Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Considérations triadiques
Considérations triadiques Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 12-08-2011 17:09

Pages vues : 5649    

Favoris : 43

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Amour, Anarchie, Argent, Banques, Chaos, Communisme, Conventions, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Église, Esprit, Europe, Goulag, Homéopathie, Inquisition, Justice, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Médecine, Monarchie, Mondialisme, Mort, Nature, Opinion, Paix, Politique, Pouvoir, Prisons, Pyramides, Religions, République, Révolution, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Temps, Terreur, Yôkai

 
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
 
 
Considérations triadiques
 
 
Trinité du Diable ou Prince de ce monde basé sur le dieu fric :
- L’envie : péché des paysans et des pauvres.
- La tristesse : péché des moines.
- La cupidité : péché des bourgeois.

Trinité du Diable chez les militaires et d’après Albert le Grand :
- Meurtre des innocents.
- Appât de gains supérieurs.
- Vain étalage de la force.

Une Trinité correcte apparut au début du 9è siècle : les trois pouvoirs en clercs, guerriers, travailleurs (oratores, bellatores, laboratores) ; soit une ressemblance avec les trois pouvoirs : spirituel, politique, économique. Un schéma triparti dont l’origine serait d’esprit latin selon quelques chercheurs dont Georges Dumézil.
 
Nous devons donc avoir : hommes prières, hommes guerres, hommes travail.

LABORE, LABOURE, LABORATOIRE
: recueillir des fruits de la Terre. Le contraire est l’acquisition d’un patrimoine en héritage. La division ‘pouvoir économique’ n’est survenue qu’à la chrétienté médiévale. Avant, et même dans le domaine du travail, la société restait aristocratique.
Le laboureur désigne le paysan aisé, possédant animaux de travail et outillage, par opposition au brassier ou braceor ne possédant que ses bras et ses mains pour travailler. Pour les mains on a les ouvriers manuels : manovriers. De nos jours de technologies, un ‘manœuvre’ possède un sens péjoratif, la plupart des choses se faisant à la machine.

Dans la Trinité des trois pouvoirs d’une société qui s’apparente au monothéisme, c’est le roi qui est le garant de la paix et donc du « progrès économique ». La finalité du schéma de société en triparti c’est d’exprimer l’harmonie, l’interdépendance, la solidité entre les classes s’il en reste encore. Cette harmonie ne peut tenir que sous la direction d’un roi. Matériellement le point le plus dangereux est l’économie, surtout son idéal, et séparé le spirituel du temporel est une chose insensée et toujours une division !
Chez les Scythes la triade des trois pouvoirs était symbolisée par la coupe, la hache, la charrue.

Les métiers les plus méprisés au Moyen-Age :
Aubergistes, bouchers, jongleurs, histrions (bouffons), magiciens, alchimistes, médecins, chirurgiens, soldats, souteneurs, prostituées, notaires, marchands.
En deuxième ligne :
Foulons, tisserands, bourreliers, teinturiers, pâtissiers, cordonniers, jardiniers, peintres, pêcheurs, barbiers, baillis, gardes champêtres, douaniers, changeurs, tailleurs, parfumeurs, tripiers, meuniers, etc.
Le tabou du sang tombe sur les bouchers et chirurgiens et barbiers, médecins et toute personne touchant du sang.
Tabou de la saleté chez les foulons, teinturiers, cuisiniers, etc.
Tabou de l’argent, qui a joué un grand rôle et un rempart qu’il n’y a plus dans notre société, car il s’agissait alors de préserver des sociétés vivant dans un cadre d’économie naturelle, non encore démolies par l’économie monétaire.
Ainsi les marchands sont méprisés, de même que les usuriers et les changeurs et autres manipulateurs d’argent, comme de tous salariés groupés sous le nom de ‘mercenaires’. Les prostituées sont très mal vus.
Vers la fin du 11è et début du 12è siècle, le problème de l’argent monte en puissance et l’usure commence a être tolérée ; et bientôt seuls jongleurs et prostituée (ces mercenaires du cul et du corps) seront bannis de la société chrétienne. Bien-sûr il y eut des tolérances (ont fit même des maisons pour cela !).

Alors par analogie et en référence au Dieu créateur du monde en 6 jours, toute profession qui ne crée pas est donc mauvaise ou inférieur. Les paysans sont nécessaire pour créer la moisson et nourrir le peuple.

En relation avec la prodigieuse imagination médiévale qui se trouve dans les arts du Moyen-Âge, bras et mains sont essentiels. C’est un matérialisme tourné vers le naturel : la terre. C’est le Moyen-Âge qui s’est rapproché le plus de la structure essentielle de l’ordre social. Au 9è siècle trois classes vivaient côte à côte et obéissaient à des rythmes différents : les nobles vivaient sous le régime féodal en vertu de leur droit de tenure ; les clercs obéissaient aux règles auxquels ils s’étaient volontairement soumis ; le peuple œuvrait courbé sous la loi arbitraire du seigneur sur le domaine de qui il vivait. Ainsi le palier trinitaire du peuple était le plus blessé, blessures infligés par le palier de la noblesse. En faite c’est ce palier du peuple qui est le plus noble puisqu’il nourrit les deux autres ! C’est le VÉRITABLE CORPS SOCIAL et charnel de la société. Et le seigneur devrait prêter serment à ses sujets ! qui sont les plus nombreux.

Rappel : le travail est pour l’homme et non l’homme pour le travail ! Et ne jamais oublier que le but de l’ère industrielle au court du 19è siècle et jusqu’à maintenant n’a pas été de faciliter le vie de l’être humain par des robots, mais de RAPPORTER DE L’ARGENT en produisant toujours plus (la croissance). Ainsi l’être humain est devenu encore plus esclave qu’un esclave chez les Romains. Ce toujours plus conduisant également à une apparente surpopulation ou gros déséquilibre, d’ou le désire de l’élite ou oligarchie de supprimer quelques milliards d’individus... Trop de bouches à nourrir.

À la mort de Charles-le-Chauve en 887, les seigneurs étaient encore des rois dans leurs États et avaient donc le droit de faire la guerre et de conclure la paix, chacun à son propre compte. Ensuite il vint une mini mondialisation : la royauté fit son apparition avec sa notion d’État : le pouvoir central fut assumé par un roi dont on fit un saint : Louis IX (1226-1270). C’est à cette époque que Saint Thomas d’Aquin entre en piste, il se déclare favorable à un gouvernement central « monarchique ». Il fut un « mondialiste » avant le notre en prônant un pouvoir centralisé, exercé par un seul souverain et donc puissant ; au lieu de seigneurs dont les discordes ne pouvaient qu’affaiblir le pouvoir.
Mais le problème d’un gouvernement central est qu’il peut se corrompre et devenir une tyrannie : Corruptio optimi pessima ! Là où règne la force (ni foi ni loi ou trop de lois), il n’y a de place ni pour la charité (foi), ni pour la justice (loi), l’une et l’autre piétinées et muselées.

Qu’est-ce qui tient l’unité d’une société ? Non, ce n’est pas l’argent comme maintenant, mais le spirituel de chacun, le Soi. Un roi représente une unité. Mais on bloque toujours sur mot UNIVERSEL, comme pour les religions se disant toutes « universelles » ; tout comme on bloque actuellement avec la mondialisation et le vieux rêve d’unification ! Les empires ont tous été de très courte durée !!! Car de construction de la main de l’être humain, et donc porteur de la mort ! Tous ces empires reconnaissaient tous à leur début l’unité spirituel, qui harmonisait et permettait beaucoup de choses. Hélas, au fur et à mesure que le pouvoir temporel grandissait, parce qu’entre autres l’universalité se multipliait ! il se donnait de l’importance et commençait à négliger sa source unificatrice ! On bute toujours sur l’universalité ou Vérité. La seule solution ne peut être que dans L’INSTANT, le Soi de chacun.

Ce qui gouverne le monde depuis quelques millénaires, c’est la CUPIDITÉ : désir indécent et mesquin de gagner de l’argent, de faire argent de tout. La CUPIDITÉ DES COUILLES EN OR. Ainsi bientôt il sera interdit de cultiver ses légumes dans son jardin, il faudra acheter des graines à un lobby des Couilles en Or, graines qui évidemment auront un date de péremption et qui ne pourront pas être replanté pour germer l’année suivante (ADN bridé et trafiqué) : il faudra en acheter de nouveau ; c’est le brevetage du vivant, l’enfer sur Terre, ou selon certains : un monde en « liquidation judiciaire », ce qui veut bien dire ENFER. Bientôt il faudra payer le droit de dormir, payer le droit de faire des rêves, payer le droit de se réveiller, payer le droit de se flinguer...
Comme les empires, le libéralisme issu de 1789 n’aura durée qu’un temps fort court. Une société bâtit sur le libéralisme, « l’existentialisme » à la Jean-Paul Sartre et dépourvue de toute base essentielle est rapidement condamnée. Ce type de société est comparable à un individu dont la seule vie est de connaître, sans contact avec la capacité d’aimer, de sentir ; comme un être privé du ciel par en haut, et de la terre par en bas : « une bouée flottante sans possibilité d’élévation spirituelle, ni incarnation authentique dans le monde matériel à travers un corps vivant, sensible », comme l’écrit le Docteur A. Stocker dans : Folie et Santé du Monde.

La Troisième Guerre Mondiale ne vient pas de commencer au Moyen-Orient, elle a commencée en 1945 ! Les Star Wars de George Lucas illustre prophétiquement l'avénement de l'Empire, lequel était déjà évoqué dans la suite des Fondation de Isaac Asimov.


Page trop courte, j’y reviendrais probablement, car le Moyen-Âge avec sa Trinité sociale n’est absolument pas une période d’obscurantisme, au contraire, et même malgré l’emprise de la cervelle d'Aristote ! C’est une époque troublée tant les idées giclent de partout.
(Référence sur le Moyen-Age en partie d’après Jacques Le Goff : Un autre Moyen-Âge)
 
 

Dernière mise à jour : 12-08-2011 17:37

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2021 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >