Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Coercition et lois de synagogue
Coercition et lois de synagogue Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 19-09-2013 22:23

Pages vues : 7497    

Favoris : 126

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, France, Gaule, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Terreur, Transformation, Vide, Volonté, Yokaï

 
camisole_force.jpg
 
 
Compas-équerre, coercition et lois de synagogue
Les enchaînés dans notre civilisation des compas-équerres et de leur morale


Maîtres et Esclaves
Alors que nous sommes tous frères et sœurs.


Il est temps de trouver une aide au sevrage républicain !
 
 
COERCITION : de 1586, plein pot dans l’époque de la Renaissance : du latin coercitio, de coercere. Pouvoir de contraindre quelqu’un à se soumettre à la loi, ou à Dieu (surtout pour les Yahvistes et leur Yahvé), ou aux psychiatres et à leur camisole chimique.
Bref, ce sont les fanatiques Yahvistes et leur Moïse avec sa quincaillerie de commandements suivie des boulons du noachisme du Père Noé.
Coercition est proche de CŒUR (COER) et de Cour (Coers).
La laïcité française est une coercition franc-maçonnique destinée, selon ce pouvoir cachée et anti-démocratique, à effacer « l’obscurantisme », entendre la catholicité ou universalité de la Trinité. Depuis la fin du 19è siècle l’État français semble obsédé par sa religion maçonnique républicaine : la laïcité. Si le pouvoir politique français décide que le voile intégral ou pas rabaisse la femme, il n’y a rien a dire : personne n’a le droit de dire le contraire, sous peine de crime d’hérésie républicaine !
En Union soviétique, en 1960 le nouveau code criminel changea, l’article 142, sur les « Violations de la loi de séparation de l’Église et de l’État », permettant au KGB d’arrêter quelqu’un pour sa religion.
Un bel exemple de coercition : la loi Fabius-Gayssot : à la soviétique : « mettre un flic dans la tête de chacun ».
Même chose avec l’OTAN des Américains et Sionistes.
Même chose avec les banques... qui créent du chômage et du suicide et de la folie...
 
Contraindre par la morale humaine, par la loi humaine et ses « mesures coercitives », par la critique, par l’intimidation du pouvoir d’État, et biens d’autres moyens dont la manipulation par l’opinion, c’est rendre le peuple FOU : constante de maladies mentales si bénéfiques pour les Bourses ou Couilles en Or de Big Pharma.
MALADIE : Mal à DIT ou Déité (Dieu ou Déesse), la laïcité en France ayant remplacé le DIT !
Et cette civilisation actuelle de par sa forme démocratie demandera sans cesse du consensus qui deviendra de plus en plus coercitif, ce qui engendrera de plus en plus de maladies mentales, tout bénéfice pour Big Pharma et ses drogues légales.
Notre civilisation dite « moderne », où on nous vend ses « progrès », est profondément malade, mourante même, alors ses membres deviennent fous.

« Avertissement aux pharisiens : vous êtes comme tous les hommes, mêlés de bien et de mal, et vous voulez pourtant qu’on vous identifie tout entiers à votre vertu [de votre orgueil de peuple élu] ; mais prenez garde : dès que vous ne pourrez plus faire illusion, on vous identifiera tout entiers à votre péché ».
« Le but de la vie consiste à tirer l’un du multiple. Le pharisaïsme est une tentative frauduleuse pour réaliser cette synthèse ; il fait l’unité au-dehors au lieu de la faire au-dedans : son désir de perfection s’arrête à la blanche couche de chaux qui revêt l’extérieur du sépulcre », écrit justement Gustave Thibon dans : Notre regard qui manque à la lumière.
On peut ajouter ce proverbe à l’adresse de tous ces travailleurs du chapeau : « Plus grosse est la tête, plus forte sera la migraine... ».


La laïcité est la migraine en préparation, surtout avec sa Bible des droits de l’homme, puis ça peut déboucher sur la folie et la psychiatrisation par Big Pharma (traitements coercitifs).

RAPPEL : Nos Anciens n’avaient pas toute cette diarrhée moderne législative, même s’ils étaient moins nombreux, et moins pollueurs que nous, leurs lois étaient plus libres, moins « sécuritaire » où aujourd’hui la sécurité, depuis le 11 septembre 2001 est devenu une obsession, avec l’efficacité grâce à la folie technologie. Chez nos Anciens il y avait beaucoup moins de maladies mentales, si on ne compte pas les tares congénitales et autres mauvaises hygiène de vie.
Le mot COERCITION ou contrainte par compas-équerres s’exerce aussi bien par la loi, qui est toujours de la violence, que par le physique, le chimique de Big Pharma, le psychologique dans les écoles, et surtout par la finance internationale des Juifs. Dans notre civilisation le mot coercition se résume par un autre plus court : LA PEUR, ce qui engendrera la prise énorme de « tranquilisans » et autres « antidépresseurs » censés empêcher le suicide ou ce qu’on appelle de nos jours « la maladie mentale ».

Les sociétés anciennes, surtout vivant simplement et encore très proches de la Nature n’avaient pas de maladie mentale parce qu’elles n’étaient pas contaminés par les lois et sa coercition. Par exemple des sociétés sans contraintes, dans des pays chauds, laissent les jeunes sans vêtements ; une fois sevrés du sein de leurs mères, pas avant l’âge de deux ou trois ans, ces enfants apprennent ensuite à se débrouiller par eux-mêmes ; ils auront toujours à manger et un toit pour dormir dans la maison de leurs parents et de quoi se vêtir s’il fait froid, la responsabilité s’arrête là. L’enfant mange quand il veut, dort où il veut et quand il veut, s’amuse uniquement avec ses propres ressources. En grandissant sa famille attend de lui quelques petits services : cueillir des fruits, aider à la pêche, nettoyer le sol jouxtant la maison. Mais ces menus services ne sont jamais imposés, ils ne s’accomplissent que selon les circonstances. La punition est presque inexistante. Les enfants sont doux et joyeux, jamais dans l’ennui, et rarement querelleurs.
Prenant rarement le métro, en rentrant à la station Villiers, quartier chic du 17è arrondissement de Paris, j’observais deux enfants d'environ 12 ou 14 ans... Ils me faisait peur, pourtant ils étaient bien habillés, nourrit aux vitamines, etc., mais ils me renvoyaient de la peur.

La démocratie telle que fabriqué depuis 1789 et surtout depuis l’après 1945 ne peut fonctionner qu’avec du CONSENSUS : en triomphant depuis l’époque de la Renaissance, la libre pensée signait son arrêt de mort, car il est évidemment impossible de gouverner en reconnaissant à chacun le droit de ne pas être d’accord. Ainsi cette démocratie demande sans arrêt du consensus à son peuple. Là encore : CHOSE IMPOSSIBLE, en l’état actuel des consciences ça demanderait des siècles !!! Alors il faut des contraintes coercitives.
Des études et témoignages faites en 1916 sur les Indiens d’Amérique ont montré que la maladie mentale n’existait pas chez ces sociétés où il y avait très peu de coercition.
Nombre de psychiatres et de chercheurs estiment que ce qu’on nomme aujourd’hui « Schizophrénie » est une maladie de civilisation moderne où existe cette diarrhée législative avec ses lois.
Même sans faire d’étude de psychiatrie, il est logique de voir que ce monde « moderne » conduit les plus faibles à la folie, les autres se droguent à la messe football des fins de semaines ou à autres choses. Mais ils sont tout aussi atteints.

Les Chasseurs-Cueilleurs encore existant à notre époque doivent considérer les enfants comme des individus déjà autonomes, dont les désires ne doivent pas être contrecarrés. Si on applique la politique colonialiste modèle empire USionistan aux enfants, genre : « Ce qui est bon pour nous est bon pour vous », c’est briser les enfants, c’est les fabriquer selon une opinion toute faite consistant en la formule policière et de camisole de force : « C’est pour leur bien ». Cette même pratique se retrouve d’ailleurs avec la religion maçonnique : la laïcité.

Seules des sociétés de petites dimensions permettent une qualité de vie, c’est pourquoi je parle toujours de Pagans (paysans ou habitant de district), de Gaulois, et de pays ayant un maximum de 10.000 habitants. Ce sont ces pays où les gens passent beaucoup de temps entre-eux à discuter, et passent très peu de temps tournés à l’extérieur en des divertissement passifs genre aujourd'hui : télévision, cinémas et jeux vidéos et livres. Seuls ces petits pays permettent le développement précoce et l’aptitude sociale des enfants. Seuls ces petits pays peuvent échapper à la diabolique coercition. Ils sont à la fois originels, autonomes ou autochtones.

Aujourd’hui où tout doit être rentable, compétitif, le médecin allopathe, officine de Big Pharma, fait de l’abattage dans son cabinet et ne passe pas plus de 10 minutes avec son patient : il n’a plus le temps de l’écouter, il préfère le bourrer de médicaments. Il est beaucoup plus rentable de faire de la « gestion de médicaments » consistant à voir l’extérieur : les symptômes, en occultant totalement l’intérieur, comme si le patient était une vulgaire machine et avait juste besoin d’un peu d’huile dans ses engrenages pour le remettre en route dans le circuit esclavagiste de la société industrielle des Couilles en Or.
Cette civilisation moderne est entièrement coercitive, pour exploiter au maximum ses esclaves. Il en est de même dans les écoles du franc-maçon Jules Ferry où les enfants s’ennuient au bout de quelques temps. Plus l’école et la société seront ennuyeuses, et plus il y aura de lois ou de coercition, donc de la souffrance ! Une scolarité peu attrayante, plus tard un emploi chiant, et c’est la souffrance. Dans les écoles chiantes de la république maçonnique les enfants sont obligés de se forcer, comme pour avaler cette infecte même soupe pour tous.
Le plus grave, les enfants en souffrance se laisse aller quand vient leur âge de « gagner sa vie » à travailler dans un supermarché ou un fast-food. Et pour « tenir le coup » ils boufferont des antidépresseurs, drogues légales, ou toutes autres drogues illégales.
Maintenant si des enfants n’acceptent pas cet esclavage dès leur entrée à l’école républicaine, ont les envoie chez le psychiatre du coin, qui les diagnostiquera comme « rebelle ». Au 19è siècle ont envoyait ces « rebelles » qui faisaient peur aux bourgeois, dans les « colonies agricoles et horticoles » (en langage propre : bagne pour enfants). Comme ces enfants perçoivent la déception de leurs parents, ils cessent d’aimer leurs parents, s’en détachent et se tournent vers leurs camarades qui leur ressemble, même si ce sont des « vauriens », et d’escalades en escalades ils peuvent se retrouver dans les bagnes pour enfants jusqu’à leur majorité à 21 ans (au 19è siècle, et s’ils ne meurent pas avant de mauvais traitements et de viols).

Dans notre civilisation moderne la contrainte comportementale (behaviorisme) est de règle. Autrefois on valorisait le courage et l’honnêteté. Aujourd’hui, période de post mondialisme et « d’égalité », les compas-équerres ou contraintes sont institutionnalisés, comme la laïcité devenue religion d’État maçonnique, ce qui nous obligent à adopter des comportements que nous ne respectons ou n’admettons pas. Les parents ayant la peur que leurs enfants plus tard ne trouvent pas d’emploi leur inculquent systématiquement les compas-équerres républicains. Et une fois adultes, les esclaves sont contraints par la république maçonnique de respecter « ses valeurs » en devenant des robots, sous peine de perdre leur emploi et de se retrouver à la rue s’ils ne respectent pas les compas-équerres.

Laïcité et coercition institutionnelles sont les deux mamelles de la république universelle franc-maçonnique. Pour parvenir à survivre dans cette jungle maçonnique, on peut se droguer avec les pilules de Big Pharma, ou d’autres pilules illégales de la Maffia, en ajoutant au besoin de l’alcool, ce qui enrichira l’État.
La croissance ne marche que pour chier toujours plus de lois, contraignant toujours plus le peuple, jusqu’à finir par l’étouffer. JAMAIS il n’est étudié les moyens de la DÉCROISSANCE : trouver encore et encore MOINS DE LOIS POUR UN MIEUX ÊTRE.
Comme nous acceptons tels des moutons la coercition comme allant de soi, nous manipulons automatiquement les autres quand la circonstance se présente, notamment dans la hiérarchie au travail ; cette hiérarchie qui est si confortable pour celui qui est atteint du pouvoir. ET LE MARIAGE EST UN SYSTÈME DE CONFORT quand se mêle les compas-équerres en forme de coercition. C’est alors que pourra facilement se développer le ressentiment (amertume ou rancune), pouvant déboucher sur une palanquée de troubles pouvant mener même au meurtre.

Big-Pharma et psychiatrie sont une seule et même chose : LE FRIC, LE FRIC, LE FRIC - PEUR, PEUR, PEUR. Et pour construire cela il faut des lois, soit toujours plus de contrainte ou coercition. C’est pour ça que le noachisme et ses lois a le vent en poupe ; depuis le Moïse, les Juifs sont les spécialistes des lois, ce n’est pas étonnant qu’il y a une grande proportion de psychiatres juifs, à commencer par Sigmund Freud. Ils s’y entendent côté travail du chapeau ou mental !

Cette civilisation est totalement cancérisée par le FRIC, de Goldman Sachs, de Wall Street, de la City à Londres. Seul le mot magique MARCHÉ a de l’importance, avec l’autre mot VALEUR (boursière). Ce mot de Marché est devenu œuvre du Diable, et pourtant à l’origine c’était l’endroit plein de charme où on allait acheter ses provisions au cultivateur du coin, on bavardait avec les gens du village, on allait boire un pot à l’estaminet ; on ne parlait pas encore du si vilain mot de « profit ».
Aujourd’hui, la modernité fait que nombre de gens font du fric avec tout, même avec le vivant : par exemple sur le génome humain. Nombre de gènes humains sont maintenant brevetés, et c’est bien fait que nombre de ces brevets ne rapportent rien à leurs possesseurs.

La fièvre génomique est comme la croissance financière et la diarrhée législative, on n’en voit pas la fin : bientôt nous aurons autant de membres que nous en voulons, bien pratique pour les esclaves travaillant dans les usines ; et nous pourrons même nous faire pousser des ailes, là aussi bien pratique... pour par exemple remplacer la folie des drones.
En attendant, Wall Street rêve aux biotechnologies comme « moteur d’expansion économique » (en un seul mot : CROISSANCE), et accessoirement de guérir des « maladies mortelles », et le Street s’inquiète, pauvre chou, si cela pourra consister en de « bons investissements ». Mais à quoi fonctionne la finance internationale ? Certainement PAS à l’eau de source !!! Il serait temps de faire un contrôle anti-dopage dans toutes les banques et organismes financiers de cette planète... Le dopage dans le sport n’est qu’un tout petit bout visible de l’iceberg !!! Parce que comme écrit plus haut, cette société moderne pousse au dopage sous toutes ses formes : il faut être compétitif, rentable, sinon c’est la rue et la soupe populaire.
Aussi il n’est pas étonnant que la nouvelle mode dans les universités soit l’enseignement de la biologie tout entière. L’approche moléculaire prédomine maintenant dans la plupart des universités, et ça contamine jusqu’à l’enseignement des sciences dans les lycées et collèges.

[En haut de page : appareil de torture ou camisole de force moderne]


Ci-dessous, en voilà qui ne feront pas le Jihad du sexe !
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 19-09-2013 23:11

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2022 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >