Monde de 2021 sous la domination d’une VACHE
 

Ecrit par Sechy, le 02-09-2021 23:13

Pages vues : 413    

Favoris : 80

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Aiguille, Argent, Banque, Croyance, Feu, Guerre, Images, Nostalgie, Peur, Pointe, Raison, République, Silence, Spirale, Vie

 
 
frise_poliak15.jpg
 
 
Monde de 2021 sous la domination d’une VACHE
VACCIN : étymologie de vache, et vraie vaccin,
virus de la vaccine (variole de la vache) qui,
inoculé à l’être humain, le préserve de la variole.
Bien-sûr, pas de vrai vaccin pour l’épisode covid.
 
La Vache du Ciel des Anciens Égyptiens, Osiris,
l’ADN ou l’Argile (adamisme), et moderne LASER
forment un seul Thème : L’UN EST LE TOUT.


ADN-OSIRIS-CHRIST :
la partie est le Tout, et supérieure au Tout, une chaise n’est qu’une partie du Tout qui est supérieur car dans un HOLOGRAMME, chaque partie de la plaque photographique va créer une interférence ondulatoire, entre les phases d’un axe de lumière. En sondant un millimètre cube de l’image holographique de la chaise, on peut voir la chaise en entier, alors qu’elle était explosé par une exploration sur une de ses parties ; COMME OSIRIS DÉCOUPÉ EN MORCEAUX. Dilemme du Moi-Collectif/Moi-Individuel toile de fond de tous groupes humains, qui ne peut être résolu que par le « QUI SUIS-JE ? ».
Évolutionnisme, dilemme du Moi-Collectif/Moi-Individuel, sont un seul THÈME… Tant que durera l’invention de la flèche du temps, les problèmes, les souffrances seront toujours là ; mais le transhumanisme ne résoudra rien en rêvant d’« éternité », ici-bas, comme fabriquant le comble de la mortalité en voulant « augmenter » la longueur de la vie en « supprimant » la mort….

UN EST LE TOUT : ADN, ou l’objet comme une chaise (Osiris, voir ci-dessous), apparaissent sous la forme holographique, et possèdent la propriété de réapparaître en chaque point de la structure qu’ils créent. Les traces d’ADN sont en toutes les cellules, et pour le hologramme de la chaise, l’image de la chaise est présente dans chacune des molécules d’air qui vibrent pour sa manifestation.

OSIRIS (Wzir) : Étant héritier de Geb la Terre, Osiris est aussi le dieu de la Végétation. Si Ptah est le prototype d’Osiris, Osiris est lui le prototype du Christ Rédempteur : ils ressuscitent tous les deux.
Osiris malgré son dépeçage en 14 morceaux, et le recollage d’Isis grâce à l’Eau-de-Vie (1), est vivant dans la mort (rapport à l’image holographique à rapprocher de l’Après-Vie et de la vidéo méthode Schreiber dans la transcommunication instrumentale [TCI]). Dieu du Monde inférieur la Douat (après Ptah), il reçoit les défunts à leur arrivée dans la Douat [l’Ouest ou Monde des Morts].
Le mythe d’Osiris nous est parvenu entier grâce à Plutarque. Osiris épouse sa « soeur » Isis, dont il a un fils Horus (le Jeune), et avec l’aide de Thot, il apprend aux hommes à cultiver la terre, vénérer les Dieux.
Son frère Seth (le mauvais côté d’Osiris) le jalouse. Il l’invite à un banquet et déclare qu’il offrira son plus beau coffre à celui qui le remplira entièrement de son corps. Osiris, le plus grand de tous les convives, parvient à le remplir parfaitement. Alors Seth, (qui avait préparé le coffre aux dimensions exactes de son frère) ferme le coffre et le précipite dans les eaux du Nil. Isis, sa soeur-épouse, commence dans les lamentations une incessante recherche. Elle le retrouve en Phénicie d’où elle le ramène en Égypte et, là, le cache dans le marais du Delta.
Seth le découvre et dépèce le cadavre en 14 morceaux qu’il disperse.
L’infatigable et inconsolable Isis, aidée de sa soeur Nephtys, retrouve tous les morceaux, à l’exception d’un seul, son phallus, qu’un poisson avait dévoré. Aidée d’Anubis l’Embaumeur, elle reconstitue le corps de son époux et en fait une momie qui va dès lors régner éternellement sur le monde inférieur. Isis fit en outre une effigie de son phallus et consacra ce phallus qui fut donné à la vénération des Égyptiens.
Horus, le fils, décide de venger son père. Il provoque son oncle en combat singulier et lui arrache son sexe. Lui-même y perd un oeil (qu’il donne à manger à son père qui y retrouve vie et force), mais il réussit à enchaîner Seth et à l’amener devant Isis. Celle-ci pardonne et libère Seth. Horus furieux de cette clémence arrache la couronne à sa mère et la jette. C’est depuis qu’elle fut remplacée par une coiffure à tête de vache. Puis Horus épouse Hathor, déesse de l’Amour (divinité céleste), symbolisé par une vache. Horus est ainsi l’aspect de la renaissance d’Osiris : un fils-père. (C’est toujours le « système » d’Artéphius (2)).
Isis : mère, soeur, épouse ; elle préfigure le culte de Marie, Mère de Jésus. (Résumé en référence du livre de Pierre Solié : Médecines initiatiques, aux sources des psychothérapies).

PHALLUS : Même Thème que le PIED, le POUCE, la PIERRE LEVÉE, la COLONNE, l’ARBRE, etc. Leur représentation n’est pas forcément ésotérique (voir le linga, l’omphalos), ni érotique : elle signifie la puissance génératrice, qui, sous la forme du PIED signifie la Réalisation du Soi : Padam, en sanskrit et au sens littéral signifie « pied », et est synonyme du Soi, l’Être véritable. Isis est aussi source de toute fécondité.

Les Juifs évolutionnistes de la paroisse de Jacques Attali et des frères Oppenheim créateurs de besoins (voir le récit d’Attali sur le commerce de pantalons à une jambe…) sont en faite des FIXISTES DE CE MONDE LUCIFÉRIEN, DES FAISEURS DE MORTS : ILS ARRÊTENT LES FORMES DE VIE PAR LEUR DOGME FINALISTE, FIXISTE ÉQUIVALANT À LA RAISON TUEUSE : ELLE OPÈRE SUR CE QUI EST DÉJA PASSÉ, DÉPASSÉ. L’objet ou le ‘EST’ du Ici et Maintenant arrive vivant, saisit par la raison, il ne peut plus vivre, car l’intellect ne se nourrit que de substance morte et c’est CELA L’ÉVOLUTIONNISME JUIF, ABRAHAMISTE : LA SURFACE, LA COUVERTURE DU SOCIAL… QUE DES SURFACES CONSTITUANTES DE LEUR RÉPUBLIQUE.
Or l’être humain est lui-même l’univers, de cela sa con-naissance par le « QUI SUIS-JE ? » est paradoxale puisque elle exige la dualité d’un dialogue entre un sujet qui étudie et un objet étudié ; mais cette con-naissance N’EST PAS la possibilité de L’Être de se poser comme sujet étudiant d’un univers qui lui serait extérieur !!! Or, ce monde de l’évolutionnisme CROIT se poser comme sujet, le POUR-VOIR, et voir l’objet univers comme s’il était DEHORS.
L’ADN, l’univers, c’est NOUS, comme l’est une COMÈTE (5) : l’ADN est en conséquence du même tissus cosmique d’une Comète. Ainsi, les cellules des formes de vie SONT TOUT LE CONTRAIRE DE L’ÉVOLUTIONNISME JUIF DONT UN DES MEMBRES ET PRIX NOBEL : JACQUES MONOD, SE FAISAIT UN GRAND PRÊTRE AVEC SON CONCEPT DE « HASARD » (« Tout ce qui existe dans l'univers est le fruit du hasard et de la nécessité »).

Jacques Monod en écrivant « L'ancienne alliance est rompue ; l'homme sait enfin qu'il est seul dans l'immensité indifférente de l'Univers d'où il a émergé par hasard. Non plus que son destin [le ciel tournoyant, selon l’expression dans le Mathnawî], son devoir n'est écrit nulle part. À lui de choisir entre le Royaume et les ténèbres », ne rompt absolument pas « l’ancienne Alliance » de ses frères, il en invente même le comble. Attali dans son livre : Les Juifs, le monde et l’argent résume tout : La NORME JUIVE de leur dualité winners-losers (élus/non-élus) résumé page 18 : « Pour la première fois, une cosmogonie ne se vit pas comme cyclique [Tore, Circulus, Ouroboros] ; elle ne se donne pas pour but le retour du même [l’Éternel retour]. Elle fixe un sens au progrès ; elle fait de l’Alliance avec Dieu la flèche du temps [dans un seul sens et concept du mental par l’idéation] ; elle accorde à l’homme le choix de son destin : le libre arbitre [et par là l’individualisme, l’opinion, la démocratie et le consommateur et forcément des limites]. Ainsi est posé la fonction de l’économie : cadre matériel de l’exil et moyen de réinvention du paradis perdu [donc la religion de l’argent et du salariat, de la marchandise idole et de la consommation]. L’humanité a désormais un objectif : dépasser sa faute [et inventer la liberté, et "améliorer" la Nature]. Elle dispose d’un moyen pour l’atteindre : mettre en valeur le temps [la carotte du messianisme et de leur ”Jour du jugement dernier”…] ».

Que sait du destin ou « la Bonne Étoile » Monsieur Jacques Monod ? Voir ce que disait Ramana Maharshi à se mère éploré par son indifférence en lui tendant un bout de papier : « Celui qui ordonne toutes choses contrôle le destin des êtres en accord avec leur prārabdhakarma [destinée causée par des actions dans des vies passées]. Tout ce qui est destiné à ne pas se produire ne se produira pas, quel que soit votre effort. Tout ce qui est destiné à se produire se produira, quel que soit votre effort pour l’empêcher. C’est une chose certaine. La meilleure conduite à suivre est donc de rester tranquille ». (Trad. Narasimha Swami, B.V, op. cit., p. 62. Ces paroles peuvent être considérées comme le premier upadesha (enseignement) donné par le Maharshi, est-il précisé dans le livre Les enseignements de Ramana Maharshi).

Jacques Monod est une MÉCANISTE dans la lignée commencée en Europe à l’époque de la Renaissance. LE MIRACLE EST ENFIN EXPLIQUÉ ET, « CIRCULEZ YA PLUS RIEN À VOIR », il ne vous reste plus qu’à CONSOMMEZ et fermez vos gueules. Conception mécaniste ou de la dualité de L’ŒUF ET DE LA POULE.

Jacques Monod écrit ceci (1970, La Recherche, n°331 mai 2000) : « Rien, c’est vrai, à l’expérience individuelle et concrète, mais tout aux vertus du simulateur [déjà la mode du virtuel ou du « comme si » (3)] forgé par l’expérience innombrable et cruel de nos humbles ancêtres [évolutionnisme ou flèche du temps dans un seul sens]. En confrontant systématiquement la logique et l’expérience [système anglo-saxon d’un John Locke et des cinq sens du mental] selon la méthode scientifique (4), c’est en fait toute l’expérience de ces ancêtres que nous confrontons avec l’expérience actuelle. Si nous pouvons deviner l’existence de ce merveilleux instrument, si nous savons traduire, par le langage [et la raison], le résultat de ses opérations, nous n’avons aucune idée de son fonctionnement, de sa structure. Voilà la frontière, presque aussi infranchissable encore pour nous qu’elle l’était pour Descartes ». C’est sans compter sur les Juifs transhumanistes des Google-Facebook qui veulent augmenter le génome humain, chose déjà en marche avec les injonctions-injections à ARN messagers… Jacques Monod, encore un messianiste, un vendeur d’espoir ou un créateur de besoins. Suite aux injonctions-injections à ARNm, COMBIEN DE BREBIS DOLLY HUMAINS PROCHAINEMENT ?

POSITION DE CELUI QUI VEUT SE METTRE EN DEHORS DE L’UNIVERS POUR LE VOIR (POUVOIR) : Jacques Monod ressemble à un « big bangiste » : « La vie est apparue sur la terre : quelle était avant l’événement la probabilité qu’il en fût ainsi ? L’hypothèse n’est pas exclue, au contraire, par la structure actuelle de la biosphère, que l’événement décisif ne se soit produit qu’une seule fois [position de celui qui veut se mettre en DEHORS de l’univers pour l’observer]. Ce qui signifierait que sa probabilité a priori [en premier ou d’après une opinion] était quasi nulle. Cette idée répugne à la plupart des hommes de science. D’un événement unique [comme Moïse et ses « Commandements » ?] la science ne peut rien dire  ni rien faire. Elle ne peut « discourir » que sur les événements formant une classe, et dont la probabilité a priori, si faible soit-elle, est finie.
Cette idée n’est pas seulement désagréable aux biologistes en tant qu’hommes de science. Elle heurte notre tendance humaine à croire que toute chose réelle dans l’univers actuel était nécessaire [l’utilitarisme moderne], et de tout temps. Il nous faut toujours être en garde contre ce sentiment si puissant du destin. La science moderne ignore toute immanence [le Tout est dans Tout ou l’univers est dans le mental]. Le destin s’écrit à mesure qu’il s’accomplit, pas avant [conception de la géométrie euclidienne de la ligne droite et de la flèche du temps]. Le nôtre ne l’était pas avant que n’émerge l’espèce humaine [conception matérialiste du corps], seule dans la biosphère à utiliser un système logique de communication symbolique [?]. Autre événement unique [? ou orgueil de l’humain] qui devrait, par cela même, nous prévenir contre tout anthropocentrisme. S’il fut unique, comme peut-être le fut l’apparition de la vie elle-même [encore cette sortie de l’univers et orgueil humain se prenant pour le winner], c’est qu’avant de paraître ses chances étaient quasiment nulle [sic]. L’Univers n’était pas gros de la vie [?], ni la biosphère de l’homme. Notre numéro est sorti au jeu de Monte-Carlo. Quoi d’étonnant à être ce que, malgré les barrières opposées à l’expérimentation, demeurera toujours irremplaçable, par la possibilité qu’elle offre de comparer les données objectives [sic] et subjectives relative à une expérience [c’est bien le problème du relativisme façon John Locke !] ».

Monod confirme le « lockeisme » : « C’est donc pour sa capacité de représentation adéquate et de prévision exacte [donc possédées] confirmée par l’expérience concrète [par les cinq sens !!!] que le pouvoir de simulation [?] du système nerveux central, chez nos ancètres, a été poussé jusqu’à l’état atteint chez homo sapiens [et que les Juifs transhumanistes Google-Facebook voudraient « augmenter »]. Le simulateur subjectif n’avait pas le droit de se tromper quand il s’agissait d’organiser une chasse à la panthère avec les armes dont pouvait disposer l’Australanthrope, le Pithécanthrope, ou même l’Homo sapiens [le consommateur, l’usager…] de Cro-Magnon. C’est pour cela que l’instrument logique inné [?], hérité de nos ancêtres [flèche du temps…], ne nous trompe pas [?] et nous permet de « comprendre » les événements de l’Univers, c’est-à-dire de les décrire en langage symbolique et de les prévoir [la fameuse sécurité par peur de la PANique…. et l’incertitude si mauvaise pour la finance internationale…], pourvu que les éléments d’information nécessaires soient fournis au simulateur. Instrument d’anticipation [peur de l’incertitude et DÉSIR DE POSSÉDER] s’enrichissant sans cesse des résultats de ses propres expériences, le simulateur est l’instrument de la découverte et de la création [pur messianisme issu depuis la Renaissance d’une pensée sur les représentations des choses, digne de cette société du spectacle, du spectre ou de la « simulation » selon Monod…] ».

Un autre bon créateur de la flèche du temps est Theodosius Dobzhansky, et partisan de l’eugénisme et transhumaniste par l’idéologie du clonage « qui devrait permettre la reproduction d’un individu complet à partir de n’importe quelle cellule normale du corps », comme on produit une automobile ou comme on recolle les morceaux d’Osiris cité plus haut et comme l’hologramme ; mais les Monod, Dobzhansky, Teilhard de Chardin, Freud, les socialistes, pour justifier leurs opinions imaginent des principes à leurs mesures. Que dirait-on d’un mécano qui prétendrait monter une machine à coudre avec les pièces détachées d’une bagnole ? Ces gens ne connaissent qu’un évolutionnisme entre un passé indéfini et un futur ; l’involution leur échappe ; seul compte pour eux l’invention du temps de l’horloge.

Dobzhansky était partisan d’un eugénisme aussi bien négatif (winnerisme consistant à éliminer les losers ou les faibles, les malades), et eugénisme positif, autre nom du transhumanisme : augmenter ou « améliorer » le génome de l’espèce humaine, sorte de singerie du recollage des morceaux d’Osiris…… et carrément FAIRE MIEUX QUE LA NATURE…. L’HUMAIN ÉTANT L’ÉGALE DE DIEU, LOGIQUE DU RÉPUBLICANISME LAÏCARD… À partir des Dobzhansky il est logique que TOUT VA SE COMPLIQUER DE PLUS EN PLUS, alors que le mot NATURE est synonyme de SIMPLICITÉ, de ICI ET MAINTENANT, d’INSTANT : utilitarisme en forme de nouvelle nécessité de fabriquer de « nouveaux commandements » ou nouvelle éthique de « responsabilité sociale » dans la procréation (des futures bébés-éprouvettes)…

Sans le QUI SUIS-JE ? l’être humain est mort. Car la Vraie Paix ne réside ni dans le social (Moi-Collectif), ni dans le citoyenisme ou consommateur (Moi-Individuel), mais entre les deux, dans le FLÉAU…. Dobzhansky se situe totalement dans le monde de l’oligarchie des mondialistes et de leur rêve d’une gouvernance mondiale : « C’est l’ensemble de l’humanité qu’il faut persuader [de cette nouvelle éthique de procréation], ou bien contraindre » (La Recherche n°331). Avec cela, le mot « paix », et le mot « bien » disparaissent car ils n’auront plus aucune signification comme actuellement le « vrai » et le « faux » deviennent de plus en plus difficile à cerner.


Simulation à la Monod, Dolly à la Dobzhansky, DU LEURRE, DU VIRTUEL, DE L’ILLUSION PARTOUT.
« Vois le monde entier leurré par le désir et par les blessures qui paraissent des remèdes.
Le serpent, aussi terrible que la mort, se dresse avec une grande feuille dans la bouche, pour attraper sa proie. Il se tient debout, comme une herbe au sein de l’herbage, de sorte que l’oiseau le prend pour la tige d’une plante. Quand l’oiseau se pose sur la feuille pour manger, il tombe dans la gueule du serpent et dans la mort.
Un crocodile ouvre la bouche : ses dents sont entourées de longs vers. Ces vers sont produits par les résidus de nourriture qui restent dans ses dents ; et il leur donne là une demeure. Les petits oiseaux voient les vers et la nourriture et s’imaginent que ce cercueil est une prairie. Quand le bouche est remplie d’oiseaux, il les avale tout à coup et referme sa bouche.
Sache que ce monde est rempli de nourriture et de pain [ou de marchandises et de créations de besoins], comme la gueule ouverte du crocodile.
Ô toi qui rassembles les moyens de vivre, dans ton désir pour des vers et des morceaux, ne te crois pas à l’abri du crocodile, qui est le monde.
[…]
Tous les plaisirs égoïstes sont une tromperie et une fraude ; autour de l’éclair, il y a un mur de ténèbres. L’éclair n’est qu’un bref éclat, faux et éphémère, entouré d’obscurité, et le chemin est long. À sa clarté, tu ne peux ni lire une lettre, ni chevaucher vers ta destination. Mais, en punition d’avoir été ensorcelé par l’éclair [le Zeus…], les rayons du soleil levant se détournent de toi. Lieu après lieu, au long de la nuit, la tromperie de l’éclair te fait avancer, sans guide, dans un désert obscur. […] Ô toi qui recherches les biens de c emonde, tu ne trouveras jamais le guide, et, si tu le trouves, tu détourneras de lui ton visage… ». (Mathnawî, Livre sixième 4078-88 et 4094-4100).

ADN-OSIRIS-CHRIST : Osiris, comme Marduk, comme Ptah, sont les prototypes du Réalisé ou Christ, le Soi ou l’Être absolu parce que revenue à son Eau Primordiale ou Unité première : celle d’avant l’invention de la Chute. Osiris ou Christ-rédempteur : « Je suis la Résurrection et la vie » est déjà attesté dans les textes des Pyramides (6) ; le rêve de mondialisme ne date pas de la technologie informatique du tout connecté et coûtait bien moins cher ! Le Moi-Collectif et le Soi existait même avant Ptah, avec inévitablement déjà, peu à peu, le développement du Moi-Individuel. Ptah, puis Osiris puis le Christ juif sous les Romains est un même Thème Dieu-grain. San résurrection de fait à l’équinoxe du printemps, et sa naissance au solstice d’hiver. Les premiers siècles du christianisme actuel se sont épanouis en Égypte copte, et ces premiers Chrétiens avaient nécessairement côtoyé l’antique spiritualité osirienne qui y était encore en pratique. Tous les évangélistes, et le Christ-Jésus devaient la connaître forcément. Contrairement à des fixistes comme les Monod et Dobzhansky et autres messianistes transhumanistes et malgré les apparences contraires, la Pénélope des trames des « Gate gate pâragate pârasamgate bodhi svâhâ » (7) poursuit son ouvrage sans commencement ni fin dans le Thème Évolution-Involution.

Ne pas oublier que toute la dialectique ou fabrique du temps qui coule et qui contient nécessairement l’évolutionnisme, et qui sous-tend par une foi dogmatique que l’être humain est né de la matière : si cette doctrine s’écroule, le socialisme disparaît comme par magie. Chardin, Monod et Dobzhansky et autres messianistes ont cependant le mérite d’avoir posé ce problème inhérent au Moi-Collectif et Moi-Individuel. Pour ces évolutionnistes, c’est le mental, le corps qui secrète son squelette dans l’HOTC (Histoire-Opinions-Temps qui coule), ce sont les accidents ou le spatio-temporel qui secrète l’Essence (au sens du Soi). Parce que pour ces évolutionnistes, hors de la vie du corps ou du mental rien n’existe, il n’y a aucun Dieu, l’humanité ne peut que s’unifier autour d’un parti politique, une synthèse des partis ou LE PARTI ABSOLU qui définira les façons justes de sentir et de penser ; et le Parti, c’est finalement un seul homme, dont Nous avons actuellement un bon exemple avec Xi Jinping, qui s’est concocté sa Constitution pour être président de son pays jusqu’à sa mort ! Comme genre Mao-Staline on ne fait pas mieux….. Xi Jinping a seul droit au ‘Je’ ou Soi, sa pensée est inscrite dans la doctrine du Parti Communiste Chinois (PCC) et dans la Constitution, bien-sûr elle est enseigné dans les écoles aux petits Chinois, et quiconque pense autrement est schismatique (il n’y a qu’une reine dans une ruche ou une termitière)…



Notes.
1. Les « deux Pleureuses » des Eaux Primordiales Isis et Nephtys : Isis (Sirius, Mère et Vierge Marie), Vautour transmutatoire, source de toute fécondation et transformation, ou EAU DE VIE de Thot l’Ibis, sphère du mental, Passivité agissante ; et Nephtys (Vénus), le Feu qui donne vie, L’EAU DE MORT-COLLE qui corrompt pour donner vie, elle est immanente à Isis dans sa fonction de pleureuse car l’humidité provoque la PUTRÉFACTION, elle est Passivité négative et centre des émotions. Voir l’Arbre de Vie.

2. Principe de nommer le feu un air subtil et l’air un feu épais ou une eau subtile ! Où encore appeler l’eau un air épais ou terre subtile, et la terre une eau épaisse. Ce qui laisse le champ ouvert ou l’abondance de la VACHE DU CIEL permettant tous les possibles sans limite, comme le « N’EST PAS X », ou le « UN POINT C’EST TOUT »: POINTER. On reste donc dans LE SAGE N’ACCEPTE NI NE REFUSE AUCUN DHARMA car sa pensée est semblable au « Gate gate pâragate pârasamgate bodhi svâhâ » (Allé, allé, allé au-delà, allé complètement au-delà, l’Éveil, ainsi), du Soûtra de la Connaissance transcendante. Bref, UN ÉVEILLÉ EST SANS OPINION AUCUNE « Les conférences peuvent plaire aux gens pendant quelques heures sans pour autant les améliorer. Le silence, en revanche, est permanent et rend service à l’humanité entière » (Ramana Maharshi, entretien 20 du 30-1-1935).

SILENCE, HERMÉTIQUE, MÉDITER : LE FLÉAU DE LA BALANCE : Méditer : nk3. Entre : imytw. Balance : mh3t proche de M3’t (Maât).

3. Comme sur l’écran de cinéma avec ses images qui bougent, le monde et le ‘moi’ ne sont ni irréels ni réels, ils sont de l’ordre de l’ILLUSION. Tout se passe COMME SI, puisque toute la raison ne peut pas fonctionner sans le temps (voir plus haut). Au cinéma, quand on com-prend l’histoire, ON Y CROIT : QUAND UNE MAGIE PARLE TOUTES LES MAGIES PARLENT, mais si une se tais toutes se taisent !

4. Le mot science dans le sens de la dualité dedans-dehors ou social : Expérience reproductible et contrôlable par d'autres, en tout temps et en tous lieux. Ainsi, il s'agit ici d'une technique CONVENTIONNELLE, un tour de main, et non d'une science ! Le mot Science devrait être réservé à la Réalisation du Soi, c’est-à-dire à la Conscience infinie, à la Connaissance (qui n’est aucunement a-faire de « spécialistes » ou « experts » qui ne font que diviser).

5. Pour Ugo Morichini, voir les pages :
Outrage au Seul Ré-EL
Non État, Non débat-opinion, Non lieu.
Voir aussi la note 2 sur la page Un très joli jeune Homme.

6. Voir notamment la page sur le Passeur, Celui qui fait passer le pont (le pontife).

7. Du Soûtra du Cœur de la Connaissance transcendante (Allé, allé, allé au-delà, allé complètement au-delà, l’Éveil, ainsi).
 
 

Dernière mise à jour : 03-09-2021 00:00

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2021 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved