Bas les faux visages, les maschera
 

Ecrit par Sechy, le 09-07-2020 00:05

Pages vues : 208    

Favoris : 30

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Accident, Adam, Alchimie, Allégeance, Banques, Bêtise, Blanc, Bombes, Bouche, Capitalisme, Catastrophe, Chaos, Chimère, Christ, Commodités, Conflit, Confort, Conscience, Corps, Démiurge, Démocratie, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Feu, Foi, Forêt, Gratuit, Grégaire, Guerre, Haine, Humain, Histoire, Information, Instant, Intelligence, Intérêt, Jardin, Juif, Karma, Langage, Langue, Liberté, Logique, Matrice, Méditation, Mental, Messianisme, Montagne, Morale, Mort, Mot, Mystère, Narcisse, Nature, Noir, Occident, Opinion, Orient, Panique, Paradis, Pied, Pierre, Poids, Porte, Pouvoir, Privilège, Puce, Race, République, Réseaux, Rêve, Rien, Sabot, Sagesse, Serpent, Sexuel, Simple, Social, Soi, Souffrance, Souvenir, Spiritualité, TAO, Tautologie, Temps, Vérité, Vide, Vieux, Virus, Viscères, washingtonisme, Yokaï

 
guignol_de_lyon_baslesmasques.jpg
 
 
Bas les faux visages, les maschera
de l’ego et de la possession.
« Ils connurent qu’ils étaient nus et ils
cousirent des feuilles de figuier et se
firent des pagnes » (Ancien Testament, Genèse 3, 7)
 
« Ils connurent qu’ils étaient nus » PREMIER MASQUE
PREMIÈRE PERSONA.
De nos jours il y le masque supplémentaire du Covid19,
vous pouvez même y ajouter celui de la vaccination.


Le curé d’Ars disait : « Si on se voyait sans masque, on mourrait ».
Pourquoi ? Parce qu’on se trouverait hideux ? Mais plus surement parce qu’on ne trouverait que du VIDE : « Dieu créa l’homme ; et l’homme créa Dieu. Ils sont tous deux les créateurs des noms et des formes. Mais en réalité, ni Dieu ni l’homme n’ont été créés » (Ramana Maharshi, entretien 264, du 20 octobre 1936). La « création » est une opinion comme une autre…. Et qui dit naissance un jour dit mort un autre jour…. RIEN N’AURA EU LIEU. CONTRAIREMENT AU MESSIANISME ET À SA « FIN DES TEMPS », LE MONDE NE SOUFFRE PAS DE DEVOIR FINIR, IL EST ÉVEILLÉ DE NE PAS AVOIR ENCORE COMMENCÉ !

La lucidité absolue serait comme le Vide absolu : Nous mourrions fascinés par l’horreur de nôtre propre vacuité, si Nous tombons dans la dualité d’un sujet faisant l’objet de sa propre vacuité. Pour combler cette dualité seul le Soi peut Nous faire re-naître. Sorte de dialectique de la Félicité : BAS LES MASQUES, pompe le vide pour le combler par le ZÉRO INDIEN.
Normalement, le masque véritable est un FUSIBLE, COMME LE RIRE, ce masque Nous empêche de mourir à cause de la connaissance de Nous-mêmes et Nous empêche de vivre de la Connaissance du Soi.

Bref, EN RÉSUMÉ : LA VRAIE NUIT OU LE VRAI NOIR, CELUI DE LA PUTRÉFACTION ET DE LA « MOISISSURE », C’EST LA LUMIÈRE. Moisissure : c’est ce qui est souvent AVANT la Putréfaction/Décomposition : le mental ne parvient plus comme il le faisait auparavant à discourir ou courir d’idéation en idéation, de séquence en séquence, mais seulement par l’acte de la simple contemplation (Jean de la Croix, La nuit obscure). « Aussi l’imagination et la fantaisie ne peuvent-elles y trouver un point d’appui pour y faire une considération [une opinion] quelconque, ni s’y fixer alors ou après », dit Jean. De même : « La conduite que les spirituels doivent suivre dans cette nuit consiste à ne se préoccuper nullement du raisonnement et de la méditation, car, nous l’avons déjà dit, le temps en est passé. L’âme doit rester dans la paix et dans le calme, alors même qu’il lui semblerait qu’elle ne fait rien, ou qu’elle perd son temps, ou que c’est à cause de sa tiédeur qu’elle n’a nulle envie alors de d’occuper de quoi que ce soit ». « Soi tranquille » de Ramana Maharshi semble difficile parce que la plupart des gens veulent du concret, du coagulé, ou fixe, du dur-durable et confortable.

Putréfaction est Renoncement et le « Reste tranquille et sache que je suis Dieu ». « Ici, la tranquillité est l’abandon total, sans trace d’individualité. Le calme prévaut et il n’y a plus d’agitation mentale. L’agitation mentale est la cause du désir, du sentiment d’être celui qui agit et de la personnalité [l’individualité]. Si cela s’arrête, la tranquillité s’instaure. Là, « savoir » veut dire « être ». Il ne s’agit pas du savoir relatif qui implique la triade connaissance, sujet et objet » (Ramana Maharshi, entretien 354 du 8-2-1937).

Tranquille ou Vrai Noir ou la Vierge Noire : aucun miroir ne peut saisir le reflet de l’Univers car il est comme un être unilatéral dont le complément en miroir n’existe pas (Ernst Mach) ; aucun œil ne peut saisir le corps de la Vierge Noire. Vierge ou Univers sont sans ailleurs, ils sont à eux seul le TOUT, aux yeux de ceux qui le contemple (sens de con : avec, et temple : faire UN avec le temple, c’est-à-dire réaliser l’IDIOTÈS ou SINGULARITÉ. Le ”Temple” pouvait d’ailleurs être assimilé à la ”Maison” de E.T.). Paradoxalement il faut un ego ou ‘je’ pour prendre conscience de Dieu comme il faut une personne pour prendre conscience du temps qui coule, ET AINSI L’INVENTER (1)… Dieu et l’Homme s’inventent mutuellement tout en ne créant rien…… (voir la page Maharshi 264).
La paradoxe de la Réalisation du Soi décrit par le Maharshi dans l’entretien 28 : « Le ‘Je’ rejette l’illusion du ‘je’ et cependant demeure en tant que ‘Je’. Tel est le paradoxe de la Réalisation du Soi. Ceux qui sont déjà réalisés n’y voient aucune contradiction ». Dans le même paradoxe, Nous ne pouvons comprendre les idées ou opinions des autres, Nous pouvons seulement comprendre nos propres idées ou opinions, Tout étant dans Tout.
Paradoxe parce que, si Tout est conscience, donc aussi les objets extérieurs, et qu’il n’existe pas de conscience sans objet (vacuité de vacuité ?), quelle est alors la réalité de la vacuité ? La réponse peut effectivement conduire à la mort telle qu’évoquée par le curé d’Ars cité en début de page et le masque enlevé.

Maintenant la Liberté semble effectivement « inconcevable » comme l’exprime le Soûtra de la Liberté inconcevable, les enseignements de Vimalakîrti. Parce que la recherche de sa propre identité, soit rechercher le Seul Réel, le « JE SUIS », est précisément ce qui, pour être sans double, demeurera réfractaire à toute entreprise d’identification, laquelle implique toujours la dualité sujet et objet ou cause et effet (ou la triade connaissance, sujet et objet, identique à Soufre-Mercure-Sel de l’Alchimie).
LE VRAI CESSE D’ÊTRE VRAI DÈS QU’IL EST VU (il tombe et dans la dualité et dans le temps idéation).

Déjà écris maintes et maintes fois ici, ce qui détruit ce monde c’est l’OPINION, ce que les enfants plutard les adultes prennent pour « valeur ».
Enfant dans la salle à manger style Henri II chez mémère lors de repas du Dimanche, je m’amusais avec la plus grande concentration sous la massive table de salle à manger pendant qu’au-dessus mes parents et grands-parents jouaient à la belote. Mon jeu sous la table était une très sérieuse affaire, alors que les jeux des adultes qu’ils appellent « valeurs » sont stériles : ces adultes actuels parlent avec de grand sérieux des « avantages sociaux » ou de ceux de l’industrialisation, des services sociaux, de la démocratie, du niveau de vie, des travaux de services publics ou du progrès ; les mêmes parlent de notions abstraites comme : justice, liberté, patrie, égalité. EH LES GARS ! ÊTES-VOUS SÉRIEUX OU C’EST POUR JOUER ? Parce que tout ce qui peut être tracé, ou réglé, ou administré, C’EST PAS SÉRIEUX  ! Le « jeu » oui c’est du sérieux, dans le Sens que le « jeu c’est l’âme de la mécanique », dans le sens du ZÉRO INDIEN : dans la vacuité surgit…..

Si vous vous prenez au sérieux, vous chutez dans la valeur-voleur (impliquant la diarrhée de lois et la tyrannie de l’opinion) et vous êtes POSSÉDÉS par ces valeurs. Par contre, si vous en êtes à réformer ces valeurs, alors ça veut dire que vous essayez de saisir du vent et de le mettre dans un bocal. Vos valeurs ne sont qu’opinions en dualité de bon-mauvais ou nuisible-désirable. Vos « valeurs » ne sont rien d’autre que ce que les enfants font avec tant de sérieux sous la table de salle à manger style Henri II. Bref, aucune valeur vu par un ego n’est stable et change « suivant l’âge du capitaine » (ou de la mode du moment). Une valeur naît un jour et meurt un autre jour (comme dans ma jeunesse l’ « homo-sexualité » était considéré comme une maladie, alors que de nos jours on dirait bien que c’est à la mode…. Il est vrai qu’avec le coups du Covid19 et du Sida en plus…..)
Les adultes humains avec leur mental sont les seuls à vouloir fabriquer l’Histoire et en même temps à vouloir percer à jour le sens du devenir et la raison de leur Histoire, c’est-à-dire le sens de ce qui n’a aucun sens ni aucune valeur.
DONC, ENLEVEZ VOS MASQUE ET VOS PERSONA !…

Le darshana (la vision) implique un drashtâ (celui qui voit). Cherchez ce dernier et vous découvrirez que le darshana est inclus en lui. (Ramana Maharshi, entretien 295 du 16-12-1936).
Le sentiment d’être celui qui agit est la servitude et non les actions elles-mêmes. (Ramana Maharshi, entretien 354 du 8-2-1937).
Dans le même entretien, le « Jehovah » : « Je suis ce JE SUIS ». « JE SUIS » est Dieu et non pas le fait de penser « Je suis Dieu ». RÉALISEZ « JE SUIS » et NE PENSEZ PAS « JE SUIS » (2). Il est dit : « Sache que je suis Dieu » et non « Pense que je suis Dieu ». Toute la différence entre un CROYANT et un SACHANT.
« Ni réel ni irréel ; ni obscure ni lumineux, C’EST » (dit la Skandar-anubûthi, ou kandar-anuboothi).
Jehovah : le « JE SUIS » ou l’Être absolu, le Sans Pourquoi, CE QUI EST. C’est le Soi. C’est Dieu. (Ramana Maharshi, entretien 106 du 29-11-1935). Le Maharshi explique que le mot Dieu renvoie à une entité inconnue et EXTÉRIEUR, alors que le Soi est toujours en Nous, « ”il est vous”. Pourquoi donc quitter ce qui vous est intime pour aller chercher ce qui vous est extérieur ? ».

« La seule chose permanente est la Réalité ; et CELA est le Soi. Vous dites : « Je suis », « Je suis en train de marcher », « Je suis en train de parler, de travailler, etc. ». Ajoutez un train d’union à « Je suis » chaque fois et cela deviens « JE-SUIS ». CELA est la Réalité permanente et fondamentale. Cette vérité fut enseignée par Dieu à Moïse quand Il lui dit « Je suis ce JE-SUIS ». « Sois tranquille et sache que JE-SUIS Dieu ». Donc « JE-SUIS » est Dieu.
Vous savez que vous êtes. Vous ne pouvez nier votre existence à aucun moment [même en un moment de désespoir ou de dépression]. Car pour nier votre existence, il faut que vous existiez. C’est cela (la pure existence) que l’on entend par un mental tranquille. Le mental est la faculté d’extériorisation de l’individu [formant son OPINION]. S’il est tourné vers l’intérieur, il devient peu à peu tranquille. C’est alors que seul prévaut le «JE-SUIS » [EAU PRIMORDIALE]. « JE-SUIS » est toute la Vérité ».
(Ramana Maharshi, entretien 503 du 17-8-1938).

TOUT EST DANS TOUT :
Les sans pourquoi du pourquoi.
Pourquoi chercher quand c’est déjà trouvé de toute éternité ?
Pourquoi aller quand c’est déjà Ici et Maintenant ?
Pourquoi faire/fer qui rouille quand c’est déjà fait et que ça ne rouille pas ?
Pourquoi regarder quand il n’y a rien à regarder parce que c’est vu de toute éternité ? (Pas de Pour-Voir).
Parce qu’il n’y a rien à être, vu que NOUS SOMMES.
L’UNITÉ EST RÉELLE, LA DIVERSITÉ EST FAUSSE (à ce hui diversité = commerce, échange) (entretien 354 du 8-2-1937).

Pourquoi cherchez dans LE SENS CONTRAIRE du non nécessaire en se réfugiant systématiquement dans un ordre extérieur imposé (comme se réfugier dans l’État) ? Le REFUS DU GRATUIT ou de L’AMOUR est le refus du Seul Réel, parce qu’il est considéré comme CRU-EL (sans Pour-Voir ou sans masque)(2).



Notes.
1. « Le temps postule un état, la connaissance qu’on en a et les changements qui l’affectent. L’intervalle entre deux états est appelé « temps ». Un état ne peut naître que si le mental créé son existence ; le mental, à son tour, repose dans le Soi. Quand on ne se sert pas du mental, il n’y a pas de concept de « temps ». Le temps et l’espace sont dans le mental, mais l’état véritable de chacun se trouve au-delà du mental. La question de temps ne se pose pas pour celui qui est établi dans sa Vraie Nature » (Ramana Maharshi, entretien 601 du 27-12-1938).

2. Dans le Secret de la Fleur d’Or (mystique taoïste) il est dit la même chose : Si l’on s’attarde sur le vide de la vacuité, c’est que la vacuité n’est pas encore vide. Un mental vide qui ne pense pas à sa vacuité, voilà ce qu’on appelle la véritable vacuité.
Celui qui voit ne peut se voir lui-même (entretien 450 du 3-2-1938). Ne pas voir mais ÊTRE. Dans le sens où sur mes textes j’emploie souvent Pour-Voir pour indiquer les gens possédés ou cancérisés par le Pour-Voir : les VOYEURS au lieu d’ÊTRE (voir cette page à la partie du judéo-maçon Armand Bédarride qui est un exemple de voyeur : boute œil [bouteille] ou ”vas-y-voir”). ÊTRE c’est Jehovah, le « Je suis ce JE SUIS ». « ”JE SUIS” est Shiva. Rien ne peut exister sans Lui. Tout a son existence en Shiva et par Shiva, dit le Maharshi à l’entretien 450 du 3-2-1938.
 
 

Dernière mise à jour : 09-07-2020 00:39

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2020 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved