Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Moïse et la prise de la Bastille
Moïse et la prise de la Bastille Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 20-08-2013 01:34

Pages vues : 4720    

Favoris : 69

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, France, Gaule, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Terreur, Transformation, Vide, Volonté, Yokaï

 
 
 
Moïse et la prise de la Bastille
 
 
Quel rapport entre Moïse et la prise de la Bastille, symbole de la révolution républicaine française ? Et Moïse fait partie de la base judaïque de la symbolique de la franc-maçonnerie spéculative.
Moïse et la Bastille marquent l’HISTOIRE, le spatio-temporel ou monde des accidents, donc des OPINIONS. Ils s’inscrivent dans l’évolutionnisme sous l’œil d’un DIEU EXTÉRIEUR : révélation DANS LE TEMPS CHRONOS et à un moment donné, donc EXTÉRIEUR. Un extérieur qui se veut religieux, qui se veut une théophanie : annonce d’un Dieu vers ses fidèles, ce qui est typique du Dieu colérique et jaloux Yahvé. Aujourd’hui le Yahvé est le républicanisme maçonnique du Saint Fric. Mais aussi bien au point Moïse qu’au point Bastille, il n’y a pas de quoi fouetter un pauvre petit chat (avoir peur du petit chat).
 
Moïse comme la prise de la Bastille marquent un moment typique, FIXE, donc plus réversible, comme si cet Instant avait une action sur le futur, c’est en quoi elle est purement évolutionniste, EXTÉRIEUR. Évolutionniste parce que l’Instant se situe au début, et à la fin se trouve le fameux « Royaume de Dieu juif sur Terre ». C’est la thèse de Mircea Eliade et de son « éternel retour », que je qualifie de FAUX INSTANT. Moïse et son Dieu colérique et jaloux forment une PERSONNALITÉ, un EGO, donc ils entrent dans l’évolutionnisme du déroulement de l’histoire entre un début et une fin.

MESSIE = PUB, ANNONCE
, donc c’est extérieur. MESSIE = ENVOYER, on parle bien de « vaguemestre » (sous-officier chargé du service postal dans l’armée), et la MESSE est un envoie. On parle bien de MISSION, de MISSIONNER, de MISSIER (prêtre chargé de dire la messe). Et la fonction de prophète c’est bien d’envoyer des messages... de la part d’un Dieu. C’est l’AUGURE des Grecs, la PYTHIE de Delphes.
Le MESSIANISME est bien dans l’évolutionnisme : il y a une DISTANCE entre la carotte et le bâton ! C’est EXTÉRIEUR, cela fait partie de la Chronologie tueuse ou temps des accidents (le spatio-temporel).
C’est pourquoi je dis que la « religion » juive est avant tout politique, et uniquement dans la voie de l’Agriculture. Elle ne peut en aucun cas se prétendre « universelle » car elle est DE CETTE DIMENSION que certains veulent à tous prix, de la finance internationale, transformer en théophanie, mais en théophanie juive : désir du Yahvé colérique en rapports égotiques avec ses fidèles (peuple élu) ; un Yahvé voulant convertir Dieu au judaïsme.

Le judaïsme n’est pas une religion car il se situe dans l’évolution, dans l’histoire du temps qui coule dans le sablier, avec sa carotte final ou récompense de marchandage en forme de « régénération finale du monde » ou « Lendemains qui chantent ». Aussi le messianisme est anti-historique, puisque le Yahviste est totalement éloigné de l’Instant, il supporte le monde des accidents DANS L’ESPOIR que ce monde spatio-temporel va définitivement cesser à la « fin des temps ». J’appelle ça du marchandage de l'Instant, comme le pauvre âne devant sa carotte destinée à le faire saliver et avant tout avancer ! Aussi il ne faut plus s’étonner de notre civilisation de consommation !
Le judaïsme étant dans la voie de l’Agriculture il s’inscrit dans l’attente de la pousse du blé semé.
Le judaïsme est FIXISTE : il veut mettre « FIN À L’HISTOIRE », prochainement, à la « fin des temps », et fixement : d’une manière définitive, mettre fin à son évolutionnisme. Mais on reste toujours dans cette géométrie euclidienne de la ligne droite.

Le judaïsme et les religions monothéistes « révélées » sont toutes responsables de la perte de la Vraie Télépathie naturelle, parce qu’IL Y A COUPURE D’AVEC LE COSMOS.

En effet, il y a une énorme fracture entre AVANT le judaïsme et après. Cette différence est la perte de l’Accord avec le Cosmos, qui permettait alors les relations avec nos frères et sœurs ou hermaphrodites, ou parthénogénétiques êtres de l’Espace.
AVANT, c’était plus ou moins l’Âge d’Or. On prenait modèle sur la renaissance de la végétation, donc de la victoire de la Vie sur la Mort. Avec l’arrivée du judaïsme et de l’hellénisme apparaît la notion d’individu. Et cela à cause en grande partie de l’initiation : un pouvoir admet un candidat à entrevoir un mystère ou une réponse à sa question. On peut même parler « d’éducation ». Mais tout est initiation même quand ça se passe collectivement.
De toutes façons avec l’opinion conjuguée des Grecs et des Yahvistes on passe du MOI-COLLECTIF OU TRIBAL à un MOI-INDIVIDUEL permettant une autonomie face au groupe (selon par exemple ce qu’en écrit le Psychiatre Pierre Solié dans : Médecines initiatiques aux source des psychothérapies).
Pour Pierre Solié il s’agissait de se libérer de l’emprise aliénante de « Mère Nature », cannibalisme et inceste, pour accéder au statut symbolique du « Père-Culture » (le patriarcat ou « Dieu le Père » extérieur) ; ce qui pour moi est un signe de la CHUTE, et non d’une libération, car nous nous sommes coupés de la Nature alors que nous en faisons partie... naturellement ! Ainsi nous avons pénétré dans la religion de l’homme, et surtout nous nous sommes fermé le contact avec nos frères et sœurs de l’Espace, même si régulièrement et depuis 1945, et en accord avec la technologie, les ovnis ont la vedette.

Je ne suis pas d’accord avec ces avant et ces après, trop fixistes et trop dans la ligne droite, où l’artifice consiste à inventer le mot FOI des Chrétiens pour soi-disant « soulever des montagnes » ou Tout est possible.  Oui, Tout est possible, mais DEPUIS TOUJOURS ET ÉTERNELLEMENT, aussi il n’a pas fallut attendre les judéo-chrétiens pour cela ; et il n’a pas fallut attendre l’invention de Adam et de sa Chute !!!
Toujours est-il que l’après : C’EST LE DÉSORDRE, la Loi naturelle a été rompue, car pourquoi y a-t-il autant de guerres dans le monde depuis au moins tout le temps de cette voie de l’Agriculture ? La guerre est devenu universelle à la place des religions qui se vendent toutes « universelles ».
Pour moi il n’y a pas de moi-collectif et de moi-individuel, il y a simplement un REFUS de l’humain d’échapper à son destin d’humain : il veut péter plus haut que son cul, notamment en essayant de vivre, pourquoi pas, une éternité modèle yahviste !

Pas d’avant ou de Chute d’Adam ni d’après Adam, parce que de toutes les créatures de cette planète, l’être humain qui se dit le sommet de la Création et le plus « intelligent » est la plus chétives des créatures, et surtout la plus dangereuse. Seul l’humain est capable de rendre esclave, de tuer ses « frères inférieurs », ses « sauvages », ses « mauvaises herbes ». Seul l’humain marchande : IL PRIE, or seul ce qui ne sert à rien ou sans valeur est efficace.
Pourtant, et de toute éternité, l’être humain reste être humain, même si les transhumanistes s’en mêlent ! Ipse liber sui propter voluntatem, ipse judex sui propter rationem.
Ressembler à Dieu c’est réaliser l’Instant, tout simplement ! Nous avons toujours la Libertas a necessitate, mais nous avons perdu momentanément la Libertas a peccato et la Libertas a miseria. L’humain a abusé de la Libertas a necessitate et a perdu le reste ; il a conservé l’Image, et les Ressemblances s’en sont allées (réf. le Psychiatre A. Stocker dans : Folie et santé du monde).

Pas d’avant, pas d’après, seul compte l’Instant, LE VIDE : « c’est pourquoi le souverain, le roi et le saint demeurent toujours en repos. Ce repos conduit au Vide, un vide qui est Plénitude, une plénitude qui est Totalité », comme l’écrit Tchouang-tseu dans La voie du ciel.
La logique occidentale issue des ergoteries gréco-latines ne permettant pas un saut dans un raisonnement rigoureux, il faut compléter par une transition logique et surtout symbolique. Roi et souverain en repos = domptage du mental ou ego. Le domptage de l’ego permet la réalisation du Soi-Instant et l’appréhension adéquate de la seule réalité possible. Cette vision de la seule réalité permet d’accomplir des actes rejoignant la spontanéité et l’intensité de la Source originale.


Si les hommes communiquent entre eux avec leur esprit individuel, la paix ne peut plus être maintenue. Car on orne l’esprit par la lettre et on l’élargit par l’érudition. Or, la lettre tue l’esprit et l’érudition la noie. Ainsi, tout le monde fut jeté dans l’égarement et le désordre sans pouvoir jamais rejoindre son indistinction primordiale en retrouvant sa nature et son sentiment [sa Signature ou son Soi divin].
(Tchouang-tseu, Corriger la Nature).

Fixer, oui, mais SANS FIXER.

C’est en marchant que la voie est tracée ; c’est en nommant que les choses sont délimitées ainsi (1). Comment dire oui à une chose ? On dit oui à une chose qui est. Comment dire non à une chose ? On dit non à une chose qui n’est pas. Comment juger ce qui est possible ? On considère comme possible une chose qui est possible. Comment juger ce qui n’est pas possible ? On considère comme impossible (non-possible) une chose qui n’est pas possible (2). Toute chose a sa vérité ; toute chose a sa possibilité. Il n’est rien qui n’ait sa vérité ; il n’est rien qui n’ait sa possibilité (3).
C’est ainsi qu’une tige mince et un gros pilier, une femme affreuse et la belle Si-che [une Belle du Royaume de Yue], le grand et l’extraordinaire, la ruse et le monstre se résorbent tous dans l’unité du Tao. Cette unité se divise en formant des êtres ; en formant des êtres, elle se détruit (4). Ainsi, tout être n’a ni achèvement ni destruction, car il se résorbe finalement dans l’unité originelle.
Seul l’illuminé sait que la compréhension mène à l’unité, aussi rejette-t-il ses préjugés pour s’arracher à la juste mesure [équilibre parfait]. La juste mesure permet la pratique, la pratique amène un résultat, le résultat représente le succès. Parvenir au succès est proche du Tao [de l’Instant]. Il faut affirmer les faits. Accomplir sans savoir pourquoi, voilà le Tao (5).
(Tchouang-tseu, La réduction ontologique).


Notes.
1. Fixité Cavalante : en fixant le réel fuyant et contenu en des noms fixes et distincts, permettant ainsi à l’humain de se représente les choses au mieux.

2. L’humain dominé par la passion violente et l’ego aime à affirmer quelque chose qui n’est pas, c’est l’opinion. L’homme en paix selon l’école taoïste de Tchouang-tseu se borne à affirmer quelque chose qui est. Ainsi il dit oui à oui. La colère empêche l’humain de voir une chose qui n’est plus, aussi le coléreux dit oui à une chose qui n’est pas ou qui n’est plus. Un passionné veut toujours réaliser l’impossible. Ainsi, bien que tout soit possible, il affirme possible l’impossible.

3. Tout être au monde possède sa vérité, c’est le QUI LE DIT ? de Ramana Maharshi. Ainsi il n’existe aucun être qui ne contienne ses possibilités uniques au monde, puisque chacun est le Soi-Instant.

4. Quelque chose qui se divise amène l’achèvement d’une autre chose ; cette autre chose une fois achevée amène sa destruction. Ceci illustre par exemple l’adage mondialiste : « diviser pour régner ».

5. « Achever quelque tâche sans savoir comment y arriver, voilà l’opération caractéristique du Tao ». C’est-à-dire : imiter le secret de la création originale et universelle, en ne brusquant rien et en suivant son intuition insaisissable (selon le traducteur de Tchouang-tseu : Liou Kia-Hway). Au final le mystère de la création cosmique se marie avec la création morale : il y a accord avec le Cosmos.



[En haut de page : la Bastille à Paris vers 1740]
 
 

Dernière mise à jour : 20-08-2013 02:11

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2021 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >