Accueil arrow News arrow Dernières news arrow C’est quoi le Progrès ?
C’est quoi le Progrès ? Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 21-11-2012 00:58

Pages vues : 5166    

Favoris : 65

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Mort, Nature, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Terreur, Transformation, Vide, Volonté, Yokaï

 
Hebergeur d'image
 
 
C’est quoi le Progrès ?
Le « toujours plus » ?
Oui, mais à l’envers ou satanisme


« Je veux m’en fourrer fourrer jusque là », de l’opérette « La vie parisienne » de Jacques Offenbach illustrant l’abondance ou la Sainte Croissance du libéralisme ou système.


LE PROGRÈS C’EST LE VIRTUEL.
À bas la réalité !

LE PROGRÈS C’EST LE CONTRÔLE DE TOUS (pour notre sécurité)

Merci Gros Frère du caca binaire !

LE PROGRÈS C’EST LA FUITE EN AVANT,

et donc l’éloignement de l’Instant !

LE PROGRÈS C’EST L’AUTOMATISME,

et donc la non-vie ou confort !
et encore l’éloignement de l’Instant !
 
Le Progrès ce ne sont pas les nez
toujours gênants pour s’embrasser sur la bouche,
mais le transhumanisme arrangera ça !

 
 
 
PROGRÈS : de 1611 et 1532, développement, du latin progressus : action d’avancer, aller en avant. Progrès de PRO : le professionnel, celui qui sait faire.
Avec l'origine des dates 1611 et 1532 nous retrouvons notre funeste époque de la Renaissance, de la Réforme, de Galilée, de l’imprimerie, etc.
C’est donc une fuite en avant, façon linéaire à la géométrie d’Euclide et autre ergoteries grecs. Une fuite en avant qui bien-sûr éloigne de l’Instant, du Soi.
Tout le monde progresse, la vie est MOUVEMENT. Pour avancer il suffit de mettre un pied devant l’autre et recommencer, comme dit la chanson ! Le progrès tel qu’il existe actuellement ne fonctionne que sur un pôle du courant nommé BRUIT : le Centrifuge (Entropie), avec : désintégration, décélération, dissipation, destruction, divergence, relâchement, friction accrue... Il manque totalement l’autre pôle, le Centripète (Néguentropie), nommé SILENCE : la consolidation, l’accélération, l’intégration, la rétraction, la convergence, la formation, la friction moindre.
Dieu brasse dans les deux sens, comme l’écrivait Jean Coulonval dans : Synthèse et Temps Nouveaux.
 
Autres mots/maux autour de PROGRÈS.
PROEGE : profit, avantage ; de Proadventiæ.
PROIE :  bétail, troupeau de bêtes. La Proie ne va pas sans le Prédateur. La Proie est tout ce qui se passe par violence ; c’est pour ça qu’on parle de proie et de prédateur sexuel. C'est comme une faim.

Il y a bien une évolution dans la Nature puisque son principe est le Mouvement, et donc le non uniforme. La vie est un DÉPLOIEMENT, un changement d’Instant en Instant n’en formant qu’Un. Tout nouveau processus ou système naturel exige le changement et la variété.
Les deux CLÉS cité plus haut : Évolution et Involution se retrouve en variation dans Putréfaction et Fermentation.
- Dans la Putréfaction le corps échange ses vêtements.
- Dans la Fermentation le corps change de Nature.
La putréfaction est la phase « qui suit » la Fermentation. Décomposer ou créer de l’ordre à partir du désordre, ou recomposer différemment. Mais ATTENTION ! Pas à la manière du « progrès » actuel !!! Un progrès superficiel lié à la rentabilité des Couilles en Or. Un progrès qui confond apparence extérieure et intégralité, l’effet et la cause. Un progrès qui ignore l’équilibre entre le Contenant et le Contenu. Nous ne voyons pas « l’énergie » qui a créé le Contenant ou Organisme. Nous ne voyons que le Contenant.

Goethe déclarait à propos des « scientifiques » issus de la Renaissance et des suites : « Tout ce qu’ils ne peuvent pas calculer, ils ne peuvent en admettre la réalité ». Voilà bien une citation collant parfaitement avec le siècle des perruques poudrées et 1789 et sa « raison ».

Le « Progrès » commence il y a plus de 10.000 ans, lorsque les Chasseurs-Cueilleurs commirent l’erreur de choisir la voie de l’Agriculture (quantitative) au lieu de choisir la voie de l’Horticulture (qualitative), ce qui amena la sédentarisation et l’apparition des cités, des violences et des guerres incessantes, et l’invention du mot « valeur » et des technologies à commencer par l’emploi du feu et du métal, et qui bien-sûr aménera le changement de nourriture qui entamera sérieusement la santé physique et mentale des êtres du Néolithique.

Voici une vidéo ci-dessous expliquant parfaitement la mort illustrant ce qu’on ose appeler « progrès » où tout marche à l’envers et est devenu FAUX. Dans la vidéo Jocelyn Moulin explique le cycle de Satan en la personne de l’entreprise Monsanto (Monsatan) qui commercialise des graines à « propriété intellectuelle » pour une durée « d’une séance » ou de la vision d’un DVD chez soi « en famille ». Ainsi, si on veut semer pour l’année suivante des graines de Monsatan récoltées sur la saison précédente, ça ne marche plus : il faut repasser à la caisse de Monsatan !!! Si ce n’est pas démoniaque, qu’est-ce que c’est d’autre ?




PROGRÈS = BOURGEOISIE


En effet, tout part de 1789 et de l’industrialisation de notre civilisation au long du 19è siècle, surtout grâce « au progrès » du chemin de fer et du téléphone. Ce sont les Couilles en Or, ou riches bourgeois qui remplacent les aristocrates d’antan. Le « marché mondial » naissait. Les Couilles en Or et leur marché mondial se sont emparés de la souveraineté politique dans l’État démocratique actuel.
Partout où passe la bourgeoisie ou Couilles en or, aucune herbe ne repousse : tout est recouvert de béton et de ferraille qui rouille. Ce qui symbolise bien l’hallucinant égoïsme et l’emploi totalement inversé du mot VALEUR. Ce qui symbolise encore la destruction des traditions, du passé de nos Anciens. Ce qui symbolise encore cette civilisation de l’obsolescence : tout et tout de suite : « Ici on paye comptant ». Ce qui symbolise encore l’abolition de la personne : presque impossible désormais de réaliser le Soi ou le « Je suis CE JE SUIS ». L’individu est devenu un numéro à code-barres, une marchandise comme une autre.
Depuis la séparation de l’Église et de l’État il ne reste rien du divin, ou plutôt il ne reste qu’une religion À L’ENVERS, en creux comme un cuivre repoussé, dont Jean Coulonval décrit bien le processus dans la religion du communisme ; à ajouter désormais à la religion de la laïcité !


PROGRÈS - PROGRESSION = BOURGEOIS ou PROFIT ou ACCUMULATION.

Autrefois, même s’il y avait de grosses inégalités, la balance décrite plus haut entre Involution et Évolution fonctionnait. Balance ou TRADITION : transmettre entre les deux plateaux, comme le FLÉAU de la Balance transmet en unifiant les DEUX PLATEAUX. Et l’unificateur des deux plateaux de la Balance est l’Instant, le Blanc, le FLÉAU (le TOUT, PAN et la Panique qui surprend celui qui n’est pas DANS l’Instant). Instant ou disparition de l’égo résumé par l’axiome : Quod ubique, quod ab omnibus et quod semper (Tout le monde en Tout et c’est toujours comme cela).
Fléau est proche de FLÈCHE, on parle d’ailleurs d’une façon idiote ou euclidienne de « flèche du temps », alors que l’Instant est comme une « Fixation cavalante ». Fléau aurait le sens de peine, de fouet, donc l’Instant est une position considérée (actuellement) comme INCONFORTABLE, puisque ce qui surgit de l’Instant est la Conscience absolue, et donc la douleur absolue de l’enfantement ou venue à l’éveil : « Je suis devenu fou depuis que je sais ».
L’Instant, le Fléau, correspond au troisième terme de la Trinité : le Troisième Œil ou Blanc de l’Instant, de la vie. On retrouve cette Trinité dans le Bi-En.
Le Fléau c’est le Cœur de la TRANSMISSION (induction) entre le haut et le bas et le bas et le haut.

De nos jours cette Balance ne fonctionne plus : vu que nous sommes censé être égaux on ne voit plus aucun plateau de la Balance, alors les Couilles en Or ou Bourgeois n’ont plus de balancier ou Fléau, ou n’ont plus qu’un seul plateau, ou un seul pôle de courant : ILS ACCUMULENT. Comme nous sommes « égaux » selon le lavage de cerveaux, à nous d’accumuler aussi : voilà donc le « progrès », la progression, la Sainte Croissance chère aux professionnels de la politique.
Évidemment trop taper ou être obsédé par les bourgeois, ça fait un peu Karl Marx !
Mais le progrès et son évolutionnisme ça ne veut rien dire, parce que le vrai progrès est l’Instant. Si une gigantesque catastrophe décime la race humaine, et qu’il ne reste plus comme « terriens » que des insectes genre Scolopendres, et que débarque des visiteurs de l’espace avec une conscience développée, ils pourront se dire que les « terriens » ne doivent pas vraiment connaitre le « progrès » !!! Par exemple le « terrien » Scolopendre ne découvrira pas que la « vitesse de la lumière » est indéfinissable (pour ne pas employer le mot Infini réservé au divin).
Donc Tout passe par l’Instant, le Soi. Le reste n’est qu’illusion et eyes candy, ou « démocratie ».

Il y a aussi un paradoxe du progrès actuel : les connaissances que chacun d’entre nous ont maintenant à la portée d’un clic de souris informatique, pour ceux qui peuvent se payer un petit ordinateur et un abonnement Internet, alors qu’au Moyen-Âge, il fallait faire des dizaines et des dizaines de kilomètres à pieds, ou à cheval si on avait un peu de fric, et avec le risque de se faire trucider par des bandes, et le risque de ne pas trouver la quête de sa recherche dans la lointaine bibliothèque d’un monastère ou d’un édifice seigneurial. Pourtant au Moyen-Âge la connaissance se fait sentir dans la moindre sculpture d’une église, alors que de nos jours où tout devient possible et confortable, c’est la bêtise ambiante et la non culture qui domine. À mon avis c’est voulu, ce n’est pas possible autrement. C’est voulu pour ramener à une pensée unique : la quantité, nécessaire à nous contrôler comme des patates. L’imbécile se prend pour un roi, vu que nous sommes dans « l’égalité ». « Le roi serait souverain, et le peuple serait roi... » écrivait prophétiquement Ossip Senkovski.
On trouve exactement la même chose dans le communisme soviétique : « L’incapable d’hier est devenu le gouverneur d’aujourd’hui, et à l’inverse les savants sont employés à balayer les rues ou à nettoyer les écuries de la cavalerie rouge. Je puis causer avec les bolcheviks parce qu’ils ne connaissent pas la différence entre « désinfecté » et « désaffecté », « anthracite » et « appendicite » ; je m’arrange toujours pour les amener à ma manière de voir, et même à les persuader de ne pas me fusiller », écrit superbement Ferdynand Ossendowski dans son livre-culte : Bêtes, Hommes et Dieux.
Ossendowski ajoute que le bolchevisme portait en lui la dépravation, l’étouffement de l’âme et de la foi, la fabrication de la crainte de Dieu et de la conscience : il fallait penser comme Staline & Co. Le communisme ou mondialisme est l’ennemi de l’humanité. Il nous faut combattre le mondialisme jusqu’à notre dernier souffle.

Voilà la réalité de nos jours du résultat de 1789.

Bien-sûr PROGRÈS = CIVILISATION !

My God !
Avec sa trinité en prison des ismes : Darwinisme-Marxisme, Freudisme. Le Darwinisme et le marxisme sont accolés parce que si le Darwinisme n’est plus, le Marxisme n’existe pas ; parce que toute la dialectique matérialiste et historique est sous-tendue par la foi dogmatique à l’Évolution, à l’homme né de la matière. Que cette doctrine s’écroule et le communisme se dissout.
Tout ça est la négation du divin, et se résume à la matière et à l’individu-marchandise code-barres. Ça correspond à ce qu’écrit Coulonval sur la religion à l’envers du communisme ou mondialisme, ou religion de la Laïcité (athéisme ou religion de l’Homme, il n’y a à plus la BALANCE entre le croire et ne pas croire, comme écrit plus haut il n’y a plus la balance entre Involution et Évolution).
« Il faut que l’Église [de Rome] réalise en vrai, par le laïcat catholique, en qui repose par nature le sacerdoce royal qui leur a été soufflé sous le nez par les sociétés occultes [franc-maçonnerie], ce que le communisme veut faire à l’envers [ou le mondialisme], car le communisme est une tentative de réalisation, à l’envers, de la royauté effective du Christ [Instant] », écrit Jean Coulonval.


EN RÉSUMÉ : on se rendra maintenant facilement compte que ce que nous appelons le « Progrès » n’est que mensonge et inversion, bien en phase dans ce monde du FAUX (celle de la mort) où tout est à l’envers.
 
 

Dernière mise à jour : 21-11-2012 01:22

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2021 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >