Le mental de l’humain est-il incompatible
 

Ecrit par Sechy, le 26-12-2020 23:11

Pages vues : 347    

Favoris : 17

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, France, Gaule, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Oligarchie, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Tao, Télépathie, Temps, Terreur, Transformation, Vide, Volonté, Yokaï

 
circuit_imprime_matricezombi.jpg
 
 
Le mental de l’humain est-il incompatible
avec sa vie en communauté ?
Réponse : OUI, dans le cas actuel de la
non-résolution du dilemme multi-millénaires
Moi-Individuel/Moi-Collectif. Le social présent
est encore plus le chaos que dans l’Ancien
Régime où l’Église catholique permettait encore
des bases solides d’une certaine harmonie sociale
par ses promesses-carottes d’une vie meilleure
dans une Après-Vie, dans la tradition dualiste
adamique de l’avant-après, alors que la république
promet une vie meilleure ICI ET MAINTENANT PAR
LA CONSOMMATION DANS SON ÉGLISE DE L’IDOLÂTRIE
DE LA MARCHANDISE, une vie-républicaine meilleure
dirigée-digérée uniquement par l’argent qui
SAUVE des péchés du monde à la place
d’Emmanuel (le Christ, Matthieu I, 23) !
 
 
Le social de la civilisation industrielle et de l’idolâtrie de la marchandise, le social de ceux « qui passent devant les caméras » ou dans les médias = la couverture sociale. Tout ce qui se rapporte au social, au « vivre ensemble », est par essence de l’ordre de la SURFACE, de L’ILLUSION, de l’APPARENCE, du SPECTACLE. La profondeur sans fond est humaine, ou divine (dans les deux cas, dans le sens naturel de la Réalisation du « Je suis ce JE SUIS »).
 
Le glas de cette civilisation patriarcale État-Providence-Provende république et des ses sciences dites « exactes », orgueil tragiquement de l'ego humain ! Aucune raison humaine ne peut énoncer détenir « l’exactitude » synonyme de VÉRITÉ !
Le capitalisme par essence déteste l’incertitude, le « flou artistique », donc tout ce qui sera pour lui une MENACE parce qu’« antiscientifique » ; il lui faut des vérités, qui seront pour lui, à l’exemple des pythagoriciens : des nombres, des constantes-refuges, des dogmes, bref : DES BÉQUILLES. C’est avec ses pitoyables constantes mais dangereuses que le calculateur sur pieds polluera et asservira la Nature, c’est-à-dire lui-même ! C’est-à-dire POURCHASSER LA NATURE, LA METTRE À GENOUX, LA TORTURER POUR EN ARRACHER LES SECRETS, DANS CETTE LOGIQUE DE L’UTILITARISME ET EXPLOITATION ANGLO-SAXON… ET PATRIARCALE.
En Europe jusqu’à la Renaissance, la Science était la recherche de la Sagesse, une recherche de l’Harmonie entre le TOUT, la Nature. Avec les Conquistadors espagnols et portugais et chrétiens et le concept de « Nouveau monde » (parallèle avec l'actuel ”Grand Reset”) jouxté avec la mise en application de l’imprimerie, puis en religion l’arrivée de la Réforme, à partir des 16 et 17è siècles arrive l’utilitarisme : fournir à l’humain des trucs lui permettant d’exploiter la Nature, c’est-à-dire exploiter l’humain lui-même, qui, effectivement deviendra tout au long du 19è siècle : un salarié ou un ouvrier. Nous ne sommes pas encore sortis de cette prison, mais cela ne saurait tarder parce que DÉSORMAIS IL Y VA DE LA VIE DE L’HUMANITÉ tant la technologico-politique et économique est utilisée comme OUTILS DE MORT (zombification, transhumanisation ou OGManisation de l’humain).

Le paradis cartésien européen est fondée non seulement sur les ergoteries des Grecs anciens mais aussi sur la certitude D’AVOIR, donc de LA POSSESSION PAR LA RAISON : ÊTRE DANS LA CROYANCE-CRÉDIT-CRÉDO-CRÉANCE D’AVOIR RAISON ! Quand l’Occidental trouve quelque chose, il lui paraît impossible de se tromper ; il est ainsi un FIXISTE. Mais, comme RIEN N’EST PAREIL D’INSTANT EN INSTANT, toutes les théories, tous les concepts issus de la plus petite recherche « scientifique » SONT LIMITÉS ET APPROXIMATIFS, comme le concept de la démocratie reposant sur les conflits d’intérêts et donc limité et frustré !

Le glas sonne (notamment depuis les Gilets Jaunes) parce que Nous sortons peu à peu de la CROYANCE, en plongeant vers L’INTÉRIEUR unique, sans extérieur qui n’existe pas puisque TOUT est dans le mental QUI NE PEUT QU’ÉCHAPPER DES PERCEPTIONS SENSORIELLES faisant CROIRE qu’il y a un extérieur. Un Lion aussi est dans MON mental et dans SON mental : TOUT est dans TOUT ! Idem d’ailleurs avec les trois Règnes : Minéral, Végétal, Animal et Humain.
TOUT est dans TOUT : dans l’Harmonie du Cosmos ou du monde, donc dans le mental, on ne fabrique pas des segments analytiques ou des coupages de cheveux en huit ; le mental ne peut pas se supprimer pour se délivrer de lui-même comme un œil ne peut pas se voir lui-même, comme tous les phénomènes sont naturellement ultimement en relation, on ne peut pas expliquer l’un d’eux parce qu’il faudrait expliquer et comprendre tous les autres (1) ; comme la vérité tout entière ne peut consister en un puzzle de vérités partielles cueillies un peu partout. Le Tout est autre chose et plus que le total des parties.

Comme le TOUT c’est NOUS-MÊMES, et que le Vrai cesse d’être vrai dès qu’il est vu, donc possédé, copié, la seule chose qui coule comme la Fontaine de Jouvence, c’est l’Eau du Gate gate pâragate pârasamgate bodhi svâhâ (Allé, allé, allé au-delà, allé complètement au-delà, l’Éveil, ainsi), du Soûtra du Cœur de la Connaissance transcendante ; le Sentier, le TAO : ÊTRE DANS L’INSTANT, or avec l’avoir comme actuellement on reste dans LA PROJECTION-PROJET, LE MESSIANISME, LA CAROTTE ET SA « FIN DES TEMPS ».
L’IMBÉCILITÉ ABSOLUE DE LA FICTION COVID-19 ET DE SA « GUERRE CONTRE LES VIRUS » IDENTIQUE À CELLE CONTRE LES « MAUVAISES HERBES » EST CETTE CONSTRUCTION HUMAINE DE RÊVE D’ABSOLU AXÉ SUR LE CONTRÔLE ET L’ASSERVISSEMENT DE LA NATURE, DONC L’ASSERVISSEMENT DES HUMAINS (en un rêve de re-construction de la communauté humaine, comme un mécanicien reconstruirait une automobile à partir d’une machine à coudre et de plusieurs machines à laver…. L’asservissement de l’humain est aussi la machine à consentement, la machine à CRÉDIT-CRÉDO-CRÉANCE-CONFIANCE….). En Occident utilitariste la technologie confond connaissance et contrôle, lequel n’est que pur utilitarisme, avec l’opinion de base que pour comprendre la Nature, donc pour se comprendre lui-même, l’humain doit commencer par DOMINER L’EXTÉRIEUR AU LIEU DE DOMINER SON INTÉRIEUR ! C’est logique dans cette civilisation messianique patriarcale en un système de valeurs qui inculque au mâle, dès l’enfance, un désir aliénatoire de contrôle et de domination, donc de possession : posséder l’autre, les autres, le social, le troupeau.

Le chantre de l’actuel Big Brother est évidemment un Anglais adepte de l’empirisme : Francis Bacon (suivie de John Locke), pour qui « la Nature doit être pourchassée dans ses égarements », il devait ainsi obligatoirement parler de lui-même ! en voulant « mettre la Nature à genoux, l’étriller rudement », et lui-même ! dans « le but savant de lui arracher ses secrets, par la torture si nécessaire » ! Ainsi pour cet Anglais, la Nature est à elle toute seule UNE MAUVAISE HERBE, UNE FEMELLE DANGEREUSE, TERRORISTE ! Et l’homme en état de légitime défense doit COMBATTRE LE VIRUS, COMBATTRE LE COVID-19 PAR DES INSTRUMENTS MÉCANIQUES CONÇUS PAR LE MENTAL DES MÂLES. Voir les procès en sorcellerie au 17è siècle à l’époque de Jacques 1er. Nous entrions de plein pieds dans la terrifiante dualité anglo-saxonne surtout américaine WINNERS-LOSERS à partir du 18è siècle avec l’arrivée progressive des loges judéo-maçonniques, la judéo-maçonnerie venant de naître à Londres en 1717. Au cours des siècles suivant et jusqu’à Nous ce winnerisme politique poursuit ses ravages.
La politique est le sens de la Science d’harmonisation d’une communauté, selon l’idée qu’on se fait de l’être humain (au sens générique). « En conséquence, elle implique, de la part de ceux qui exerce un pouvoir politique, la connaissance des Essences de l’être humain, de son ontologie. Connaissance qui ne peut pas s’acquérir à partir du spatio-temporel, pas plus que l’équerre à centrer ne peut définir un centre absolu, géométriquement vrai, lequel ne peut absolument pas être une opinion.
L’Absolu, c’est ce que toutes les religions appellent Dieu, l’Être source de tout ex-istant. Ce besoin de perception de l’Absolu régit tous les individus, ceux qui se disent civilisés et ceux qu’on dit sauvages ; mais il est vrai aussi que l’homme a toujours été tenté de rechercher cet absolu au travers des accidents [le spatio-temporel] et qu’il est difficile d’atteindre la perception pure de « Je suis ce JE SUIS » [pourtant Nôtre état naturel]. Les civilisation sont toujours construites sur des compromis entre l’Absolu et les perceptions [des cinq sens], contingentes et limitées, du spatio-temporel. Le règne de l’opinion en tant que critère de vérité politique n’a pris valeur dogmatique qu’avec la révolution de 1789, et le communisme en est la maturation historique en se parant des prédicats de l’Absolu, ce qui en fait une religion à l’envers, comme l’envers d’un cuivre repoussé », écrit Jean Coulonval dans Synthèse et Temps Nouveaux, lettre n°49 à Louis Pauwels en 1978.


Note.
1. À propos de l’aliénation chez l’humain ou son état de dépression ou de mal-être, surtout à partir de l’année 2020 covidesque :

« Si les yeux sont fermés, c’est nirvikalpa ; si les yeux sont ouverts, c’est savikalpa (état de différenciation, mais de repos absolu). Cet état, éternellement présent, est l’état naturel, sahaja ». (Ramana Maharshi, entretien 17 du 24-1-1935).

À l’entretien 136 du 14-1-1936 :
« Le samādhi [absorption totale dans la contemplation, expérience directe mais temporaire du Soi, aussi le « sommeil éveillé », que j’appelle le ”Cour”, ”Vase”, ”Vallée”] est notre état naturel. C’est le courant sous-jacent à chacun des trois états [veille, rêve, sommeil profond]. Celui-ci – c’est-à-dire, le ‘Je’ – n’est pas dans les trois états, mais ces trois états sont en Lui. Le samâdhi obtenu à l’état de veille se maintiendra aussi durant le sommeil profond. La distinction entre conscience et inconscience relève du domaine mental, lequel est transcendé par l’état du Soi réel ».

Bref, l’état naturel est la Paix, soit Être : état libre de pensées.
Comment obtenir la Paix ? « Elle est votre état naturel. Le mental obstrue la paix innée ; c’est pour cela que notre investigation s’effectue sur le mental [mental, intellect et ego sont une seule chose]. Cherchez le mental ; il disparaîtra.
Il n’y a pas d’entité du nom de mental. À cause de l’émergence des pensées, nous supposons quelque chose à partir de quoi elles se manifestent. Et cela nous le dénommons mental. Quand nous cherchons à voir ce que c’est, il n’y a rien de tel. Quand il s’évanouit, la Paix se révèle comme éternelle ». (Entretien 238 du 20-7-1936).

« Le fait est que vous n’êtes ni à l’intérieur ni à l’extérieur. Le sommeil est l’état naturel de l’être.
- Question : Alors le sommeil doit être un meilleur état que celui de veille.
- Maharshi : Il n’y a pas d’état supérieur ou inférieur. Que ce soit en sommeil profond, en rêve ou en état de veille, vous êtes exactement la même. Le sommeil est un état de bonheur dans lequel il n’y a pas de souffrance. Le sentiment de manque, de douleur, etc., ne se manifeste que pendant l’état de veille.
Quel changement a eu lieu ? Vous êtes la même personne dans les deux états et cependant il y a une différence en ce qui concerne le bonheur. Pourquoi ? Parce que le mental s’est maintenant manifesté.
Ce mental s’élève après la pensée ‘je’. La pensée ‘je’ s’élève de la Conscience. Si l’on demeure en elle, on est toujours heureux. […] L’âme reste toujours pure et non contaminée. Elle est le substrat parcourant ces trois états. Quand l’état de veille prend fin, je suis ; quand l’état de rêve prend fin, je suis ; quand le sommeil profond prend fin, je suis. Ils se succèdent et cependant, je suis encore. Ils sont comme les images d’un film projetées sur un écran. Elles n’affectent pas l’écran. De même, je ne suis pas affecté quand l’un ou l’autre de ces états prend fin. Si ces états relevaient du corps, vous seriez consciente de votre corps en sommeil. L’êtes-vous ? [réponse : non] ». (Entretien 244 du 29-8-1936).

« Ne plus avoir de questions et ne plus éprouver de doutes est l’état naturel » (entretien 264 du 20-10-1936). C’est le SANS POURQUOI comme une rose est Sans pourquoi.
Le monde se reflète-t-il dans le Soi ?
Pour qu’il y ait réflexion il faut une dualité comme cause et effet ou sujet et objet. Mais le Soi, ou la Vérité, n’admet pas cette dualité ou distinction. TOUT est dans TOUT : Je suis, aussi l’autre, TOUT les autres, lesquels sont parfaitement « moi », le INNÉ-IGNÉ. La Réalité a été, elle est et elle sera. Elle ne change pas (réf. à l’entretien 264).

L’être humain étant à lui seul l’Univers, il est de ce fait dans l’impossibilité d’examiner ou de « supprimer » son mental pour s’en délivrer par lui-même, comme tous les phénomènes sont naturellement ultimement en relation, on ne peut pas expliquer l’un d’eux parce qu’il faudrait expliquer et comprendre tous les autres, donc le mental ne peut pas « sortir de lui-même », à savoir : sortir de l’Univers pour l’examiner ; il est de ce fait dans l’impossibilité de se poser comme sujet étudiant d’un objet-Univers qui lui serait extérieur. C’est géométriquement ou spatial-temps impossible. Comme l’écrit Jean Coulonval, c’est pure illusion satanique fondée sur le renversement des rôles entre Essences et accidents [le spatio-temporel ou monde des naissances et des morts].

C’est pourquoi le Soûtra de la Liberté inconcevable, chapitre V, 14 explique :
- Quelle est donc la racine du mal ?
- La « saisie » [loi de succion ou Eucharistie].
- La saisie de quoi ?
- La saisie du triple monde [de la Forme, du Désir, du Sans-Forme].
- Comment arrêter cette saisie ?
- En recourant à l’introuvable, car dans l’introuvable il n’y a pas de saisie.
- Qu’est-ce que l’introuvable ?
- La fin du dualisme.
- Qu’est-ce que le dualisme ?
- La vision d’un dedans et d’un dehors, lesquels sont introuvables.

La dualité dedans-dehors est en marche par les Juifs Google du transhumanisme : le collage du biologique avec le numérique pour former une « nouvelle unité »  (le « Grand Reset », comme en 1789 les républicains remettaient le calendrier christique à zéro), toujours le système du cuivre repoussé exposé par Jean Coulonval à maintes reprises dans Synthèse et Temps Nouveaux ; et TOUJOURS LE CONFORMISME DE L’ORDRE ÉTABLI PAR CERTAINS EGO ! (leur « Plus ça change et plus c’est la même chose », biologique + numérique = évolutionnisme à la Juif, soit le winnerisme de 1789, comme le voyait lumineusement Jean Coulonval dans sa lettre n°13 à Aimé Michel en septembre 1972. L’ordinateur assurant la continuité après la « raison » winner des « lumières » des perruques poudrées du 18è siècle…).
Avec les Juifs Google transhumanistes on passe de l’Homme augmenté est ses BÉQUILLES-PROTHÈSES, comme de remplacer les organes de la vue d’un aveugle par les prothèses transhumanistes afin de lui permettre de voir « comme tout le monde », ON PASSE AU TOTAL REMPLACEMENT DE L’HUMAIN CONSTRUIT DE TOUTES PIÈCES PAR LUI-MÊME, ÉVIDEMMENT SON CORPS SEUL, il n’est donc pas question d’une quelconque Réalisation du Soi et de la Vraie Paix (introuvable, puisque dans le « Gate gate pâragate… ». Introuvable, puisque elle est Nostre état naturel).
LES JUIFS GOOGLE TRANSHUMANISTES VEULENT TROUVER L’INTROUVABLE, PREUVE DE CE RÊVE D’ABSOLU QU’ILS VEULENT, FIXER, COAGULER, SOIT COAGULER, SOIT CONSTRUIRE CARRÉMENT UNE SINGERIE DE LA PIERRE PHILOSOPHALE DE L’ANTIQUE ALCHIMIE. C’EST ENCORE ET TOUJOURS CETTE DUALITÉ WINNER-LOSER ou DEDANS-DEHORS. C’EST DU MESSIANISME : le sauveur, la carotte pour faire avancer « comme avant » (voyage dans le temps...), c’est l’État-Providence-Provende et ses industriels de Big Pharma et leur chimie d’apprentis sorciers.
Technologie ARNm ou ARN messager = première fusion biologique-informatique (appelé « Grand Reset », le terme anglais ”reset” indique : réinitialiser, terme typiquement actuel de la machinerie informatique et donc de la raison calculatrice de l’humain).

Depuis l’Encyclopédie des Diderot et Cie. et la révolution industrielle sous la montée en puissance des banques au long du 19è siècle, l’être humain est passé de « L’Être humain est la mesure de toutes choses [puisque il EST l’Univers] », à « L’être humain est maintenant mesuré par les choses [de l’argent et par conséquence de la technologie comme l’intelligence artificielle] ». Le « Reset » n’a donc rien d’original et, encore une fois, s’inscrit dans le lassant et conformiste « Plus ça change et plus c’est la même chose » (depuis le 1789).
Le « Grand Reset » est simplement la tentative de Réalisation du Soi POUR TOUS, exactement le rêve de Joseph Staline : d’objet fabriqué, il décide de devenir sujet fabricant (des objets : Nous).
« Et il [Staline, les républicains] peut bien nous dire que la vie matérielle de la société existe indépendamment de la volonté de l'homme, il n'en décide pas moins, lui un homme, de ce qu'elle doit être pour « fabriquer » des hommes à sa convenance. Et cela réussit dans la mesure où les hommes n'ont pas atteint l'autonomie intellectuelle [sens de la Réalisation du Soi, sens de l’Éveil].
Ce renversement des rôles, par Staline et tout dictateur en général, ne serait pas possible si le spirituel, en tant qu'essence ontologique [l’Éveil], était issu de la matière par évolution. Car l'évolution, au sens marxiste aussi bien que teilhardien, est une conception linéaire dans le temps et irréversible [ce qu’explique aussi Jacques Attali page 18 de son livre : Les Juifs, le monde et l’argent].
Renversant les rôles, de fabriqué physique devenant fabricant de la spiritualité, du psychisme des autres, Staline se pose en démiurge (Staline est mort, mais cela est vrai de tout le « clergé » marxiste [et républicain]). Il est le dictateur à l'état pur dont les sujets ne sont que des objets à pétrir, à façonner, à fabriquer. D'où la technique du lavage de cerveau », écrit Jean Coulonval dans une lettre de 1961 ou 62 à Étienne Gilson, suite à ses écrits dans « La France catholique ».

Le « Grand Reset » consiste à construire, ce qui est souvent répété en refrain sur le site, leur monde Luciférien où toute évolution vers l’état naturel de Vraie Liberté sera interrompue et il sera procréé à la place une évolution FIXÉE, STATIQUE, ARTIFICIELLE, VIRTUELLE, dans les trois Règnes : MINÉRAL, VÉGÉTAL, ANIMAL ET HUMAIN. La dictature la plus aboutit comme jamais pensée dans l’histoire de l’Humanité, dont le confinement, ses distanciations physiques ou sociales et le port du masque sanitaire obligatoire en est un des roulements à billes.
DICTATURE LA PLUS ABOUTIE = POUR-VOIR facilité par la technologie du « tout tout de suite » : singerie du Spontané, singerie de la Connaissance, laquelle n’est pas un bagage intellectuel….Comme l’indique le nom Con-Naître, de con : avec, et naître, la dualité connaissant-connaissance naît par naissance DANS l’Instant (con : avec, sans dualité dedans-dehors).
 
 

Dernière mise à jour : 26-12-2020 23:51

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2021 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved