Votre pitance, votre salaire
 

Ecrit par Sechy, le 08-09-2018 00:45

Pages vues : 865    

Favoris : 155

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Accident, Alchimie, Allégeance, Banques, Bouche, Capitalisme, Catastrophe, Chan, Chimère, Christ, Circoncision, Conflit, Confort, Conscience, Corde, Corps, Démiurge, Démocratie, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Fétiche, Gordiasade, Gratuit, Grégaire, Guerre, Humain, Ignocratie, Information, Innocence, Instant, Intelligence, Intérêt, Japon, Jardin, Juif, Klan, Lait, Langage, Langue, Liberté, Lucifer, Matrice, Maux, Méditation, Mental, Migrant, Morale, Mort, Mot, Nature, Occident, Opinion, Orient, Paix, Panique, Paradis, Phallus, Pied, Pierre, Poisson, Porte, Privilège, Puce, République, Réseaux, Rêve, Rien, Sagesse, Sel, Simple, Social, Soi, Souffrance, Souvenir, Spiritualité, TAO, Tautologie, Temps, Trouvère, Vérité, Vide, Vieux, Viscères, washingtonisme, Yokaï

 
loup_attaque.jpg
 
 
Votre pitance, votre salaire
ce sel que recevait les soldats en ration,
soit : récolter les fruits de l’action de l’ego
faire commerce ou échanger entre sujet et objet.
Salaire = Fruit de l’action et ego.
COMMERCE = DUALITÉ SPECTATEURS-ACTEURS.
COMMERCE = SENTIMENT D’ÊTRE L’ACTEUR :
« JE FAIS », PARCE QU’IL SE PREND POUR
LE CORPS ET SE CROIT « RESPONSABLE ».
LE CORPS, CELUI QUI EST LIVRÉ À LUI-MÊME
ET QUI RAVAGE TOUT.
 
 
Sale-R : se retrouver salarié de la City de Londres et de ses banques et ses huit familles.
Le Sel comme le Scelle (confirmer) est donc symbole d’unité, d’amitié (sceller), de commun et de partage (fraternité). Mais ce Sel-Scelle-Partage vendu par le capitalo-socialisme issu de 1789 a totalement détruit cette planète car le Sel ça brûle aussi (les Anciens Romains répandaient du Sel sur les terres des villes qu’ils avaient détruites pour rendre leurs sols stériles modèle ”Plus jamais ça”), Salé = Amertume, Déprime. Et ce Scelle-Fraternité de 1789 était fondé uniquement sur l’ego et la propriété, la possession, LA LOURDEUR.
EAU PRIMORDIALE : le grain de sel mêlé à l’eau fond, comme l’ego fond mêlé au Soi. Le Vrai Sel ne peut servir que pour la TRANSMUTATION : Solution (Dissolvant), Catalyseur, Alkaest (sens matériel).
 
Sal-R : la QUESTE ou QUÊTE : chercher, a-teindre, par conséquence subir la dualité sujet-objet. Même Thème pour le mot QUÉRIR, proche de QUERELLE et de PLAINTE qui lui est inhérente : certains groupes de croyances sont particulièrement attachés à cette QUÉRULENCE (terme psychiatrique signifiant une tendance maladive à rechercher les querelles et à revendiquer, d’une manière hors de proportion avec la cause, la réparation d’un préjudice subi, ou imaginaire (cf. Délire de revendication). (Dict. Le Robert). La Quérulence est une forme d’exigence de Sal-R, surtout de récolter des fruits d’une action, LOI DU TALION (amplification du karma et violences sans fin). Cette fixation ou caractéristique de nuques raides se retrouvent surtout chez les croyants, et peut engendrer de terribles violences et guerres (de religions et de meurtres contre les Païens). Les Talmudistes sont particulièrement sensibles à ce COMMERCE de « nuques raides » (les obsédés de la « Loi » et autres droits de l’hommistes), comme le montre Jacques Attali dans : Les Juifs, le monde et l’argent : « Rien n’est bon pour les Juifs si ce n’est bon aussi pour ceux qui les entourent ». Vous avez là la définition même du mot « social » et « réseau », aussi présent dans la judéo-maçonnerie adonhiramite : ”Une cave m’est connue, une lampe m’a éclairé, une source m’a désaltéré”, formulant ainsi la définition du RÉSEAU si virtualisé de nos jours et si dangereux pour la liberté de l’individu. Ces croyants Talmudo-Maçons aspirent à tellement rendre leur « bon » partout qu’ils veulent convertir Dieu à leur croyance, tout comme le facebook du Grand Zorglub qui veut convertir le monde à son nouveau Dieu de la City en réseaux, et dangereux puisque savant fou (rongé jusqu’à l’âme par l’ego et le Faire/Fer talmudiste, ces « nuques raides » coincés dans ”La Loi”).
Les « nuques raides » eurent de la peine à se soumettre à leur Maître Yahvé, tant ils ne cessèrent de le réduire à du spatio-temporel modèle dualiste : « peuple élu » contre non-élu. Ces mêmes « nuques raides » n’hésitèrent pas à « guillotiner » le Christ et Vrai Soi, dont le Royaume n’est pas de ce monde… alors que le leur EST DE CE MONDE…

[SEEL] le Sceau, l’Empreinte.
SEL du Latin SAL : S qui est perfection dans la manifestation et AL le SOLEIL/DIVIN/SPIRITUEL. Sel, la Salée : la Mer.
SALAIRE : le Sel a faillit détrôner l’OR et SEL = pouvoir : longtemps l’impôt de la Gabelle a angoissé les habitants de France.
Sel : résultat/résultante (Mouvement) de l’évaporation d’un liquide (couleur blanche par exemple avec l’évaporation de la sueur sur un linge de couleur sombre), et l’eau de mer en s’évaporant laisse un dépôt de Sel.
Sel extrait par évaporation de l’eau de mer qui brûle, et le Sel conserve les aliments (contraire).


CROYANCE en « Je suis le corps ».

Croyance si présence après 1789 !!!
Prendre le ‘Je’ pour le corps est l’assassina du Soi-Instant, la Seule Réalité qui est notre état naturel. L’ego est le killer, le terroriste du Soi. LA GUERRE AU TERRORISME EST L’ANÉANTISSEMENT DE L’EGO-CORPS. La vie de tromperie vécue à travers le corps et dans ce monde provient de l’idolâtrie que le ‘je’ a pour le corps qui n’est que TÔLE ET BOULONS (si présent dans l’ovnisme et dans l’industrie hollywoodienne de science-fiction ou de fantastique).

La croyance qui prend la perception des cinq sens pour réelle ; le résultat est une agitation mentale qui cherche à assouvir ses désirs de sensations (d’où notamment l’économie mondiale de la drogue).


Échapper à la croyance maladive « Je suis le corps ».

En tout bon sens, ne pas se limiter au corps ! Et tant que la croyance « Je suis le corps » n’est pas tuée, la Vraie Connaissance du Soi est impossible.

L’AVOIR si cher aux Talmudistes et Hébreux commence par l’opinion ‘je’ et ‘mien’ (copyright ou possession, ”l'élu”). La pensée ‘je’ qui est la première à s’élever dans le Cœur est la cause des pensées ‘mien’ et ‘pour moi’ (ce qui donnera après 1789 les « droits d’auteurs » et autres « propriétés intellectuelles »). Ce fut une véritable maladie contagieuse. UNE COLLE FORTE : attachement intérieur du ‘je’ collé au corps, limité au corps ; alors que l’attachement extérieur correspond à « mien », l’opinion selon laquelle les objets appartiennent au ‘je’.

Depuis 1789, difficile de renoncer à l’individualité, et par là-même de retrouver son Soi ! À cause des trinités de celui qui voit, le fait de voir et ce qui est vu ; et celui qui sait, le fait de savoir et ce qui est su. Individualité d’ailleurs déifiée par la devise de l’Union européenne de « Unie dans la diversité », VÉRITABLE JANUS : dont le double visage opposé l’un à l’autre embrasse du regard deux directions totalement contraires, l’opinion de l’identité, du ‘je’, ressemble et confond les deux opinions contraires DU MÊME et DE L’AUTRE : désignant à la fois et contradictoirement ce qui est sans égal, et ce qui est égal à quelque autre chose (comme l’égalitarisme en régime républicain). Bref, paradoxe de penser le même sans penser dans l’Instant à son propre contraire ! Impossible d’imaginer une identification qui ne passerait pas par le biais obligé de la dualité d’un « ne pas être identique », comme en témoigne depuis 1789 la banale Carte d’Identité, qui n’assure de la personne que pour autant elle présente sa Carte comme différente d’une autre (par photo et code, emprunte digitale, etc.), non identique à quelque autre personne que ce soit, garantissant ainsi son « identité » personnelle par l’exhibition d’un certificat de « non-identité »
La Seule Réalité est SINGULARITÉ : il est impossible de la reconnaître en tant que semblable à une autre : d’être icelle même si, et seulement si elle n’est la même de rien. Singularité qui rejoint : « La vérité tout entière ne peut consister en un puzzle de vérités partielles cueillies un peu partout. Le Tout est autre chose et plus que le total des parties ». Ainsi l’identité d’un ceci demeure aussi étranger à la somme de ses égalités possibles, étranger même à une égalité avec son propre Soi ou Ici et Maintenant, l’écart dans l’Instant (j'y reviendrai) de l’un des deux « ceci » étant la marque d’une différence qui suffit à fabriquer de cette identification une affaire d’égalité mais non d’identité ! L’identité du Ceci est d’être Ceci (Vraie Tautologie A EST A ou « Je suis ce JE SUIS »), non d’être identique ou assimilable à quelque Cela que ce soit ; le ‘Je’ est SINGULARITÉ. Bref, la devise de l’Union européenne est une parfaite définition DU GRÉGARISME : TOUS NOUS FOUTRE DANS L’ÉGRÉGORE OU MÉCANISME RÉGNANT ET FABRICANT D’ÂMES.
Donc, connaître notre Vraie Nature est avant tout à renoncer aux trinités ci-dessus qui voilent notre Nature.

Le « Je fais » est l’ignoble sentiment de se croire celui qui agit, et qui prend les instruments du Faire/Fer pour le Être. Le Faire/Fer ou karma, qui évidemment ne peuvent qu’être votre ennemi, SEUL CET ENNEMI EST LE SENTIMENT D’ÊTRE CELUI QUI FAIT (notamment amplifié par le commerce du « droit d’auteur » ou « propriété intellectuelle »). Par conséquence, vivez votre vie tout en ayant entièrement renoncé à cet ennemi qui est soudé à la City de Londres.


SALAIRE, SAL-R : « Aussi longtemps que vous pensez être le travailleur [le salarié et son ”pouvoir d’achat”], vous serez obligé de récolter les fruits de vos actions. Si par contre, vous renoncez et ne reconnaissez votre soi individuel que dans la mesure où il est l’outil du Pouvoir suprême ce Pouvoir Lui-même se chargera à la fois de vos affaires et des fruits de vos actions [sorte de définition de l’énergie libre ou gratuite, ça ne chauffe pas (pas de thermodynamique)]. Ces dernières seront sans effet sur vous et le travail se poursuivra sans entraves. Que vous reconnaissiez ce Pouvoir ou non, le cours de choses n’en est pas modifié pour autant. Seule la perspective est modifiée. Pourquoi devriez-vous porter vos bagages sur la tête quand vous voyager en train ? Celui-ci vous transporte avec vos bagages, qu’ils soient sur votre tête ou sur le sol. Vous ne réduisez en rien la charge du train en les gardant sur la tête, vous ne faites que vous efforcer inutilement. Il en va de même pour le sentiment qu’ont les individus dans le monde d’être ACTEUR », dit le Maharshi.
Seul la cessation du sentiment d’être celui qui agit est l’abandon au Soi. TRAVAILLEZ SANS ATTACHEMENT, dit le Maharshi : « Le travail se poursuivra encore mieux que vous le faisiez avec le sentiment d’être celui qui le fait ».

Le karma c’est comme le Talion : aussi longtemps que persiste l’opinion « Je suis celui qui fait », le karma-talion continuera de s’amplifier et il devra être vécu, subit, par la personne qui se crois l’auteur de ses actions. Quand cette opinion cesse, le karma-talion ne fonctionne plus. Le Maharshi souligne que l’on ne peut pas se soustraire à la responsabilité de ses actions tant quje l’on aura par vécu l’expérience directe du Soi dans laquelle le sentiment d’être un individu a disparu.

COMMENT PEUT-ON EFFACER UNE ACTION PAR UNE AUTRE ? Cela équivaut à l’imbécilité d’un étatisme qui fabrique une loi à chaque problème ; c’est la croissance, c’est sans fin !! « Que vos actions aient été bonnes ou mauvaises, tant que vous aurez l’impression de faire, ou d’agir, vous en expérimenterez les résultats. Quand l’homme a perdu le sentiment ”Je fais”, rien ne l’affecte. À moins de réaliser le Soi, le sentiment ”Je fais” ne s’évanouira jamais », dit le Maharshi.
Être celui qui agit est FAIRE COMMERCE : de communication, et merx, mercis : marchandise-marché ; le tout se résumant par ÉCHANGE (troc), et donc par le « Je suis celui qui agit », maintenant catastrophe mondiale produisant LE SALAIRE ou SEL, le RÉSULTAT ou SOLUTION. C’est ce monde de Hollywood ou de l’ACTEUR, celui qui est COUPÉ de sa source   s’il existe en tant qu’être différent du Soi, toutes ses actions sont des actions et non celles du Soi ; dans ce cas il n’est qu’un ACTEUR (UN HUMANISTE), celui qui agit ou s’agite comme une marionnette.

Mais quand on reconnaît que les actions de l’individu (jiva) sont celles du Soi ou Shiva, alors le jiva et Shiva ne diffèrent en rien.
Le fait de se sentir « responsable », un sentiment faux car possession lié à l’ego, n’existe pas dans l’état réel de la Réalisation du Soi. Quand ce sentiment de « responsabilité » fondé sur l’ego sera détruit, la Félicité du Soi surgira et sera débordante.
Lorsque l’ego qui est venu à l’idée d’être celui qui agit aura été détruit, l’idée de devoir accomplir quelque chose périra avec lui.

[En référence à : Padamalai, enseignements de Ramana Maharshi recueillis par Muruganar (1890-1973)]
 
 

Dernière mise à jour : 08-09-2018 01:18

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved