Insanité des droits de l’homme et de
 

Ecrit par Sechy, le 07-07-2014 21:27

Pages vues : 2857    

Favoris : 428

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, France, Gaule, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Merde, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Occulte, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Transformation, Vide, Volonté, Yokaï

 
dollar_roi_pyramide.jpg
 
 
Insanité des droits de l’homme et de
la scolarité républicaine
tous méfaits de l’étatisme,
qu’il soit républicain ou monarchiste,
ou même anarchiste
 
 
LOIS = DIARRHÉE DE COMMUNAUTARISME DU CONSOMMATEUR, terrible maladie de l’après 1789.
Ça commence avec l’article 22 de Robespierre définissant le dogme de l’opinion : « Tous les citoyens [il oublie les gens de la campagne] ont un droit égal de concourir à la nomination des mandataires du peuple et à la formation de la loi ». Même soupe pour tous : « C’est pas d’la soupe c’est du rata, c’est pas d’la merde, mais ça viendra » dit la chanson, et la merde en diarrhée législative vient très vite !
Le bourgeois Robespierre en lançant la mode de l’opinion avec d’autres compères mentalistes ouvrait la voix à la dictature, soit de l’ensemble du peuple, soit d’une ploutocratie, car comme le disent les malades politicards d’aujourd’hui, seule la croissance et le fric comptent, parce que tout ego de l’humain, donc toute propriété, cherche à s’agrandir, et ceux que l’homme d’opinion attire à lui, à ses concepts, sont sa propriété (ses « valeurs » comme ceux de la république ; nous sommes les « valeurs » de la république... donc ses marchandises des ploutocrates). Aujourd’hui tout le monde cherche son confort dans l’esclavage nommé « démocratie ». Merci Mr. Robespierre ! Merci Galilée et ses suiveurs humanistes de la Renaissance imposant le passage de l’esclavage spirituel de l’Église de Rome à l’esclavage du mental et de l’opinion. Quand les humains comprendront QU’ILS NE DÉCIDENT ABSOLUMENT DE RIEN AFIN DE SE LIBÉRER ??! IL N’EXISTE PAS DE « LIBRE PENSÉE », C’EST ENCORE UNE OPINION DU BON PIÈGE DE L’EGO. SEUL LE VIDE LIBÈRE.
 
Les « droits universels de l’homme » et leur complément la scolarité, sont des insanités des killers judéo-maçonniques et des philosophistes perruqués du siècle des lumières et des ergoteries des anciens Grecs, et de nos jours de lobbies de Couilles en Or. Le thème « droit de l’homme » et son complément scolaire (voir vidéo en fin d’article) sont des fabriques d’âmes, des moules à pensée unique imposée, soit des usines à esclaves pour le marché du Cac 40 et de ses succursales aux USA.
La scolarité modèle judéo-maçonnique de Jules Ferry et de sa république est une tyrannie, un pur harcèlement avec outil inquisitorial des examens ou des diplômes.
Hyacinthe Dubreuil écrivait d’ailleurs dans : J’ai fini ma journée : « Notre université forme des hommes qui sont incapables de concevoir qu’on peut accéder à la culture par d’autres moyens que ceux des écoles... » Encore de nos jours être « ouvrier » ou « manuel » est une tare : tous les « étudiants » courent vers la carotte du diplôme et du salaire confortable pour fuir cette déchéance d’être un manuel, un ouvrier ; « ces étudiants surtout préoccupés de s’assurer des occupations où l’on ne travaille pas avec ses mains » (je cite à nouveaux Coulonval).

Du temps de Jules Ferry et jusqu’à environ les années 1970 il y avait une « éducation nationale », aujourd’hui ce n’est plus le cas (voir vidéo en fin d’article) ; un système typiquement pyramidale est installé... avec le salmigondis du politiquement correct nommé « sociétal » : un barbarisme d’opinion de la ploutocratie destiné à détruire les traditions sans demander l’avis du peuple par référendum, qui de toute façon ne servirait pas à grand chose comme tout le monde peut maintenant s’en apercevoir ! Comme bidule « sociétal » nous avons le célèbre « mariage sodomite » des socialistes de hollandie, nous avons aussi leur mode de « l’antiracisme ». Bref, le « sociétal » permet de détourner l’attention du peuple sur les caractères de moins en moins « social », de moins en moins fraternel du système, et relève de la stratégie du viol (principe de la terreur des 1789).

Aujourd’hui la Pyramide du billet de un dollar c’est par exemple l’Union européenne, l’œil qui voit tout au-dessus c’est tel ou tel responsable dont tout le monde ignore le nom pour la bonne raison qu’il ou elle n’a pas été élue par le peuple, qui n’est plus « souverain » depuis longtemps et ne l’a jamais été, n’en déplaise à Robespierre. L’œil au sommet de la pyramide « chapeaute », comme la judéo-maçonnerie genre Grand Orient de France chapeaute la république française, et même d’autres...
L’œil qui voit tout sur le sommet la pyramide est exactement LE ROI ASSIS SUR SON TRÔNE, ce qui prouve que judéo-franc-maçon ou pas, beaucoup de monde rêve encore d’un roi ou d’une reine... C’EST HUMAIN. L’œil qui voit tout au sommet de la pyramide est le prof sur l’estrade derrière son bureau avec le tableau noir ou autre derrière lui (ancienne conception républicaine, car il paraît qu’il y à un « Vatican 2 » de l’éducation nationale où l’autel, pardon, le bureau du prof n’existe plus car il est « confondu » avec ses élèves, certainement pour plus faire plus égalité !)
Évidemment le vrai œil au-dessus de la pyramide c’est le Saint Fric ! qui fait appliquer ses directives, y compris pour l’éducation nationale. Là-haut nous avons par exemple l’OCDE qui décide qui est « rentable » et qui ne l’est pas ! Pauvre Robespierre, il doit mal se retourner dans sa tombe vu qu’il a eut sa tête coupée.
Autre œil qui voit tout : la Table ronde des Industries européennes (ERT European Round Table). Slogan de l’ERT : « L’éducation doit être un service rendu au monde économique ».

« La Culture ! Quelle glu pour les âmes !! » (Jean Coulonval)
L’ENSEIGNE-MENT : « Suivant la belle image de Djalâl ad-Din Rûmi, il m’a fallu construire un nid à la convenance de l’oiseau, et non l’inverse, selon la méthode de « l’étudiant » qui imagine [opinion, ego] construit l’oiseau (philosophie ou système politique) en regardant en filigrane au travers des textes qu’il a ingurgités à l’école, avec pour guides, pour critères, ses appétits sensibles et matériels », écrit Jean Coulonval à propos de son maigre bagage intellectuel en un « Certificat d’études primaires » (qui est aussi mon seul « diplôme » républicain judéo-maçonnique...).

Qu’est-ce que c’est encore l’étatisme ? Mais simplement le fait que les institutions de l’État ajoutent des inégalités artificielles aux « inégalités » naturels (un grand, un gros, un petit, un intelligent, un idiot, un vieux, un jeune, etc.).

Le riche bourgeois Robespierre, tout intelligent qu’il soit, a pondu un pur étatisme, même si son « peuple souverain » a le droit de contester et de virer la chefferie qui ne lui convient plus ; même s’il est écrit dans cette bible droit de l’hommiste : « Toute loi qui viole les droits imprescriptibles de l’homme est essentiellement injuste et tyrannique ; elle n’est point une loi ».
Tout de même conscient de l’étatisme, Robespierre écrit : « Le gouvernement est institué pour faire respecter la volonté générale [qui peut s’avérer la tyrannie du peuple ou de l’opinion ambiante] ; mais les hommes qui gouvernent ont une volonté individuelle [ego], et toute volonté cherche à dominer. Concluez donc que le premier objet de toute constitution doit être de défendre la liberté publique et individuelle contre le gouvernement lui-même ».

Le temps n’est plus à un retour arrière à une monarchie, constitutionnelle ou non (qui a d’ailleurs fait ses preuves depuis plusieurs millénaires) : le temps n’est plus à une république (qui n’a qu’un peu plus de 200 ans) essoufflée comme pas possible à cause notamment de la tyrannie de l’opinion. En ces temps où depuis l’époque de la Renaissance et Galilée où l’humain, sommet de la Création, étant le tout de la création, a pourtant voulu se faire exister par lui-même, et cela uniquement par sa volonté ou opinion (il est un total ami de Lucifer), désormais, il n’existe plus qu’une seule et troisième voix, ce que Jean Coulonval résume d’ailleurs par le titre de son unique livre : SYNTHÈSE ET TEMPS NOUVEAUX, à savoir la synthèse qui est la fin des antagonismes d’opinions, des dilemmes déchirants. « Nous entrons dans le temps de l’Esprit », comme écrit Coulonval, nous entrons indiscutablement dans la période du Soi-Instant de Ramana Maharshi.
Désormais nous entrons dans les temps où l’individu, grâce à la technologie, n’a aucune excuse à ne pas être un SACHANT ; parce que désormais il ne faut plus des croyants, mais des SACHANTS, ceux qui peuvent prendre conscience du « Je suis CE JE SUIS ». C’est-à-dire ne pas être un « homme parmi les homme », mais être une PERSONNE faisant transcender naturellement le dilemme multi-millénaire individualisme-collectivisme, qui est le problème le plus profond de toute cette planète.
La synthèse dans l’Esprit est qualitative, l’uniformité à la Nouvel Ordre Mondial est quantitative (la croissance des malades politicards).

Maintenant, que faisaient les Robespierre et ses suiveurs ? Mais de l’opinion, de l’intellect. Tous ces gens aliènent leur vrai et seul ‘Je’ au profit des perceptions de l’ego, du corps. Ce sont les gens, les perceptions dans le spatio-temporel, conçu par exemple par les évolutionnistes Juifs d’une façon linéaire entre un Adam et un « Royaume », qui dictent au mental ce qu’il doit exprimer. Or ces données de l’histoire ou de la Chronologie tueuse varient d’un instant l’autre en chaque individu, et par conséquence ne peuvent jamais être identiques chez deux individus ; cela par la nature même des choses en ce monde du spatio-temporel ou monde du sensible.
Cependant, l’ego piège par nature, à figer, ossifier, conférer un semblant d’absolu, d’universalité, de valeur « éternelle » à une connaissance basé sur le sensible à l’ego, qui par nature ne peut pas en avoir. Cette singerie d’absolu Coulonval l’appelle « OPINION ». Une opinion qui ne pourra jamais être en sécurité, et qui porte l’angoisse de pouvoir être toujours remise en question. Aussi l’opinion est toujours en position d’attaque, ou de défense. Ainsi l’opinion sera nécessairement sectaire, intolérante. Tout ce qui n’adhère pas à l’opinion « universalisée » communautairement sous le nom de « droit de l’homme », ou de « parti », sera ennemi, et déclaré « terroriste ».

Le Nouvel Ordre Mondial ou Mondialisme est une civilisation bâtie sur le culte de l’opinion formant un agrégat d’individus isolés (les fameux « responsables »), et il y a autant d’opinion qu’il y a d’individus sur cette planète.

Robespierre et ses suiveurs, y compris les Karl Marx & Cie., comme l’Islam né à l’aube du Christianisme eurent le besoin de la communauté sociale, l’Umma. Depuis près de 2000 ans tous ces gens n’en réalisèrent que des caricatures, et certaines très cruelles comme le socialisme des Lénine-Staline-Trotsky. Coulonval écrit que l’Occident chrétien possède avec le dogme trinitaire l’outil adéquat pour réaliser « un véritable Umma », et ne le fait pas. Pourquoi ?
Pour Coulonval, c’est à cause de la terrible dualité temporel-spirituel (séparation État-Église) qui empêche l’Unité divine et la Vraie Paix. L’Umma se trouve bien dans l’Islam qui ne sépare pas le spirituel du temporel. Mais allez dire ça à un républicain occidental, et il vous accusera de fasciste et des suites de noms d’oiseaux que nous connaissons de nos jours dans le politiquement correct !
Coulonval fait une remarque très juste : le marxisme est né du besoin de réconcilier l’homme et l’usine (ce qui était logique dans le 19è siècle s’industrialisant grâce à la montée en puissance des banques), l’ouvrier était alors devenu un robot, une mécanique, une usine à rendement à lui tout seul. Et aujourd’hui encore nous pouvons entendre un inconscient et un manipulé comme François Hollande parler de « croissance », de « pouvoir d’achat », de « compétitivité »... tous poncifs, tous stéréotypes de l’étatisme républicain soumis au Nouvel Ordre Mondial. Ainsi Karl Marx n’a été écouté à grande échelle qu’en URSS ! Et bien-sûr aux USA !!!

Robespierre, quelque soit son intelligence et son égard bienveillant vers le peuple A ÉCHOUÉ ; par ailleurs ne pas oublier qu’il fut un des instigateurs de la TERREUR (incorporant les guerres en Vendée), qui probablement servit de modèle aux Juifs bolcheviques de 1917 en Russie, et plus tard à un Pol Pot.

Si certains minimisent la participation de Robespierre à la Terreur, il a tout de même prononcé ce discours qui est du pur étatisme, du pur socialisme avec son ‘ennemis du peuple’ :
« Le but du gouvernement constitutionnel est de conserver la République ; celui du gouvernement révolutionnaire est de la fonder. [...] Le gouvernement révolutionnaire doit au bon citoyen toute la protection nationale ; il ne doit aux Ennemis du Peuple que la mort. Ces notions suffisent pour expliquer l’origine et la nature des lois que nous appelons révolutionnaires [...]. Si le gouvernement révolutionnaire doit être plus actif dans sa marche et plus libre dans ses mouvements que le gouvernement ordinaire, en est-il moins juste et moins légitime ? Non ; il est appuyé sur la plus sainte de toutes les lois : le salut du Peuple ». Voilà encore une définition de l'opinion.
On croirait aussi entendre un commissaire politique des années 1920 en URSS !
Bref, Robespierre se contredisait sérieusement ! Peut-être à cause du terrible contexte de l’époque très noire et certainement pas « lumineuse », l’époque du Diable.
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 07-07-2014 22:07

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved