Béni soit le fruit que le Seigneur ouvre
 

Ecrit par Sechy, le 24-06-2019 23:58

Pages vues : 277    

Favoris : 22

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Apocalypse, Apparence, Asservissement, Banques, Capitalisme, Carotte, Catastrophe, Chimère, Christ, Confort, Contrat, Corps, Démocratie, Dépendance, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Étoile, Gnostiques, Gratuit, Héros, Histoire, Humain, Idolâtrie, Information, Innocence, Instant, Intérêt, Jardin, Juif, Langage, Liberté, Lucifer, Maux, Méditation, Mental, Miroir, Morale, Mort, Mot, Nature, Occident, Oligarchie, Opinion, Orient, Panique, Paradis, Pèlerin, Peur, Pierre, Plume, Porte, Ptah, Race, République, Réseaux, Rien, Sagesse, Simple, Social, Soi, Sophisme, Souffrance, Spiritualité, TAO, Temps, Tore, Vérité, Vide, Vieux, Viol, washingtonisme, Yokaï

 
logo_repub_fr_judeomaconicbenisoitlefruit.jpg
 
 
Béni soit le fruit que le Seigneur ouvre
Phrase culte de la série The Handmaid’s tale
qui renvoie le marchandage et la dualité sujet-objet,
qui renvoie la PEUR et cette recherche du
CONFORT à tous pri(s)x par rothschildisation du monde.

La peur ne peut survenir que s’il y a invention du temps :
lorsque le Seul Réel est « proche ».
 
 
 
Pour contrer la peur du Seul Réel cette civilisation humaine va amplifier les INFORMATIONS, tout confort actuel facilité par la technologie informatique, car L’OBJET TERRIFIANT EST IDENTIQUE AU MESSIANISME : UNE « FIN DE TEMPS » OU QUELQUE CHOSE, OU QUELQU’UN AUXQUELS VIENT À MANQUER, POUR TELLE OU TELLE RAISON, UNE IDENTITÉ ASSIGNABLE ET CERTAINE. Paradoxalement cette civilisation fonctionne, en Occident, sur le PRÉSUMÉ, donc sur le non encore identifiable ! Ainsi, n’importe quel objet, n’importe quel humain peut devenir terrifiant-terroriste ; il lui suffit pour cela de ne pas entrer dans le disque dur de l’inconscient collectif, soit il lui suffit de troubler un Instant le confort avec lequel nous fonctionnons sur LA CONSTANTE, LA CONVENTION, qu’une chat est un chat et pas une asperge !
Alors on peut avoir peur des murs, des meubles et des objets complètement familiers.

« QU’EST-CE QUE C’EST ? », OU « QUI EST-CE ? » SONT LE PRINCIPE DE BIG BROTHER DU RÉGIME CAPITALO-RÉPUBLIQUE FONCTIONNANT SUR LA PEUR, FONCTIONNANT SUR L’IDENTITÉ, FONCTIONNANT SUR LA DUALITÉ SUJET-OBJET, SOIT FONCTIONNANT SUR LE DOUBLE, LA COPIE poussant ainsi au « Vivre ensemble » ou socialisme si à la mode après 1789 alors qu’il était si authentique du temps de l’Ancien Régime fonctionnant en PROTECTION contre les difficultés de la vie ici-bas, social que n’a nullement amélioré le machinisme de cette révolution industrielle et mécanique, digitale en tout connecté.

MESSIANISME : la Super Carotte « fin des temps » qui a pour seule condition de son efficacité que cette « fin » ne doit jamais arriver et qu’il faille maintenir les peuples DANS L’HOTC (Histoire-Opinions-Temps qui coule, soit le « meilleur des mondes » où l’on désir quelque chose par la création d’un BESOIN). En d’autres mots/maux : le lien attribué à l’autre doit demeurer le privilège de l’autre ou le mot « fin » sur l’écran.
Parfait exemple de dualité d’une cause avec un effet qui ne doit jamais arriver. Cela renvoie aussi à la Caverne de Platon : le prisonnier qui habitué à une obscurité ne gagne rien à sortir de sa caverne en pleine lumière qui va lui en foutre plein la gueule, ainsi désire-t-il regagner aussitôt sa caverne, c’est-à-dire regagner le CONFORT des choses qu’il peut identifier en bon Big Brother, en bon CONVENTIONNEL.
L’autorité ou énergie de tout messie consiste dans son absence, ou plutôt dans la pensée certifiée que sa présence reste et restera à venir : la Carotte nommée ESPOIR du BÉNI SOIT LE FRUIT QUE LE SEIGNEUR OUVRE.

LA CLANDESTINITÉ EST UNE VARIATION DU THÈME MESSIANISME : LE SECRET COMME LE MYSTÈRE SONT LA BELLE CAROTTE DU NON-IDENTIFIABLE, DU CACHÉ, DONC AUSSI DU MESSIANISME ET DE L’HOTC.
NOUS SAVONS QU’EN RÉGIME CAPITALO-RÉPUBLIQUE (qui rêve d’être « irréprochable »), C’EST L’ÉTAT PROFOND OU SOCIÉTÉS SECRÈTES, DONT LA FINANCE JUIVE INTERNATIONALE DES ROTHSCHILD, QUI DIRIGE CE MONDE.

« La Convention, qui veut instaurer le culte de l’Être suprême, ferme les synagogues, comme les églises, et interdit la pratique de l’hébreux. Tout devient plus facile pour le Directoire, à partir de 1795. De nombreux Juifs du reste de l’Europe et de Constantinople viennent alors s’installer en France. Fortunés pour la plupart, s’exprimant déjà en français, ils forment bientôt une communauté de quelques centaines de familles. À Paris, en 1975, Beer Léon Fould, originaire de Lorraine, fonde la première maison de banque juive à Paris, rue Saint-Georges. Partout où elles passent, les armées révolutionnaires poussent à l’émancipation des Juifs. Ainsi, en octobre 1792, quand elles bombardent Francfort et détruisent en partie le ghetto, elles permettent aux Juifs allemands - en particuliers aux Rothschild - d’en sortir presque fortuitement, les murs détruits n’étant pas remplacés », écrit Jacques Attali, page 422, dans : Les Juifs, le monde et l’argent.

« MAIS C’EST ENCORE UNE FOIS PAR LA BANQUE QUE PASSE POUR L’ESSENTIEL LE RÔLE D’AVANT-GARDE DES JUIFS DANS LA RÉVOLUTION INDUSTRIELLE EUROPÉENNE. À partir des fournisseurs de cours, un petit groupe imaginatif - des banquiers d’affaires - se forme en Allemagne, en France et en Angleterre pour financer les infrastructures publiques et les entreprises privées. les banquiers juifs, depuis deux mille ans experts en prêts [ou usure], en constituent l’avant-garde », écrit Attali page 441. Il précise que la « jurisprudence religieuse » interdit encore à toute banque juive de verser et de percevoir des intérêts entre Juifs…..

Page 453 : « En France, les banques d’affaires juives - Fould, Pereire (qui donnera le boulevard du même nom à Paris), Dreyfus, Lazard, Rothschild, Milhaud, Hass, Bamberg (associé à des banquiers juifs d’Istanbul) : Camondo et Leonino, financent le commerce extérieur et le déficit budgétaire. […] En 1865, cinquante Juifs sont dirigeants de banques à Paris ; en 1865, sur quatre cent quarante patrons d’établissements financiers, ils sont quatre-vingt-quinze, ce qui marque leur apogée ».
Selon Attali, page 464, la doctrine talmudiste qui dit que « Rien n’est bon pour les Juifs si ce n’est bon aussi pour ceux qui les entourent », on les accuse de vouloir détruire ; il est tout de même certain que le capitalisme détruit tout, et que nombre de Talmudistes sont à la tête de Nœuds de cette finance internationale…..

Ces réparateurs du monde (peuple élu ou peuple-prêtres), travailleurs du chapeau circoncis au huitième jour de leur naissance ont une calculette ou un boulier dans le mental. Ils leur faut MAINTENIR L’HOTC, CAR QUAND ON EST ARRIVÉ À LA FIN DES TEMPS, L’ÉVÉNEMENT REDOUTABLE AYANT DÉJÀ EU LIEU, LA PEUR OU L’HOTC N’A DE RAISON D'ÊTRE QU’UN PEU AVANT L’ARRIVÉE, QUAND LE SEUL RÉEL EST INVENTÉ, FABRIQUÉ, COMME « PROCHE ». Un « proche » qui doit le rester toujours, sinon le commerce (juif) s’effondre…

Le « Béni soit le fruit que le Seigneur ouvre » reflète la peur de la mort ; une réaction de PANique à l’égard de quelque chose qui n’est ni loin ni Ici et Maintenant mais loge en une forme de « proximité » ; comme si l’Instant ou la Conscience infinie pouvait être PANique, le TOUT.
Le non-identifiable, l’invisible peut faire peur comme la nuit peut faire peur : tout ce qui est invisible est potentiellement redoutable, alors les Google-transhumanistes vont tout DIGITALISER POUR QUE TOUT DEVIENNE INOFFENSIF OU TOUT CONFORT, FAMILIER (vivre ensemble, grégarisme), COMME SI LA NUIT ET LE NON IDENTIFIABLE RENVOYAIT L’IGNORANCE, ALORS IL FAUT « ÉCLAIRER ». Les Google-transhumanistes veulent abolir la Seule Réalité en tant que menace de devenir la Seule Réalité ! ILS VEULENT ABOLIR SA PROXIMITÉ, SON VOISINAGE, SON « APPROCHE », EN CONTINUANT DE PLUS BEL DANS L’HOTC SOIT-DISANT « ÉCLAIRAGE ».
Comme le remarque Ramana Maharshi à la fin de l’entretien 286 : « Quel est le sens de cette discussion sur la vérité et la fausseté dans le monde qui lui-même est faux ? ».

Peur du monde ? Peur des objets ou d’une personne non identi-fiable ?? Mais les objets existent et le monde avec parce qu’il y a une personne qui les voit et qui ainsi les fabriquent en en prenant connaissance.
Bref, bien que le monde soit souvent déclaré comme faux, il fait bien acheter sa baguette de pain et boire de l’eau pour pour survivre dans ce monde du faux. « C’est comme l’homme qui cherche à satisfaire ses désirs dans le rêve, il y a des désirs et il y a la satisfaction des désirs. La création du rêve a autant d’utilité que le monde de la veille et cependant le rêve n’est pas considéré comme réel », exprime Ramana Maharshi à l’entretien 399.

PARADOXE : l’Instant, le Soi, le Ici et Maintenant, la seule chose en cet Univers à laquelle on ne s’habitue jamais et qu’il n’est pas nécessaire en plus de « bénir » !
Ainsi, un acte libre, spontané, donc ne s’appuyant sur aucune convention et pensée unique, sur aucune autorité, s’il existe, CET ACTE SERA SUSPECT, IL SERA CONTRAIRE À CE QUE LA FRIC/FLIC VEUT ENTENDRE (voir à ce propos la courte série judiciaire sur un drame authentique : When they see Us, racontant une effroyable erreur judiciaire à cause de l’ego raciste de ceux qui avaient le Pour-Voir. L’étatisme est TOUJOURS une effroyable machinerie à broyer les humains, voir ce qu’en savent tous les Robert Faurisson et Alain Soral… )
Contrairement à ce qu’écrit mensongèrement le Wikipédia sur Robert Faurisson, IL NE PEUT PAS EXISTER DE « FAUSSAIRE DE L’HISTOIRE », ou de « MANIPULATION DE L’HISTOIRE », donc de l’HOTC, pour la raison que l’histoire étant une OPINION elle est une pensée conditionnée et DONC UNE MANIPULATION POLITIQUE PERMANENTE DES MASSES, une histoire élaborée à partir d’éléments irrationnels multiples qui fourbiront des « évidences » ou des « faits » sur lesquels reposeront des « principes d’intelligibilité » qu’au final personne ne saurait expliquer ni définir de façon absolue ou définitive.
« Le domaine de l’histoire n’est pas le domaine des « faits » ni, encore moins, celui des « phénomènes ». Il est celui de la reconstitution de l’événement, d’une « re-composition » de ce qui a été « dé-composé » par le temps. L’histoire « re-créé » une durée intellectuelle, un enchaînement logique entre des moments abolis en tant que tels, elle « re-fait » les faits et les déforme d’autant. Il y a des faits proprement dits et scientifiquement observables dans la seule mesure où ces faits peuvent être reproduits dans les mêmes conditions. Le « fait religieux » et le « fait magique » n’existent pas en tant que « phénomènes observables » car, dans les sciences humaines, l’observateur est lui-même engagé dans le système qu’il observe et il y apporte tant d’éléments d’incertitudes que l’on ne saurait accorder quelque crédit à une méthode qui, prétendant décrire « objectivement » les faits historiques, prouve ainsi qu’elle méconnaît et la notion de fait et la notion d’objectivité ». (En référence à René Alleau : Aspects de l’Alchimie Traditionnelle). Donc il ne peut pas exister de « faussaire de l’histoire » ; AUCUN TRIBUNAL DE CETTE JUSTICE HUMAINE NE PEUT POSSÉDER LA VÉRITÉ ; s’il le fait c’est qu’il se prend pour Dieu avec renversement des rôles entre essences et spatio-temporel ou monde des accidents. Un tribunal d’humains fonctionnant suivant la mode du règne de l’opinion prendra son envole avec 1789 sous forme de « vérité politique », ce qui va fourbir plus tard le socialisme de l’URSS qui va se croire posséder la Vérité, ce qui va en faire une religion à l’envers, comme un cuivre repoussé ; un attelage ou une « quatre-chevaux » de la révolution industrielle des Juifs : le socialisme, le freudisme, le washingtonisme, le sionisme. En Sainte Russie à la place du christianisme va naître le socialisme, et en Autriche naître le freudisme.

Si les Talmudistes en tant qu’auto-proclamés « peuple élu » sont des réparateurs du monde, ils en sont logiquement le « salut », mais de ce fait n’en sont-ils pas nécessairement la rothschildisation du monde ?

La politique est la science de la gestion de la communauté humaine, selon l’idée qu’on se fait de l’être humain (au sens générique). Par conséquence, la politique implique, de la part de ceux qui l’exerce, la connaissance des Essences de l’être humain, de son EST, soit une connaissance qui ne peut pas s’acquérir à partir du spatio-temporel, pas plus que l’équerre à centrer (dessin ci-dessous) ne peut définir un centre absolu, géométriquement vrai, un Centrum Centri ou Soi qui évidemment ne peut pas être une opinion.
L’Absolu est ce que toute les religions et régimes politiques nomment « Dieu » ou maintenant « République », l’Être source (démos) de tout l’ex-istant. Besoin d’Absolu aussi bien chez les « civilisés » que chez les « sauvages » ; mais l’humain a toujours été tenté depuis le Néolithique de rechercher cet Absolu au travers du spatio-temporel et qu’il ne semble pas évident de réaliser la perception naturelle du « Je suis ce JE SUIS ». Ainsi les « civilisations » sont toujours construites sur les COMPROMIS entre Absolu et perception par l’ego ou mental. Le règne de l’HOTC comme critère politique a atteint son apogée dogmatique en 1789….


La reconnaissance de Soi ou réalisation de sa Vraie Nature implique de saisir ce qui est impossible à saisir, la prise en charge de soi-même implique paradoxalement le renoncement même à cette prise en charge :
« En cherchant si le mental existe ou non, on s’aperçoit qu’il n’existe pas. C’est là le contrôle du mental. Autrement, si on admet l’existence du mental et qu’on cherche à le contrôler, cela correspond à obliger le mental à se contrôler lui-même, à l’instar d’un voleur se transformant en policier pour procéder à sa propre arrestation. De cette manière, le mental, [ou le capitalisme] continue à subsister, mais échappe à lui-même ». (Entretien 43 de Ramana Maharshi).
 
 

Dernière mise à jour : 25-06-2019 00:31

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved