Pas de Vraie Paix possible
 

Ecrit par Sechy, le 14-11-2021 04:24

Pages vues : 1523    

Favoris : 105

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Aiguille, Argent, Artifictiche, Atlantide, Banque, Christ, Commerce, Convention, Croyance, Diable, Dragon, Égrégore, Enfer, État, Feu, Guerre, Images, Jardin, Marchandise, Nostalgie, Paradis, Peur, Pointe, Pouvoir, Raison, République, Rêve, Serpent, Silence, Social, Spirale, Transhumanisme, Vie, Vierge

 
paradis_perdu_carotte.jpg
 
Pas de Vraie Paix possible
avec le virtuel : la raison, la « libre pensée ».
Car en triomphant, la libre pensée
signait son arrêt de mort, car il est
évidemment impossible pour un État et son
gouvernement de gouverner en reconnaissant à
chacun le droit de ne pas être d’accord.
Avec Descartes, la raison devient le winner :
rupture totale entre le res cogitans, la chose
pensée, et le res extensa, le monde de la
matière étendue. En conséquence fut abandonné
le besoin de perception de l’unité essentielle
des essences du Divin et de la matière, tel
qu’il s’exprimait dans l’Imagination créatrice
par exemple au Moyen-Âge occidental.
 
Descartes est la tendance de la Renaissance en
Italie et de la Réforme.
La division entre le res cogitans et la res extensa
a conduit le monde chrétien à perdre l’intuition
de l’Unité, des Essences, de ce qui informe l’âme
par le Haut, le Divin, et de ce qui l’informe par
le bas : la matière et les forces telluriques
(surtout l’inconscient).
Le monde occidental chrétien va alors être plongé
dans un demi-laïcisme, la solidité de la pensée et
du physique ayant été rompue, particulièrement
avec Galilée (premier balbutiement de la
« conquête spatiale » et de l’amplification de
la dualité Dedans-Dehors).

La laïcité commençait à triompher et sa « libre
pensée »
avec. L’enseignement chrétien devra
se limiter pour ce qui est du comportement dans
le spatio)temporel, le social, à un vulgaire
moralisme sentimental sans référence aux Essences
et donc sans référence à la Vraie Nature de
l’ÊTRE.
Les trois religions abrahamistes sont
devenues du SENTIMENT RELIGIEUX
et non pas
de Connaissance (co-naissance = Retournement
de la Lumière ou Réalisation du Soi).

Galilée n’est pas le seul responsable,
L’IMPRIMERIE marqua jusqu’à nos jours
la division entre le Seul Réel et le virtuel
devenu si dictatoriale, par le bouleversement
du langage écrit facilité par l’invention de
l’imprimerie par laquelle nous sommes passés
d’une pensée sur les choses (res extensa)
à une pensée sur les représentations des
choses, c’est-à-dire à une pensée sur
la pensée (res cogitans). Notre concept
du monde actuel et de nous-mêmes est un
sous-produit de l’invention du monde sur le
papier, puis, il y a peu, dans l’ordinateur.

Nous sommes passés des besoins essentiel
à la vie à l’esclavage de la production
mercantile POUR LE MARCHÉ (le mondialisme
formé par ceux qui rêvent d’un unique Royaume
et unique gouvernement sur Terre).
ESCLAVAGE DU MARCHÉ = LE VIRTUEL (qui
ira jusqu’à fourbir le « télétravail », le comble
de l’esclavage moderne !) :
- Naguère l’humain tenait un silex.
- À la Renaissance il tient une longue-vue,
se déplace en longues distances et dessine
des cartes de géographie sur du papier.
- À ce hui, il enregistre des données ;
il n’y a plus de production pour le
Réel : les besoins humains premiers !
Il n’existe plus que des besoins
mercantiles : LA MISE EN VALEUR DU TEMPS
(de travail), le res cogitans marchand,
calculant, et évolutionniste sans fin :
TOUT DOIT ÊTRE RENTABILISÉ :


Dans cette conception de la réalité, la destruction environnementale est nulle tant qu’icelle n’a pas été économisée, d’où la psychose du « réchauffement climatique » et des énergies fossiles polluantes issues du 19è siècle européen et de sa révolution industrielle. Une banquise non capitaliste, ça n’existe pas ; une forêt amazonienne non capitaliste, ça n’existe pas ; un lac non capitaliste ça n’existe pas, car dés qu’il y sera construit une base nautique, on passe au MONDE VIRTUEL et MERCANTILE.
Dans le capitalisme le lac ou la forêt amazonienne ne seront plus jamais naturels car souillé par l’homme (d’affaires).
LE CAPITAL NE VALORISE QUE CE QUI LE VALORISE, C’EST L’ÈRE DU WINNERISME ANGLO-AMÉRICAIN
(dont la langue anglaise s’est mondialisée puisque synonyme de commerce, d’échange). Le winnerisme ne peut qu’être engendré par la valeur d’échange et par là même l’État et son social qui vont avec.

LE POSTULAT FONDAMENTAL EST QUE L’APPROPRIATION PAR LE FÉTICHISME DE LA MARCHANDISE DE LA NATURE, ET DONC DU CLIMAT, EST LA CONDITION DE SA PRÉSERVATION. DE LÀ DÉCOULERONT QUE LES « BIENS COMMUNS » SERONT MAUVAIS ET QU’IL FAUT ENCOURAGER LE « VIVRE ENSEMBLE » ET SON SOCIALISME.
CAPITALISME VERT DONT LES VOITURES ÉLECTRIQUES FONT LA PARTIE DE MÊME QUE LE RÉCHAUFFISME CLIMATIQUE SONT L’ACTUELLE DÉMENCE DU CAPITALISME ET DE SON RÉGIME RÉPUBLICAIN. Le « néo » libéralisme est totalement anti-écologie et le capitalisme est une économie de DÉCHARGE, À CAUSE DE SA « MISE EN VALEUR DU TEMPS ».


LE MARCHÉ-IDOLE = CHOSIFICATION DE TOUT : la vie et la santé humaine, dont la marchandisation du ventre des femmes (PMA-GPA) et l’hôpital publique devenant un commerce comme un autre ; la Terre ou l’environnement ; l’esthétisme comme la « valeur » d’une œuvre d’art.

Donc, par cette virtualisation de l’humain, LA MACHINE DÉPASSE L’HOMME-CHOSIFIÉ ET L’EXPLOITÉ. C’est pourquoi il pouvait naître le concept d’« intelligence artificielle » et le transhumanisme qui rêve de « stocker la conscience » dans une « puce informatique électronique ».
Le res cogitans de Descartes, la chose pensée annonce les républicains de 1789 célébrant le culte du calcul par la raison mathématique qui, à ce hui, a pondu son œuf ultime : l’ordinateur, lequel rapidement est en train de tuer l’humain, son créateur, en le rendant inutile dans la conduite de ses affaires rationnelles, en supprimant ce qu’il croyait être sa raison d’être. Le culte de la raison de 89 et humaniste engendre à ce hui sa propre négation et meurt en accouchant de l’ordinateur. Dans le res cogitans, la chose pensée, le ROBOT, LA CHOSIFICATION DE L’HUMAIN EST DÉJÀ LÀ ET SA « VALEUR » (MARCHANDE) AUSSI.

L’HOMME S’EST FAIT ROBOT, IL ATTEND SON PROGRAMMEUR-MESSIE.

Or la définition du Libéré vivant, tel le Christ, tient en trois lettres : EST. Pas besoin de programmation ou d’administration par le Diable (voir la page précédente : La Qualité écrasée par la QUANTITÉ de Grandgousier). Par exemple, Mazu Daoyi (709-788), un des plus grands maîtres chan (Zen) de la dynastie des Tang (618-907) EST DÉJÀ UN « COMMUNISTE » au sens des Communautés humaines originelles quand il écrit : « Ce qui m’interroge à l’Instant présent constitue ton trésor. Toutes choses son parfaites en soi, rien ne manque. Utilise-les spontanément, à quoi bon rechercher vers l’extérieur [il n’y a pas de Loi au-dehors, il n’y en a pas non plus au Dedans] ». Mazu est contre le papier et son langage écrit et donc ses lois qui façonnent l’inconscient collectif : « Dès que l’encre est séché, nos formules [ou lois] sont fausses » disent les Anciens Chinois de l’École du Dhyâna (méditation, contemplation, zen chan). L’acte de la raison assassine la perception du vivant, comme le résume le mot consomme qui sonne comme consume (détruire par le feu).
S’ÉVEILLER SOI-MÊME, PAS BESOIN DU PROGRAMMEUR OU DE L’EXTÉRIEUR OU DU SOCIAL, PAS BESOIN DE L’AUTRE : CE N’EST PAS QUI LUI SORT AU JOUR (Éveil ou Lumière).

PRINCIPE DU CAPITALISME : Passer d’une pensée sur les choses à une pensée sur la pensée AFIN QUE LA VRAIE NATURE HUMAINE NE SOIT JAMAIS RÉALISÉE ; c’est le MASQUE.
Passer d’une pensée sur les choses à une pensée sur la pensée, c’est le winnerisme immigrationniste pour empêcher la pensée directe sur les choses (les migrants n’en on rien à foutre des revendications des natifs…) ; toujours cette logique du VIRTUEL : les migrants deviennent les « spécialistes » utile au capital.
Passer d’une pensée sur les choses à une pensée sur la pensée = PLUS ÇA CHANGE ET PLUS C’EST LA MÊME CHOSE : la phase terminale du cancer du pouvoir s’allonge dans la mise en valeur du temps, le maladie du pouvoir semble éternelle !!!
PLUS ÇA CHANGE ET PLUS C’EST LA MÊME CHOSE = en France ou dans un État sous régime républicain et « démocratique » ça ne change rien d’avoir tous les 5 ans un changement de « macron ». La « démocratie » est le régime parfait pour entretenir l’argent et LES CONFLITS, puisque la démocratie construite sur l’ego ne peut fonctionner que par conflits d’intérêts et donc être condamnée à la frustration permanente qui engendre les « Plus ça change et… ». La démocratie est, et dangereuse, et stérile.

Le Grand ‘Je’ de « Je suis ce JE SUIS », par-delà le spatio-temporel, le BLANC DE L’INSTANT, ce Centre qui est nulle part ; il lui suffit d’Être, et dans Lui, la Circonférence n’existe pas ; ce ‘Je’ ou Centre est tout entier le ‘je’ de la Circonférence, DES Circonférences : les noms-les-formes, comme tous les rayons sont issus d’un même centre. C’est ce ‘Je’ qui fonde la « Personne » : autour du son rayonnant : père sonne : déploiement de l’onde. Ce ‘Je’ EST L’UNIVERS, le Blanc de l’Instant qui porte la Genèse à partir de Lui-même, L’ESSENCE DE TOUT LE CRÉÉ, et ce Blanc est le même pour tous les humains et autres noms-les-formes. En ce Blanc le Un et l’Infini sont une même chose. L’Essence de la création totale, toute l’échelle de ce qui EST, et celle de l’Individu qui est ‘moi’, ‘toi’, c’est la même.
BLANC = Silence absolu, naissance, commencement : l’OR ROSE DU POMMIER ou l’Aurore. Le Blanc est originellement la couleur de la Mort, d’où le titre du Livre des Morts des Anciens Égyptiens : Livre de la sortie au Jour.
Le Blanc, couleur de l’initiation, devient par son acceptation la couleur de la Révélation : la couleur de la théophanie ; la blancheur triomphale apparaissant sur un sommet : Jésus emmène avec Lui Pierre, Jacques et Jean sur une haute Montagne (Marc 9, 2-5).
Le Blanc de l’Instant intimement lié au Noir de la Nuit obscure : Blanc des 7 couleurs de l’Arc-en-Ciel et Noir à la fois de leur synthèse et de leur négation ; le Noir associé au Saint Chaos : LE BLANC NEUTRE ou LA NUIT OBSCURE (de Jean de la Croix) : « Aussi, comme l’âme est sevrée de toutes ses tendances [samskâra] et de toutes ses attaches, et que ses puissances sont dans les ténèbres [le Saint Chaos ou Eaux Primordiales], elle est affranchie de toutes les imperfections qui étaient en opposition avec son esprit, comme de la chair et de tout le créé. Elle peut donc dire à bon droit qu’elle marche DANS LES TÉNÈBRES ET EN SÛRETÉ. […] Car enfin, bien que ténébreuse, c’est de l’eau, et voilà pourquoi elle rafraîchit et fortifie l’âme dans ce qu’il lui convient le mieux, quoique ce sont dans les ténèbres et les angoisses », écrit Jean de la Croix dans La Nuit obscure.

« De la sorte [des tendances dégagées de toutes choses créées] l’âme sort d’elle-même [par la Réalisation du Soi ou le Retournement de la Lumière] et de toutes les créatures pour arriver à la douce et savoureuse union d’amour de Dieu, DANS LES TÉNÈBRES ET EN SÛRETÉ ».
TÉNÈBRES, PUTRÉFACTION, FLÉAU = RENONCEMENT ET PARADOXE DU RÉSERVOIR DE TOUTES CHOSES (Homère voit l’Océan noir). Aucune différence entre le NOIR BRILLANT (un peu rougeâtre sombre) et le BLANC BRILLANT : ILS SONT TOUS LES DEUX L’INSTANT. L’Instant ou Vierge Noire par absence de noms-les-formes ou informel des formes et des couleurs : Kâli-Shiva ; Ramana Maharshi est photographié assis sur une peau de fauve à poils noirs et blancs, signifiant le non-manifesté et la manifestation. Le FLÉAU parce qu’Œuvre au Noir en Alchimie ou Retour au Saint Chaos pour aboutir à l’Œuvre au Blanc puis au Rouge (plutôt Rose comme l’Or du Pommier… La couleur de l’Or est Rose…).
NOIR = ZÉRO INDIEN, terre fertile, gouffre aux Chimères, Océans et Divinités de l’Eau avec le Trident comme ceux de Neptune, Chalchiutlicue, puis de Satan à Shiva.
 
 

Dernière mise à jour : 14-11-2021 04:51

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2022 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved