Accueil arrow News arrow Dernières news arrow American way of life and Gender
American way of life and Gender Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 27-02-2014 03:20

Pages vues : 4447    

Favoris : 76

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, France, Gaule, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Merde, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Terreur, Transformation, Vide, Volonté, Yokaï

 
rainbow_flag_lois_noahides.jpg
 
 
American way of life and Gender
 
 
Avec la république des capitalo-socialistes et leur démocratie : orgasme pour tous dès l'âge de 4 ans ! Bienvenue au Royaume du Dieu des Juifs : Yahvé, ou Ya-Voui, je V, je Veux ! Exacerbation du 'je' ou ego.

ORGASME : de 1623 : accès de colère, du grec orgân (bouillonner d'ardeur, donc bouillonner d'ardeur à consommer des marchandises y compris de la bite du cul et du vagin). C'est seulement au siècle des perruques poudrées que ce mot prend le sens d'éjaculation ou "point culminant du plaisir" (sexuel, et qui dit plaisir dit immédiatement DOULEUR, d'où la poursuite incessante du plaisir pour calmer la douleur, d'où l'économie mondiale reposante essentiellement sur la production et la vente mondiale de DROGUES).
Orgasme, de Organe.
 
GENRE : début du 13è siècle, du latin genus, generis, de generare, qui donnera gens, gendre et engendrer : gène. Genre veut dire aussi ESPÈCE : l'apparence, le look de cette société de l'American way of life, cette société des médias et de l'image qui bouge, cette société de l'ÉTIQUETTE ET DE LA NORME, DONC DU STÉRÉOTYPE OU SUPER OPINION. Les ESPÈCES OU MARCHANDISES : POUR-VOIR, pour REGARDER (spicere) donc passer par le mental ou sens de la vue (amorco en gaulois, de amorcer).

Cette "théorie du genre" s'inscrit dans le thème de 1789 : la tabula rasa, ou création ex nihilo, donc dans le règne de l'opinion et de la "libre pensée", devenue impossible en "démocratie" moderne puisque le pouvoir ne peut pas gouverner en reconnaissant à chacun le droit de ne pas être d'accord ; aussi il ne lui reste que la manipulation pour obtenir du consentement, à commencer par la cuisine Assemblée-Parlement avec complément des médias. Pour bien faire il faudrait se passer de tous États, s'en libérer, se libérer de l'opinion, s'en débarrasser. Ce qui implique une élévation générale du niveau de conscience INDIVIDUELLE...
Faire du ex nihilo, comme les Lénine-Staline, les républicains de 1789 et bien d'autres depuis, est non seulement une destruction de l'Origine, mais pire : en inventer une nouvelle en inverse de l'ancienne qui sera le triomphe du stéréotype ou opinion normalisée ; du pur satanisme œuvre du Diable comme l'entreprirent les Lénine-Staline et leur socialisme : « D’une main de fer, poussons l’humanité vers le bonheur ! ».
Le Gender est issu de l'American way of life : dissoudre totalement le sens de la "personne", entité non uniquement temporelle, même surtout pas temporel ! L'intégration de l'individu dans le social se fera par l'uniforme, l'uniformité, la norme ou stéréotype des attitudes psychologiques ou béhaviorisme dans l'usage des biens matériels. Il ne s'agit pas pour l'individu d'être une "personne", ce serait se singulariser, mais DE FAIRE COMME TOUT LE MONDE, principe de l'American way of life : consommer, où : "Ce qui est bien pour nous est bien pour vous" (principe de la colonisation).
Aux USA il n'y a plus que le règne de l'opinion sur la "moralité" des machines à faire du fric et sur les cuisses des pin-up portant les pancartes de l'artillerie lourde de la propagande électorale.
Tout système politique basé sur l'opinion ne sera libre et vivable que s'il s'en débarrasse ! Le principe de l'opinion étant son instabilité permanente... Comme le principe du mental étant de vagabonder... Donc de n'être jamais dans le présent !

L'American way of life est directement la conséquence des Sigmund Freud, Ivan Pavlov et de la doctrine du behaviorisme de J.B. Watson : on ne vise qu'au-dessous de la ceinture, on se moque de la conscience. Les dogmes de Freud et du behaviorisme vont ensemble : ils veulent être des psychologies de l'inconscient, ou plus exactement, des psychologie SANS CONSCIENCE. Ainsi se renforçait le matérialisme déjà si fort tout au long du 19è siècle s'industrialisant. Tout cela s'inscrivant dans le règne de l'opinion ça donnera le Mind Control du totalitarisme de l'empire américain héritier de l'Allemagne d'Adolf Hitler.

RAPPEL : aujourd'hui le mot science ou "scientifique" veut dire : le mental ou la "raison", c'est-à-dire le POU-VOIR ou le Pour-Voir, donc tout mesurer, TOUT CONTRÔLER ET TOUT ENREGISTRER, afin de foutre ça en statistique ou sur des tableaux graphiques ou en de la quincaillerie informatique. Dans cet enfer on comprendra qu'il soit rigoureusement interdit de s'élever en un niveau de conscience supérieure. pour un beharioriste, le comportement d'un individu signifie "l'activité spéciale produite par l'intermédiaire du système neuro-terminal", bref, comme si l'humain était un robot.
La théorie du Gender s'inscrit dans le behaviorisme, et de l'affectif : les réactions affectives, au sens d'émotions, fonctions psycho-physiologiques, y commandent tout. Pour les behavioristes et partisans matérialistes de la dualité plaisir-douleur, les impulsions instinctives sont "les forces mentales qui maintiennent et gouvernent toute la vie des individus et des sociétés, et avec elles nous parvenons au mystère central de la vie de l'esprit et de la société" ! C'est la doctrine du PURPOSIVE BEHAVIOR (comportement à dessein), dont découle l'opinion freudienne si douée en propagande "instinctives ou en-dessous de la ceinture". Freud ne comprenant rien aux paliers supérieurs de l'humain se contenta d'en remuer le sous-sol ! Il en sortit ce qu'il appela : LIBIDO et bâtit une opinion qu'il baptisa "Psychanalyse". Pour mieux vendre son opinion, il inventa une sorte de "mariage mixte" : sa "Psychanalyse" et sa "méthode" dite de "psychothérapie". La "technique" de cette méthode, il la puisa à pleines mains dans les données de la psychologie associationniste.

En bon Juif matérialiste Freud ne pouvait voir que l'EXTÉRIEUR, et évidemment en éloignement du Soi ou Instant ! Ces gens là quand ils ne comprenaient pas les phénomènes de la vie psychologique la plus spirituelle, se sont efforcés de ramener ces phénomènes à des tendances et à des "pulsions" instinctives [sic]. Ce fut tout particulièrement le cas de Freud qui élabora tout une théorie sur "l'introjection", qui lui permettait, croyait-il, de "prouver" que la vie spirituelle n'était pas immanente à la nature humaine, donc pas de Soi ou Instant. Et Freud raisonne comme cette nouvelle franc-maçonnerie spéculative, à savoir que la spiritualité et la morale ne pouvaient venir que du "dehors", donc dans les loges maçonniques, dans les écoles et autres lieux "d'éducation", ou des les asiles de fous.
Tous les efforts de ces behavioristes et biologisants, et théoriciens du Gender, ne tendent qu'à une seule fin : pouvoir affirmer que l'humain n'est qu'un animal comme les autres, une sorte de robot que pilote les instincts, les pulsions télécommandables par l'oligarchie afin de mieux consommer les productions des Couilles en Or, selon le principe de la psychologie "scientifique", branche des sciences naturelles ; psychologie, zoologie et botanique sont "sciences sœurs", filles d'une mère commune : la biologie.  

En résumé : gender, freudisme, biologie, s'intéressent à ce qui dans l'humain n'est pas le plus humain ! SUA CUIQUE.
Aussi dès qu'on aborde l'humain et sa conduite, on rencontre des aspects psychologiques qui n'existent pas chez les autres êtres vivants, à cause du mental justement, alors ce sont des manifestations qui dépassent, et d'infiniment loin, et les limites de la biologie et du tout mesurable, et donc de la toise de la psychologie qui se veut à tout prix "scientifique". L'être humain n'est pas une marchandise, du quantitatif, un code-barre, il est de l'ordre du QUALITATIF. L'être humain ne se limite pas à la "vie" : consommer et orgasmer et dormir du berceau à la tombe !!! C'est la république judéo-maçonnique qui veut faire croire cela dans ses écoles.


Vidéo sur le traficoteur et pervers Alfred Kinsey et ses copains les Rockefeller.
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 27-02-2014 03:37

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2021 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >