Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Diviser ou choquer pour régner
Diviser ou choquer pour régner Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 19-10-2012 23:27

Pages vues : 4579    

Favoris : 73

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Mort, Nature, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Terreur, Transformation, Vide, Volonté, Yokaï

 
oncle_samfuck_you.jpg
 
 
Diviser ou choquer pour régner
Le Stock ou Choc exchange ou Couilles en Or.
Passons la monnaie !
I FUCK YOU



Jules César
est en nous, Jules est en nous !
 
 
 
LIBERTÉ DE PENSÉE et PENSER

Dogme sonne comme Drogue.

Personne n’a autorité, pas même un psychiatre ou un médecin, pas même une quelconque loi, n’a le droit d’imposer une opinion politique, un dogme religieux ou non, ou scientifique, et un choix de vie particulier. Tous les êtres humains ont le droit de se rattacher à tel ou tel « instructeur » ou école de pensée quelconque, occulte ou non, et source de langage qui leur semblent être en accord avec eux-même. Mais ils doivent se garder d’imposer leur choix et opinions aux autres, même par des moyens occultes ou symboliques. Les opinions ou croyances ne confèrent pas de privilèges et ne sont cause d’aucune infériorité. Comme écrivait Saint Paul dans le Premier Épître aux Corinthiens, chapitre 12, Diversités et unité des charismes : Il y a, certes, diversités de dons spirituels, mais c’est le même Esprit ; diversités d’opérations, mais c’est le même Dieu qui opère tout en tous. A chacun la manifestation de l’Esprit est donnée en vue du bien commun. Je résume par : la partie est égale au Tout, ou encore : Rien dans le Tout et Tout dans le Rien.
Ainsi chacun a le devoir de faire respecter cette liberté de pensée, et aussi d’exercer sans crainte son droit à la liberté de penser et d’exprimer ses propres idées dans les limites de la courtoisie et des égards dus à autrui, sous peine de se retrouver un jour sous le joug d’une dictature, imposant une pensée unique s’inspirant de la religion inversée qu’était le communisme soviétique, sous l’autorité du démiurge Joseph Staline ; et sous l’actuelle pensée unique du mondialisme.

Il est évident que dans l’état actuel des consciences, ça coince au niveau du « les limites de la courtoisie et des égards dus à autrui »... Cet égard du a autrui se transformant en guerres et violences. Le drame est dans le dilemme individu et collectif.
Enfin, la libre pensée va avec le libre mode de vie. Aussi une institution comme l’école de Chicago et ses règles du « Libre marché » sont typiquement une dictature qui impose à l’ensemble : enrichir les nantis et faire des syndiqués et des ouvriers des pauvres sans importance, encore plus méprisables que les paysans au Moyen-Âge. Suite au décès de Milton Friedman, un mois après en décembre 2006 une étude de l’ONU révèle que 2% d’adultes les plus riches du monde détiennent plus de la moitié de la richesse globale des ménages. (Ref. Naomi Klein : La stratégie du choc - La montée d’un capitalisme du désastre).
La dictature des affairistes est une réalité. Avec la crise fabriquée par ces affairistes ou Couilles en Or, nous en vivons les conséquences.
 
 
 
 
Stock et Choc sonnent violence, c’est ce qu’il risque de se passer à partir de fin 2012 et pendant plusieurs dizaines d’années. Nul ne le sait sauf les Bienheureux chevauchant le Dragon.
Tout n’est que cycles et rythmes, rien de nouveau sous le Soleil. Il n’y a de nouveau que ce qui a été oublié. Le monde a été créé en mesure, nombre et poids et c’est vrai pour l’éternité. Le terme « architecte » n’est qu’une convention ou opinion humaine car les essences sont les même pour tous, donc seules véritablement universelles. Sinon ce n’est qu’opinion.
Mais absolument tout a son utilité, même les BHL ou Botul Lévy de chez Israël, les Adolphe Hitler etc.

Seul l’Instant le Soi, le Vide ou Non-Agir (Wou-wei ou Wuwéi). L’Instant c’est : Tout ce qui se fait spontanément est supérieur à ce qui se fait volontairement. Le VIDE engendre le PLEIN, et non l’inverse. Donc NE PAS BRILLER, ce qui est le contraire de cette civilisation moderne actuelle mortifère avec son brillant cadavre : le saint Fric brillant des Couilles en Or, qui par la magie du binaire informatique remplace même l’Or métallique grâce au « Stock Exchange ».

Il n’y a aucun sauveur à attendre, aucun but, aucun état divin à conquérir, cet état est là de toute éternité partout, même dans les choses les plus viles comme écrivaient les Alchimistes d’après la Renaissance.
 
 
 
IMPORTANT RAPPEL :
Comment le corps peut-il produire quelque chose de l’ordre de « l’esprit » ?
Conscience = se penser soi-même, et dans l’absolu pouvoir vivre : Je suis CE JE SUIS.
Des chercheurs commencent à montrer, expérience à l’appui, que la conscience n’a rien d’une élaboration intellectuelle. Voir les EMI (Expérience de Mort Imminente), et les patients atteints de graves pathologies qui affectent la « raison » à la mode siècle des perruques poudrées, ou même le traitement d’une information sensible, tous ces cas ne perdent pas pour autant conscience d’eux-mêmes, même une personne qui va mourir dans une heure (cas que j’ai vécu auprès d’une mourante). Mais en revanche, et cela concerne le mental, si la conscience du soi est perturbée, toutes les opérations psychiques et intellectuelles en pâtissent (voir plus haut la description avec la pointe du compas qui dérape).
À la vue des entretiens de Ramana Maharshi, il est évident que la conscience NE PEUT PAS se trouver dans le cerveau. C’est impossible, puisque Conscience = Soi. Cela veut dire que Conscience = Tout, donc aucune partie du cerveau « ne recèle » la Conscience, mais l’ensemble du cerveau et plus que la totalité des parties, donc nécessairement à l’extérieur du cerveau (1). La Conscience ne peut donc pas être le point Oméga à la Teilhard de Chardin qu’il assimilait à Dieu.
Soi = Vie
Conscience = Vie

La mort n’est pas la fin de la « réalité » grâce au ‘Je’ puisque nous participons pour l’éternité aux affaires de l’Univers. Tout est Mouvement et perpétuelle Transformation. Tout acte, toute pensée est Mouvement, la Matière elle-même est Mouvement.



Maintenant les marxistes ou communistes et leur religion.

« Quant aux marxistes, refusant l’évidence à la fois logique et expérimentale selon laquelle notre seule preuve irréfutable de l’existence du monde est la perception spirituelle que nous en avons... ils affirment au contraire que nous percevons le monde parce qu’il existe [ce qui donnera les existentialistes et la religion de l’homme]. Comment ces marxistes, pourtant si épris de raisonnements « scientifiques », pourraient-ils faire ‘la preuve scientifique’ de leur affirmation, puisque toute expérience que nous avons du monde extérieur se présente, en dernière analyse, comme des pensées, c’est-à-dire de l’Esprit ? ». (Jean E. Charon, L’esprit cet inconnu).


puce3.png
 
 
« L’immigration organisée en haut lieu pour amener en Europe des populations d’origines arabes, sub-sahariennes et asiatiques a eu pour effet de mettre en contact étroit des peuples aux civilisations profondément différentes qui, à l’origine, n’auraient pas dû cohabiter ensemble. Cette volonté de mélange rentre dans cette philosophie mondialiste du « glocal » (contraction de « local » et « global ») qui consiste à présenter un  échantillon complet de l’humanité (global) avec toutes ses diversités (religieuses, ethniques, …) sur un territoire limité, ville ou village, (local). La répétition à l’infini de ces échantillons bigarrés doit constituer la nouvelle humanité nomade et déracinée. Ce déracinement, mal du siècle, a été dénoncé avec justesse par la philosophe Simone Weil. Le mondialisme en liaison avec son enfant-monstre, le sionisme, fait tout pour souffler sur les braises et favoriser ce fameux choc des civilisations. Ne nous voilons pas la face. Les différences civilisationnelles existent et parfois sont incompatibles entre elles …. et les élites mondialistes le savent fort bien. Au même titre qu’on ne se marie pas avec n’importe qui, dans la même suite logique et à une échelle plus large, on ne marie pas ou on ne fusionne pas certains peuples aux origines culturelles et psychologiques éloignées. Si ces élites mondialistes sont si efficaces ; c’est parce qu’elles connaissent réellement la diversité du genre humain et en jouent. Inévitablement, les esprits de ces différentes communautés vivant sur le même territoire – et c’est le cas des pays européens – s’échauffent et se regardent selon l’expression consacrée en « chiens de faïence ».
Pour court-circuiter l’élite mondialiste et ennemie du genre humain, la sagesse serait de la part des dirigeants des communautés extra-européennes vivant en Europe de ne pas tomber dans le piège tendu par les tenants d’un monde unifié ayant pour capitale Jérusalem, comme le proclame officiellement Jacques Attali, en se radicalisant et en voulant imposer leurs modes de vie étranger à la civilisation européenne. C’est, si nous pouvons dire, du pain béni pour les partisans du « Choc des civilisations » qui peuvent s’appuyer sur les tensions multiples pour justifier ce fameux choc et encourager des mesures de rétorsions en tout genre. Inversement, c’est aussi aux différents peuples européens de se reprendre. Que reste-t-il de la civilisation des différents pays européens … quasiment plus rien. Les peuples européens ne peuvent pas en imposer et inspirer respect et considération alors qu’ils ont tout renié des traditions civilisationnelles qui ont fait la gloire de l’Europe. Que reste-t-il de l’honnête homme français, italien, espagnol, … représentant d’un certain art de vivre propre au génie européen ? Rien. Et ce n’est pas une console de jeu et une barre de shit qui vont relever le niveau. Il est vrai aussi que tout est fait pour rabaisser et amollir l’âme des Européens. »
(Source et la suite de l’article de Pierre Hillard sur mecanopolis.org)
 
 
puce3.png
 

Comme à ce jour tout est inversé et devenu faux, alors il faut inverser la libre-pensée et le « politiquement correct » et l’idéologie dominante, selon l’antique Loi des Croisements.

Petit résumé du dogme démocratique et républicain contre lequel il est interdit de blasphémer :
« La guerre en Libye fut la guerre du bien contre le mal, que BHL est un défenseur des droits de l’homme, que le mariage homosexuel va permettre à l’humanité de faire un pas de géant, que la dépénalisation des drogues douces est une idée géniale, que l’euthanasie est un acte « humaniste », que le féminisme des « chiennes de garde » est un exemple pour toutes les femmes, que l’Europe est un projet formidable et émancipateur, que défendre le peuple est une attitude populiste, que le modèle capitaliste et libéral est le seul modèle valable, que le FN est un parti néo-nazi, que l’Islam pose problème dans l’espace républicain, etc. » (Extraits du blog r-sistons)

Comme le précise la suite de l’article, et comme déjà écrit dans un précédent article, dont je remet l’extrait ci-dessous, nous vivons bel et bien dans un système communiste ou inquisitorial tout court, à cause de la religion de la laïcité, tout simplement, où la pensée doit constamment s’autocensurer et la langue tourner plus de sept fois dans la bouche pour éviter de fourcher, sous peine de devoir passer devant le tribunal de l’Inquisition.
À nouveau, voici comme un refrain le passage si important, en référence au livre de Jean Coulonval : Synthèse et Temps Nouveaux :

Comme dans le système bancaire où il faut CROIRE, apporter CRÉDIT ou avoir CONFIANCE envers le Marchand de Confiance ou banquier, la démocratie ne peut fonctionner qu’en la croyance en la démocratie, donc de façon idiote par la croyance en un mot conventionnel dont le sens est perdu depuis longtemps. Cette démocratie actuelle, en fonctionnant, permet le fonctionnement et le camouflage d’un pouvoir évidemment non démocratique : oligarchique, soit des groupes auto-référentiels, privés, riches, incontrôlables par le peuple.
Ici en Occident, l’opinion publique est hypnotisée et manipulée par cette religion de la « démocratie » devenue mondiale avec son infaillibilité républicaine. Celui qui ose blasphémer contre le dogme se fera traiter de dictateur (ou de nazi, ou d’anti-sémite) soutenant les dictateurs massacreurs de leur peuple. Ainsi il ne viendrait l’idée à personne, acceptant, défendant le dogme, de soutenir une dictature supposée. Ainsi :

Le dogme général regroupé sous le terme « démocratie » est un moyen de make believe, un moyen illusoire de faire croire aux gens que le pouvoir est légitime, que cette légitimation dérive des gens qui ont votés, et qui par conséquence doivent obéir et accepter les décisions et lois étant donné que ce sont eux qui sont à l’origine du gouvernement et de ses actions, puisque ce sont eux qui ont élu leurs « représentants » pour qu’ils les éclairs. C’est donc un moyen de produire du consensus, ou tout au moins de la servilité, du servage comme au Moyen-Âge vis-à-vis du seigneur et de nos jours du gouvernement qui prend effectivement les décisions.
L’Inquisition ou toutes les figures de pouvoir agissent, toujours, pour le BIEN, la PAIX, ou la SÉCURITÉ de ceux qui sont soumis à leur pouvoir et légitimation, selon le modèle PARENTS/ENFANTS, ou SERVITEUR ET MAÎTRE. C’est ce qui leur confèrent autorité et légitimation.

Dans l’Inquisition, que copia notamment les défenseurs du dogme communiste en URSS, il s’agissait de défendre ce dogme, grâce à une position intellectuelle ou opinion, qui pour l’accusation, est censée être implicitement acceptés par tout le monde, comme en démocratie et en république où règne « la liberté » et la « raison » et sa doctrine dominante la laïcité (marxisme déguisé) qui impose à l’ensemble comme le système communiste. C’est donc une dictature avec son code laïque NON ÉCRIT d’une subtilité alambiquée façon franc-maçonnique qu’il faut décoder et maîtriser. Ces codes sont censés être acceptés par tous, comme un centre dont on ne doit pas s’écarter (voir les problèmes que subissent l’Islam dans le monde occidental), sous peine de raisonnement faux : la fameuse « raison » du siècle des lumières et des philosophistes de la Grèce antique jusqu’à Voltaire. Ainsi si la pointe du compas dérape, la circonférence, le raisonnement et les actes qui les suivent, sont nécessairement faux.
Alors tout accusé qui se reconnaît (de gré ou inconsciemment ou par manipulation) lié à la foi d’une religion, d’un dogme, et c’était le cas de Galilée et c’est le cas de tout membre d’un parti politique, surtout chez les marxistes, est supposé avoir parfaitement conscience d’avoir contrevenu au dogme, puisqu’il est en pleine possession de sa « raison » conforme à celle du siècle des lumières, sauf évidemment en cas de « dérangement mental ».

Alors il est normal que le tribunal lui demande : « Savez-vous pourquoi vous êtes là ? ».
S’il le sait, il ne subit pas une condamnation imposée, une injustice, juste une peine minime, il se condamne lui-même par autocritique. S’il ne le sait pas il est envoyé en « rééducation » dans un asile psychiatrique.
Autrefois l’inquisition brûlait ses opposants comme possédés de Satan. C’était moins barbare que les hôpitaux psychiatriques, ou que le camp de Guantanamo.

Ces gardiens du dogme républicain et de la laïcité ou dogme communiste (gardiens cachés dans des sociétés secrètes ou non) possèdent une géométrie ou un réseau de neurones identique à la configuration mentale de l’Inquisition. C’est une question de géométrie du réseau de neurones, comme l’ont bien montré par ailleurs le psychologue expert et avocat Marco Della Luna, et le neuropsychiatre et professeur Paolo Cioni dans leur livre : Neuro-Esclaves - Techniques et psychopathologies de la manipulation politique, économique et religieuse.



Note.
1. Voir notamment « L’air de César ». Lorsqu’icelui fut assassiné en l’année 44 de notre ère, à l’Instant de sa mort il exhala un « dernier soupir » qu’il rejeta « ailleurs », comme la flamme de la bougie que l’on éteint laisse une « fumée » s’en allant vers un « ailleurs ». Naturellement et nécessairement nous respirons tous un peu de « l’air de César » ou de « l’air de la bougie » que l’on vient d’éteindre. Donc « quelque chose » s’est enregistré, ailleurs, dans la haute atmosphère de l’ordre de 100 kilomètres au-dessus du sol, et tout autour de la Terre. Alors oui, nous respirons tous quelques dizaines d’électrons césariens à chacune de nos inspirations. Ainsi, naturellement, nous communiquons avec César. Ceci valide aussi la possible réalité du Chronoviseur.
Jules César aurait très bien pu écrire : « Faut-il le croire pour le voir, ou le voir pour le croire ?? »

Ainsi, dans chaque centimètre cube de l’espace de notre planète Terre viendront se retrouver, au bout d’un temps, au cours d’une sorte de communion les uns avec les autres, les ‘Je’ ou Je suis CE JE SUIS de nos ancêtres (voir les EMI), et retrouver mon propre ‘Je’ et les ‘Je’ de mes descendants. Nos ‘Je’ se trouvent réunis et en communication l’un avec l’autre pour l’éternité. (En référence à Jean E. Charon)
Il s’agit donc bien du ‘Je’ avec un J majuscule, il ne peut en être autrement puisque il ne peut y avoir que PLURALITÉ ou absence d’ego.
 
 

Dernière mise à jour : 20-10-2012 00:10

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2021 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >