Mental criminel qui cause tant de problèmes
 

Ecrit par Sechy, le 09-08-2019 23:43

Pages vues : 291    

Favoris : 40

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Apocalypse, Apparence, Asservissement, Banques, Capitalisme, Carotte, Catastrophe, Chimère, Christ, Confort, Contrat, Corps, Démocratie, Dépendance, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Étoile, Gnostiques, Gratuit, Héros, Histoire, Humain, Idolâtrie, Information, Innocence, Instant, Intérêt, Jardin, Juif, Langage, Liberté, Lucifer, Magie, Maux, Méditation, Mental, Miroir, Morale, Mort, Mot, Nature, Occident, Oligarchie, Opinion, Orient, Panique, Paradis, Pèlerin, Peur, Pierre, Plume, Porte, Ptah, Race, République, Réseaux, Rien, Sagesse, Silence, Simple, Social, Soi, Sophisme, Souffrance, Spiritualité, TAO, Temps, Tore, Ulysse, Vérité, Vide, Vieux, Viol, washingtonisme, Yokaï

 
guignol_de_lyon_valeur.jpg
 
 
Mental criminel qui cause tant de problèmes
notamment qui a inventé Dieu, donc qui a inventé
la valeur et sa conséquence ou effet : le voleur.
Donner une valeur au métal Or c’était directement
inventer la banque, la Bourse, la City, inventer
la police, la justice et l’armée pour garder
ces « valeurs » des gens des biens (de bien),
y compris en politisme pour garder
ces « valeurs de la république »…
Sans l’invention de la valeur le
Guignol de Lyon ci-dessus n’existerait
pas (pas de gendarme, pas de
« jeu du chat et de la souris », le gendarme
et le chat seraient au chômage ; Titi et
Grosminet
n’existeraient pas, car Titi est
la Valeur Suprême pour Grosminet).

INVENTER UNE VALEUR OU CRÉER UN BESOIN
comme savent si bien le FER/FAIRE tous
les frères Oppenheim de cette planète.
Ils ont même inventé le concept et
la valeur de « peuple élu ».
Ça veau d’or, comme Titi !!!
TITI C’EST WALL STREET !!!

Seul le mental empêche nôtre Bonheur,
c’est pourquoi certains au Big mental
et travail du chapeau en profitent et
inventent la valeur et le capitalisme,
le pétrole etc…

Le mental, le VOLEUR, pas le banquier
Esclavage au Silicium de Google et de sa
« réalité augmentée » et contrôlée par
le mental
, dans la logique de la CROYANCE :
Croire pour la voir et la fabriquer
comme de voir pour la croire.
 
 
MENT-AL : L’INVENTAIRE OU BIG DATA REMPLACE L’INVENTION : TOUT EST DIGITALISÉ (par Google et Cie).
 
 
MENTAL PARADOXE
ou
LE CENTRE EST NULLE PART MAIS LA CIRCONFÉRENCE EST PARTOUT (1)
Le Centre est nulle part comme la mer n’est pas consciente de ses vagues, comme le Soi n’est pas conscient de son ego.


Le mental, celui qui ment à AL ou EL le divin (2). Il commence à mentir à AL en se prenant pour le corps et le ‘je’ comme faux ego, celui qui engendre des phénomènes et semble se mouvoir en eux, comme par exemple son concept informatique d’« homme augmenté » ; faux ego = objets objectivité, il est ainsi son propre objet, puis il engendre le monde et les Faire/Fer dans ce monde.
L’être humain est handicapé par ce qu’il se prend pour son mental par rapport à l’animal qui lui ne se prend pas pour son mental ! (Ne pas confondre « instinct » et absence de mental… Instinct à la mode freudienne et son machin « libido » des « pulsions » ou im-pulsion digne de nôtre mode du digital et du tout connecté et de toute merde du « tout intelligent » ou « intelligence artificielle ». D’ailleurs l’actuel culte du narcissisme engendrant le consommateur et son plaisir-libido ou création d’un besoin relève de la pulsion provoqué par le mental si présent).
Le mental, celui qui ment à AL le divin parce qu’il cherche toujours UN SAVOIR EXTÉRIEUR, IL EST AINSI COMME GOOGLE UN BOUFFEUR DE BIG DATA et laisse de côté sa propre connaissance intérieure, qui est seul Réel (en référence à Ramana Maharshi à l’entretien 45, du 6 avril 1935).

« Comment savons-nous que nous existons ? Si vous dites que c’est à cause du monde [de l’extérieur] environnant, alors comment pouvez-vous savoir que vous existiez pendant votre sommeil profond ?
Le mental ne peut pas se tuer lui-même. Par conséquent, ce que vous avez à faire, c’est rechercher la nature réelle du mental. Vous découvrirez alors qu’il n’y a pas de mental. Quand on est à la recherche du Soi, le mental n’est nulle part (1). Quand on demeure dans le Soi, on n’a plus besoin de s’inquiéter du mental ». (Ramana Maharshi, entretien 146, du 26 janvier 1936).

« Détruisez le pouvoir du mental en le recherchant. Quand le mental est examiné, ses activités cessent automatiquement. Une autre méthode consiste à chercher la source du mental. Cette source est appelée Dieu, Soi ou Conscience.
En se concentrant sur une seule pensée, toutes les autres pensées disparaissent ; à la fin cette pensée disparaît aussi. Il est nécessaire de garder toujours la conscience éveillée pendant que l’on contrôle ses pensées, sinon on s’endort.
- Question : Comment contrôler le mental ?
Le contrôle de la respiration peut aider, mais il ne peut jamais conduire au but. Quand vous le pratiquez d’une manière automatique, restez toujours vigilant, souvenez-vous de la pensée ‘je’ et recherchez-en la source. Vous vous apercevrez alors que la pensée ‘je’ s’élève de là où le souffle descend. Les deux s’élèvent et descendent ensemble. Quand ils descendent, simultanément un autre ‘Je’-‘Je’, lumineux et infini, se manifeste de façon continue et interrompue. Voilà le but. On lui donne des noms divers : Dieu, Soi, kundalini-shakti, Conscience, etc.
Lorsque vous tenterez cet effort, icelui vous conduira de lui-même au but [c’est moi qui souligne] ». (Ramana Maharshi, entretien 345, du 23 janvier 1937).

« Le mental ne peut pas se tuer lui-même » : puisqu’il n’a pas de complément en miroir, il est SINGULARITÉ, COMME LA VIERGE NOIRE parce qu’aucun œil ne peut voir son corps : le Centre est nulle part, l’Univers est SINGULARITÉ. Paradoxe et de l’APRÈS-VIE et de la Réalisation du Soi ou Vraie Libération au sens alchimique du Centrum Centri ou Conscience infinie. Comme le dit le Maharshi, les Libérés Vivants ou Christ n’y voient aucune contradiction. (Christ = terme générique pour désigner un Libéré vivant, comme Prince est un titre nobiliaire ou de qualité).
Voir la page Maharshi 264.

En relation avec la page Maharshi 264 : « Si je suis Bhagavân [Vénérable, Éveillé], il n’y a pour moi personne d’autre que le Soi - par conséquent [je ne suis] ni un jnani [un Sage ou Réalisé] ni un ajnani [ignorant]. Si je ne le suis pas, je suis comme vous et je n’en sais pas plus que vous. Dans un cas comme dans l’autre, je ne peux pas vous répondre [à la question de : « Quand deviendrai-je un jnani ? »] », dit le Maharshi, donc Bhagavân, à l’entretien 48, du 20 avril 1935.

L’Univers est SINGULARITÉ. La solitude est la Seule Réalité. « L’individu est toujours seul. Ce qu’il doit faire, c’est la découvrir en lui-même et non pas la rechercher en dehors de lui » (Ramana Maharshi, entretien 44, du 3 avril 1935).

« Le mental ne peut pas se tuer lui-même » : Contrôler le mental = connaître qu’il n’existe pas.
« Autrement, si on admet l’existence du mental [surtout depuis le dézinguage de l’Église par les perruques poudrées du 18è siècle et leur « raison » et leur encyclopédie étouffe-Chrétiens] et que l’on cherche à le contrôler [surtout depuis Sigmund Freud et le Big Data], cela équivaut à obliger le mental à se contrôler lui-même, à l’instar d’un voleur se transformant en policier pour procéder à sa propre arrestation. De cette manière le mental continue à subsister [il se renforce], mais il échappe à lui-même ». (Ramana Maharshi, entretien 43, du 28 mars 1935).

Concernant le mental et ses Big data : « Vous dormez dans votre lit à Tiruvannâmalai et vous rêvez que vous vous trouvez dans une autre ville. Pour vous, la scène est réelle. Votre corps reste cependant ici étendu sur votre lit. Une ville peut-elle rentrer dans votre chambre ou bien pouvez-vous quitter icelle en laissant votre corps derrière vous ?  Les deux éventualités sont impossibles. Par conséquent, le fait que vous restiez ici et que vous voyez en même temps une autre ville sont tous deux irréels. C’est à votre mental qu’ils apparaissent réels. Le ‘je’ du rêve s’évanouit peu après, pour laisser place à un autre ‘je’ qui décrit ce même rêve. Ce dernier ‘je’ n’existait pas dans le rêve. Les deux ‘je sont donc irréels. C’est le substrat du mental qui poursuit toujours son activité, faisant surgir quantité de scènes. Un ‘je’ différent s’élève avec chaque pensée et disparaît en même temps qu’elle [comme toutes opinions]. D’innombrables ‘je’ naissent et meurent ainsi à chaque instant [comme l’explique aussi Jean Coulonval sur l’opinion dans Synthèse et Temps Nouveaux]. Le mental qui subsiste est le véritable problème. C’est le voleur dont parlait Janaka. Démasquez-le et vous serez heureux ». (Ramana Maharshi, entretien 49, du 24 avril 1935).

« Gate gate pâragate pârasamgate bodhi svâhâ » (Allé, allé, allé au-delà, allé complètement au-delà, l’Éveil est ainsi) : LE CHERCHEUR EST LA RÉPONSE ET NULLE AUTRE RÉPONSE NE PEUT VENIR. CE QUI NAÎT NE PEUT ÊTRE VRAI. SEUL EST VRAI CE QUI EST DEPUIS TOUJOURS (Ramana Maharshi, entretien 44, du 3 avril 1935).

Oui, oui, si tout le monde comprend que la goutte d’eau se perd dans l’océan, mais très très très rares sont ceux qui savent que l’océan se perd dans la goutte d’eau, ce qui permet ainsi d’éviter l’actuelle dualité winners-losers…. parce qu’alors on est DANS L’ABSOLUE DÉVOTION (Renoncement ou Putréfaction absolue : abandon de soi en découvrant la source de l’ego, soit la Réalisation, le prapatti, le jnana ou Connaissance. Absolue Dévotion ou Amour du Soi ; de nos jours de culte du narcissisme on pratique l’amour de soi ou l’amour du corps, de la raison…).

Bientôt nous aurons DEUX MONDES :
- Celui où l’on opte pour le Soi et par conséquent pour le Dieu qui ici-bas s’est fait homme. MONDE DU SACHANT ou MONDE DU CHRIST.
- Celui où l’homme à coups de dollars s’est « augmenté sa réalité » (son illusion) faisant qu’il va se CROIRE Dieu. MONDE DU CROYANT « AUGMENTÉ » en permanence pour un avenir sans éternité (évolutionnisme augmenté, monde de parcs d'attractions) ; ou dans un autre choix d’une éternité SANS AVENIR à la Google, parce que, comme souvent écrit, toute évolution vers les mondes libres sera interrompue et il sera procréé une évolution statique et évidemment totalement artificielle, dans les trois Règnes : Minéral, Végétal, Animal et Humain.
« Éternité SANS AVENIR » = fuite ou projection perpétuelle comme le principe yahviste de LA CAROTTE.



Notes.
1.
« Je ne suis pas maçon [ni judéo-maçon], mais ouvrier d'usine. Je vais donc employer un symbolisme de mes outils.
- 1. Le tour, ou toute autre machine pour usiner le métal avec des outils de coupe. Il possède une essence : la conjonction de deux mouvements, l'un circulaire de la pièce à usiner, et l'autre de translation de l'outil sur la pièce (ou l'inverse). Cette conjonction, ou sa possibilité, existe de toute éternité dans les essences de la Création, avant même qu'aucun homme ait eu l'idée, dans le temps et l'espace, de construire un tour. Les tours, fraiseuses, perceuses, imaginés à partir de ces essences géométriques pour une multitude de besoins particuliers, je les appellerai des « accidents ». Il se trouvera toujours un imbécile pour essayer de faire fonctionner la machine à l'envers, c'est-à-dire renverser l'ordre essences-accidents. Résultat : il bousille quelque chose.
La révolte de Lucifer, le péché originel, ce n'est rien de plus. C'est simple comme le fil à couper le beurre.
- 2. L'équerre à centrer. C'est un outil qui sert à trouver le centre approximatif d'une surface qui ressemble plus ou moins à une circonférence. A la façon dont on a décidé que Bourges est le centre géométrique de la France.
La circonférence fort irrégulière représente la section d'une barre d'acier plus ou moins cylindrique. En portant l'appui des tétons en plusieurs points on trace autant de lignes AB [schéma ci-dessous]. On obtient un petit polygone irrégulier qui est le centre approximatif. Ce sont les accidents externes du contour de la pièce qui en ont décidé. En quelque sorte, ils l'ont imaginé, fabriqué. C'est ce que fait le mode de pensée qu'on appelle « opinion », scientifique, métaphysique, ou même religieuse, quand l'homme se fait de l'Absolu une conception qui convient à ses appétits, dans le monde des accidents, du spatio-temporel.
Le discours logique qui cherche les essences au travers des accidents opère à la façon de l'équerre à centrer qui ne peut tenir compte de toutes les lignes AB possibles pour la simple raison qu'elles sont en nombre inépuisable, in-défini (ce qu'on appelle à tort l'infini). Pas plus que l'équerre à centrer, il ne peut tenir compte de tous les accidents existants ou possibles dans le spatio-temporel, et en conséquence aucun discours logique (tous les philosophismes sont des discours logiques) ne peut atteindre à la vision de l'Absolu. Il est toujours couillonné. L'Homme ne peut atteindre l'Absolu que si l'Esprit [le Soi, la Vierge, le Seigneur dans le sens Ibn’Arabi] vient lui-même le chercher pour le placer au centre, c'est-à-dire en LUI ».
(Extrait de Synthèse et Temps Nouveaux, de Jean Coulonval).


 
 
2. AL ou EL (hébreux) : Ce nom de divinité est souvent traduit par "Dieu", signifiant puissant, suprême. Le pluriel est Elohim, également traduit dans la Bible par le mot Dieu au singulier. (w.w.w. ou W.Wynn Westcott). (Glossaire Théosophique, inachevé, de H.P. Blavatsky). Note pour tous LES Pierre Hillard : ne pas mettre dans le même sac à Kabbale ni icelle, ni tous les judéo-maçons spéculatifs de la Terre ! car ce serait pratiquer la même chose que vous dénoncez, à savoir : la dualité ! Vous voulez couper la branche sur laquelle vous vous êtes installé.

AL = ICI ET MAINTENANT ÉTERNELLEMENT LE MÊME.
 
 

Dernière mise à jour : 10-08-2019 00:12

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved