Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow Dieu Fric-Démocratie devient Thot-Hermès
Dieu Fric-Démocratie devient Thot-Hermès Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 16-09-2012 21:54

Pages vues : 6539    

Favoris : 30

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, Goulag, Gouvernement, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Mort, Nature, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Terreur, Vide, Volonté, Yokaï

 
Hebergeur d'image
 
 
Dieu Fric-Démocratie devient Thot-Hermès
Hermès, notre nouveau Dieu


« L’Homme ne peut atteindre l’Absolu que si l’Esprit vient lui-même le chercher pour le placer au centre, c’est-à-dire en LUI [Soi-Instant] » (Jean Coulonval, Synthèse et Temps Nouveaux).
 
 
 
anipucsac1.gifVoir aussi la page : Dieu, Premier Inquisiteur
 
De l’ancienne Trinité des trois pouvoirs : spirituel, politique, économique, en 1789 nous sommes passé à un Dieu monothéiste appelé ‘Fric’ par les banquiers, et ‘Laïcité’ par la franc-maçonnerie spéculative née en Angleterre en 1717. Mais à ce jour grâce en partie à la folie technologie, nous sommes sur la voie d’un nouveau Dieu : Thot-Hermès ou la voie de la communication et du faux, grâce au mental, ou logique et raison représentées par l’intellectuel perverti : Thot-Hermès, Hermès étant « celui qui se déplace rapidement », mais surtout qui est une force limitée à un niveau matérialiste et facilement corruptible (voir plus bas la précision sur THOT).
Hermès est un Dieu pour cette franc-maçonnerie spéculative qui est le moteur occulte des sociétés démocratiques ou règne l’opinion et le principe de la majorité numérique érigés en dogmes tyranniques, en critères « infaillibles de la Vérité ». Thot serait plutôt un guru essayant d’enseigner la réalisation du Soi ou Instant : « Je suis ce JE SUIS ». Pour moi les Grecs ont abâtardi Thot avec leur Hermès en en faisant aussi le Dieu des voleurs ! Cependant, LES MOTS SONT TOUS PIÉGÉS, je suis bien d’accord avec Jean Coulonval qui parle aussi de l’INFIRMITÉ DES MOTS, que je traduit par MOT/MAUX. Or l’intuition pure, tout comme la vraie télépathie, se passent de mots et surtout de temps ou chronologie ou IDÉATION.
Thot étant la parole est à rapprocher du chanteur et charmeur Orphée, qui plus tard donnera les Mystères d’Éleusis. Le beau son donnera d’ailleurs la Langue des Oiseaux et en Égypte ancienne les prêtres chantent leurs prières aux Dieux sur sept voyelles qu’ils font sonner les unes à la suite des autres (Démétrius, Elocution 71, cité par Garth Fowden). Bien-sûr que de jolies accords doivent aussi bien plaire aux Dieux qu’aux Plantes et aux animaux.
 
Djalâl ad-Dîn Rûmî met déjà en garde contre les mots/maux :
« Quiconque cherche le nom seul est perdu [ce qu’il se passe depuis l’invention de l’imprimerie]. Pourquoi t’attacher au nom ?
Sous son aspect profond, la parole t’incite à chercher le sens, bien que tu ne le voies pas en réalité.
As-tu déjà vu un sujet qui désigne sans qu’existe un objet désigné ?
As-tu déjà vu un nom sans la réalité indiquée par ce nom ?
Le mot est comme le nid, et le sens est l’oiseau.
Le corps est le lit de la rivière, et l’esprit est l’eau qui y court. Elle se meut et tu dis qu’elle est immobile. Elle court et tu dis qu’elle est stagnante.
Omar répondit : « Tu poses là une question profonde, tu enfermes une signification dans un mot. Tu as emprisonné la libre signification dans un mot, tu as attaché le vent (c’est-à-dire l’idée sans forme) dans un mot.
Quoi de plus contraire au lettrisme du Kalâm ?
...
(Cité par Jean Coulonval dans Synthèse et Temps Nouveaux)

Les Anciens Égyptiens ne croyaient pas seulement que la nature tout entière d’un objet ou d’un être était cachée dans son nom, si bien que la connaissance du nom donnait le pouvoir sur ce qu’il désignait ; ils croyaient aussi qu’une force surnaturelle étaient contenue dans les lettres mêmes, écrites ou gravées, qui composaient le nom (d’après Garth Fowden : Hermès l’Égyptien). Alors on peut comprendre l’équerre et le compas que constituent les « Dix Commandements » et autres religions du livre et Alphabet sacré hébraïque. Ça part de l’Égypte ancienne. D’ailleurs Hermès dit que les âmes qui n’ont pas été baptisées dans l’intellect sont « toutes voisines de celles des animaux sans raison » ! On peut voir là poindre le futur siècle des perruques poudrées et une forme de racisme ou de division entre winner et looser !

Dans le cas actuel du Dieu-Fric et dans le futur du Dieu Thot-Hermès il y a corruption et fausseté, donc illusion et magie (comme dans l’actuelle démocratie).
Hermès signifie l’intellect perverti, aussi est-il également le protecteur des voleurs (donc des banquiers), forme de perversion intellectuelle ou de la « raison » chère aux francs-maçons et aux philosophistes du siècle des perruques poudrées. Donc nous ne sommes pas encore sorti de l’enfer.
THOT est la « Langue » de Ptah.
THOT : Dieu d’Hermopolis, représenté avec une tête d’Ibis. On lui attribue le rôle de Scribe du Tribunal des Dieux (Scribe de l’Ennéade). Ainsi devient-il patron des Scribe.
L’Ibis est un mangeur de serpents, sous entendu que Thot est dévoreur de « mauvais » serpents (tout est double ici bas). De nos jours, l’Ibis est une espèce éteinte en Égypte, à jusqu’à la disparition de l(empire romain, les Égyptiens embaumaient les Ibis, auprès de Babouins, eux aussi animaux de Thot. Ne jamais oublier que l’institution économico-religieuse était le propre des temples érigés pour le culte des animaux sacrés. Même le sacré devait rapporter ! « Nous sommes informés des petites et grandes malhonnêtetés commises par qui soustrayait la nourriture destinées aux Ibis ou s’arrogeait un bénéfice sur leur sépulture », écrit superbement l’archéologue Maria Carmelo Betro. L’Ibis se tient toujours au sommet de quelque chose (la pyramide ou un perchoir...).

Nous sommes dans le Dieu Thot-Hermès grâce à l’Internet et aux réseaux sociaux genre Facebook : communication à fond et échange de cultures et d’INFORMATIONS, mais en même temps coupure d’avec la « réalité », tout devenant virtuel : vers le seul contact avec la machine et ses technologies. L’humain de robotise et s’intellectualise, ce qui est le contraire du DIVIN.
L’Internet est un outil extraordinaire, mais avec du meilleur comme du pire, et avec beaucoup de désinformation (travestir ou manipuler les faits). Manipuler les faits est aussi la fonction de Thot-Hermès, puisque celui-ci est aussi Dieu des voleurs. Comme nous sommes dans la tyrannie de l’OPINION, il est normal que nous soyons depuis l’époque de la Renaissance sous le joug du Dieu Thot-Hermès. À la différence de ce que firent les Grecs assimilant leur Dieu Hermès à Thot, qui est plus noble et plus sacré puisque considéré comme le Dieu de la Connaissance, du langage et de toute science car il est la Langue de Ptah ; Thot ne peut pas être assimilé à un Dieu des voleurs et des escrocs. Mais même Thot est ambigu, comme tous les Dieux (qui se manifestes).


THOT comme langue de Ptah est son messager. Thot est le Verbe, la Parole de Ptah qui pénètre, selon les degrés d’ouverture, jusqu’aux tréfonds des consciences. Ainsi Hermès est le Dieu quadruple des quatre vents du ciel et des quatre visages : il représente l’ensemble des connaissances venues des quatre points cardinaux et de tous les niveaux d’existence : agence mondiale d’informations. Il représente aussi les multiples manières dont ses messages son reçu, les multiples visages ou interprétations que prend sa parole dans l’esprit des gens, tous également convaincus de la bien comprendre (mais là encore danger d’ambiguité à cause de l’opinion). Nous ne sommes pas loin de l’établissement du règne de l’opinion, bien qu’hermétique dérive de Thot-Hermès et donc du mystère et de l’art de le déchiffrer.
Pour le franc-maçon C.W. Leadbeater, Thot est « l’Instructeur du monde » sortit de sa Loge Blanche ; « il fonda le culte exotérique des Dieux égyptiens et restaura les Mystères dans leur splendeur des jours anciens », selon l’opinion de Leadbeater. Alors pas étonnant que Thot soit fasse la partie du thème ADAM et que la franc-maçonnerie actuelle en fasse un premier Maçon !

Adorer Thot, par le Scribe royal, l’Intendant Kherouef, justifié. Il dit :
Salut à toi !
Seigneur des paroles divines,
qui présides aux mystères
qui sont au Ciel et sur la Terre.
Grand Dieu des temps primordiaux,
le Primordial,
qui procura les formules de l’écriture,
qui fait prospérer les maisons
et fonde les demeures,
qui fait connaître aux dieux leur rôle [ou ce qui leur revient]
et à chaque profession son statut, [à chacun sa règle, ou à chaque métier son tour de main]
(assigne) aux pays leurs limites
et aux champs également.
Par le Scribe royal, l’Intendant Kherouef, justifié.
(Hymne inscrit sur une statue de Kherouef, traduction de François Daumas et André Barucq).

Dans notre civilisation actuelle ou même depuis le Moyen-Âge, le mot LAÏQUE désignait déjà la séparation du temporel du spirituel, nous sommes très éloigné du sens du sacré, alors que toutes les civilisations se sont construites autour de l’UNITÉ-INSTANT où divin et temporel étaient intimement mélangés et formaient un Tout naturel. Ne pas oublier non plus que dans les temps anciens PRÊTRE = MAGIE. Puis avec le terrible cancer qu’est le POUVOIR, la laïcité ou division prenait tragiquement racine : aux prêtres les bondieuseries, aux laïcs la technologie et la politique (englobant la gestion de l’économie sur le plan national). Est-ce à cause de la célèbre phrase dans le Nouveau Testament : « Rendez à César ce qui est à César », que la division entre temporel et spirituel s’installa ? Soit « Rendez à César ce qui appartient à César, et à Dieu ce qui appartient à Dieu ». (Matthieu, 22, 21).
« D’après ces écrits relatifs à la vie de Jésus et aux premières années du christianisme qui sont considérés comme authentiques par les Églises chrétiennes, il s’agirait d’une expression de Jésus : c’est la réponse qu’il aurait fournie aux pharisiens qui lui demandaient s’il était conforme à la loi de payer les impôts romains. C’était un piège dans lequel les ennemis de Jésus cherchaient à le faire tomber en lui demandant s’il est permis de payer l’impôt à César. S’il dit oui il ne peut pas être le Messie, s’il dit non ils le dénonceront comme ennemi de l’empereur.
Cette citation sert aussi de source a un précepte fondateur de la chrétienté et des premiers papes : la division entre pouvoir temporel (politique) qui appartient au chef de l’Etat et pouvoir spirituel (religieux et théologique) qui lui appartient au pape ». (Source : Wiktionnaire)

Effectivement le drame vient du piège tendu par les Pharisiens, ces équerres et compas établissant leurs « Dix Commandements », qui nous donneront plus tard la Bible des Droits de l’Homme ! Le mot, ou plutôt maux Pharisien ayant le sens de ‘séparé', de respect sourcilleux de la loi écrite juive divisant les Juifs pieux des non non-Juifs.
PHARISIEN : vers 1190, du latin pharisæus, du grec pharisaios, de l’hébreu perûshîm : les séparés, ceux qui sont à part (genre ‘peuple élu’) ; et de la même façon dire « notre religion », notre Dieu, c’est conférer les attributs de l’Absolu à ce qui n’est qu’une vulgaire OPINION. « Les pharisiens : Juifs qui vivaient dans la stricte observance de la Loi écrite (Torah) et de la tradition orale (Talmud), et que les Évangiles accusent de formalisme et d’hypocrisie. Pharisiens et publicains des Évangiles » (dict. Le Robert). Par ailleurs les « Dix Commandements » font la partie des « cahiers d’écoliers » des étudiants de Sagesse dans le genre littéraire commun dans tout l’Orient ancien, y compris l’Ancien Testament. C’était des recueils de préceptes pratiques bien matérialistes, énoncés par une personne pourvue d’une longue expérience à l’intention d’un jeune homme, visant à lui faire connaître le compas et équerre ou norme de conduite dans la vie sociale. Cela dit, le groupe de textes de l’Égypte ancienne nommé « Sagesses » est d’une haute tenue humaine.
Le pharisianisme est la même chose que les religions du livre, où par exemple le Coran, « texte descendu du Ciel », est intouchable, donc il est défendu d’en faire la critique ; il est une parodie de sa variante plus ancienne : l’Alphabet divin des Hébreux.

La morale que veut instituer en cachette un franc-maçon du 33è degré comme Leadneater n’est qu’une opinion ou esthétique de sentiment, nécessairement variable selon les modes, elles-mêmes reposant sur le passé genre religions à mystères, et c’est à ce piège que se font prendre les Pharisiens comme l’écrit justement Jean Coulonval. Surtout un morale reposant sur les religions à mystères comme le fait la franc-maçonnerie spéculative !!!


Séparer le temporel du spirituel ou laïcité ? Pour en faire le « tout religieux » ? Ou le « Tout militaire » ? Ou « le tout économique » ?


Notre nouveau Dieu est bien celui du Fric ou économie : HERMÈS, le rusé et ingénieur, le roublard qui embobine avec les mots/maux dont la démocratie repose, afin de manipuler l’opinion publique nécessaire à la machine démocratique demandant du consensus au peuple. Comme nombre de Dieux, Hermès est terriblement ambigu puisque on en a fait Hermès Trismégiste : « un sage, savant et sorcier », un intellectuel ou mentaliste venu sur Terre « éclairer l’humanité » tel Lucifer, et en même temps inventeur des poids et mesures (le commerce), si ce n’est du compas et de l’équerre. Hermès est donc le DIEU DU COMMERCE ou MERCANTILISME. En Irlande, il est le Dieu polytechnicien Lug (dont le nom se retrouve en Gaule sous le nom Lugdunum, de nos jours Lyon). Il est le Premier illuminati ! Donc encore une ambiguité style Lucifer qui peut amener à la perdition. Il faut veiller sans cesse. Pour moi Hermès est le Satan ou Grand Architecte franc-maçonnique.

Hermès est bien devenu notre nouveau Dieu moderne : gestion du temps, du travail, des gestes au quotidien, tout est consacré au Dieu Hermès de l’économie et de ses prêtres et papes de la finance, et en souterrain des papes de la franc-maçonnerie. Les « jeux olympiques » sont exactement le classement du PIB des nations. Qu’est-ce qui gagne en football, en rugby ? Mais les équipes qui ont le plus gros budget. C’est pareil pour le classement des universités : qui gagne ? Mais les plus riches ! Ce ne sont même pas les plus riches, mais la COMPÉTITION elle-même indexée toujours sur la RICHESSE pécuniaire.

Le mot CATHOLIQUE indique : du grec Katholicos ; de Kata, de haut en bas ; et de Olos, entier, universel. Donc ce qui unit le haut et le bas, et c’est ce que prétendaient faire les communistes de l’URSS et maintenant ce que font les Islamistes qui sont donc « catholiques », au moins dans l’intention. Mais l’Église de Rome n’est nullement catholique au sens étymologique puisque elle professe que le spirituel et la matière, l’Esprit et le temporel, sont radicalement séparés, alors il faudrait conclure qu’il y a deux Dieux, l’un générant le monde de l’Esprit, et l’autre le monde spatio-temporel ! Et aucun ne pourrait être dit infini puisqu’il trouverait des limites en ce qui le différencie de l’autre. Pourtant l’Église a condamné le manichéisme en invoquant l’Unité. Donc l’enseignement de l’Église de Rome est des plus troubles, surtout après Vatican 2.

J’estime que nous sommes entré dans un monde marxiste : pour les marxistes, le Verbe (Dieu) n’est pas chez Thot, mais dans la matière (la Terre ou le spatio-temporel). Le marxisme est typique du DORG (Demain On Rase Gratis) : apporter du eyes candy dans les chaumières des esclaves, soit la norme ou l’équerre et le compas maçonnique pour rendre uniforme le peuple d’esclaves (suppression des classes).

Conscience sacrée et conscience profane ont le même objet, la Connaissance des deux faces du monde, l’un étant l’existant ou spatio-temporel, et l’autre ses sources : l’ÊTRE, l’Essence. Dans cette recherche le Réalisé ou Adepte atteint l’Infini, l’éternel, et qu’il n’y a d’infini, de réel que le Soi l’Instant ou Dieu, le Cœur, le Silence, le Centrum Centri. L’Instant, le Soi, Dieu, n’a pas à exister ou non, IL EST. Il Est comme le Silence est le Père de toutes choses. « Nothing in the Whole and all in Nothing - Rien dans le Tout et tout dans le Rien » est la devise du site fangpo1.com.

Résumé : la dérive de notre civilisation vers Hermès est des plus inquiétante à cause du remplissage du mental. Alors ce sera l’enfer pour ceux qui « ont de l’instruction » ! Car : « Heureux les simples en Esprit ». Donc même venant de Thot ou d’un avatar de « Grand Instructeur » d’une quelconque loge blanche ou d’une autre couleur, méfiance avec les MOTS/MAUX et la LOGIQUE y attenant.
Encore une fois, IL FAUT VEILLER TOUJOURS, car le nouveau Dieu Hermès est trop ambigu et déjà gangréné. Même l’Hermès Trismégiste. Et Thot symbolise encore trop la « raison » et son idéation avec sa chronologie tueuse. Il ne faut pas oublier que chaque chose peut être THÈMES et VARIATIONS, aussi le « bon » et le « mauvais » peuvent se retrouver dans tout.
Ne pas non plus oublier qu’Hermès est « seigneur de la nuit » et des choses cachés chères aux francs-maçons, et aux rêveurs. C’est pourquoi on parle d’HERMÉTISME, là aussi terriblement ambigu, puisque non mesurable par les outils humain.
Ne pas oublier que les Anciens Grecs sont les maîtres des ergoteries en tous genres ! Un « bruit de mots » qui a déformé la sacralité de l’Égypte ancienne, à cause notamment de la traduction cédant rapidement le pas à l’interprétation ou opinion, et au conventionnel. Les Anciens Grecs ont presque totalement détruit la richesse du contenu mythologique de l’Égypte ancienne, tant ils leur étaient difficile de comprendre la signification et la fonction du réservoir des divinités égyptiennes. Ils ont arrangés ça à leur sauce. Il en va de même pour l’Hermès Trismégiste. L’hermétisme est un mélange d’hellénisme et d’égyptianisme qui donna un genre littéraire : les Hermetica, dont la source se trouve à Alexandrie. Ces textes furent les premiers véhicules de la réputation de l’Hermès Trismégiste. Hermès était avant tout un astrologue dont la réputation fut si grande qu’elle franchit les frontières de l’Égypte ptolémaïque. Une réputation qui prit sans doute racine à Alexandrie, carrefour des échanges d’informations surtout scientifiques, et d’échanges de marchandises de l’époque. Il est évident que le manichéisme se retrouve dans l’hermétisme et l’Alchimie, ne serait-ce que par la bascule entre le Souffre et le Mercure ou le Yin et le Yang, mais un manichéisme seulement si on ne voit qu’un seul côté de la balance. Manichéisme condamné par les institutions zoroastriennes en Perse, ou bien les institutions païennes de Rome et par l’Église chrétienne.

Enfin, il est évident que le Thot-Hermès actuel est un FAUX, car selon les Anciens Égyptiens, il est prédit que les Anciens Dieux reviendront sur Terre, mais pas avant qu’elle été purifiée par le déluge, le feu ou la peste. Comme ce n’est pas encore le cas, le nouveau Dieu Hermès est un imposteur. La nature humaine étant pour le moment ce qu’elle est, ne jamais oublier que de nos jours comme des anciens jours, les Dieux étaient vénérés lorsqu’ils se montraient efficaces, et méprisés lorsqu’ils ne l’étaient pas ! Dans ce cas la on ne peut pas parler de foi mais d’opinion ! Et la notion de Winner (les élites) existait aussi à cette époque, surtout que les Anciens Égyptiens étaient des vantards, et aussi des maîtres de l’euphémisme (ce qui est plutôt une qualité).

Le Dragon symbolise une énergie manifestée sur Terre. Exemple :
- Question : Même si le mental est amené à la recherche du Soi, après une longue bataille il commence à s’en détourner, et l’homme ne prend conscience de cet égarement qu’au bout d’un certain temps.
- Maharshi : En effet, c’est ainsi. Au début, le mental ne revient vers la recherche qu’après de longs intervalles plus courts, jusqu’à ce que, finalement, il ne vagabonde plus du tout. C’est alors que se manifeste la shakti dormante [force vitale, pouvoir, énergie, Mère divine personnifiant le pouvoir latent de Shiva. C’est aussi la Conscience, l’Esprit]. Le mental devenu sattvique [pur] est libre de pensées, alors que le mental rajasique [émotion, sentiment, passion] en est plein. Le mental sattvique se résorbe dans le Courant de la Vie [énergie manifesté ou Involution et Évolution qui est Courant dynamique du Soi].
(Extrait de l’entretien 91, par Ramana Maharshi).

Ramana Maharshi : Le mental n’est qu’une projection du Soi qui apparaît à l’état de veille. Lorsque vous dormez profondément vous ne dites pas de qui vous êtes le fils, etc. Mais dès que vous vous réveillez, vous vous prétendez tel ou tel, vous reconnaissez le monde et ainsi de suite. Or, le monde n’est que loka [ce qui est perçu]. Loka = lokyate iti lokah (Ce qui est perçu est le monde). Ce qui est donc vue est le loka ou le monde. Quel est l’œil qui le voit ? C’est l’ego qui apparaît et disparaît périodiquement. Mais vous existez toujours. Par conséquent CELA qui se trouve au-delà de l’ego est la Conscience - le Soi. (Entretien 76).

- Maharshi : Le plaisir consiste à tourner le mental vers l’intérieur et à l’y maintenir ; la souffrance, à le tourner vers l’extérieur [le mental en émission, ce qui est destructeur pour l’ensemble de la personne]. Seul le plaisir existe. L’absence de plaisir est appelée souffrance. Notre nature est plaisir - Félicité. (Entretien 244).

La philosophie c’est l’art de se suicider par la chronologie de l’idéation, puisque le propre du mental est d’ERRER, et donc de s’éloigner de l’Instant. Seul moyen de s’en sortir : la Fixation Cavalante ou Point Focal ou Instant, ou Réalisation du Soi. Il faut toujours veiller, ou être en GUERRE (selon le sens de Jâbir ibn Hayyân).
 
 

Dernière mise à jour : 16-09-2012 23:02

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2021 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >