Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow Un coin ŕ Yôkai
Un coin ŕ Yôkai Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 15-05-2010 23:45

Pages vues : 6066    

Favoris : 114

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Élémentals, Esprits, Nature, Terre, Yôkai


frises_m_age1g1.jpg
 
Un coin à Yôkai

En mémoire et en hommage à un ou plusieurs Yôkai

Coucou ! à bientôt...
 
L’écologie, l’idiote protection de l’environnement qui coupe l’humain d’un ensemble : la Nature (il se coupe de lui-même), et le « développement durable » ne serviront à rien tant que les êtres humains persisteront à ignorer l’existence des Élémentals. Rien que les Gnomes représentent dans l'âme humaine des étincelles de connaissance. Quand ils se retirent les choses vacillent et meurent.

Je connais un coin en France où les Yokai se plaisent, peut-être parce que là-bas il y a beaucoup de bois, et encore peu de monde pour les importuner. Il s’agit des bois autour du château de Tournoël, à 25 minutes à pieds du village de Volvic en Auvergne. Au bout du village en le laissant derrière soi, sur la gauche on prend une route étroite et sinueuse qui monte, on croise des lézards qui se chauffent au Soleil sur des murets le long de la route. Bizarrement je rêve encore quelquefois que j’emprunte cette route, je ne peux pas me tromper.
 
On arrive enfin sur une esplanade aux pieds du château sur la gauche, côté du donjon dont son éperon est en partie démoli. Mais tout de suite sur la droite, les bois s’offrent au promeneur (comme on peut voir sur la photo). Et rien qu’à y penser, car je n’y suis point retourné depuis 1991, je me sens étrange, comme ayant bu à une source. C’est dans ces bois que malgré-moi je me suis dirigé lorsque j’étais imprégné d’une grande mélancolie, d’une tristesse mêlée de pénibles angoisses. Aussitôt passé « la porte du château », formée par une ouverture dans la lisière des bois, qui débouchait sur une cour, ou plutôt une clairière, je me suis senti comme entouré d’une présence étrange, invisible à mes pauvres yeux bien-sûr, mais présence bien sensible, très concrète ; qu’hélas j’essayais d’atténuer ou effacer, tant mon manque d’éveil était grand, et l’est encore maintenant... Cette présence était certainement là tant que je marchais dans ces bois, mais une fois que j’eus quitté la clairière la présence était nettement moins forte. A y repenser, cette présence me semblait comme un « coucou », un joyeux bonjour. Comme je suis de nature méfiante, avec mon mental imbécile, je dû repousser le salut amical des Élémentals de ce coin-là, et je dû leur paraître fort impolie ou parfaitement crétin. La trace de cette action doit toujours se trouver là-bas. Il est vrai que je n’allais pas fort à cette époque, surtout en juillet 1991 lorsque se produisit cet événement. Je travaillais alors comme animateur de dessins animés dans un studio de films d’animation, qui était situé en banlieue parisienne, et où l’ambiance commençait à devenir fort lourde, en tous cas pour moi ; en plus j’essayais à cette époque d’arrêter de fumer ou au moins de diminuer fortement, et ça sans aucun médicament, ni pour quoi que ce soit d’autres bobos.
 
 
tournoel480.jpg
 
 
Certes, on peut probablement rencontrer des Yôkai, des Élémentals dans différents coins de France et dans un état moins mélancolique et moins triste que le mien ; mais alors il faut un état d’éveil particulièrement développé, sinon on passe comme un endormi à côté de merveilles. Grâce à mon état mélancolique, qui depuis s’est amélioré, naturellement, c’est-à-dire que mon mental ne m’a pas piégé, ou mon côté rationnel ne m’a pas censuré, j’ai pu avoir la preuve d’une force de la Nature, sous forme de souffle, d’Esprit, d’Élémental, un ou plusieurs, qui étaient présent dans, ou proche de la clairière, situé d’ailleurs presque à côté de l’esplanade sur laquelle se garaient des voitures.
Grâce à mon après-midi passé dans ces bois, malgré-moi, mon état mélancolique s’est amélioré temporairement, grâce à la présence d’un ou plusieurs Élémentals. Peut-être que si je n’avais pas été dans cette clairière cet été là, je ne serais pas ce jour en train de l’écrire sur le clavier.
Dans ces bois, et même dans d’autres bois lorsque j’étais scoute bien des années auparavant, je me sentais chez moi. Ainsi si vous voulez observer un objet, une roche, un arbre, une coccinelle, une tour, un château : IL FAUT ÊTRE CET ÉLÉMENT, tout simplement pour communiquer avec lui ; ainsi si je le peint en aquarelle, l’émotion passera d’autant mieux chez celui qui regardera mon aquarelle.
Les chats peuvent certainement observer une dimension que nous humain ne pouvons pas voir.
J’avais emporté ma boîte d’aquarelles, mais dans les bois, où la lumière était tout de même tamisée, je n’ai pas ouvert la boîte ; seul le château de Tournoël s’est offert à mon pinceau, comme on pourra le voir dans l’aquarelle ci-dessous.

Pour rencontrer des Esprits de la Nature, ou Yôkai, ou Élémentals, c’est simple, il faut faire abstraction de son mental contenant des idées reçues, et une foule d’autres tracas de la vie humaine de tous les jours. Cet été de juillet 1991, étant dans une tristesse qui masquait heureusement mon mental, j’ai pu bénéficier de la grâce de découvrir l’existence d’Esprits de la Nature, alors qu’avant cette date, j’ignorais tout de ceux qu’on nomme aussi un peu irrévérencieusement : « le Petit peuple ».
Pour observer la dimension des Élémentals certains préconisent la clairvoyance, ou par des moyens qui sont « à l’extérieur du corps », c’est ce qui c’est produit je pense lors de mon séjour en juillet 1991. C’est exactement comme une graine cachée dans le sol, comme un oignon dans le bac à légumes qui se met a germer six mois après. Les chamans peuvent bien-sûr interférer avec la dimension des Élémentals. Tout est possible, mais tout n’est pas permis, comme écrirait l’Alchimiste Roger Bacon.

Comment peut-on réfuter l’existence des Élémentals ? Nous, pauvres humains sommes sur cette planète bien après l’arrivée des cailloux et minéraux, des végétaux. Les Élémentals s’affirment d’eux-même, naturellement. A leur propre façon, les Élémentals sont aussi réels que nous le sommes, et remplissent des fonctions essentielles concernant la vie des plantes. C’est comme une vérité, comme la réalité qui ne disparaît jamais et demeure éternelle. Les Élémentals sont sur une autre dimension ou vibration que la notre, c’est pour ça que nous ne pouvons pas les voir.
Comme les Élémentals sont la réalité, ils peuvent disposer d’un instinct grégaire ou conscience collective, et donc ils ne disposent presque pas de volonté propre, sauf une hiérarchie d’Élémentals qui apprend son utilisation et se rapproche ainsi de la volonté des humains. Le peuple de l’Eau possède un peu de volonté propre : les Ondines et Ondins. Les Ondines auraient une volonté plutôt négative selon des légendes : elles s’offrent à guider les voyageurs mais les égarent à travers les brumes des forêts et des marais et les y noient. Mais comme tout Élémental, les Ondines peuvent-être positives, négatives ou indifférentes. Elle symbolise les sortilèges entourant l’eau et l’amour : les dangers d’une séduction dont on s’abandonne sans contrôle : l’inverse du libre arbitre ou de la volonté propre ! Le serpent charme bien sa proie !
 
 
Tournoel
 
Château de Tournoël, aquarelle de M. Roudakoff
 
 
Un point essentiel : les Élémentals vivent DANS L’INSTANT, c’est en partie pourquoi nous humains nous ne pouvons pas les voir, car nous sommes rongés par la chronologie ou flux de l’écoulement du temps. Non seulement les Élémentals vivent uniquement dans l’Instant, mais uniquement aussi dans la JOIE, l’EXTASE, le RAVISSEMENT, qui ne peut être que la SOURCE de l’Instant. Aussi on peut comprendre que je fus « interpellé » par des Yôkai dans la clairière à côté de Tournoël, tant ma mélancolie devait détonner dans le paysage !...
L’Instant n’est ni plus ni moins qu’un POINT, le Bindu des Hindous, la source fondamental de l’énergie, ce Point qui est dans l’Univers partout le centre et la circonférence nulle part. C’est le Tout, la Lumière blanche ou Réalité ultime.
Logique que l’Instant représente l’Extase, car les Élémentals sont ingéniosité, vivacité astuce et bon sens puisque Instant.
Chaque forme émet, est en accord avec l’extérieur, et doit posséder son Élémental respectif. Ainsi les Élémentals seraient comme les Alchimistes des phénomènes naturels. Rudolf Steiner disait que sans les élémentals, c’est simples, nous n’existerions pas ; puisque ceux-ci sont des véritables bourreaux du travail, (comme les Alchimistes). Tout ce qui nous entoure, non seulement les trois règnes : minéral, végétal et animal, mais nous-mêmes, nos corps et nos organes internes, tout cela est créé et maintenu par les Élémentals. Steiner précise même que sans les Élémentals nous ne serions pas capable de rassembler nos propres pensées. (Qu’on ne vienne pas m’avancer l’histoire des neurones et autres bidules du cerveau ! C’est comme le psychiatre qui me répondait qu’il ne soignait pas l’âme... Bref, du bon matérialisme)

Maintenant, il doit exister des êtres humains en partie élémental et en partie humain. Il paraît que ceux-ci sont plus porté sur les arts... Maintenant... tout être cherche à s’élever, alors celui qui est en partie humain et en partie élémental peut choisir de se perfectionner dans la dimension des Élémentals, et ça, c’est très réconfortant... Je soupçonne le peintre cubiste Juan Gris d’être en partie un Élémental, car il savait établir une identité secrète entre des formes vibratoires s’accordants amoureusement sur des objets en une porteuse vibratoire des plus subtiles. Un autre artiste qui devait être en partie humain et dans une moindre part élémental : Albrecht Dürer, à cause de sa soif de connaissance de la Nature, mais comme Juan Gris, il était aussi entièrement habité par les figures des objets. Dürer écrit même : « Car en vérité, l’art est dans la Nature ; celui qui sait l’en extraire le possède ». Par la pratique du dessin, l’artiste de la Nature peut arracher au monde le secret de ses lois.

Je me souviens parfaitement de la visite du château de Tournoël, en partie démoli, mais aussi en partie habitable et de très bonne facture ; presque un décor de cinéma, tellement c’est impressionnant, comme si les habitants de ce château venaient juste de sortir faire un tour et allaient revenir revêtu de leurs habits du Moyen-Âge. La cour du château est étroite et tout en longueur mais charmante et lumineuse, ce qui est encore renforcé par son style gothique à la Disney ! On s’y sent bien, et pourtant comme écrit plus haut j’étais bien mélancolique. Il existait une jolie chapelle, on peut voir que l’actuel propriétaire fait faire de nombreuses restaurations. Bref, ce château est un véritable bijou.
Voir aussi le site Passion des Châteaux. L’idéal serait de s’en faire construire un... avec l’aide des Élémentals...

Michel Roudakoff
 
 

Derničre mise ŕ jour : 16-05-2010 01:32

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer ŕ un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2022 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >