Les dominants ou meutes ne peuvent rien
 

Ecrit par Sechy, le 20-08-2021 22:50

Pages vues : 445    

Favoris : 88

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Aiguille, Argent, Croyance, Feu, Guerre, Nostalgie, Peur, Pointe, Raison, Résistance, Silence, Vie

 
jehovahisme_contrat.jpg
 
 
Les dominants ou meutes ne peuvent rien
ils sont stériles devant l’enfant qui
seul peut voir que le ROI EST TOUT NU.
 
AUJOURD’HUI (pléonasme : il y a doublon
comme « monter en haut ») le petit garçon,
véritable Éveillé naturel qui fait remarquer
parmi la foule admirative des « Habits neufs
de l’Empereur »
que LE ROI EST TOUT NU,
serait accusé d’ANTISÉMITISME ; c’est-à-dire
que la liberté de pensée est morte depuis
bien longtemps depuis qu’elle était
devenu winner en Europe à l’époque de la
Renaissance (Réforme, Galilée, imprimerie).

AUJOURD’HUI : Le petit garçon fait
remarquer ‘QUE’, mais la « grande personne »
qui fait remarquer ‘QUE’ sera puni (voir le
récent « QUI ? »…).
Le Pour-Voir est copyright à certaines
« grandes personnes » seulement.
L’égalitarisme est la pire opinion depuis 1789,
l’égalitarisme n’est que MENSONGES, BUSINESS
ou loi de succion de profit.

L’INNOCENCE DEVANT LE MAL :
Une plaie toujours ouverte et qui ne
s’infecte jamais, une espèce de BLESSURE
INVULNÉRABLE. (Gustave Thibon, Notre
regard qui manque à la lumière
).

Ce monde, surtout occidental, est un
mélange incurable de bien et de mal,
comment peut-on y demeurer sans
participer au mal ?
Le citoyenisé contribuable et justiciable
propriété de l’État sera indubitablement
incapable de répondre à cela.


LE ROI EST TOUT NU signifie le symbolisme de l’égalitarisme inversé : tout le monde ou le peuple que représente le roi nu est également et en communion ou conventionnellement nu, donc sans masque, pur, innocent, comme s’il se retrouvait à l’état d’enfant, mais seul le Vrai Enfant peut voir que le roi est tout nu. Les masses représentées par le roi et le roi sont dans le mensonge, alors que seul l’enfant est dans la vérité, illustration en variation du Thème du célèbre doigt qui montre la lune où le doigt est préférable à la lune elle-même comme les ombres sont préférables à la lumière dans la Caverne de Platon. C’est là la DIFFÉRENCE ESSENTIELLE entre le judaïsme et son principe de PROJECTION : LE SALUT, LE MESSIE, et la tradition de l’Inde et de l’Orient pour le DIRECT, MAÂT (de la Déesse égyptienne). Les uns projettent ; les autres font dans le Ici et Maintenant, la Réalité absolue (la disparition de la croyance à l’ego), que les Upanishad appellent « CELA » (Tat) ou « Cela qui est réellement » (et non le doigt qui montre la lune, voir ci-dessous), c’est-à-dire qui n’est pas soumis au salut ou messianisme du devenir juif (voir ci-dessous), Réalité absolue considérée comme au-delà de toute possibilité de compréhension mentale, hors d’atteinte par la raison et le langage humain, et pour Cela appelé FLÉAU.

FLÉAU : destruction du mental par le feu de l’illumination : PANique et cendre laquelle symbolise Shiva (l’Être absolu). « Le mont Kailâsa est dans l’Himalaya ; il est la demeure de Shiva. Alors que la colline d’Arunâchala (le linga manifesté) est Shiva Lui-même. Tout ce qui se rattache à Sa demeure doit aussi être là où Il se tient ». (Ramana Maharshi, entretien 143 du 23-1-1936).
« Shiva signifie l’incarnation du bonheur – et des bons auspices ». (Ramana Maharshi, entretien 304 du 26-12-1936).

« Les habitudes acquises depuis l’absence de commencement
Forment comme des reflets dans le miroir du mental.
Pour qui peut s’y regarder selon le Réel,
Les objets perdent toutes leurs caractéristiques.

De même que le sot regarde le doigt
Qui désigne la lune et non la lune [que le doigt montre] ;
De même ceux qui s’attachent à mes paroles
Ne voient pas ma Vraie Réalité.

La conscience [conceptualisante ou raison] est comparable à un grand danseur,
Le mental est son assistant et son maquilleur,
Les cinq consciences sensorielles les accompagnent,
Et dans la conscience mentale [la raison] s’incarnent les spectateurs.
(Lankâvatâra, chapitre L’instantanéité).

Le doigt et la lune (que montre le doigt), ce qui engendre une pensée ou possession par les sens (la lune montrée), ce qui engendre la dualité sujet et objet ou le dedans et dehors ; désigner la chose du doigt : alors les sots refusent d’admettre que la lune soit visible, ils préfèrent regarder le doigt qui montra la lune plutôt que le DIRECT : la lune elle-même.
Regarder le doigt est l’équivalent de LA CONSTRUCTION DE LA VÉRITÉ OU « ÉTABLISSEMENT DES FAITS », ÉTABLISSEMENT DES PREUVES.

MAIS LA RÉALITÉ EST INUTILISABLE PAR LE PAUVRE MENTAL, MÊME CELUI D’UN JUIF, OU PAR UN PAUVRE OCCIDENTAL QUI RAISONNE EN CAUSES ET EFFETS.

POURQUOI CHERCHER, ET AVEC QUEL MOYEN ?? PUISQUE TOUT, EST DÉJÀ ICI ET MAINTENANT ! DE LA MÊME MANIÈRE, RIEN N’A BESOIN D’ÊTRE FAIT OU « RÉFORMÉ » (déformé) ET RIEN QUOI FAIRE AVEC QUELQUE CHOSE !

EN PRÉSENCE D’UN OBJET SE PRODUIT UN SUJET : LE DOIGT ET LA LUNE (que montre le doigt), CE QUI ENGENDRE UNE PENSÉE ou POSSESSION (la lune montrée), CE QUI ENGENDRE LA DUALITÉ SUJET ET OBJET.
L’USINE MONDIALISTE À CRÉTINS FABRIQUE DES ALIÉNÉS CRÉTINS au sens biochimique (goitreux) ; SURTOUT AU SENS DE CROYANTS, SOIT DE L’INSTALLATION DANS LE CONFORT, LA ROUTINE, LE « FAIRE COMME TOUT LE MONDE » (la norme édicté par les forts en gueule et en argent), DONC LE CONTRAIRE DU « GRAIN DE FOLIE » QUI FAIT TANT PEUR AU RÉGIME CAPITALO-RÉPUBLICAIN COMME LUI FAIT TABT PEUR LE FOURRE-TOUT QU’IL NOMME « ANTISÉMITISME », PARCE QUE TOUT CE QUI EST CAPITALISTE OU FINANCE INTERNATIONALE DÉTESTE L’INCERTITUDE, PUISQUE SON MONDE EST CONSTRUIT SEULEMENT SUR DES CERTITUDES DIGITALISÉES DE ZÉROS ET DE UNS.
Avec le régime de la capitalo-république universelle Nous en sommes arrivés au conformisme dans l’anticonformisme : LA NORME ÉVOLUTIONNISTE JUIVE MONDIALISÉE.

La NORME JUIVE de leur dualité winners-losers (élus/non-élus) résumé page 18 du livre de Jacques Attali, Les Juifs, le monde et l’argent : « Pour la première fois, une cosmogonie ne se vit pas comme cyclique [Tore, Circulus, Ouroboros] ; elle ne se donne pas pour but le retour du même [l’Éternel retour]. Elle fixe un sens au progrès ; elle fait de l’Alliance avec Dieu la flèche du temps [dans un seul sens et concept du mental par l’idéation] ; elle accorde à l’homme le choix de son destin : le libre arbitre [et par là l’individualisme, l’opinion, la démocratie et le consommateur et forcément des limites]. Ainsi est posé la fonction de l’économie : cadre matériel de l’exil et moyen de réinvention du paradis perdu [donc la religion de l’argent et du salariat, de la marchandise idole et de la consommation]. L’humanité a désormais un objectif : dépasser sa faute. Elle dispose d’un moyen pour l’atteindre : mettre en valeur le temps [la carotte du messianisme et de leur ”Jour du jugement dernier”…] ».
« Mettre en valeur »…. Là est le problème !!!

FUIR CETTE NORME JUIVE, CE WINNERISME RÉPUBLICAIN DE COMPÉTITION SOCIALE : RESTER EN DEHORS DE CE DUALISME WINNER-LOSER, ET PLACER SES MEILLEURES RAISONS DE VIVRE EN DEHORS DU MORTEL SOCIAL RÉPUBLICAIN ET DE SES "VALEURS".

Le roi est nu : IL SE CROIT NU alors qu’il est MASQUÉ PAR LA POMPE DE SES HABITS « NEUFS » ET PAR LA POMPE DE L’ÉTATISME MONARCHIQUE. Lui et son peuple sont masqués par des mensonges puisque TOUS CROIENT que le roi porte de magnifiques habits neufs, SYMBOLISME DE L’ÊTRE HUMAIN QUI NE PEUT SURVIVRE QU’À TRAVERS DES MASQUES OU ARTIFICES SI BIEN REPRÉSENTÉS DEPUIS 2020 PAR L’ÉPISODE COVID-19 MÉLANGÉ DE SÉQUENCES DE « GREAT RESET ».
L’INNOCENCE ICI-BAS EST CONDAMNÉE À POURRIR, OU À SE BRISER.
DE LÀ JE REJOINS SHIVA : Conscience infinie (chit), et seulement Cela.
Shiva est Liberté absolue, Il n’est soumis à aucune loi, étant le Maître des lois cosmiques…


« Vous parlez d’une vision de Shiva. Toute vision se rapporte toujours à un objet. L’objet implique l’existence d’un sujet. La valeur de la vision est la même que celle de celui qui la voit. (En d’autres termes, la nature de la vision est au même niveau que la nature de celui qui voit).
L’apparition implique aussi la disparition. Tout ce qui apparaît doit aussi disparaître. Une vision ne peut jamais être éternelle. Mais Shiva, Lui, est éternel.
Le pratyaksha (la vision) de Shiva, visible à l’oeil, implique l’existence des yeux pour voir ; derrière la vue se trouve la buddhi (l’intellect) et derrière les deux se trouve celui qui voit et qui a la Conscience pour base. Ce pratyaksha n’est pas aussi réel qu’on se l’imagine, car il n’est pas intime, inhérent à l’être. Il n’est pas une donnée de première main. Il est le résultat de plusieurs aspects successifs que prend la Conscience. Mais tandis que ces aspects varient, la Conscience, elle, ne varie pas. Elle est éternelle. Elle est Shiva. Elle est le Soi.
La vision implique celui qui voit. Ce dernier ne peut nier l’existence du Soi. Il n’y a aucun instant où le Soi, en tant que Conscience, n’existe pas. De même, celui qui voit ne peut être séparé de la Conscience. Cette Conscience est l’Être éternel et le seul Être qui soit. Celui qui voit ne peut se voir lui-même. Nie-t-il son existence parce qu’il ne peut pas se voir lui-même avec ses propres yeux comme dans une vision (pratyaksha) ? Non ! Donc pratyaksha ne signifie pas voir, mais ÊTRE.
ÊTRE, c’est réaliser : « Je suis ce JE SUIS ». « JE SUIS » est Shiva. Rien ne peut exister sans Lui.
Tout a son existence en Shiva et par Shiva.

Ainsi, cherchez : « Qui suis-je ? » Plongez profondément en vous et demeurez le Soi. C’est Shiva en tant qu’ÊTRE. N’espérez pas avoir de Lui des visions répétées. Quelle est la différence entre les objets que vous voyez et Shiva ? Il est les deux, le sujet et l’objet. Vous ne pouvez pas être sans Shiva. Shiva est toujours réalisé ici et maintenant. Si vous pensez que vous ne l’avez pas réalisé, vous avez tort. C’est là l’obstacle qui empêche de réaliser Shiva. Abandonnez cette pensée aussi et vous parviendrez à la Réalisation ». (Ramana Maharshi, entretien 450 du 3–2-1938). DONC NE PAS REGARDER LE DOIGT MAIS LA LUNE, NE PAS REGARDER LA LOI (de succion), SEULEMENT ÊTRE DANS L’INSTANT.

Or surtout en France droit de l’hommiste, les masses sont COAGULÉES, FIXÉES, DOGMÉES, PRISONNIÈRES des textes, elles sont ainsi PRISONNIÈRES DE LA RAISON : « Dès que l’encre est séché, nos formules [ou lois] sont fausses » disent les Anciens Chinois de l’École du Dhyâna (méditation, contemplation, zen chan).
David R. Olson dans : L’univers de l’écrit - Comment la culture écrite donne forme à la pensée :
« Mais il semble peu douteux que l’écriture et la lecture aient joué un rôle essentiel dans la genèse d’un bouleversement, par lequel nous sommes passés d’une pensée sur les choses à une pensée sur les représentations des choses, c’est-à-dire à une pensée sur la pensée [donc le RE et une distance entre]. Notre conception moderne du monde et de nous-mêmes est, pourrait-on dire, un sous-produit de l’invention du monde sur le papier » ; et page 220 : « Les signes ont été considérés au Moyen-Âge comme faisant intrinsèquement partie des choses, tout comme leur nom ; au XVIIè siècle, les signes deviennent des ”modes de représentation” [début de la société du spectacle….]. Les représentations finissent par être radicalement distinguées des choses représentées. Pour représenter de manière fidèle, la langue doit être amenée le plus près possible des mots ».


L’enfant du conte Les habits neufs de l’Empereur symbolise l’INSTANT, LE VRAI NU, celui du « LE VRAI CESSE D’ÊTRE VRAI DÈS QU’IL EST VI(U)E » (ou masqué, habillé), et pas le « nu » du roi et de son social représenté par son peuple lesquels représentent LE MASQUE OU L’EGO, LE MENSONGE, LE DOIGT QUI MONTRE, LE MESSIANISME, LA PROJECTION OU FLÈCHE DU TEMPS. C’est pourquoi actuellement si le Pour-Voir français touche aux enfants avec son POISON AUX ARN MESSAGERS, la bombe sera effectivement amorcée et le compte à rebours enclenché…
Il est plus que temps de se libérer des « Plus ça change et plus c’est la même chose » du régime capitaliste et de l’État, monarchique ou républicain, ou tyrannique, et de son salariat et de l’idolâtrie de la marchandise qui fabrique le consommateur-consumé ! QUI TENTE SURTOUT DE FABRIQUER LA « LIBERTÉ » QUI SERA ÉGALE À CELUI DE SA SUPPRESSION : en inventant la liberté et suivant le principe de l’évolutionnisme (juif, voir plus haut), plus la liberté augmente et plus son contraire la contrainte ou la soumission à un pouvoir s’augmente de même.
 
 

Dernière mise à jour : 20-08-2021 23:17

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2021 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved