Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow Ils font leur cinéma
Ils font leur cinéma Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 01-08-2011 21:47

Pages vues : 7230    

Favoris : 65

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Amour, Anarchie, Argent, Banques, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Église, Esprit, Europe, Goulag, Homéopathie, Inquisition, Justice, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Médecine, Monarchie, Mondialisme, Mort, Nature, Opinion, Politique, Pouvoir, Prisons, Pyramides, Religions, République, Révolution, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Temps, Terreur, Yôkai

 
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
 
 
Ils font leur cinéma


C’est le « progrès » : certains prétendent avoir trouvé l’Origine de l’Univers ! Car déjà nommer l’Instant zéro de l’Univers « Big Bang », c’est y introduire une chronologie et donc une division.
 
 
 
Voici deux conceptions du « Temps ». L’une est sèche et donc serré, et l’autre est humide et donc vaste. Par conséquence l’une des conceptions sera plutôt : « Le temps c’est de l’argent ».

Voici « Deux Histoires d’Écran »
 
 
 
SALMIGONDIS, diplômes de la Mort et science des voyeurs :

1596, salmigondis, de sal (sel) et peut-être de condire (assaisonner). Ragoût fait de restes de viandes. Mélange, assemblage disparate et incohérent ; patchwork.

Ainsi :
Les frères Bogdanov essayent d’expliquer l’Instant (le Soi de Ramana Maharshi) qu’ils nomment « Temps imaginaire », qui sera le « Temps sacré » chez Mircea Eliade.
Selon les frères Bogdanov, d’o&ugRave; viendrait le Big Bang : « Dans les trois formules du temps ».
« La première, c’est la forme ordinaire, le temps de chez nous (sic). Il est en profondeur lié à l’existence de l’énergie dans notre monde [? et qu’est-ce que l’énergie ?] C’est ce qui fait que les choses bougent, explosent, se transforment etc. Sans le temps pas d’énergie (sic).
A présent (sic) voyons la deuxième forme possible du temps : le temps imaginaire [pourquoi possible et pourquoi imaginaire ??] Plus exactement, imaginaire pur (souvenez-vous : il est mesuré par les nombres imaginaires) (sic) (sic) (sic).
A la différence du temps réel (sic) [?] toujours en mouvement d’un instant à l’autre, le temps imaginaire ne s’écoule pas (il est comme gelé) [alors c’est l’Instant, le Soi de Ramana Maharshi]. Un peu comme la bobine d’un film, dont l’histoire est comme gelée. Dans le temps imaginaire, l’énergie ne peut donc pas exister (sic) [à nouveau : qu’est-ce que l’énergie ?]
Qu’allons-nous y trouver à la place ? Ce sont ce que les spécialistes [sic) depuis quelques années appellent l’information. De quoi s’agit-il ? En fait (surprise !) de la même chose que l’énergie mais dans le temps imaginaire [l’Instant ou Soi, ou Temps sacré] ».
Encore une louche :
« On commence désormais à mesurer (plus ou moins grossièrement) le degré d’information de tel ou tel objet et de le comparer à tel autre » ???
(Pages 245-246 de : « Le visage de Dieu »). Le visage du diable, oui !

Autre exemple de « cinéma » des Bogdanov pour décrire l’Instant, la Source :
Leur exemple avec un DVD : pour le lire il faut consommer du courant électrique, le flux, le jus ; ensuite il y a le rythme, impossible de lire si on ralenti ou on accélère la vitesse du DVD, il faut visionner devant l’écran « en temps réel » ; puis en éjectant le DVD du lecteur, le film quittera l’Instant, le monde spatiotemporel, il ne restera que du binaire de zéros et de uns. Actuellement on appelle ça de l’information, résumant effectivement le film. Mais les Bogdanov se plantent car pour eux c’est toujours dans le spatio-temporel, même si ce n’est plus visible ! Pour les jumeaux l’Univers d’avant le Big Bang, c’est de l’information !!!
Or le vrai sens du mot information c’est « le sans forme » : informe, rendre informe, c’est-à-dire construire le dogme diabolique de l’opinion, ce sur quoi lutte l’Alchimie ! Informer c’est distribuer LA MÊME SOUPE POUR TOUS, ROBOTISER. Donc la cosmologie des frères Bogdanov et autres Albert Einstein ont contribué largement à l’accélération du projet de créer un gouvernement mondial ou mondialisme (terme de 1950, tient donc ! universalisme visant à constituer l’unité politique de la communauté humaine, perspective mondiale, en politique).

Conclusion : nous avons à faire un peu à du Barnum, avec un dose de naïveté mêlée d’esbroufe (étalage de manières fanfaronnes, air important par lequel on cherche à en imposer, surtout dans le cas « cosmologique » avec des affichages bien visibles de titres et fonctions sociales universitaires ou dites scientifiques), de plus en prenant parfois le lecteur pour un imbécile avec des comparaisons de cuisine et de salon plus que terre à terre... Genre : ce fauteuil, les lunettes ou les vêtements que vous portez, la maison dans laquelle vous vivez se réduisent en somme à de l’information pure : « un nuage de bits » (des sortes de « briques » selon les jumeaux).
My God, les Bogdanov réduisent « Dieu » à un binaire satanique... dont dépend hélas l’outil informatique actuel, avec toutes les conséquences qui vont avec...
Ces gens, d’ailleurs comme Albert Einstein COUPENT, DIVISENT, c’est pour ça que nous parlons de « Nature » comme si « Elle » était séparé de nous, du genre : « Faites un geste pour l’environnement ». Les communistes des juifs bolcheviks et de leur religion font la même chose : dans les écoles de Staline on apprenait que la Matière était le fondement de la réalité, qu’elle était infinie et bien-sûr éternelle. Nous avons bien là à faire à une religion à l’envers, personne ne peut dire le contraire... sauf un communiste bon teint bouffeur de curés ! (1)  Pour les marxistes la théorie du Big Bang et d’un Univers en expansion est une absurdité, car cela « colle trop » avec la religion chrétienne !
Un astronome anglais, Fred Hoyle, et cité par les Bogdanov, explique que selon Aristote (encore lui !), la matière serait éternelle, alors pour cet astronome l’Univers est infini et éternelle ! Pas de commencement, pas de fin, donc inusable !!!

Tout comme la vérité tout entière ne peut consister en un puzzle de vérités partielles cueillies un peu partout. Le Tout est autre chose et plus que le total de parties ! C’est la même chose que de parler de sujet et d’objet, de contenu et de contenant, ce qui forme le « deux », et donc la guerre. Seul le trois, le trinitaire permet la vraie Paix. Ramana Maharshi cite l’exemple de notre Soleil, indispensable aux activités du monde. Et pourtant, il ne participe aucunement à ces activités et n’a rien à faire si la France est en monarchie ou en république ou en dictature ; tout le cirque des humains peut se dérouler sans lui. Comme l’explique Maharshi dans cet exemple, il en va de même pour le Soi.


CINÉMA ET CINÉMA - TEMPS ET TEMPS.


Effectivement, l’explication du « temps » et de l’Instant est très différente et nettement plus claire et donc plus parlante que celle des frères Bogdanov, bien poussive, surtout diabolique et n’apportant rien de nouveau ; les jumeaux n’ingurgitent probablement que des livres « scientifiques ».

Maharshi : Oui. C’est comme une séance de cinéma. La lumière est projetée sur l’écran et les ombres qui passent donnent l’impression aux spectateurs d’une représentation de film. Et ce serait pareil si dans ce même film on montrait aussi les spectateurs. Celui qui voit et ce qui est vu ne seront rien d’autre que l’écran. Appliquez cela à vous même. Vous êtes l’écran, le Soi a créé l’ego et l’ego a ses formations de pensées qui se manifeste comme le monde, les arbres, les plantes, etc., dont vous parliez. En réalité tout cela n’est pas autre chose que le Soi [l’Instant]. Si vous voyez le Soi, vous trouverez le Soi en tout, partout et toujours. Rien d’autre que le Soi n’existe. (Extrait de l’enseignement 13a, du 7 janvier 1935).

Maharshi : Prenez l’exemple du cinéma. Des images bougent sur l’écran. Essayez de les attraper. Qu’attraperez-vous ? Rien que l’écran. Laissez disparaître les images. Qu’est-ce qui reste ? Encore l’écran [le support, comme dans l’exemple du DVD avec les Bogdanov]. Il en va de même ici. Même lorsque le monde apparaît, voyez à qui il apparaît [problème du contenu et du contenant ou du sujet et de l’objet, le sujet contient toujours l’objet ou la question est contenu dans la réponse ou l’inverse !]. Tenez le substrat du ‘je’. Une fois que vous le tenez fermement, qu’importe que le monde apparaisse ou disparaisse. (Extrait de l’enseignement 65, du 13 juillet 1935.

Contenant et contenu, tel l’Œuvre alchimique, comme macrocosme et microcosme, ou en Haut comme en Bas et l’inverse, sont « contenu dans le cerveau » ; c’est la même chose avec les plantes, les minéraux, qui bien-sûr ne sont pas « construit » comme nous humain ; c’est une question d’ACCORD vibratoire. Avec nos pauvres cinq sens nous appréhendons ce qui est ainsi projetée dans le cerveau. « Les impressions sur celui-ci se manifestent sous la forme du corps et des mondes. Comme l’ego s’identifie à des limitations, le corps est considéré comme ayant une existence séparée et le monde de même.
Étendu sur votre lit, dans une chambre close, les yeux fermés, vous rêvez à Londres, aux foules et à vous-même parmi elles. Dans le rêve, vous vous identifiez à un certain corps. Londres et tout le reste n’ont pas pu entrer dans la chambre et dans votre cerveau ; cependant, un espace aussi vaste et une durée de temps vous ont été perceptibles. Il faut donc bien qu’elles aient été projetées du cerveau. N’est-ce pas une chose étonnante qu’une création aussi vaste que le monde puisse être contenue dans le cerveau qui, lui est si petit ?
Bien que l’écran de cinéma soit limité, toutes les images du film projetées sur lui y sont pourtant visibles. Et vous ne vous étonnez pas qu’un tel déroulement d’événements puisse se manifester sur un si petit écran. [le problème est le même avec le projecteur qui projette la bande de 35 mm du film argentique ou le codage binaire du DVD] Il en est de même pour les objets et le cerveau ». (D’après une partie de l’enseignement 177, du 10 mars 1936).

Ce qui amène à l’état de « Conscience ». Le dictionnaire Le Robert écrit : connaissance, faculté de connaître : con et naître (avec naissance). C’est donc la faculté de l’être humain de connaître sa propre réalité et de la juger ou jauger ! C’est la même chose avec les plantes, les minéraux, leur 'conscience'. La nature formant un TOUT.
Ramana Maharshi explique, dans l’enseignement 199, que la Conscience est UNE, les autres consciences ne sont que des variations ou des états relatifs de la même Conscience absolue ou originelle. Cette Conscience « est comparable à un écran sur lequel ils [les états] sont projetés en tant qu’images qui bougent comme au cinéma. La Conscience absolue est notre nature réelle [le Soi, l’Instant]. Ainsi si on se demande d’où proviennent les objets que nous voyons, la réponse de Maharshi sera que les objets proviennent de l’endroit dont l’individu provient. Le problème résidant de toujours d’abolir la chronologie tueuse et l’emploi d’un quelconque alphabet avec sa cohorte de mots/maux et phrases et syntaxe conventionnels.


DÉTACHEMENT À L’INTÉRIEUR ET ATTACHEMENT EN APPARENCE, dit une forme de Yoga.

Ainsi, pour savoir si Dieu possède ceci ou cela, il faut partir de l’intérieur vers l’extérieur, c’est-à-dire d’abord chercher si vous, vous êtes pourvu de tel ou tel attributs ; ce que Maharshi appelle le samâdhi (le Maât de la déesse égyptienne ou ce qui est directe : expérience directe intense et temporaire ou contemplation totale), donc la vraie nature propre à chacun, sa « signature » en quelque sorte comme peut l’être celle d’un minéral qui sera fonction du terrain, de la phase de la Lune, etc., tout bouge d’Instant en Instant. Sinon, supposer que Dieu est ceci ou cela relève de l’OPINION.
Comme le dit Ramana Maharshi, le plaisir consiste à tourner le mental à l'intérieur et à l’y maintenir ; la souffrance, à le tourner vers l’extérieur. Seul le plaisir existe. L’absence de plaisir est appelée souffrance. Notre nature est plaisir.

Alors, quel est le crétin qui a inventé, ou déclenché la CHUTE ???

L’ÉCRAN : les images bougent dessus mais lui ne bouge pas ; l’Écran est le Soi, l’Instant, la Présence, la Source, etc. ; vous moi, et tous les autres sommes les images. Les individus peuvent bouger, tout comme les formes sont indéfinies en nombre, mais le Soi est Vérité. (D’après l’enseignement 470, du 10 mars 1938). Il y a bien un « POINT de passage ».
L’écran de cinéma n’est pas conscient, aussi il a besoin d’un spectateur pour voir dessus les images bouger, tout comme le temps pour exister a besoin de quelqu’un pour l’observer (ombre sur un cadran solaire). Mais l’écran du Soi inclut le spectateur et le spectacle, ou plus exactement, il est tout lumière. Les images projetées ne peuvent être vues que grâce à l’obscurité. On ne peut pas voir un film en pleine lumière du jour. Comme l’explique Ramana Maharshi à l’enseignement 636, « Le mental ne peut projeter des pensées et voir des objets que grâce à une ignorance sous-jacente. Le Soi est pure connaissance, pure lumière dépourvue de toute dualité. La dualité implique l’ignorance. La connaissance du Soi se tient au-delà de la connaissance relative et de l’ignorance. De même, la lumière du SOi est au-delà de la lumière ordinaire et de l’obscurité. Le Soi est absolument seul [la Vérité est autre que la somme des parties].

Encore un exemple :
Maharshi : Les images d’un film sont projetées sur l’écran. ces images mobiles n’affectent ni n’altèrent l’écran. Le spectateur leur prête attention et oublie l’existence de l’écran. Cependant ces images ne peuvent exister en dehors de celui-ci. Mais son existence n’est pas perçue. Ainsi nous pouvons comparer le Soi à l’écran sur lequel les images, ici les activités, défilent. L’homme est conscient des activités (le film), mais pas du Soi (l’écran) bien qu’il ne soit pas séparé du Soi. Qu’il ait conscience ou non des activités, elles n’en continueront pas moins. (Extrait de l’enseignement 313, du 2 janvier 1937).

Enseignement 316 :
Un film projette un incendie sur un écran de cinéma. L’écran prend-il feu ? Des tonnes d’eau sont déversées. L’écran est il mouillée ? Du matériel est utilisé. L’écran en est-il endommagé ? C’est pourquoi il est dit : acchedyo ‘yam, adâhyo’yam, akledhyah... [II (le Soi) ne peut être blessé, ni brûlé, ni mouillé (Bhagavad-Gîtâ II.24)]. Le feu, l’eau etc., sont des phénomènes qui apparaissent sur l’écran du brahman (c’est-à-dire le Soi), et ils ne l’affecte pas.

Ce qui est réel doit exister toujours. Ce qui « EST » doit perdurer à jamais. Ce qui apparaît nouvellement doit aussi disparaître. « Ce qui n’est pas continu ne peut être réel. Si une chose est réelle, elle doit toujours l’être et non pas être parfois réelle et parfois irréelle. Tout cela est comparable aux tours des magiciens. Leurs créations semblent réelles alors qu’elles sont illusoires. De même, l’Univers ne peut être réel en lui-même, c’est-à-dire séparé de la Réalité profonde ».

Alors trois possibilités pour l’Univers : soit il respire et il est mortel ; soit il est « Infini » et hélas « fixé » ou « codifié » ; soit il est le Soi et respire et donc comporte une présence ou un spectateur pour le vivre ; ce qui implique aussi nos frères et sœurs de l'Espace.

Autre exemple :
Maharshi : Les images d’un film ne sont que des ombres qui passent sur l’écran. Elles apparaissent, avancent, reculent, changent de l’une à l’autre [à raison de 24 images (film) ou 25 images par seconde en Europe pour la télévision] ; elles sont donc irréelles tandis que l’écran reste toujours le même. De même avec les peintures. Les images peintes sont irréelles, seule la toile est réelle (2). Il en est ainsi pour nous. Les phénomènes du monde, extérieurs aussi bien qu’intérieurs, ne sont que des manifestations passagères qui ne sont pas indépendantes de notre Soi. Seule notre habitude de les considérer comme réelles et de les situer hors de nous mêmes est responsable du fait que notre être véritable est caché et que les phénomènes du monde sont mis en avant [division]. Quand l’unique réalité toujours présente, le Soi, est trouvée, toutes les autres choses irréelles disparaîtront, laissant derrière elles la connaissance qu’elles ne sont autres que le Soi [voir le résumé de l’histoire de : Les neuf milliards de noms de Dieu, de Arthur C. Clarke, lequel a peut-être lu les enseignements de Maharshi].

Le Soi est la seule Réalité, ici et maintenant donc sans chronologie tueuse.
Réalisez simplement le SOI, et tout le reste ne sera plus, ou équivaudra à avoir trouvé le Nom de Dieu parmi les neuf milliards de noms.
Ainsi on comprendra le but des Alchimistes désirant « donner un corps » à l’Instant (la Pierre), selon l’ACCORD... Il ne sera jamais, JAMAIS question de même soupe pour tous.
Le Soi, l’Être absolu continue toujours d’exister, que ce soit pendant l’état de sommeil profond, de veille ou de rêve, enseigne Maharshi (Ens. 381)

Encore un exemple avec un extrait de l’enseignement 443 et 444, du 8 janvier 1938 :
Maharshi : Un personnage apparaît sur un écran de cinéma observant le monde entier. Quelle est la réalité du sujet et de l’objet dans le même film ? Un être illusoire observe un monde illusoire.
Question : Pourtant je suis le témoin du film.
Maharshi : Vous l’êtes, bien entendu. Vous et le monde êtes aussi réels que le personnage du film et le monde du film.
Il est évident que le monde chez les humains est perçu par le mental à travers les sens. Il relève donc du mental. « celui qui voit voit le mental et les sens comme étant le Soi et non pas séparés de lui [sinon c’est effectivement la Chute]. Celui qui agit, en restant non affecté par l’action [le Non-agir du Taoïsme], se purifie de plus en plus jusqu’à ce qu’il réalise le Soi ».
 

Un autre exemple avec un extrait de l’enseignement 446, du 24 janvier 1938 :
La Créatrice est de même nature que Sa création : voilà encore une parfaite définition du TRAVAIL ALCHIMIQUE ; ce qui conforte qu’il n’existera jamais de « Même soupe pour tous » ou dogme de l’opinion et mondialisme.

Maharshi : L’illusion est elle-même illusoire. L’illusion doit être vue par quelqu’un qui se trouve au-delà d’elle. Ce « quelqu’un qui la voit » peut-il encore être sujet à l’illusion ? Peut-il parler encore de degrés d’illusion ?
Prenez l’exemple des scènes qui se déroulent sur un écran de cinéma. On y voit un feu qui consume des maisons. Une tempête qui détruit des navires. Et cependant l’écran, sur lequel toutes ces images sont projetées, n’est ni brûlé ni mouillé. Pourquoi ?
Parce que les images sont irréelles et que l’écran, lui, est réel.
Prenez encore l’exemple des images réfléchies sur un miroir. Celui-ci n’est d’aucune façon affecté par la qualité ou la quantité des images réfléchies sur lui.
Il en va de même pour le monde qui n’est qu’un phénomène sur la Réalité unique, ne l’affectant en aucune manière. La Réalité est seulement une. Les discussions sur l’illusion proviennent des différences d’angles de vision...

Oui, l’opinion est bien un terrible dogme qui castre les individus.
‘Qu’est-ce qui est bien et qu’est-ce qui est mal ? [Question déjà posée il y a plus de 2000 ans par des Taoïstes] Il n’y a pas de critère qui permettent de juger si une chose est bonne et une autre mauvaise. Les opinions diffèrent selon la nature de l’individu et selon son environnement. Ce sont des idées et rien de plus. Ne vous tracassez pas à leur sujet. Débarrassez-vous plutôt des pensées [et Dieu sait si de nos jours tout est fait pour nous bourrer le crâne à toutes heures du jour et de la nuit]. Si vous demeurez toujours dans le bien, alors le bien régnera dans le monde. (Extrait de l’enseignement 453, du 8 février 1938).

Le bonheur et le malheur sont le résultat de « l’eau de mort » ou COLLE, laquelle ne va pas sans « l’eau de vie » ou ‘passivité agissante’ (opposé à l’eau de mort ou 'passivité négative').

Enfin, les couleurs du spectre en s’additionnant forment le Blanc, mais à travers le prisme apparaissent sept couleurs différentes, c’est pareil avec l’Arc-en-Ciel. Le Soi se décompose aussi en plusieurs aspects : mental, corps ou monde. Il est comme un ACCORD et prend la forme de tout ce que vous percevez. (D’après l’enseignement 495, du 29 mai 1938).


Reconnaître qu’on est ignorant, et donc sans diplômes ni membre de ceci ou de cela, ce serait tout de même bien et un commencement de Sagesse.


Notes.
1. Dire « Je suis ce JE SUIS » (Bible, Exode 3), c’est se fondre dans l’Instant, c’est connaître Dieu, par conséquence la Matière en est exclue. Dieu n’est rien d’autre que le Soi, le Centrum Centri, le Cœur, la Conscience et une foule d’autres noms...

2. Pratiquant l’Aquarelle depuis de nombreuses années, je crois aussi que seul le papier est réel, plus les pigments, lesquels ne sont rien sans l’eau qui fait la totalité. Sans eau, sans (un peu) de pigments : pas d’aquarelles. Seule l’eau est réelle. Seule la lumière est réelle. Peut-être même que seule « l’intention » est réelle... Seul L'ENTRE DEUX est réel.
Au cinéma traditionnel en projection de film sous forme de pellicule argentique, il faut d’abord faire l’obscurité dans la salle, pour ensuite introduire une autre lumière artificielle nécessaire à la projection des images. « Un dormeur ne peut rêver que tant qu’il n’est pas sorti du sommeil. Ce n’est que dans l’obscurité ou dans l’ignorance du sommeil qu’il peut voir les objets irréels du rêve. De la même façon, l’obscurité de l’ignorance donne naissance à la connaissance des perceptions du monde », extrait de l’enseignement 579, du 15 novembre 1938.



Page écrite avec ferveur et sincérité par Lev Raser-Poutine, Prince de Rostov-sur-le-Don en Russie, Docteur en Spiritualité de la Pré-Matière, membre de l’Académie de Bécon les Bruyères en France ; publié avant la destruction du binaire par qui vous savez...

En haut de page, vous pouvez voir la fameuse gare de Bécon, puis ci-dessous, l’état de la gare en 1943, en pleine seconde guerre mondiale ; une gare détruite non pas, pas encore, par le binaire ni les Allemands... mais par les alliés anglo-américains !
 
 
 
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
 
 

Dernière mise à jour : 01-08-2011 23:10

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2024 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >