Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Les Yahvistes se prennent pour Dieu
Les Yahvistes se prennent pour Dieu Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 26-05-2013 23:49

Pages vues : 4992    

Favoris : 95

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, France, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Terreur, Transformation, Vide, Volonté, Yokaï

 
gender450.jpg
 
 
Les Yahvistes se prennent pour Dieu
ou pour leur Dieu
 
 
Évoluons, évoluons qu’ils disaient !
« Quand l’homme pourra rouler l’espace sur lui-même comme un parchemin, il y aura la paix sur la Terre », disent les Upanishad, cité par Jean Coulonval dans Synthèse et Temps Nouveaux. Il s’agit d’évolution intérieure, par conséquence cela rayonne NATURELLEMENT à l’extérieur, donc sans volonté ou bidouillage du mental. Accomplir sans savoir pourquoi, voilà le TAO. Voilà l’Instant. Accomplir sans savoir pourquoi ou sans but, sinon c’est du business, du marchandage. Aujourd’hui on ne parle que de but, en sport-business, dans l’éducation avec les diplômes, dans les concours avec les palmes, dans le travail ou esclavage, dans l’économie (but lucratif), dans la culture, dans les religions (rédemption), la technologie ; les cerveaux gauches appellent ça RAISON. Ce sont eux qui sont atteint du cancer du pouvoir.

Évolutionnisme : géométrie de la ligne droite ou Constante yahviste.
 
 
En effet, avec leur « fin des temps » et leur mythe de la rédemption ils inversent et fabriquent le mythe d’une « liberté de la fin », d’une fixité de la fin ; alors que l’être humain ne dispose que d’une LIBERTÉ DES MOYENS. Naturellement, l’âme humaine procède de l’essence vers l’existence ; sans l’intervention de l’âme, l’essence demeurerait à tout jamais à l’état de virtualité. C’est la même chose mais en inverse que pour la chronologie tueuse ou temps : s’il n’y a personne pour « l’observer » alors il n’existe pas ! Normalement l’âme est « libre » de rester dans le Soi ou Instant ou Essence, si elle s’écarte de l’Instant ce sera le désordre et la non soumission à l’ordre cosmique essentiel, et l’âme peut payer cher si elle choisit de s’écarter de l’Instant. L’âme est donc libre de rester dans l’Instant qui en fait sa véritable nature. Ce qu’on peut appeler « liberté de choix », ce n’en est pas, car c’est s’écarter de l’Instant et donc dans une non liberté ou prison du temporel ou monde des accidents.
La « Perte du Paradis » est simplement la non réalisation de l’Instant ou Soi. Ainsi l’humain vit dans le monde des accidents ou « Saisons en Enfer ». Il n’y a plus Accords entre l’Instant et l’existant, l’être humain est devenu un être à la merci de l’OPINION ou :
... moindre vent qui d’aventure
fait rider la face de l’Eau...

Depuis la Chute l’âme humaine est devenue DIVISÉE : sujet-objet, il n’y a plus circulation du Fils vers le Père ou Instant et avec Amour ou privation de mort. Et l’âme se croit libre et « en paix » toute gonflée d’ego qu’elle est, et se trompant terriblement sur le sens du mot « liberté », elle se démène dans son monde sans Accords cosmiques. Tel le mythe des Yahvistes avec leur « fin des temps », l’âme yahviste va jusqu’à s’imaginer qu’elle est capable de se donner une « Fin », une fixation définitive indépendante de la Vraie Fin de la nature humaine.
Dans le monde des accidents ou spatio-temporel, la Vraie Fin est la Réalisation de l’Instant ou Soi, donc vivre en Accords avec le Cosmos ou Ordre de l’Essence. Mais c’est précisément de cet Accord, de cet Ordre, que les Yahvistes et les autres humains ne veulent plus. Ils rêvent de se forger un « ordfre nouveau » (mouvement transhumaniste par exemple), de « reconstruire le Temple » et de « connaître la Prononciation du Nom Ineffable » ; exactement comme les existentialistes de Jean-Paul Sartre et les Socialistes, l’âme se veut désormais « autonome » pour nous donner la « Religion de l’Homme », avec ses Droits de l'Homme ou laïcité judéo-franc-maçonnique où c’est « l’existence qui crée son Essence ! », ou encore : « Ce sont les accidents qui engendrent les essences », ce qui est la marque du satanisme absolu. Et depuis longtemps maintenant l’Église de Rome est prise dans ce piège, dans ce piège socialiste et sentimental aberrant, jouxté avec une morale des plus dogmatique, a commencer par « le péché de chair » trop souvent associé à la Chute du Paradis ! Hélas, hélas, depuis trop longtemps le Vatican et son armée ont l’autorité, même si la franc-maçonnerie s’entretient depuis 1717 à la saper. Par ailleurs, il ne faut pas oublier que cette même Église de Rome se démena pour détruire les Païens ! Il ne faut jamais l’oublier : ils ont achevé de détruire ce qu’il restait du savoir des Gaulois que Jules César s’était déjà empressé de détruire. Jules César rongé par le cancer du pouvoir. On a un double ethnocide envers les Gaulois. Triple si on y ajoute 1789 et son fond gréco-latin par la Teinture judéo-franc-maçonnique spéculative.

La possibilité de vivre sans la division sujet-objet ou dualité est l’Accord entre Instant et existence. Mais à cause de la Chute il y a division sujet-objet ou rupture entre Père et Fils et Amour non reçu du Père : le courant ne passe plus, il y a FIXATION genre « fin des temps ». Il s’ensuit un manque de paix et de sécurité, faisant place à l’angoisse et à la maladie : mal a dit (non circulation, non transparence, mensonges), faisant aussi place au faux confort comblé par le délire de la technologie actuel et la thermodynamique. Ainsi plus personne ne sait où il va et on se met à parler de « croissance » ; on se sent coupable, on « fait pénitence », on se roule par terre nu dans la neige ou on s’envoie de désespoir du sable ou de la terre sur la figure comme le firent les Anciens Égyptiens. Parce qu’il y a un appel en sourdine au plus profond de l’être humain, et parce qu’il y a une réaction d’impatience qui s’installe nécessairement chez celui ou celle qui refuse de tenir compte desdits appels.

Le plus souvent l’être humain éloigné de l’Instant et sous l’emprise de l’opinion accuse l’autre « d’infidélité » ou de n’être pas un « bon socialiste » ou un « bon républicain », ou d’être « un terroriste » ; toute comparaison identique à accuser Dieu de son égarement : « Dieu m’a abandonné » s’écrit-il alors, comme si la marchandise livrée ne répondait pas à son attente !
Depuis la Chute et en voulant « être autonome » comme un robot en un délire « d’affranchissement existentiel », l’âme humaine oublie la Vérité ou Instant, donc elle oublie le plus élémentaire, LE PLUS SIMPLE qui paraît extraordinairement compliqué, justement depuis cette Chute. On dit que « Dieu n’abandonne jamais sa créature », parce que l’Instant naturellement ne peut abandonner ce qui source de Lui. Ce n’est pas l’Instant qui s’éloigne de l’humain, c’est l’humain qui s’éloigne de l’Instant. C’est son refus de se rapprocher ou de vivre le Soi ou Instant qui résonne et lui donne le sentiment d’être « abandonné ». Bref, le mental n’est pas dompté ! Aussi à ce jour nous sommes pour la plupart des damnés passant leurs saisons en Enfer, jouant à l’apprenti sorcier avec nos technologies, submergés par notre propre « sorcellerie » et trop souvent aveuglés par tout ce eyes candy appelé « modernité ». Mais comme l’humain ne veut pas prendre conscience de sa propre coupure de l’Instant, il accuse l’autre de « terroriste », de « brigand » (en 1792), « d’ennemi du peuple », « d’ennemi de la liberté », « d’ennemi de la démocratie ». Mais cet accusateur n’est autre que l’aberration existentielle elle-même. Or cette aberration tout en l’attribuant à l’autre, le sujet la sent agir à l’intérieur de son propre être. Terrifié, il se sent possédé par le démon remuant ses entrailles mentales.

Comme Arthur Rimbaud (Une Saison en Enfer), comme Jean Coulonval (Synthèse et Temps Nouveaux), j’ai la conviction que le « Royaume de Dieu (des Yahvistes) sur Terre » n’est pas sur Terre mais à l’intérieur de nous, si la Réalisation du Soi est effective.

« La vraie vie est absente... Nous ne sommes pas au monde. Je vais où il va, il le faut. Et souvent il s’emporte contre moi, moi pauvre âme. Le Démon ! - C’est un démon, vous savez, ce n’est pas un homme ! » On a donc la dualité sujet-objet !!! et la mortalité...

La « Saison en Enfer » a surtout été développé par 1789 où la créature à l’instigation du philosophisme et de la yahvisto-franc-maçonnerie a refusé sa nature humaine, donc s’est coupé de la Nature, de sa nature. L’être humain fut divisé par Satan qui proposa mieux que l’Instant : « Devenir comme des Dieux » (Eritis sicut dii) et « comme leur chef : Dieu ». Ainsi apparu la division sujet-objet. C’est tout simplement un ÉLOIGNEMENT DE L’INSTANT. On n’atteint pas un but : Instant et sujet-objet sont indissolublement accordés, et pour l’éternité : on ne devient pas, on EST : JE SUIS CE JE SUIS. L’instant ne peut pas devenir : IL EST L’INSTANT. « Devenir » est le propre de la Chronologie tueuse.
Le « Péché originel » n’est pas un péché de chair ou de fornication. au contraire, il est plus exactement le péché CONTRE LA CHAIR. Chair doit s’entendre comme le versant existentiel de la nature humaine ; c’est la partie dans laquelle s’incarne l’Instant ou Essence dans une individuation unique et propre à telle ou telle personne individuée.
Le Diable en faisant miroiter la possibilité au premier couple humain de devenir « comme des Dieux » les éloignent de l’Instant.
« Je suis celui qui suis », Ego sum qui Sum, a dit Dieu de Lui-même (qui ici n’est pas nommé Yahvé, c’est important) en Se faisant connaître à Moïse sur le mont d’Horeb (Exode 3, 14 : Dieu dit à Moïse : « Je suis celui qui est ». Et il dit : « Voici ce que tu diras aux Israélites : ‘Je suis’ m’a envoyé vers vous »). Ensuite seulement le mot Yahvé est à nouveau introduit à 3, 15, avec confusion entre l’universalité et le Dieu yahviste. Le « Je suis » est bien universel et est expliqué par Ramana Maharshi, que je sache n’était pas Yahviste !!!

Aucun but ou rédemption à atteindre, on ne devient pas ON EST.

Voulant être « comme un Dieu », l’âme a refusé l’Accord avec le Cosmos. Conséquence : perte totale de son âme humaine authentique. Il en est de même des individus comme des nations et de leurs institutions. Une société ne peut se réaliser que par la PARTICIPATION active de ceux qui la compose. Aussi les membres de la collectivité décident en connaissance de cause de leur commune activité. S’il n’y a pas de but à atteindre comme expliqué plus haut puisque la Réalisation du Soi est naturelle, le problème réside dans le « but de l’activité commune », mais un « but » en forme de NON-AGIR, sinon on retombe dans la division, les lois et l’arbitraire et le conventionnel du dogme de l’opinion. Dès qu’il y a tentative d’organisation, grand principe du Diable, le mental s’en mêle et ça devient la catastrophe : création d’institutions sociales, système en « isme » : socialisme, catholicisme, judaïsme, islamisme, bouddhisme, etc.

Les Lénine de la démocratie
ces yahvisto-francs-maçons
qui veulent battre en brèche
la civilisation cosmique
d’abord à coups d’opinions et
par suite à coups d’institutions et
de diarrhée législative aux
ordres et services des banquiers

Se rappeler qu’en 1918 dans cette fièvre capitalo-socialiste où tout devenait ‘Demain On Rase Gratis’ (DORG), il exista une tentative manquée d’établir la révolution bolchevique en France. Leurs chefs auraient été Joseph Caillaux le républicain ou Lénine français, et son Trotsky aurait été le républicain Louis Malvy. Un socialisme français de 1918 piloté par l’inévitable J.P. Morgan et sa filiale au don ubiquitaire : la Guaranty Trust Company.

Le piège du mondialisme ou capitalo-socialisme se retrouve dans ce que certains nomment : « âme collective », à ne pas confondre avec « l’inconscient collectif » de Carl Gustav Jung, qui ne tombait pas dans le mondialisme mais se servait de cette notion uniquement pour les besoins de sa psychologie des archétypes (modèles).
Le constituant d’une société c’est chacun de nous, et en imaginant que chacun de nous ait réalisé le Soi ou Instant, naturellement se constituera une société qui se passera de loi. Ainsi, selon la conception du sociologie Paul Bureau (1865-1923) : « une institution sociale est une pratique qui n’est collective que parce qu’elle est devenue général, et elle n’est devenue générale que par extension de la pratique individuelle ».

Paul Bureau appelle fait social « toute forme d’activité, tout acte, toute combinaison, toute formule adoptée par l’individu en vue d’aménager ses rapports avec la collectivité dont il fait partie ». Donc une collectivité ne peut prendre forme que par le travail naturel qui s’effectue par les individus qui la compose ; si un ou des individus force ou plombe la collectivité par l’opinion, c’est foutu ! (Ici je ne fais plus référence à Paul Bureau).
La société est composé par des humains, et la catastrophe peut aussi venir quand s’installe le cancer du pouvoir : les individualités les plus fortes en gueules et donc en non-domptage du mental marquent, teintent la société de leur ego. Ainsi les meneurs ou à fort ego produiront des institutions à leur image et selon leur ego, ou selon leur maladie mentale le plus souvent (maladie telle le pouvoir).
Mais un être humain proche du Soi ou Instant sera naturellement équilibré et en ACCORD avec le Cosmos, il ne pourra que se développer autour de lui une activité sociale dont l’aboutissement sera, naturellement, une fondation parfaite parce que originelle et naturelle, sans forcer, sans loi. Un de ces humains proche du Soi ou ayant réalisé l’Instant fut la symbolique Jésus ou Jésus-Christ, ce qui correspond à l’aura CATHOLICITÉ ou UNIVERSEL. Ainsi le Christ invite naturellement a participer, à réaliser le Soi ou Instant. C’est en cela que l’on parle d’INCARNATION ou de VERBE INCARNÉ.

La symbolique du Christ est le Soi Instant aussi symbolisé par la Croix ou son centre le Point Focal. Dieu, le Christ sont DANS l’Instant comme le précise Ramana Maharshi à l’entretien 143 : « Tout se trouve à l’intérieur de notre Soi. Pour voir le monde il faut un spectateur [comme pour observer le ‘temps’]. Il ne peut y avoir de monde dans le Soi. Le Soi englobe tout. En fait, le Soi est tout. Il n’y a rien à part le Soi [ou Instant] ».

Ce qui apparaît et disparaît, c’est l’ego. Ce qui demeure inchangé, c’est le Soi. Donc si un fort ego que beaucoup de personnes voient comme « authentique », genre le messie attendu par les Yahvistes, et donc affichant une « personnalité », ce « messie » ne pourra être que tromperie comme ce fut naguère le cas avec Sabbataï Tsevi, lequel avait une « personnalité » (maladive) et que ses contemporains yahvistes prennaient pour leur messie, donc ils le croyaient « authentique ». Pour nombre d’entre-eux ce n’était pas du toc ! Alors que Sabbataï était un malade maniaco-dépressif (trouble bipolaire), et ne pouvait donc établir une société saine vu son instabilité émotive.

Il y a aussi nombre de malades en politique qui sont rongé par le pouvoir, et qui par manque d’adéquation à la réalité, ils le reprochent au milieu social et non à leur état individuel de malade ; ainsi ils ont tendance à modifier par la diarrhée législative le milieu en vue de le rendre semblable à eux-mêmes. Je n’hésite pas à écrire que c’est ainsi qu’apparurent des théoriciens comme Marx, Hegel, Trotsky et Lénine, tous ce genre de personnes qui ont « des élans d’amour pour l’humanité », et qui imaginent avec leurs sbires yahvistes en 1917-18 des plans de réformes sociales des plus généreux ! Ces plans ne peuvent jamais marcher parce que FORCÉS, c’est-à-dire marqués dès le départ par le sceau du réformateur, du révolutionnaire. Ces Lénine et Trotsky ont érigé leur sensibilité, donc leur mental et opinion en domination de la connaissance : c’est eux seuls qui connaissent la Vérité. Ce sont des philosophistes dans le genre siècle des lumières qui prennent leurs délires intellectuels forgés dans leur raison raisonnante hissée à la première place de la hiérarchie existentielle. Ils construisent un monde artificiel. Ainsi le mot célèbre : « Tant pis pour les faits » attribué à Hegel, peut-il leur servir de devise.

Résultat : nous avons depuis longtemps deux camps :
- Les rationalistes ou cerveau gauche qui reprochent aux sentimentaux ou cerveau droit d’être des « réactionnaires », alors que ce sont eux qui marchent au « Royaume de Dieu sur Terre » et au fixisme de la « fin des temps ».
- Les sentimentaux ou cerveau droit qui pleurent l’ÂGE d’Or ou Paradis perdu.
Bref, les uns rêvent à la fin, les autres au début !! D’où évidemment dans les deux cas un éloignement de l’Instant. Et tout ça dans une triste géométrie de la ligne droite ou Constante yahviste...

[Merci au docteur Psychiatre A. Stocker pour son livre : Folie et Santé du Monde, et par la même merci à Jean Coulonval]


PROCHE DE L’ACTUALITÉ :
Je crois qu’il n’a échappé à personne en cette première partie de 2013 la liaison entre le président yahviste du jury du Festival de Cannes, le résultat du chandelier à sept branches, pardon, de la palme et du sujet du film l’ayant reçu, de ceux qui fermèrent le bal de cette annuelle réunion yahviste cannoise : DSK et Polanski & Co, et le passage de la loi sur le « mariage pour tous » affirmant la destruction du sens du positif et du négatif pour noyer le tout dans l’égalité ou androgyna (sur Terre yahviste bientôt l’homme accouchera partageant à égalité la grossesse avec la femme) ; tout devenant de plus en plus sexe et à l’envers, et donc « Royaume de Dieu (des yahvistes) sur Terre », que je vais traduire par RDYST (Kingdom of God (from Jews) on Earth, KGJOE). Maintenant les Yahvistes ne se cachent même plus !
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 27-05-2013 00:58

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2021 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >