoyens » ou habitants des cités, donc les sédentaires, d’avoir des relations garanties par l’État (le confort), et donc plus stables que celles des Pagans, mais aussi forcément nettement moins intenses, puisque les contacts chez les Pagans en familles ou districts autonomes sont directes. Chez les Pagans, refuser de donner, ou refuser un cadeau équivaut à déclarer la guerre, c’est refuser l’alliance, l’ACCORD. Par exemple, si des gens ne s’aiment pas, et que l’un d’eux apporte un cadeau, l’autre doit l’accepter et la paix revient naturellement. Aujourd’hui tout ça est salopé par la société de consommation où rien n’est gratuit.

En ce qui concerne les échanges des Pagans liés à la « production », il y en a deux : échange de réciprocité, et échange de redistribution du trop plein.

En ce qui concerne le sens du mot « commerce », chez les Pagans il n’a rien de libre comme on l’entend de nos jours avec le mot « libéralisme » (capitalisme).
L’étatisme est synonyme de puissance, de pouvoir, et donc de TIRER PROFIT : POMPER LE SANG DES PEUPLES ET DE LA TERRE. Depuis le 19è siècle l’étatisme est aux mains des Couilles en Or : Je m’approprie ou je possède, je dépossède ou je vole, puis je prêtes car je construit, j’exploite et j’endette, et surtout je spécule c’est plus confortable. Donc l’étatisme ne porte plus son nom d’État puisqu’il est sous domination du capitalisme, cette nouvelle religion du Saint Fric, LE PARASITISME.
Nous les peuples sommes devenus les esclaves du « marché » et de ses maîtres rentiers.
Consommer l’inutile c’est exister, payer c’est pouvoir, pour-voir ; donc tout est tourné vers l’extérieur comme j’écris souvent, au lieu d’être tourné vers l’intérieur comme au temps des Pagans. Aujourd’hui les humains ne se connaissant que par ce qu’ils possèdent (ma femme, ma maison, ma voiture, etc.) et s’ignorent superbement pour ce qu’il sont (ils ne réalisent pas l’Instant ou Soi). Il est plus que temps de se poser la question : QU’EST-CE QUE L’ÊTRE HUMAIN ?

À ce questionnement vitale, vient celui du drame du mental synonyme de la Chute, de l’ego, parce que le mental ou ego est la SOURCE de tous les maux, et ceux que j’appelle « travailleurs du chapeau », comme toute cette judéo-franc-maçonnerie héritière des ergoteurs Grecs et surtout des champions du travail du chapeau : les TALMUDISTES rabbiniques et leur kabbale phonétique, genre pratique du CALEMBOUR.
Kabbale ou Calembours mènent à la « libre pensée » ou OPINION, la raison, et comme il y a autant d’opinions possibles que d’habitants parce qu’il n’y a pas deux individus qui aient vécu la même série d’événements dans le temporel, donc dans le monde des cinq sens formant en partie le mental, sur cette planète il y a autant d’opinion que d’habitants. Si deux individus ont vécu le même événement, ou interprété la lecture d’un texte ancien, ils ne l’ont pas interprété de la même façon, n’en ont pas tiré la même leçon, ce qui est naturel. Donc c’est du domaine des accidents, et non pas des Essences, de la Source.
Le Christ ou réalisation de l’Instant ou Soi apporte l’Universalité, autrement nommé par Catholicité (et non catholicisme dénotant un système en isme ou opinion).
Le capitalo-socialisme n’est que la maturité de l’opinion conçue comme critère de vérité politique, fait historiquement récent puisque datant de la révolution de 1789. Éclosion d’une maturation dont le début remonte à grossièrement l’époque de la Renaissance (début de l’humanisme, la Réforme, l’imprimerie, la technologie Galilée, etc.). C’est comme cela que nous sommes arrivé au début de l’actuel chaos humain préparant l’holocauste mondial.

CALEMBOUR :
jeu de mots basé sur différents sens entre des mots qui sonne de manière identique, comme : Saint (des Chrétiens), Sein (mamelle), Ceint (entouré), Seing (signature). Ou le trilitère SH.L.M. qui peut signifier : entier, payer, vêtement, salut, mais aussi Salomon !
Le mot Rowney peut être une marque de couleurs d’aquarelles, et inversé : nez-rau, ça peut donner Néron (empereur romain).
On voit donc qu’il y a de quoi se masturber le cerveau, ce qui implique une QUALITÉ D’ÉCOUTE : FAIRE LE VIDE (ou s’abreuver à la Source), et ce ne sera jamais un jeu intellectuel, un jeu d'esprit ou une culture, car il ne s’agit pas de l’interprétation d’un mot selon l’érudition de la personne.
Donc la kabbale est plutôt une masturbation du mental, façon de s’envoyer en l’R (air). Les Isaac Louria, Sabbataï Tsevi sont de typiques travailleurs du chapeau.

Bien-sûr au dessus de l’étatisme se situe maintenant le mondialisme ou Nouvel Ordre Mondial, toujours sous la coupe des mêmes : les Couilles en Or, et leurs suppôts les talmudistes et leurs noachisme compas-équerre mondialiste : sentimentalisme social aberrant et pleurniche de la Shoah. Donc un CACHE-MISÈRE ou un cache de se tourner vers l’intérieur pour éviter le précieux questionnement : QU’EST-CE QUE L’ÊTRE HUMAIN ? C’est cela qui permettra de résoudre en partie le fameux problème de démographie et de ses 7 milliards de Terriens.

Avec l’étatisme apparait le parasitisme ou anti-démocratie : les sociétés secrètes à pouvoir politique genre franc-maçonnerie spéculative comme le Grand Orient de France, GLNF, GLFF, ou GLAMF. Aujourd’hui et depuis au moins cinq siècles le sens du mot secret a été salopé : avant il signifiait MYSTIQUE, maintenant il signifie anti-démocratie ou Diable, ou réseaux comme les Bilderberg et grands groupes industriels. L’étatisme n’a jamais œuvré pour l’intérêt des peuples, d’où son appui sur le secret de quelques sociétés, ce qui ne pouvait pas être le cas chez les Pagans qui avaient intérêt à se soutenir les uns les autres par la gratuité, comme décrit ci-dessus. Aujourd’hui de cette religion du Saint Fric, l’étatisme fait donner du fric aux banques en difficulté (cas de la crise de 2008).

Avec l’étatisme apparaît le mental ou raison, ce qui n’est absolument pas une « évolution » mais LA CHUTE, LA PERTE DE L’ÂGE D’OR, donc une aberration : l’humain possède momentanément la clé mais il ne sait pas s’en servir, d’où encore une fois le nécessaire et salutaire questionnement qui urge : QU’EST-CE QUE L’ÊTRE HUMAIN ? Sinon, arrivera le chaos humain ou holocauste mondial, et après : soit le totalitarisme, ou une certaine libération avec division entre ceux adhérant au nouveau système, et le retour à une forme des Pagans.
L’étatisme entretient la misère des peuples, toujours à cause de la religion du Saint Fric.
L’étatisme c’est l’exemple typique de l’Union Européenne (construction US et Rockefeller) avec son oligarque Van Rompuy nommé à huit clos, donc anti-démocratie dans le thème des réseaux judéo-franc-maçonniques et lobby industriel : fonctionnement au nez et à la barbe des peuples pour mieux les manipuler. Même topo avec les Bilberderg et autres « clubs » où on peut parler de clans dans son sens négatif, surtout que tout ce système de réseaux pyramidales se retrouve chez les Couilles en Or comme Goldman Sachs et les familles Rothschild et Rockefeller. Tout ce système est anti-démocratique, il est TOTALITAIRE, système que j’appelle capitalo-socialiste qui est devenu une RELIGION comme l’explique si bien Jean Coulonval dans Synthèse et Temps Nouveaux ; mais une RELIGION À L’ENVERS, SATANIQUE, où l’opinion ou libre pensée, donc le mental, prend le masque de l’Universel en renversant les rôles : CE SONT LES ACCIDENTS QUI ENGENDRENT LES ESSENCES, c’est la marque absolue du Diable. Le capitalo-socialisme est une catholicité ou universalité en creux, comme l’envers d’un cuivre repoussé. Et le Vatican est pris là-dedans en se pliant au noachisme ou sentimentalisme social aberrant. Hélas, le Vatican comme beaucoup de cuistres est atteint du cancer du pouvoir.


L’étatisme c’est le républicanisme : le politiquement correct, la Novlangue et ses mots/maux valises, dont la trinité laïco-commerciale judéo-maçonnique moderne : liberté-égalité-fraternité. Combien de pauvres cons disent encore en se croyant « libre » : On est en République ! Concrétisant ainsi le règne de l’opinion décrit plus haut. Pas de plus attrape-couillons que le mot de « république » ou « démocratie », car ces mots/maux véhiculent depuis toujours, même du temps des Grecs anciens, l’oligarchie et ses Couilles en Or. Le mot « république » est le pire étatisme que celui de l’ancienne monarchie, à cause du Saint Fric.
Même enfer avec l’Union Européenne qui sonne comme l’ancienne Union Soviétique, mais avec le fric des Goldman Sachs. Cette Europe de la société de consommation qui se résume en cinq règles (d’après Georges Orwell, 1984) :
- Une télévision ou ordinateur perpétuellement allumée (grâce à la fée électricité si fragile).
- Une histoire révisée en permanence puisque dépendante du règne de l’opinion et donc fonction des intérêts idéologiques et politiques du moment (voyez ce qu’on nous cache de la seconde guerre mondiale : gas chambers et autres).
- Une condamnation de la « mal pensance » (aller contre la pensée unique).
- La diabolisation des opposants.
- La manipulation des peuples par les médias et le langage genre Novlangue.

Pas de pire étatisme que depuis la construction de l’opinion pendant la seconde guerre mondiale : voyez l’institutionnalisation de la Shoah ! Ce qui cache une gigantesque fausseté, et appuyé par les lois liberticides : puisque tout le monde le dit alors c’est vrai !!!
Pas de pire étatisme avec la diarrhée législative chiant en permanence des lois amenant sournoisement à la situation de l’URSS des Lénine-Staline.
L’étatisme républicain c’est la violence imposant son inquisition : déni de réalité, déni de débat (voyez qui on censure ou fout à la porte à la télé), déni de cohérence par la diabolisation des opposants. Et recours en masse à la fausseté tout azimut, notamment grâce à la Novlangue ou inversion du sens des mots/maux.

L’étatisme a totalement salopé le sens du mot Europe : héritage culturel et spirituel des Gaulois ou des Celtes. Aujourd’hui et comme en URSS l’Union européenne c’est un BUREAU ou ensemble d’institution politico-bureaucratique à la soviétique et donc politiquement correct et satanique. À la façon soviétique, la destruction des frontières avec ce rêve de normalisation et de standardisation mondiale voulant tout centraliser, comme le veut tout étatisme, divise encore plus les peuples de l’Europe. Par exemple ce sont les Français et les Italiens qui se chamaillent à cause des migrants clandestins de Lampedusa, ou la Suisse votant contre l’immigration de masse se mettant à dos les médias français aux ordres du mondialisme. Bref, l’Union Européenne est un multiplicateur de conflits entre Européens, et un multiplicateur du politiquement correct, donc un jacobinisme (étatisme partisan et intransigeant) à l’échelle du continent, parce qu’elle éloigne les peuples de lieux de décision, ce qui facilite les manipulations ; parce que les décisions sont incompréhensibles à ceux qui ne sont pas de la paroisse.
 
 

Dernière mise à jour : 11-02-2014 21:52

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved