Ré-EL
 

Ecrit par Sechy, le 26-10-2017 00:41

Pages vues : 1843    

Favoris : 250

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Banques, Capitalisme, Chrétien, Christ, Civilisation, Dualité, Eau, Ego, Empire, Évolution, Fractale, Gentil, Gratuit, Guerres, Histoire, Huile, Instant, Juif, Laïcité, Langage, Liberté, Loi, Loser, Lucifer, Lumières, Maçon, Mahométan, Médecine, Mental, Microbes, Multiculturalisme, Opinion, Orgie, Ouvrier, Païens, Paix, Pierre, Peste, Radicalisme, Raison, Réalité, Religions, République, Réseaux, Sacrifice, Simple, Socialisme, Spiritualité, Technique, Templiers, Terrorisme, Transhumanisme, Universel, Valeur, Vérité, Vin, Winner

 
rebi_thot.jpg
 
 
Ré-EL
ou
2 fois EL,
donc disparition de Dieu,
il faudra le réinvente par PROJECTION :
LE SALUT (bonne santé ou bon-jour),
ce qui fait tomber dans la dualité,
car s’il y a un bon jour, il y aura
nécessairement un mauvais jour,
loi de l’alternance de la dualité
 
 
Re-produire ou dualité Sujet-Objet.
Comment voulez-vous « reproduire » la Singularité ?
Si vous la reproduisez elle ne sera plus Singularité !
Ainsi il ne peut qu’y avoir UN SEUL DIEU, UN SEUL INSTANT
OU UN SEUL SOI, car s’ils étaient deux, on retrouverait
la dualité où chacun serait limité par ce qui le
distingue de l’autre, aussi aucun ne pourrait être
qualifié d’Instant, de Soi, et par conséquence être immortel.

« L’égalité » dictatoriale imposée à tous par le régime républicain est une illusion de plus : « le même que celui-ci », ce qui annule la Singularité… et invente le temps qui coule : le même ENTRE celui-ci ou ENTRE celui-là ; et invention de la linéarité passé-présent-futur : identification d’un objet ou d’un nom-la-forme vivant entre sa « naissance », sa durée de vie, et sa « mort ». On invente la péremption, surtout en capitalisme.
 
1 - EL ou AL-Khimia (chimie). Khimia en Arabe, du Grec Khémia : magie noire, de la racine Égyptienne Kêm (noir). Kemit : la terre noire ou réunion des 2 contrées d’Égypte. ALCHIMIA : herbe.
2 - KHIMÉRA – KHIMAIRA : CHIMÈRE ou rêve ou monstre mythologique en grec, ou folie. Chimère, c’est le gouffre des représentations imaginaires avec ses dangers. Le Gouffre sans fond.
3 - ALQUIMIE = AL le Soleil EL, principe Divin qui mit E ou tridents du E Trinité. Rassembler le Tout dans le principe/origine à partir de ce principe/origine. EL devrait se prononcer AL. « Or, d’après Higgins, ce mot signifie le Dieu Mithra, le Soleil, le conservateur, le sauveur. Sir Williams Drummond (dans Œdipus judicus, p.350) montre que Beth-EL signifie la Maison du Soleil, en traduction littérale, et non de Dieu. « El, dans la composition de ces noms Chananéens, ne signifie pas Dieu mais Sol. C’est ainsi que la Théologie a défiguré la Théosophie antique et la Science l’ancienne philosophie », écrit H.P. Blavatsky dans Isis dévoilée, vol.1, p.70.

En note de bas de page elle ajoute : « Les premiers Père de l’Église et les théologiens qui les ont suivis se sont trouvés dans l’absolue nécessité de commettre ces pieuses fraudes. C’est évidemment parce que, s’ils avaient laissé subsister le mot AL tel que le donne l’original, il devenait trop clair, sauf pour les initiés, que le Jéhovah de Moïse et le Soleil étaient identiques. Les multitudes ignorant que les anciens hiérophantes ne considéraient le soleil visible que comme un emblème du soleil central invisible et spirituel, auraient alors accusé Moïse, comme l’ont fait d’ailleurs beaucoup de commentateurs, d’adorer les corps planétaires et, en un mot, de s’être rendu coupable de Sabianisme ».
Voilà pour le mot AL, EL.

Quant au Re, déjà au Moyen-Âge, devant une voyelle il indique le recommencement d’un même procès : refonder (rebâtir), régendrer (repousser. Préfixe indiquant le retour à la position antérieure : revenir (retourner au même endroit).
Ne pouvant exister qu’un SEUL RÉ-EL, il manquera toujours à pourvoir le re-connaître, puisqu'une telle re-connaissance implique, par son RE, la dualité sujet-objet ou un extérieur, un autre, que sa propre re-connaissance EXCLUT.
C’est comme si le monde du spatio-temporel devait demeurer étranger au monde qu’il expliquerait ; il ne peut faire corps qu’avec l’expliqué : sujet et objet doivent se marier.
Le système du SALUT (1), mis en place par les 3 religions abrahamistes est totalement contre la Réalisation du Soi ou Instant, le ici et maintenant. En effet, le système du Salut PROJETTE : le Salut ou bonne santé NE DOIT JAMAIS SE RÉALISER ICI ET MAINTENANT : par là même ils inventent une sorte « d’autre », un espace-temps que j’appel HOTC (Histoire-Opinions-Temps qui coule).

Exemple avec la Caverne de Platon (La République VII, 515a-517b)(2) : le prisonnier de la Caverne qui est si habitué à une faible lumière ne gagne rien à en sortir pour se diriger vers la lumière extérieure qui risquerait de le rendre aveugle; Aussi il regagnera bien vite sa Caverne, soit Re-Venir au Ré-EL (illusoire), donc re-tournant aux choses qu’il peut voir (le Pour-Voir (3), l’opinion), ces choses qu’il croirait et aurait de bonnes raisons de croire comme réellement plus « vraies » que celle que l’extérieur peut lui montrer. De plus, passant de la lumière à l’ombre, les yeux du prisonnier devront mettre un temps à se réhabituer à l’état habituel !
Le système du messie est identique à la projection vers le futur : TOUT MESSIE CONSISTE DANS SON ABSENCE, donc que le mental soit CONFORTÉ que la présence du messie reste et restera à venir. On à là la définition même de la CROYANCE, constituant ainsi une Super Carotte pour faire avancer les masses.

Cet a-venir du messie est tout confort, en ce sens qu’il peut suggérer qu’il y aura une fin du monde, un énorme catastrophe  sans effet sur le cours du monde, une extinction inéluctable de toutes choses qui ne compromet pas dans l’Instant (faux) toute chose particulière puisqu’il y a projection, on n’est jamais dans l’Instant. Si Dieu est le Soi ou l’Instant, il est automatiquement caché : vouloir « saisir » l’Instant c’est vouloir attraper l’ombre de sa tête sur le sol (voir la page précédente, partie ombre et Catéchisme occulte en note de fin d’article). Vouloir « saisir » l’Instant c’est vouloir sortir de l’Univers pour le mesurer, pour l’observer... chose impossible.


SALUT, « FIN DES TEMPS » ou ATTENTE D’UN MESSIE = SUPER CAROTTE, CROYANCE (crédit-crédo).

Comme l’Univers est dans le mental, pour le « mesurer », ou lui donner une « identité » (un nom-la-forme), il faudrait pouvoir sortir du mental. Ramana Maharshi dit que l’Univers est le Soi, donc le Tout, et qu’on peut le « voir » une fois réalisé le Soi, comme si effectivement on « sortait » du mental (on le dompte).

Étant Singularité, comment voulez-vous « décliner votre identité » par exhibition d’une « carte d’identité » ? Soit un certificat de « non-identité », sans aussitôt tomber dans la dualité ?
De même la perte de la Vraie Télépathie en passant par le langage oral va « dédoubler » l’être humain, le faire tomber dans la dualité : moi et un autre ; le « Je est un autre » de Rimbaud. Mon identité doit être comme révélé PAR UN AUTRE, comme si moi-même je ne pouvais pas m’identifier, d’où l’extraordinaire winnerisme du SOCIAL. L’extérieur, l’autre, m’apporte le confort ou garantie que je suis réel ! Identification par l’autre et l’expression : « Tu me cherche !? », comme si on allait être pénétré au plus intime de notre être par un autre, et que ça nous enlève tout confort…
Car vouloir m’identifier par moi-même implique de ne jamais identifier ce qui est réel et donc tomber dans la dualité sujet-objet, le Seul Réel étant sans double, il demeure réfractaire à tout SALUT d’identification. LE SALUT DES RELIGIONS ABRAHAMISTES COMBLE CE PARADOXE D’IDENTIFICATION, apparemment sauf pour les Moïse et Cie de la Super Tautologie ‘Je’-Je’ (Je suis ce JE SUIS) ; la redondance indique la présence du Seul Ré-EL.

IDENTIFICATION = FABRIQUER UN TERME INCONNU À COUP DE NOM-LA-FORME.
Le Soi ou Instant est sans complément en miroir, sans complément en reflet, comme l’Univers : il n’existe pas encore de nom-la-forme (caractéristique). Le Seul Re-EL est sans caractéristiques assignables. Il est SPONTANÉ par nature : son « cours ordinaire » est par essence EXTRA-ORDINAIRE en tant que seul de son espèce, donc ANTI-SOCIAL.

L’ignorance est la cause de la diversité. Alors si la diversité résulte de l’ignorance, pas étonnant que le Diable aide à organiser la diversité. C’est-à-dire que le mental s’empare de la diversité, ce qui veut dire que le mental par rapport au Seul Ré-EL est aussi un rapport de pure ignorance. On a là l’illustration de l’Ouroboros, le Serpent qui se mange la queue.

Si la lumière hors de la Caverne de Platon aveugle celui qui en sort, l’expression « siècle des lumières » est totalement trompeuse : plus la lumière éblouie et moins on y voit quelque chose… comme si on était dans la pénombre, ET ON RESTE DANS LA DUALITÉ SUJET-OMBRE ; le monde est-il réel dans la Caverne ? Ou à l’extérieur sous la lumière ? Comme dit Ramana Maharshi à l’entretien 33 : L’apparence d’une chose est réelle pour l’homme qui y croit. Dans la Caverne il y a tout de même une dualité, donc un déplacement entre ombre-lumière… Ce qui rejoint le classique de l’Advaita-vedanta de la corde prise pour un Serpent : on voit dans la pénombre une corde et on la confond avec un serpent. Le soi-disant serpent semble réel, mais son existence est purement illusoire.
De même, en dehors de la Caverne, « on ne peut confondre en plein jour une corde avec un serpent, et que cette corde ne peut être vue dans l’obscurité, ainsi le monde ne peut apparaître ni dans le samâdhi [Maât, direct, contemplation] de l’Être pur, lumineux en soi, ni dans le sommeil ni dans l’évanouissement, etc. Ce n’est que dans la lumière réfléchie (lumière mêlée à l’obscurité ou Connaissance souillée d’ignorance) que le monde, qui n’est pas indépendant de sa source, semble naître, s’épanouir et se dissoudre [rapprochement avec la Caverne de Platon]. Sa diversité ne peut exclure la Réalité, la Source originelle. Il s’agit ici d’un jeu dans lequel le seul et unique Être se multiplie, est objectivé, puis se résorbe. Pour accomplir cela, il doit y avoir une shakti (Pouvoir), et merveilleuse en plus ! Elle ne peut pas non plus être indépendante de son origine. Dans l’Être pur, lumineux en soi, cette shakti ne peut être perçue. Et pourtant, ses activités ne sont que trop bien connue. Que son jeu et sublime ! ». Principe Originel Universel (vibration primordiale donne la lumière réfléchie de sattva ; de là découle l’ego rajasique, puis les noms les formes ou connaissance », explique Ramana Maharshi à l’entretien 323 du 7 janvier 1937.

« Les modes du mental prennent la forme des objets extérieurs et la lumière, réfléchie sur eux, illumine ces objets. Il faut se débarrasser des modes du mental et regarder la lumière qui les illumine [donc sortir de la Caverne…]. Le mental s’apaise alors et la lumière resplendit par elle-même [ce que ne dit pas Platon qui raisonne de façon binaire ou flip-flop]. Le mental changeant (c’est-à-dire le mental associé à rajas = activité et à tamas = obscurité) est communément connu comme le mental. Dépourvu de rajas et de tamas, il est pur et brille par lui-même. C’est la Réalisation du Soi. C’est pourquoi ont dit que le mental est le moyen de l’atteindre », explique Ramana Maharshi à l’entretien 100.

En résumé, les religions du Salut SACRIFIENT L’ASPECT MÉTAPHYSIQUE ET MERVEILLEUX pour en faire des systèmes moraux et politiques afin de SOCIALISER LES MASSES… PAR PROJECTION DE SUPER CAROTTE : égalité devant la loi humaine comme devant la loi divine… Comme si les humains n’étaient pas capables de se prendre en charge eux-mêmes par eux-mêmes. QUI A INTÉRÊT À CELA ? QUI A INTÉRÊT À FOURBIR CETTE SUPER CAROTTE DU SALUT ?


Notes.
1. SALUT : étymologie de sauf, donc d’être en bonne santé, comme s’il en existait une « mauvaise », et ainsi inventer la « souffrance » et la « mort » !

2. Platon et les Grecs posaient une foule de questions comme les enfants. Le Sphinx les symbolise ; il symbolise l’opinion, le dogme. Sphinx, Thème du Dragon du Seuil. Mais Sphinx = mental, donc ego, qui effectivement peut être vaincu par l’ego, le Dragon. En fait il ne peut être vaincu que par le vulgaire : le banal. Un banal inattendu. Sphinx et Platon sont matérialistes ; le Sphinx peut avoir des ailes mais elles ne portent pas. Selon Paul Diel, le Sphinx grec ne désigne que la vanité tyrannique et meurtrière. Si le Sphinx est à la fois mystère et nécessité (d’avancer), il ressemble à une destinée, comme un truc que l’on déroule dans le temps, ce qui rejoint le SALUT-TEMPS QUI COULE.
Quant à l’être humain actuel, comme il se prend pour Dieu et qu’il croit tout connaître puisqu’il invente même l’Univers, soit le matérialisme pur et dur, sous la conduite de Méphistophélès, il se fit à ses cinq sens, donc à son ego. L’humain moderne devra vaincre, et à la fois son ego et Méphistophélès, celui qui cavale partout tel l’argent, parce qu’il a des pieds de bouc ou de cheval. (En référence à Rudolf Steiner : L’homme entre Lucifer et Ahriman).

3. Pour-Voir quasiment décrit dans la République de Platon (VII, 518c-519c) : « N’as-tu pas encore remarqué, au sujet des gens que l’on dit méchants mais habiles, combien perçants sont les yeux de leur misérable petite âme, et avec quelle acuité ils discernent les objets vers lesquels ils se tournent ? Leur âme n’a donc pas une vue faible, mais comme elle est contrainte de servir leur malice, plus sa vue est perçante, plus elle fait de mal ».
À X, 596a, Platon ajoute : « Souvent ceux qui ont la vue faible aperçoivent les objets avant ceux qui l’ont perçante ».


[En haut de page : Thot l’Ibis et langue de Ptah dévoreur de serpents (les négatifs…). Thot, seigneur des émanations de Ré. L’Ibis se perche toujours au sommet (de la pyramide…). E. Macron est-il Thot ? Les Grecs assimilent Thot à Hermès]
 
 

Dernière mise à jour : 26-10-2017 01:21

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved