L’Âge d’Or est toujours là
 

Ecrit par Sechy, le 09-05-2019 21:33

Pages vues : 283    

Favoris : 43

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Alchimie, Amour, Apocalypse, Apparence, Banques, Capitalisme, Carotte, Catastrophe, Chimère, Christ, Confort, Contrat, Corps, Démocratie, Dépendance, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Étoile, Gnostiques, Gratuit, Héros, Histoire, Humain, Idolâtrie, Information, Innocence, Instant, Intérêt, Jardin, Juif, Langage, Liberté, Lucifer, Maux, Méditation, Mental, Miroir, Morale, Mort, Mot, Nature, Occident, Oligarchie, Opinion, Orient, Panique, Paradis, Pierre, Plume, Porte, Ptah, Race, République, Réseaux, Rien, Sagesse, Simple, Social, Soi, Sophisme, Souffrance, Spiritualité, TAO, Temps, Tore, Vérité, Vide, Vieux, Viol, washingtonisme, Yokaï

 
levee_soleil7wb.jpg
 
 
L’Âge d’Or est toujours là
Le Saint Chaos est toujours là.
Seul ce qui est considéré par les humains
comme « ordre » ne peut qu’être
LEUR chaos au même titre qu’ils
considèrent ce qu’ils appellent
« les mauvaises herbes ».

Le chaos des humains est l’équivalent
du fait que durant leur vie ils dorment,
seulement à leur mort ils se réveillent
en retrouvant l’Âge d’Or.
C’est-à-dire que tout ce que les humains
voient dans leur vie terrestre est du même
ordre que les visions contemplées en songe.

Non, non, l’Âge d’Or ce n’est pas l’artifice
de Disney et de Hollywood ou du
spectre-spectacle du politisme occidental.
 
Page sur les « Symbiotes » de la Création (chaque noms-les-formes associés en symbiose du Inné Igné)
 
 
I-MA-ge : I Axe ou Point sur le I pour Involution vers la Création et Manifestation par A-G-E d’Or : MAÂT comme les POINT FOCAUX (acupuncture qui RÉVEIL, ou qui INSTANTE permettant la Stargate vers leur Source Omni-potente).
Point Focal = Zéro Indien, Trou-Moins.
 
Seul le surnaturel et l’insolite, le spontané peut renvoyer une faible idée de l’Âge d’Or, quand régnait, quand règne TOUJOURS le miracle et la métamorphon(s)e essentielle. Car n’importe quel objet peut voler dans les airs ou pénétrer où il veut. Les animaux peuvent selon leur souhait se métamorphiser en humains et l’inverse est aussi facile. Les cultures germent spontanément au même titre que les chairs d’animaux dépecés repoussent dans la « seconde ».

C’est la dimension de la Vraie Vie, sa manifestation toujours éternellement présente qu’ici on appelle « ascension » : Épanchement perpétuellement en attraction en double mouvement Évolution-Involution. C’est pourquoi l’Âge d’Or, PAN, est toujours là, dans ce monde Ici et Maintenant ; l’Âge d’Or ou Saint Chaos existe d’Instant en Instant par rapport à chaque être, à chaque nom-la-forme.
En d’autres mots : NOUS SOMMES ICI ET MAINTENANT DANS LE JARDIN, DANS L’ÂGE D’OR, SUR LE TAPIS VOLANT. Les doigts qui tapent sur le clavier le texte que vous lisez sont DÉJÀ au Paradis, déjà sur le Tapis volant objet typiquement de l’Âge d’Or.

Ce monde ne peut qu’être une apparition de la manifestation divine (épiphanie, vision, image), à la façon de la devise de l’Éveil : « Allé, allé, allé au-delà, allé complètement au-delà, l’Éveil est ainsi », dit le Soûtra du Cœur de la Connaissance transcendante. Une autre devise indienne dit la même chose sous cette forme : « Tu peux sonder la profondeur d’un puits, la profondeur du mental est insondable [toujours à cause de la fractale] ».

RIEN N’EST PAREIL D’UN INSTANT À L’AUTRE et repose sur le Principe Originel Universel : tout est fractal, le fond de l’humanité est UN, qui sera le Thème, ensuite viendront les Variations qui deviendront à leur tour Thèmes, puis Variations devenant encore Thème, et ainsi de suite, mais SANS JAMAIS OUBLIER L’ORIGINE DE CETTE FRACTALE.

« Voir » cela, c’est voir le multiple subsistant dans l’unique, de même que les Essences (Noms divins chez Ibn’Arabi) sont multiples, unique est cependant l’Essence (le Thème) qu’ils modalisent, ainsi que la matière reçoit tous noms-les-formes. Ainsi celui qui con-naît sa Vraie Nature, qui con-naît son Âme est dans la Vraie Vie en l’Être : CELUI-LÀ EST car il con-naît son Essence ou Seigneur ; c’est sa Signature au sens de Jakob Boehme : selon sa fonction épiphanique, son créateur EST sa propre créature, puisqu’il se manifeste tel que sa nature d’Essence éternelle est celle de cette créature, mais en même temps, sans son Créateur-créature, icelui, cette créature, n’est pas dans la Vraie Vie : il n’est que « zombie ».

« Notre œuvre dit Le Trévisan, est composée d’une racine et de deux substances mercurielles (Mercure possédant une animation), qui étant cependant de même nature, se réduisant à un seul Principe ». (Page 402, Dictionnaire Mytho-Hermétique de A.J. Pernety). La Matière ou Mercure est donc composé de deux choses sorties d’une même RACINE. Une Eau et une Terre, qui réunies ne font plus qu’une seule chose et ne se réparent jamais. (Pernety).

Tout étant symbolique, il y a dualité dans l’être : lui et le symbole à interpréter. Créature et Créateur, divinité et humanité, Seigneur et Vassal. Chaque couple constitue le MARIAGE DES CONTRAIRES : et cependant inséparables, car les Contraires se soutiennent l’un et l’autre. Il n’y a pas de « guerre » entre eux. Ne pas isoler, voir l’ensemble ; ce qui pourra être le propre de l’Imagination active comme le rapporte Henry Corbin pour le soufi Abû Sa’îd al-Kharrâz (dans L’Imagination créatrice dans le soufisme d’Ibn’Arabi).

Voir l’ensemble ne veut pas dire : monothéisme ou monisme, idée proprement occidentale et judaïsante. Tel Nom divin comme un Neter (1) ou Seigneur investit l’Essence ou Principe divin qui est sa Signature, réalise en son Essence sa Signification-Source ; l’Être total est l’union de ce Seigneur et de son Fidèle ; d’où chaque Être, comme totalité ou ensemble se présente comme REBIS (RE-BIS).

Il y a comme « deux dimensions » qui se réfèrent à un même Être, mais À LA TOTALITÉ DE CET ÊTRE : ELLES SONT EN MULTIPLICATION SELON LE PRINCIPE DE LA FRACTALE et ne sauraient s’annuler l’une l’autre, ni se confondre, ni se substituer l’une à l’autre ; c’est pourquoi il y a INNÉ ET IGNÉ.
- Inné : Feu inné ou naturel de la Matière ; Feu philosophique décrit par Bernard Le Trévisan : « Faites Feu vaporant, digérant, continuel, non violent, subtil, environné, aéreux, clos, incomburant, altérant. Et, en mon vrai Dieu, je t’ai dit toute la manière du Feu, et récapitule mes mots, mot à mot. Car le Feu est tout, comme tu peux voir par tous les dits Code de toute Vérité ».
- Igné (Mère Gigogne du théâtre de marionnettes, latin Gignere : engendrer) : FEU DE NATURE (interne) ou EAU IGNÉE. Céleste, évolution : est tirée par « artifice » des rayons de Soleil et Lune [signature astrale). Ce Feu est renfermé au centre de tous les corps. « Recueillir cette Eau Ignée par pleine Lune pendant bien 3 printemps » (D’après les Récréations Hermétiques, texte anonyme à cheval entre le 18 et la 19è siècle. Texte important ne serait-ce que par cette simple injonction invitant à la non-dualité : « Ne craignez donc pas de vous livrer à l’étude de notre science… n’attendez surtout aucune preuve de nos dires… »).
Le Feu de Nature est la Racine/Origine du Composé Philosophique. « une étincelle », « un stYmulant » (2).

Chaque Seigneur ayant son vassal ou chaque Créature ayant son Créateur, il est naturel que dans chaque Règne il en soit de même : dans le Règne Végétal chaque plante est à la fois Créature ayant son Créateur qui sera l’Élémental selon l’essence de la plante. Élementals ou Élémentaux : entités protectrices évoluant dans les quatre Règnes : Terre, Air, Feu, Eau, et appelées : Gnomes, Sylphes, Salamandres, Ondines. Ils sont les « Neter »(1) de la Nature ; ils agissent, soit comme agents serviles des lois naturelles, soit utilisés (comme agents) par des esprits désincarnés, purs ou impurs, et par des humains vivants qui les utilisent en magie, sorcellerie, afin de produire des pouvoirs siddhi (pouvoirs surnaturels). Au Japon les Élémentaux sont très présent sous le nom de Yokaï. En Occident on leur donne le nom de : Péris, Djins, Devs, Sylvains, Satyres, Faunes, Elphes, Nains, Korigans, Farfadets, Kobolds, Ondines, Dryades, Goblins, Goules, Dames Blanches, etc.

Chaque Seigneur ayant son vassal : pas de perception sans objet perçu ni d’objet perçu sans un principe qui perçoit. Ainsi Le Temps n’existe que s’il y a quelqu’un pour l’observer, et ainsi le fabriquer, le valoriser. On retrouve ce principe chez Patanjali, à I. 17 : « L’état de samprajnâta [la connaissance de sa Vraie Nature] passe successivement par une saisie discursive, puis subtile, par la félicité et par la pleine conscience de soi-même [dans l’expérience] ». Passe du vagabondage mental et de sa diversité à l’état de Yoga (libération des sens qui retiennent prisonnier). Il est orienté vers un objet choisi jusqu’à sa compréhension totale parce qu’il est étroitement relié à cet objet. De cette Vraie Nature va découler un état de conscience qui transcende l’individualité si funeste. Le mental du sujet devient progressivement transparent jusqu’à refléter avec pureté l’objet de la concentration comme si des voiles ou portes disparaissaient les une après les autres. Chaque nouvelle vision est à l’origine de la suivante jusqu’à la vision parfaite de l’objet, c’est-à-dire « samprajnâta » : JE CONNAIS COMPLÈTEMENT MOI-MÊME, ÉTANT RELIÉ [Seigneur et Vassal, ou Créateur et Créature] ».

Chaque Seigneur a son vassal : le mental-vassal est le fidèle serviteur du Seigneur : le Trouvère, celui qui perçoit le Trou (voir le ”Trou” hors de tout binaire spatio-temporel), le Zéro indien… Exprimé par Patanjali à IV. 34 (final) : « La Liberté absolue est l’absence de production des qualités constitutives de la nature devenues vides d’objet pour le principe de conscience [remplacée par la Félicité] ou bien l’établissement en Elle-même de la [suprême] puissance de la Conscience. Fin ».

« Ayant abandonné tout attachement aux fruits de ses actions, à jamais satisfait, sans aucune sorte de dépendance, il n’agit pas, bien que [par sa nature] il s’engage dans l’action [la non-action est aussi une action] ».
« Quand un homme libéré, délivré de tout attachement [chaine de causes], le mental, le cœur et l’intellect fermement fondés sur la connaissance de soi, fait les œuvres comme sacrifice, toute son activité se dissout [l’action devient désintéressé, il n'y a plus la dualité action-réaction ou travail-salaire, ou châtiment-récompense, il y a GRATUITÉ] » (Bhagavad-Gîtâ, chapitre IV, 20 et 23).

Principe de la Fractale : « Je prends naissance d’âge en âge », dit la Bhagavad-Gîtâ, chapitre IV, 8.


[En haut de page : aquarelle de Michel Roudakoff, Ciel à Montmartre très tôt en hiver en 1967]

Notes.
1. NETER (mot de l’Ancienne Égypte) : principe et fonctions de la puissance divine se manifestant dans la Nature. Cela correspond aux racines situées dans les mondes spirituels. À chaque force et à chaque événement dans ce monde correspond son analogue dans les mondes spirituels qui est sa racine. Ces éléments correspondent exactement de telle sorte que chaque force spirituelle contrôle une seule force qui est sa branche dans ce monde. (Neter ne prend pas de s au pluriel). En Ancienne Égypte il y a 32 Neter.

2. Un stYmulant : se trouver uni dans l’Éternité. Le feu : le mental, la pensée. Y de stYmulant pour le F (Figure, Fin, Fond, Forme) qu’il corrige en fin d’alphabet français. Selon R. Palaysi le Y correspond au V+I (vérité et intelligence, connaissance, Paix) « c’est la réponse aux méfaits de la civilisation, aux fautes du feu », écrit justement René Palaysi, tant ce monde fait des guerres à n’en plus finir depuis déjà de nombreux millénaires, depuis que les États et leurs chefferies furent inventés.
Le Y symbolise la Paix si souvent dessiné un peu partout à l’époque hippie… Le Y de la baguette de Coudrier du sourcier trouvant le « Point d’Eau » (origine), le Point Focal, l’Or, le Soleil, LA PIERRE. Voir aussi le Y de Yoga : union matière et divin ; le Y de Lyre…
Un stYmulant aussi car en rapport avec le développement de la race humaine (« géants bruns et jaunes ») : quatrième vague de vie complètement humaine, mais nettement plus grande que de nos jours. Cela donnera la race actuelle qui forgea le Kali yuga ou âge du péché PAR LA DUALITÉ qui produira la guerre de tous contre tous, ET IRRADIERA DANS LES QUATRE RÈGNES. Kali yuga ou péché du genre : « Nous pouvons choisir » : OPINION EN PRODUCTION DE CHAÎNE SANS FIN DE CAUSES-EFFETS (en démocratie marchande actuelle les gens choisissent énormément selon leur opinion-pouvoir d’achat, donc selon leur croyance, mais encore jamais selon leur non-dualité de Connaissance ou Conscience infinie….).
 
 

Dernière mise à jour : 09-05-2019 22:02

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved