Accueil arrow News arrow Dernières news arrow La pensée - Il réfléchit
La pensée - Il réfléchit Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 12-07-2013 01:34

Pages vues : 4303    

Favoris : 47

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, France, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Terreur, Transformation, Vide, Volonté, Yokaï

 
 
 
La pensée - Il réfléchit
Il est donc MIROIR
Miroir - Éveil
Je suis Miroir,
Je suis le Vent dans un Vaisseau
 
 
Le contraire du « tout pour le corps » ou esclavage ou civilisation de la consommation (le Royaume de Dieu juif sur Terre) mondiale est l’ÉVEIL, soit l’ANTI-NORME ou ANTI-FAUX, soit soigner la Vérité. Sinon, bienvenue en Enfer, bienvenu au Royaume du Dieu juif de Big Money. Si les Juifs ou Yahvistes ne pratiquent pas le prosélytisme comme l’Islam et la Chrétienté, ils pratiquent le prosélytisme en voulant à tous prix convertir Dieu au Judaïsme !
Bienvenu dans la civilisation du tout précaire, et donc du tout sécuritaire et du confort, donc la prochaine élite seront les sociétés d’assurances et autres mutuelles (voir le nombre actuel de spams quotidiens des comparateurs de mutuelles). Civilisation de consommation ou « richesse globale » engendrant de plus en plus de pauvres ! (Voir le film Elysium)
 
 
Ce monde dont le Prince est le Diable est sous SA possession, c’est le mondialisme, uniquement dans le but de régénérer son sang : faire du fric. Car désormais « Universel » = faire du fric, donc dominer le monde, et on confond alors universel qui est de l’esprit avec général qui est de la terre. La possession c’est être possédé : avoir le démon dans ses entrailles, avoir la GROSSE COMMISSION, donc tout de suite aller à la selle (déféquer de toute urgence car la bourse ou les entrailles sont pleines).

S’il y a bien une chose gratuite en ce bas monde, c’est la pensée, mais les vassaux de 1789 du Prince de ce monde en ont fait du business, ils appellent ça « le droit d’auteur ». Pourtant la pensée, la conscience est gratuite. « Le droit d’auteur » fait la partie de la plus grande escroquerie de tous les temps avec « le pouvoir du peuple » (pouvoir en l’état actuel de la conscience).
Le satanique « droit d’auteur » est bien dans la logique de l’après 1789 et de son libéralisme valorisant l’INDIVIDU : Compter pour UN ! Soit fabriquer la religion de l’homme ; limiter la Vie à la dimension QUANTITATIVE DES BESOINS PHYSIQUES. L’Individu est associé à une PERTE : on s’isole (intimité), on fait blinder sa porte d’habitation avec des verrous sophistiqués, on fiche les gens dans des registres d’état civil, dans des cartes d’identité et de sécurité sociale, chez un Big Brother devenant omniprésent (paradoxe en perte d’intimité où plus personne n’aura le moindre secret à n’importe quel coin du globe), etc. Il y a problème et perte de liberté ; de plus autrefois les œuvres d’art n’étaient pas signées, étant sacralisées elles étaient universelles (poteries et fresques et peintures dans les cavernes).
Le Spagiriste cuisine la Matière pour s’en approprier égoïstement les richesses énergétiques, il se rejette de l’ensemble. Et aujourd’hui de libéralisme et d’individualité obligatoire (et totalement sous contrôle) on vient nous parler de mondialisme !? Ce monde est complètement malade !!! Et en progression selon la loi évolutionniste des Yahvistes et de leur « fin des temps ».

PENSÉE : conscience, et c’est quoi la conscience ? Demandez à : Ken Wilber, Jean Gebser, Georg Feuerstein, Allan Combs, Sally Goerner, Ervin Laszlo, ou Edgar Morin... et au jeune homme Bentinho Massaro dans la vidéo en fin d’article.

PENSÉE : MENMAN en gaulois, ce qui pourra donner plus tard : mnémonique (de la mémoire), du gallois mynw, du breton meno (opinion) ; en dérivation on arrive à matin, matinée, matines : prière entre minuit et le lever du Soleil, soit MATINAM ou prière des prières (matinam, pluriel de mati, issu de mnti : pensée, à rapprocher de gutuater : père des invocations, gutuater qui rappelle gutural et gosier : la voix, Gargantua de Rabelais) ; invocation : adgarios en gaulois. [Réf. Dictionnaire Français-Gaulois, de Jean-Paul Savignac].
Matines, Gutuater et Gosier donneront l’IMAM de la religion musulmane : IMAM de la racine AMMA, proche de IMAGE. Marcher en tête, la bannière. Initialement ce titre désignait celui qui se mettait devant les Musulmans pour faire la prière : celui qui éclaire ; L’ENSEIGNE/BANNIÈRE/FLAMME/DRAPEAU.

La Pensée c’est aussi l’INSPIRATION : anauo en gaulois, anae (richesse en vieil irlandais). L’inspiration, le souffle (en latin animus et anima : souffle et âme), anant en vieux gallois. Évidemment le souffle c’est la vie. Les Gaulois étaient très poètes.
La Pensée est aussi nommée INTELLECT : « N’est libre que s’il perçoit la vérité directement avec les essences ontologiques (être en tant qu’être) sans passer par les perceptions sensibles trompeuses. (Ne pas tirer de conclusions sur la nature des essences à partir du temps profane). (D’après Jean Coulonval, Synthèse et Temps Nouveaux).
La Pensée est aussi INTELLIGENCE : Art de s’adapter aux situations, à l’environnement, au sort, à l’autre, à son corps, et à autres choses encore ! bien entendu non mesurable.

L’ICÔNE : est aussi un signe de reconnaissance. Elle représente l’invisible dans le visible.
Le Peintre a été choisi pour voir l’invisible, l’icône représente une petite image. [ICOINE, ANCONE], EIKONE en Grec Byzantin : image exprimant un dogme. C’est l’image idéale.
Elle essaye de représenter le Divin, ou encore de FIXER l’Esprit dans l’image.
C’est un moteur, un outil de méditation. L’icône évoque la Russie, les terres plates, avec un HORIZON bien présent. Cela pourrait être un « passage », une *Porte* étroite entre le CIEL et la TERRE (une Stargate).
L’IMAGIER est l’Observateur, le regardant (à ne pas confondre avec le voyeur qui veut posséder, et est donc prisonnier : pris au nier).

IMAGINATION : il y en a deux.
Émission maladive du cerveau :
1) production du mental qui boucle sur lui-même (pas de contact avec l’extérieur à cause du délire), une imagination POSSESSIVE : objets du rêve et désirs de consommer ces objets. Cette production maladive du mental est la satisfaction de ses désirs par les créations du rêve.
Émission naturelle du cerveau :
2) production du mental en face (miroir) de ce qu’il y a de faux au-dehors ou rapport DIRECTE petit monde/grand monde (micro/macro ou sujet-objet).
ATTENTION : On retrouve l’imagination maladive dans la fabrication d’une image pour provoquer une mauvaise influence : le Gitan voleur de poules. Poules aux œufs d’Or ?!
On peut aussi détruire une image avec la pratique des envoûtements. La publicité ancienne et moderne et les médias actuels font de la véritable magie opérative plus ou moins noire !

Moi aussi j’ai découvert, à ma façon, « un matin » d’éveil, très tôt. Par exemple à l’école maternelle de la rue Saussure à Paris 17è (tout près de l’embranchement avec la rue Legendre) où vers midi je commençais à avoir faim, et me dirigeais naturellement, spontanément, dans le réfectoire pour manger. Aussitôt le cerbère adulte m’empêcha de poursuivre ma progression. Ma mère devant me chercher avait du retard à cause de son travail. Le MIROIR du minéral de l’outil « cerveau » a tout de suite VU qu’il y avait un problème, non de ma part, MAIS DES ADULTES. Comme si les adultes étaient contenus dans mon cerveau, puisque tout est dans le mental. Ce que je veux exprimer, c’est qu’au moment d’entrer dans le réfectoire, je me sentais comme Superman, TOUT DEVENAIT POSSIBLE, et c’est un adulte (une femme) qui m’a castré (si je puis dire). Et j’ai moult exemple comme ça, notamment à l’âge de 4 ans,... puis à l’âge de 6 ans où ma mère m’avait expédié dans une « colonie de vacances » sur les hauteurs du Grand-Bornand en pleine hiver... où la aussi je fus confronté à d’inquisitoriales adultes et ceux-là méchants, Pourtant je m’imaginais cet endroit être le Paradis... Mon Miroir devait être encrassé ! Les autres encrassent souvent le miroir ! C’est pourquoi il est utile de se souvenir de ce précepte : « N’est jamais peur de rien. Il n’existe que la peur de ce que l’autre peu faire, dire, ou penser », ainsi la peur c’est encore dans le mental.
Mais les « ennuis avec l’autre » ne faisaient que commencer : voir ce qu’on subit à l’école primaire, puis à l’adolescence, sauf si on ressemble à un petit Superman avec une gueule à la Keanu Reeves.

IMAGE :
1 – D’après le Moyen Âge l’image est ce qui réfléchit l’objet, la personne dans le cerveau.
Qu’elle image me “ renvoie ” (miroir) l’autre avec son vêtement crasseux ??
2 – C’est la reproduction INVERSÉE que réfléchit une surface polie.
(Définition du 12ème siècle)

Sagesse : Ça je estre, qui est la connaissance de Soi. Les images dans l’Esprit/cerveau se transforment constamment.
La Déesse MÂAT est la Déesse de l’éveil, de ce qui est DIRECTE, donc dans l’Instant (symbole de la Plume). Mâat, fille ou nourriture de Ré et Mère de la Vérité. Maât représente donc la Conscience absolue ou pure Conscience divine. Maât est l’intermédiaire-véhicule de l’Essence de Rê. L’homme n’est spirituellement vivant que lorsque son Ka inférieur s’unit à son Ka supérieur. Hors rien ne peut s’assimiler à Maât de ce qui n’est pas de sa nature (Conscience véritable, pure). (Ka : sens du Soufre alchimique ; le point d’appui pour toutes les manifestations...)
La PLUME symbolise la liberté et l’ouverture de la prison de ce monde. Et un horrible éloignement de l’Instant ou Vérité est cette pratique imbécile de tuer, ou sacrifier sous nombre de latitudes les poules et les poulets soi-disant pour les offrir aux Dieux, pour ensuite étaler les plumes sur un autel...
Maât représente le non-agir, ce qui est directe comme l’Instant, la non-dualité : dans son aspect supérieur ou plume de Chou ; dans son aspect inférieur ou plume de Mâat elle maintient la « tension », l’équilibre suffisant entre les polarités. C’est aussi la Thémis grecque. La plume sur la tête de Mâat peut rompre le juste Horizon si délicat du fléau de la Balance. Et pourquoi n’aurait-elle pas un rapport avec la gravitation ? Et avec le 3ème Feu alchimique : le Feu Contre Nature : un des principes matériels, le Portier du Palais : Saturne, matérialisation de l’Esprit, la chute dans la Matière terrestre, involution. Dans ce 3ème Feu se trouve le Feu naturel du Mercure philosophique, le Vase. Mais c’est la Nature elle-même qui façonne son propre vase, en amalgamant en des proportions toutes naturelles les principes complémentaires de la Matière : le Soufre et le Mercure. (Ce qu’on appelle le Poids de Nature !)
Les emblèmes de Mâat sont le Coin (sépare l’hétérogène de ce qui est devenu homogène), la Base, la Plume (Feu Air). Thot est Scribe de Mâat. Elle est la réalisatrice ; le Verbe divin est défini par elle et prend ses noms par elle.
La plume évoque une fibre, un fil, une voie, un flux. Dans de nombreuses civilisations la plume est un symbole lunaire et représente LA CROISSANCE.


DES MIROIRS

MIR – OIR
MIR - OUER
MIR – ACLE : s’étonner
MIRER – MIREOR – MIRER : réfléchir deux moitiés
MIRE : médecin, chirurgien, apothicaire ; et MIRER : traiter la peine, donner des remèdes.
MIRAVILE : Merveille (ce que l’on ne sait pas expliquer)
MIROIR/REFLEXE/RÉFLEXION – MI : DEMI – MILIEU – MOI
MIRENCOULIE : chagrin, peine
MYRRHE : gomme résine aromatique fournie par le Balsamier
MY : au milieu
MI en parts égales et ROIR [MIREOR] : modèle.
MEI = DEMI, réfléchir la pensée et alors on perd de sa spontanéité.
Matière et lumière (non polarisée) : des MIROIRS, se MI-RÉ dans l’autre moitié, regarder son image, dans l’eau.
C’est la surface qui réfléchit : l’Eau, le Soleil.
La Lumière solaire se reflète bien sur la *Lune* et les 2 rayons éclairent la Terre, tantôt le jour, tantôt la nuit.
Le CIEL sert de Miroir à ce qu’il y a sur TERRE.
Ce qui existe sur TERRE, existe aussi dans le CIEL (Macrocosme et Microcosme).
Les miroirs ont-ils une mémoire ? Miroir de l’Eau, miroirs et Narcisse.
REFLET : faire du neuf avec du vieux ! Ou IMITATION.
EAU : miroir de l’eau ; dubron en gaulois, deviendra Douvres (Ain, Calvados, Jura, etc.), Dèvre (Cher), Dobra (Espagne), Tauber (Allemagne), etc.
Miroir et Eau évoque aussi une FRONTIÈRE : brog(i) ; brogae (champ ou territoire en gaulois). Le mondialisme c’est l’abolition des frontières, mais uniquement pour faire libre circulation du Saint Fric (monnaie unique, gouvernement unique, police et armée et justice unique, etc., tout cela plus ou moins virtuel selon la mode technologique), Saint Fric que certains appellent « Marché ». Le mondialisme est un vieux délire cauchemardesque remontant au début du choix de la voie de l’Agriculture il y a plus de 10.000 ans !!! Et le paradoxe Collectif-Individuel que même les Yahvistes n’ont pas résolu ! Faut-il un territoire ou pas ? Si oui, c’est qu’il y a ville et sédentarisation et POSSESSION (votre ceci, votre cela...). Or un JARDIN (Garden Gardin Eden et Tapis) n’est pas possession (on ne fait pas du business avec un Jardin, il faut d’ailleurs peu d’outils pour le cultiver), et la clôture ou « frontière » (parc ou parquer) sert à apprivoiser les plantes. Le Jardin est Plait-Sir. Le Jardin est la même chose que « la Circonférence est nulle part et le Centre est partout ». Il y a toujours CIRCULATION. Dans un empire il n’y a pas circulation, dans un trop grand État non plus ; et le propre d’un empire ou d’un grand État, de Hollywood, d’un lobby, est de s’effondrer tôt ou tard.
On observe le même paradoxe individu-collectif avec l’ordinateur de bureau qui est fixe, et l’ordinateur miniaturisé sous forme de galette que l’on peut emporter partout, et qui symbolise encore plus le mondialisme : on parle désormais « d’objets nomades », et en un nomadisme voyageant en avion de mégalopoles en mégalopoles (fin des Pagans ou Paysans !).
On aura dans peu de temps (5 ou 10 ans si rien ne vient de la Nature comme catastrophe et si l’eau potable ne manque pas) un nomadisme comparable au temps des Chasseurs-Cueilleurs, bien-sûr totalement différent et nouveau, et avec probablement encore la bouffe de la voie de l’Agriculture avec ses céréales sédentarisatrices (blé, orge, avoine, millet, riz, etc.), une bouffe de plus en plus industrielle à cause de l’accroissement de la population mondiale.
Tous réseaux restent mondialistes, ou alors il faut tout couper ! Depuis le 19è siècle on a à faire à une sorte de nouvelle religion : la technologie, une robotisation de l’humain se coupant de ses racines, ce qu’avait bien anticipé Isaac Asimov dans ses suites de romans Fondation. Comme quoi à force de se masturber le mental depuis des générations et des générations les Yahvistes peuvent parfois être très positifs et géniaux si leur Torah ne les bouffent pas.

Je ne vois que la « nourriture prânique » ou nourriture par la « lumière » pour sauver le monde. Mais je doute fort que cette possibilité de nourriture soit pour demain, ni même après-demain !

Enfin, la Pensée c’est aussi le MENTAL (Métal ou Faire-Fer), le « raisonnement ». Le mental non dominé par l’ego ou dompté est Conscience : Je suis celui qui suis, ou Je suis ce je suis. Le mental dominé par l’ego n’est pas dompté et est soumis au vagabondage permanent, ce qui est le propre du mental ! Il est erant comme le Yahviste. Comme le Fer le mental rouille ! Le Faire aussi ça rouille, d’où le non-agir, ou plutôt la réalisation de l’Instant ou Soi : ne jamais s’identifier à celui qui agit, donc se débarrasser de l’intention, du projet, de la volonté, tous productions cancéreuses du mental non dompté. Le non-agir c’est encore agir sans volonté.
Comme le dit Ramana Maharshi à l’entretien 556, le mental individuel voit le monde, quand ce mental disparaît (ou est dompté), le monde disparaît aussi. Dans ce même entretien R. Maharshi donne l’exemple suivant :
Un homme vit en rêve son père, décédé depuis trente ans. Dans ce rêve, il avait quatre frères et son père avait partagé son héritage entre eux tous. Une dispute s’ensuivit lors de laquelle ses frères se jetèrent sur lui pour le tuer. Il se réveilla en sursaut, terrorisé. Il se souvint alors qu’il était fils unique, qu’il n’avait aucun frère et que son père était mort depuis longtemps. Sa terreur se transforma en contentement. Ainsi quand nous prenons conscience de notre Soi Instant, le monde disparaît, mais lorsqu’on s’éloigne de l’Instant nous nous trouvons prisonnier du monde des accidents ou spatio-temporel.

« Dépassez seulement la fausse idée que le ‘Je’ est le corps [vaisseau]. Trouvez à qui se présentent les pensées. Si la conscience du ‘je’ disparaît, la découverte est achevée. ce qui subsiste, c’est le pur Soi. Comparez le sommeil profond et l’état de veille. ce n’est que dans ce dernier que se trouvent la multiplicité et le corps [monde des accidents]. Dans le sommeil profond, le Soi demeure sans qu’il y ait perception du corps ou du monde. Là, règne le bonheur ». (Ramana Maharshi, entretien 54).

« La réforme de soi entraîne automatiquement la réforme sociale. Limitez-vous à votre propre réforme. La réforme sociale prendra soin d’elle-même ». (Ramana Maharshi, entretien 282)
En d’autres mots/maux : tout être humain doit faire « société » avec lui-même au plus intime de son être, avant de se lancer à faire société avec les autres. Des relations sociales authentiques ne peuvent avoir lieu qu’entre personnes authentiques !
En fait c’est cela la véritable disparition des États-Nations établit depuis les 10.000 ans de la voie de l’Agriculture et toujours oppresseurs et source de violences et de guerres. Évidemment cette disparition n’a rien à voir avec le Saint Fric sinon on retombe dans la division winners-losers ! Évidemment ce ne sera pas non plus un monde où les « fortes personnalités », donc à fort ego, produiront un monde avec les institutions sociales à leur image et ressemblance.
Selon les Anciens, l’être humain est la mesure de toutes choses, quand il s’agit des choses de ce monde. Aujourd’hui et à cause du Saint Fric on l’ignore, puisqu’on enseigne avec zèle dans les écoles du franc-maçon Jules Ferry que l’être humain doit être mesuré par les choses !!!
 
 
 
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 12-07-2013 02:44

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2021 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >