Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow L’anti non-agir :
L’anti non-agir : Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 20-04-2011 01:33

Pages vues : 5972    

Favoris : 54

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Amour, Anarchie, Argent, Banques, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Église, Esprit, Europe, Inquisition, Justice, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Monarchie, Mondialisme, Nature, Nucléaire, Opinion, Politique, Pouvoir, Prisons, Pyramides, Religions, République, Révolution, Russie, Sagesse, Satan, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Temps, Terreur

 
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
 
 
L’anti non-agir :

c’est le maçon : faire, de l’anglais : to make : made in ceci, made in cela, make a love... mais dans quel sens ? (Voir plus bas)
Présentement nous en sommes au SAVOIR-FER.


RACISME : « Peuple élu » contre « Peuple non élu »

Chronologie tueuse
 
 
 
Le maçon c’est celui qui exécute ou dirige des travaux de maçonnerie : avant une construction, par exemple une pyramide, ou un temple pour un certain Salomon. Les maçons au Moyen-Age construisaient des cathédrales pour les chrétiens. Alors pourquoi les francs-maçons sont-ils des ennemis de l’Église ? car eux-même ne forment-ils pas une chapelle !!! une paroisse !... Bien-sûr le chef des maçons est appelé : Grand architecte (Satan), alors on fabrique un dieu ou une universalité de plus... et par PURE CONVENTION.
 
Évidemment le mot maçon en plein siècle des loupiottes (1782) indique un membre de la franc-maçonnerie spéculative qui venait de renaître vers 1717 (fondation de la Grande Loge d’Angleterre, et en France degrés de Clermont et Rites de Heredom). On ne me fera pas croire qu’aucun franc-maçon n’a participé à la révolution de 1789...

Qui dit construction dit « Première pierre », « Pierre d’angle », etc. Mais il faut surtout des fondations, surtout s’il y a un étage. Alors là on retrouve l’idée d’INITIATION, et donc d’accès à tel mystère.

Le dictionnaire Le Robert nous indique au mot Mystère : du latin : mysterium, du grec mustérion, de mustès « initié », et donc métier. Voilà le sens actuel du mot mystère : LE MÉTIER, L’OUVRAGE, la belle ouvrage... Sur le métier remettez cent fois... Mais on peut aussi apprendre sur le tas... de pierres !
Ainsi nous sommes à l’opposé du Taoïsme et du Wou-wei ou Wuwéi : le « non-agir », ou plus vulgairement : le « lâcher-prise ». Tout ce qui se fait spontanément est supérieur à ce qui se fait volontairement. Ainsi l’enseignement sans parole est-il la perfection de l’initiation (apprendre sur le tas).

Apprendre un métier c’est être initié à certaines techniques et tours de main et tours de bras. On appelle ça aussi « le savoir faire » (actuellement le savoir fer) ; ce qui entraîne les codes et rites qui vont avec. Là encore c’est à l’opposé du Wou-wei et même criminel par le massacre des matériaux employés pour les constructions.
Mais apprendre un métier c’est à la disposition de tous, alors que le mystère et quoi qu’on en dise reste l’affaire d’une ÉLITE parce qu’il s’y introduit la CHRONOLOGIE TUEUSE ou DEGRÉ INITIATIQUE, et ça ce n’est pas bon.
Car il y a vraiment un problème avec ça, même chez Ramana Maharshi, lorsque l’on dit que le degré initiatique concerne le degré d’avancement, et donc il est « caché » à ceux qu’il ne concerne pas. La sélection à la base n’est pas naturel, car un soi-disant « laissé pour compte », surtout enfant, pourra se révéler de suite un être très éveillé.
Tout l’enseignement actuel aussi bien primaire que secondaire et universitaire est basé sur le système hiérarchique pyramidale franc-maçonnique.
Ramana Maharshi disait dans l’enseignement 107, qu’il n’était pas possible d’instruire spirituellement en masse, car cela dépend du tempérament des individus et de leur maturité spirituelle. Ce n’est valable que dans le système d’éducation à l’occidental et la société mondiale actuelle, mais si la société n’était pas aussi pourrie, l’éveil pourrait commencer très tôt, et ensuite libre à chacun d’en tirer les leçons qu’il veut. Bien-sûr j’entend par éveil table rase de toute religion et seulement en faire un historique simple, mais on pourrait enseigner aux jeunes enfants ce qui existe en spiritualité ; on inculte bien aux enfants l’invention mercantile du Père Noël pour faire marcher le business... L’enseignement du spirituel pourrait consister en une bibliothèque de ce qui se fait en matière symbolique permettant d’accéder à un merveilleux, à la beauté, donc un éveil ; la culture perturbatrice venant ensuite au grès et désir de chacun.

Spirituel : le dictionnaire Le Robert écrit : de l’ordre de l’esprit considéré comme un principe indépendant (et là commence l’erreur car en occident on sépare esprit du corps tout comme on sépare l’être humain de la Nature). Le Robert classe spirituel dans « la morale » puisque ce mot remonte au latin ecclésiastique du Moyen-Age, période si engluée dans la chrétienté.

Il est extrêmement dangereux et diabolique de faire l’association que fait C. W. Leadbeater dans Rites Mystiques Antiques, une brève histoire de la Franc-Maçonnerie, lorsqu’il écrit : « Les initiés des Mystères égyptiens étaient symboliquement engagés dans l’édification de la pyramide [note : qu’est-ce qu’il en sait ?], tout comme nous sommes engagés, dans la maçonnerie moderne, dans l’édification du temple du Roi Salomon (sic), les deux structures devant être représentatives des processus de construction à l’œuvre dans la nature (sic) ». Cette phrase est entièrement l’OPINION de Leadbeater.

Avec cette conception hiérarchique et donc en plein prisonnière de la CHRONOLOGIE TUEUSE, on voit où cela nous même : à L’ÉVOLUTION, comme l’élévation pyramidale façon Darwin ; à l’idée de civilisation : les progrès successifs des techniques et des inventions matérielles. Et nous en voyons le sinistre résultat de nos jours : une abomination, une mort violente prochaine.
Leadbeater précise donc l’idée franc-maçonnique dépendante de la chronologie tueuse : « Chaque degré des Mystères était conçu de façon à refléter l’une ou l’autre des grandes initiations de la Loge Blanche, afin que les initiés de ce niveau inférieur (sic) se préparent en fait à s’engager sur le chemin de la sainteté [rien que ça ! alors la franc-maçonnerie est AUSSI une religion et une UNIVERSALITÉ DE PLUS], et tentent ainsi d’accéder à la plénitude de l’union avec Osiris, la Lumière cachée [note : en fait avec l’Instant, le Soi].

Évolution : du latin evolutio « action de dérouler », de volvere « rouler ». Nous sommes bien dans la chronologie tueuse compliquée du « fil d’Ariane » dans le labyrinthe du monde des accidents. Darwin ne travailla que par « le petit bout de la lorgnette », tout comme Freud d’ailleurs. Et comme dans les écoles et système scolaire du franc-maçon Jules Ferry, on y brasse largement la SÉLECTION afin fournir le meilleur des futurs esclaves aux banquiers.
Il est très facile de faire le rapprochement Darwin et francs-maçons, même si celui-ci n’en était probablement pas un ; par contre, son grand-père Erasmus Darwin en était un. Mais il n’est pas possible que Darwin n’est pas eu de rapports avec des francs-maçons.

Qui dit « évolution naturelle » dit piège, car on va bombarder ça d’universalité puisque c’est naturel, c’est « scientifique », alors que ce n’est que classement et analyse conventionnelle.
S’il y eut bien création, alors elle vient bien du Cosmos, mais d’où ??? Il est probable qu’actuellement des forces mettent tout en œuvre pour détruire les preuves que nous sommes des êtres créés par des entités extraterrestres, mais créationisme ou non, cela n’empêche pas la spiritualité et le merveilleux qui va avec.

Jean-Paul Sartre et ses « existentialistes » sont bien dans le thème franc-maçonnique et de Darwin : l’évolution PROPRE de l’homme. Le Behaviorisme est aussi dans le même thème. Comme les francs-maçons, tous se prennent pour des dieux et font chier les autres : le « peuple NON élu ». Et tous ces gens d’une certaine façon « refuse la nature humaine », comme si c’était honteux. Et c’est ce que fait Darwin : la créature humaine s’est révolté contre la décision du Créateur dont elle a reçu une nature en vertu de laquelle l’être humain devait être un être humain : « Je suis ce JE SUIS ». Bien-sûr le Créateur étant la Source, l’Instant, le Soi, etc., peut importe le nom. Qu’est-ce que vouloir être des dieux, sinon refuser d’être des humains, c’est-à-dire refuser l’Instant, ignorer la Source, tout simplement. Alors la Chute, le SCHISME, c’est le péché CONTRE la chair, la chair étant le versant existentiel de la nature humaine, l’universalité puisque c’est là que l’essence s’incarne concrètement, dans une individuation unique et propre à telle ou telle personne individuée (en référence à Carl Gustav Jung et au Soi).
C’est le Grand Architecte ou Administrateur Satan qui fit miroiter au « premier couple humain » la possibilité d’être des dieux, voir « comme Dieu ». or, en Dieu, l’essence, l’existence et le lien qui les unit sont indissolublement accordée en une Unité mouvante, parfaite, immuable : l’Instant ne devient pas, il est, comme le ‘Je’ est nu. Devenir c’est le lot de la créature individuée.

Ego sum qui sum (Je suis celui qui suis) a dit Dieu de Lui-même en Se faisant connaître à Moïse.
Je ne deviens pas, Je suis, on voit donc tout de suite qu’il y a FISSION, cela veut dire « être comme un dieu ». En se voulant ainsi, l’être humain refusa de devenir ce qu’il était appelé par Dieu, ou l’Instant à être (précisément être DANS l’Instant), l’être humain refusa son existence individuée. Alors il perdit sont orientation originelle vers le TAO en vertu de laquelle elle se serait réalisée dans une « ressemblance fidèle à l’essence », elle-même faite à l’image du Créateur ou DANS l’Instant. (C’est presque un cours d’énergie vibratoire !). L’existence jouant à Dieu fut ainsi mise dans la situation de pouvoir dévier, de pouvoir s’égarer, simplement de pouvoir ÊTRE MAUVAIS. Nous en vivons le résultat présentement.

Darwin et compagnie nous a donné le COMMUNISME : à la façon des francs-maçons, former une être humain NOUVEAU, le « camarade », comme les existentialistes : « L’existence crée son essence ». Mais c’est une abomination diabolique. La fameuse Chute du Paradis franchit le « mur du son » ou plutôt le mur du con avec le communisme et tout ce qui va avec, et découlant de la révolution de 1789. Ça se résume à SCHISME, et nous le voyons dans notre effroyable technologie nucléaire : la FISSION (fendre), et sa toute aussi abominable bombe nucléaire. Il n’y a pas de hasard ni d’évolution, tout s’enchaîne depuis la CHUTE. L’AMOUR s’en est allé.

Comme pour l’école primaire et l’école secondaire, dans les religions ou cultes à mystères façon Moyen-Orient, il y avait les petits et les grands mystères. On continu tragiquement de diviser la spiritualité qui ne peut pas être divisée, qui ne peut pas faire la partie de la chronologie. Il ne peut pas y avoir de maître de ceci ou de cela ! Sinon, comme avec la division, naturellement on tombe dans le POUVOIR, puisque de degrés en degrés initiatiques on parle de « transmission de pouvoir ».
« L’union complète avec Dieu » n’est pas réservé à un quelconque initié, tout le monde participe de Dieu, ou de l’Instant, ou du Soi, mais peut importe le nom comme l’enseignait Ramana Maharshi.
Ce sont ces ergoteurs de Grecques qui ont coupés les cheveux en divisions à n’en plus finir et les francs-maçons en sont, en partie, les héritiers.

Maintenant il est possible qu’il y ait danger que de mauvaises personnes s’emparent de leur science pour en asservirent d’autres, mais à ce moment là on ne peut pas parler de spiritualité ! Il s’agira tout au plus d’un enseignement non en harmonie et ne concernant que des techniques, pas une science. Car avec le système des degrés et de la chronologie tueuse, ont instruisait les initiés en fonction des besoins de ceux-ci (sic), et pour protéger des « secrets importants » de ceux qui n’étaient pas prêts à les recevoir. Et Leadbeater ose parler de « politique de sagesse » ; il donne d’ailleurs l’exemple de la « science » de son temps, déjà fortement diabolique : « N’aurions-nous pas intérêt à concevoir aujourd’hui des moyens réservant l’usage des nouvelles découvertes des sciences, utilisées aujourd’hui pour blesser et détruire) à ceux-là seuls qui seraient sûrs de s’en servir pour le bien public ? »
Cette phrase divise, elle emprisonne en voulant à tout prix une élite de je ne sais quoi. C’est très mauvais. Il est évident que « science sans conscience n’est que ruine... ».
L’élite franc-maçonnique découlant des religions à mystères du monde gréco-latin et du Moyen-Orient est anti démocratique, dans le sens de non liberté.
 
Il est vrai que l'inconnu fait peur, comme la Source, comme l'Instant... C'est tellement pratique d'avoir une équerre et un fil à plomb.
 
 

Dernière mise à jour : 20-04-2011 14:44

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2021 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >