Seule la Pierre est indivisible
 

Ecrit par Sechy, le 16-07-2018 22:43

Pages vues : 910    

Favoris : 147

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Accident, Alchimie, Allégeance, Banques, Bouche, Capitalisme, Catastrophe, Chan, Chimère, Christ, Circoncision, Confort, Corps, Démiurge, Démocratie, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Fétiche, Gordiasade, Gratuit, Grégaire, Guerre, Humain, Information, Innocence, Instant, Intelligence, Intérêt, Japon, Jardin, Juif, Klan, Lait, Langage, Langue, Liberté, Lucifer, Matrice, Maux, Méditation, Mental, Migrant, Morale, Mort, Mot, Nature, Occident, Opinion, Orient, Panique, Paradis, Phallus, Pied, Pierre, Poisson, Porte, Privilège, Puce, République, Réseaux, Rêve, Rien, Sagesse, Simple, Social, Soi, Souffrance, Souvenir, Spiritualité, TAO, Temps, Vérité, Vide, Vieux, Viscères, washingtonisme, Yokaï

 
pyrite4_460.jpg
 
 
Seule la Pierre est indivisible
pas la république !
La Pierre non taillée ou Soi,
au Un est le Tout.


LA PIERRE LIBÉRÉE DU MENTAL.
ELLE NE PÈSE PLUS RIEN TOUT EN ÉTANT CE TOUT.
 
 
”Une fois abandonnées toutes les divisions, seul demeure l’indivisible. Il est pur, unique, sans commencement et sans fin. On lui donne le nom de Brahman” (YV VI 2, 45). Celui qui a renoncé aux désirs de s’enrichir, d’épouser une femme et de connaître les objets du monde, repose dans le Soi suprême. Quand même la division entre le mental et la Conscience infinie s’estompe, alors toute division se fond en néant. Après quoi on existe dans l’Être suprême à la façon dont l’image qui n’est pas sculptée existe dans le bloc de marbre [C’est moi qui souligne cette parfaite définition de la Conscience infinie, l’ayant expérimenté en sculpture sur pierre d’un bloc de Calcaire : accord, bon ou mauvais, entre la Pierre objet et le Sculpteur sujet, et s’il n’y avait pas entente, l’objet-Pierre me le faisait savoir : ce n'est pas moi qui commandait !… La Conscience infinie ou Centrum Centri est bien nulle part… et résonne partout au sens de non-endroit. À ce niveau rien n’est autant non-dualité que la TAUTOLOGIE concernant cette remarque sur la Pierre ! Tautologie, sorte de killer de la logique, un pied de nez à la logique] ».
 
Le Soi ou le Tout étant nulle part et en même temps « partout » (sens de non-spatio-temporel), le RÉSULTAT SOCIAL de la victoire du football 2018 par des joueurs « français » (plutôt modèle Jacques Attali du « Unie dans la diversité » ou « Nomadisme-nationaliste ») est hautement inquiétant et révèle le symptôme de grave maladie de notre civilisation humaine en son entier, icelle étant désormais gravement déséquilibrée. C’est le plaisir qui cache la souffrance comme l’arbre qui cache la forêt.
« Unie dans la diversité » identique au « premier de cordé » ou winner du macronisme technocrate qui sert de moteur au poussif loser ! Ce qui amplifie l’antique dilemme politique Individualisme-Collectivisme.
Par exemple, avant l’invention en Europe du Purgatoire (un état d’être et non un « lieu »), entre 1150 et 1205 environ, lors de fêtes destinées à nettoyer le trop plein du mental, les gens faisaient l’amour jusque dans les cimetières pour conjurer la mort. De nos jours pour se décharger du poids de cacophonie de cette civilisation, les gens ne font plus l’amour partout alentours mais cassent des voitures et pillent des magasins, symptômes de cette civilisation hyper matérialiste où seul l’argent est devenu l’idolâtrie suprême ; merci les Talmudistes et leurs ancêtres les marchands hébreux du temple, merci les usuriers juifs !
Faire l’amour dans les cimetières sera bien-sûr interdit par l’Église vers la fin de l’an 900.

L’être humain actuel prisonnier de l’HOTC (Histoire-Opinions-Temps qui coule) ne sait même plus rêver PAR LUI-MÊME, ce qui n’est pas étonnant puisque le christianisme a détruit l’oniromancie savante antique et réprime ou refuse les pratiques « païennes » populaires de divination. Le sentier des rêves est bloqué, les cauchemars vont naître, et tout au long du Moyen-Âge les êtres humains en souffriront jusqu’à récupération (voir Jacques le Goff : Un autre Moyen-Âge, chapitre : Les au-delàs avant le Purgatoire).

L’idéation ou le CERF ou le mental prisonnier de la jungle des opinions et des préjugés. Le Cerf vient se réfugier sous l’Arbre de la méditation ; mais il est harcelé. « Tentant de se sauver, il se cache dans les buissons épineux du corps. Cet effort considérable consume ses énergies. Courant ça et là dans la forêt du samsara [monde des phénomènes et des noms-les-formes], harassé par les vents des vâsanâs [tendances latentes] et brûlé par la chaleur du sentiment de l’ego, le Cerf est affligé par des souffrances sans fin », dit Vasistha.
Bref, Le Cerf pour remédier à tous ces maux imagine en son mental, différents modes de conduites qui s’avèrent inefficaces. Il n’a pas connaissance du Soi.

Ce Cerf-mental a perdu toute conscience sous l’effet de « l’exhalaison toxique des plaisirs mondains et de l’envie irrésistible d’y goûter. Il est consumé par le feu de la colère. Il est desséché par les soucis et les angoisses. Il est poursuivi par le tigre de la pauvreté. Il tombe dans le piège de l’attachement. Son cœur est brisé par la frustration de son orgueil.
”À un certain stade, ce Cerf se détourne de tout cela et cherche refuge auprès d’un arbre [Arbre de Vie où la modalité humaine s’y trouve à l’état de germes et de semences] où il brille alors de tout son éclat” (YV VI 2, 44). On ne peut connaître la Félicité que dans l’état inconditionné de la Conscience, et on ne peut y parvenir qu’à l’ombre de l’Arbre du samadhi ou de la méditation ».

Au bout d’un temps l’Arbre de la méditation produit un fruit. Le Cerf renonce à toute quête et grimpe à l’Arbre pour saisir le fruit. Alors il abandonne les modes de pensée du monde et n’en envisage plus la vie abjecte.
Toutes les fois que lui remonte le souvenir de son passé, le Cerf se comporte comme l’enfançon du Taoïste (embryon d’immortalité) : il éclate de rire ! C’est-à-dire que la sainteté du vrai Taoïste ne doit pas être reconnue (absence de noms-les-formes), mais sa parfaite simplicité ou délivrance de son mental lui donne l’apparence d’un sot (voir le Verset 20 du Tao-tö king). Donc le Cerf ou mental percevant au dedans ses propres états passés d’ignorance en rit. « Il voit sa propre épouse et ses enfants, etc. et se moque d’eux comme on le ferait de parents dans une vie antérieure ou de gens apparus en rêve. Toutes les activités fondées sur l’attachement et l’aversion [donc sur l’opinion], la peur et la vanité, l’orgueil et l’illusion, lui apparaissent comme sorties tout droit d’une pièce de théâtre [monde ou société du spectacle-spectre illusion]. Considérant les expériences passagères de ce monde, il rit d’un air de dérision, sachant qu’elle ressemblent à ce que vit un fou », exprime si justement Vasistha.

« Quand la conscience de l’objet est vue comme pure Conscience, laquelle est éternelle, on appelle cela l’état de Félicité ».
« L’ignorance est le mouvement du soi en direction des objets. Il est certain qu’un tel mouvement ne se produit que chez l’ignorant : qui a goûté au nectar ne se tourne jamais vers ce qui est amer. Voilà pourquoi, dans le cas des sages, la méditation devient naturelle et ne nécessite aucun effort. Quand il n’y a pas d’envie, le Soi n’est jamais abandonné. Ou, quand le mental se dilate au point d’englober l’univers tout entier, là encore, le Soi n’est pas abandonné. Un chose est sûre : tant qu’on n’a pas atteint la connaissance de soi, il est besoin de faire beaucoup d’efforts pour parvenir au samâdhi [absorption totale, contemplation, expérience directe mais temporaire] ».

ÉNERGIE LIBRE : le mental est absorbé dans la suprême Vérité ; l’idéation-Cerf disparaît, « comme une lampe sans combustible. Seule demeure la Vérité suprême. Le mental a obtenu le fruit de la méditation - qui est la connaissance de soi - a la puissance d’un coup de foudre [PAN...]. L’agitation ou mouvement (idéation, vagabondage) caractéristique du mental disparaît, et seule demeure la pure Conscience.
Dans cet état il y a abandon sans effort de tous les désirs, et seule demeure la méditation qui se fait d’elle-même. Tant que Brahman [le Soi] n’est pas réalisé, on n’est pas en mesure de reposer dans le Soi ; en attendant il est impossible d’accéder à la méditation en se contentant de penser au Soi, etc. Une fois la suprême Vérité réalisée, le mental s’en va, qui sait où ; et qui sait comment le conditionnement mental, le karma, et aussi la joie et le désespoir disparaissent. ”On constate alors que le yogi est en état de méditation continue et interrompue, aussi solidement établi en méditation adamantine qu’une montagne” (YV VI 2, 46).

TYRANNIQUE MENTAL.
- Question : Je suis incapable de le faire par moi-même [la méditation sur une seule pensée]. Je suis à la recherche d’une force qui m’aide.
- Maharshi : Oui, c’est ce qu’on appelle la Grâce. De nous-mêmes, nous en sommes incapables parce que le mental est faible. La Grâce est nécessaire. C’est la raison d’être de la sâdhu-sevâ [servir un sage]. Il n’y a cependant rien de nouveau à obtenir. De même qu’un homme faible est dominé par un homme plus fort que lui, ainsi l’esprit faible d’un homme ordinaire est plus facilement contrôlé en présence d’un sâdhu à l’esprit fort. Ce qui EST n’est que la Grâce ; il n’y a rien d’autre ». (Entretien 287).

À suivre…

[En références à : Padamalai, enseignements de Ramana Maharshi recueillis par Muruganar (1890-1973). Et en compagnie de Vasistha (ou Vasishtha), un des grands Sages de l’ère du manvantara. Énorme merci à son traducteur le Swami Venkatesananda (1921-1982)]


Le génie juif. Alors, non, si bon nombre ont foutus et foutent encore un bordel monstrueux partout, ils ne sont pas tous à éliminer comme le rêvait pour son pays Adolphe Hitler ! Comme écrivait Jean Coulonval dans Synthèse et Temps Nouveaux : « Le communisme a été aussi pensé et installé en Russie par des Juifs. Voués par Dieu à la pensée globale, à la synthèse, les Juifs ont tout perverti et, pourtant, ils sont irremplaçables. Le monde a besoin d’eux. Nous entrons historiquement dans l’ère de la Synthèse, la Vraie ».
Ah il est bien ce Rabbi Yosef Tzvi ben Porat. En final il dit presque la même chose que le Saint Vasistha dans le Yoga Vasistha. En définitive le génie est universel, car Il est le Soi…
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 17-07-2018 23:29

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved